Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CR "Eclipse Phase" (5) : Paniques

Publié le par Nébal

CR "Eclipse Phase" (5) : Paniques

Poursuite de la campagne d’Eclipse Phase (épisode précédent ici, première session ici ; Natalia et Washak n’étaient pas présents ; Shadul non plus... mais j’avais discuté avec lui des événements à venir, et il m’avait donné des instructions).

 

Buck s’endort dans sa « cellule » ; à son réveil, la personnalité d’Adán, sans doute bien aidée par la « thérapie » Psi, ressurgit. Peu de temps après, la porte de la cabine s’ouvre, et apparaît le Dr. Mindfuck, brandissant une seringue, accompagné de deux robots médicaux portant une civière. Le psychochirurgien s’avance sans dire un mot, et Adán lance un message d’alerte, sans rentrer dans les détails. Callisto Hawke et John Doe, lequel se rend sur place, transmettent l’alerte à Kalbir Singh, qui contacte des écumeurs proches pour qu’ils interviennent. Adán use d’une passe Psi pour immobiliser temporairement le docteur, et cherche à gagner l’extérieur de la cabine. C’est alors que deux écumeurs font leur apparition à l’entrée. Adán s’accroche à l’un d’eux en réclamant sa protection, tandis que l’autre approche le Dr. Mindfuck. Celui-ci braille que le Futura est malade et dangereux, et que l’emploi de la psychochirurgie s’impose, même contre sa volonté, pour le bien de tous ; il ressasse également sur un supposé complot dirigé contre lui, et dont Adán ferait partie. Les écumeurs, qui refusent bien entendu l’usage de la psychochirurgie contrainte, maîtrisent le docteur et essayent en vain de le ramener à la raison. Kalbir Singh arrive, et envoie Mindfuck dans sa cabine sous surveillance. Il se demande quoi faire d’Adán, de toute évidence bien différent de Buck, mais redoute que ce dernier refasse surface au pire moment… Adán propose lui-même de rester encore un temps sous surveillance dans cette cabine, à condition que quelqu’un monte la garde (John Doe entend le faire de toute façon ; parallèlement, les autres aménagent pour plus tard une cabine partagée avec Shadul, et décident de limiter l’accès d’Adán à leur réseau privé afin d’éviter des ennuis si Buck refait son apparition ; Adán sortira deux jours plus tard).

 

Mais Adán profite déjà de la présence de Singh pour le relancer sur la présence d’autres Futuras à bord, et lui dessine les deux qu’il a vus (l’un en vrai, l’autre en contact télépathique – il garde cela pour lui, bien sûr). John Doe passe ensuite quelque temps avec Adán afin d’affiner les portraits-robots, et lance des recherches afin de voir s’ils pourraient correspondre à des personnes poursuivies quelque part dans le système, officiellement ou par l’entremise de chasseurs d’egos. Quelques heures plus tard, il identifie ainsi la Futura de type arabe, connue (autrefois du moins) sous le nom de Fatima Hex, fichée comme terroriste par l’Alliance Lune-Lagrange et également poursuivie par diverses Hypercorps pour des crimes commis durant les cinq dernières années ; on détermine plus tard qu’il s’agissait de plusieurs assassinats de scientifiques – psychiatres, psychochirurgiens, généticiens, mais aussi concepteurs de simulespaces – que l’on peut aisément supposer être en rapport avec le fiasco de la « Génération perdue ».

 

Callisto Hawke va s’entretenir avec Alice Chu. Elles parlent notamment du Dr. Mindfuck et de sa rhétorique contestataire, mais plus encore d’Hubertus Khan et de ses projets ; la meneuse d’EDF a pu rassembler un certain nombre d’informations à son sujet, en se renseignant auprès des patriotes de Hyoden, et a poursuivi son enquête, avec discrétion, auprès d’éléments modérés de la Junte ; Callisto Hawke ayant gagné sa confiance, elle accepte volontiers d’en discuter. Le passage de Terminus les étoiles dans le puits gravitationnel de Jupiter, et probablement dans l’orbite de Callisto, n’est sans doute pas une simple provocation pour Hubertus Khan (même s’il joue essentiellement de ce thème auprès du Dr. Mindfuck et de ses soutiens). Certes, il conçoit très bien la possibilité d’un « sacrifice » destiné à alerter les autres groupes politiques du système quant à la menace de l’expansionnisme jovien : s’il n’a semble-t-il pas réussi à faire bouger la Pluralité titanienne jusque-là, il ne doute pas qu’un drame de cette ampleur pourrait changer la donne ; quant au Consortium Planétaire, il n’en a certes rien à foutre si quelques anarchistes se font atomiser, mais pourrait néanmoins voir dans toute réponse militaire brutale de la République jovienne la goutte d’eau qui fait déborder le vase, déjà bien plein du fait des innombrables taxes et péages réclamés par la Junte, des astéroïdes capturés, et plus largement de son protectionnisme économique foncièrement incompatible avec les principes des Hypercorps. Mais Khan, connu pour être un agitateur politique sur Hyoden, qui a plusieurs fois alerté l’opinion sur une hypothétique « Opération Vautour » destinée à intégrer de force la colonie dans l’espace de la Junte, et qui a notamment milité en faveur du développement des synthomorphes de combat de type Fenrir afin de disposer de meilleures capacités militaires en cas d’assaut de la colonie, entend probablement aussi jouer de la présence de l’essaim pour contrecarrer autant que possible les plans plus ou moins avoués (et plus ou moins cautionnés par les autorités joviennes) de l’amiral Pournelle : bien sûr, l’essaim d’écumeurs ne saurait faire le poids sur le plan militaire, et l’affrontement est impensable ; mais il s’agirait de gagner du temps, en faisant diversion ; et aussi, dans le pire des cas, et conformément à l’histoire de Terminus les étoiles durant la Chute, d’envisager l’essaim comme un gigantesque canot de sauvetage…

 

Shadul continue pour sa part de nouer, développer et entretenir des liens avec les activistes partisans de Mindfuck, en entrant dans leur discours rebelle. Il évoque avec les autres PJ l’idée d’organiser une fête d’ici un mois environ, tenant peu ou prou du « meeting de campagne », mais où il compte développer tellement jusqu’à l’excès la rhétorique du « sacrifice » qu’il entend bien ainsi faire au moins douter les soutiens de Mindfuck et de Khan…

 

Quant à Callisto Hawke, elle s’entretient avec John Doe et Adán de la possibilité de se rendre sur Hyoden pour étudier la situation de plus près. Si l’hypothèse d’un voyage spatial précédant l’essaim est envisagée, elle est assez rapidement écartée, la solution de l’ego-diffusion étant de toute évidence bien plus pratique à tous les niveaux ; mais si elle ne pose aucun problème à l’écumeuse, et si John Doe envisage de créer un fork pour l’accompagner, Adán refuse par contre catégoriquement de suivre cette procédure…

 

Les enquêtes des PJ se poursuivent sur le long terme, ainsi que leurs tentatives de nouer des liens dans l’essaim – John Doe propose notamment ses services à qui en voudra. Adán envoie également une « carte postale » à son contact Sario, du Cartel de Nuit, sur Pallas (un simple « coucou », sans détails sur ce que vit Adán à bord de l’essaim : il se contente de mentionner que Buck est revenu, mais que la situation est désormais sous contrôle…).

 

Les PJ s’intéressent notamment de près au Dr. Mindfuck, de toute évidence très abattu ces derniers temps (car sans doute très camé) ; ils se demandent s’il serait pertinent de l’approcher pour dissiper tout malentendu concernant la présence d’Adán à bord, et éventuellement lui parler des deux autres Futuras, et notamment de Fatima Hex…

 

Mais, alors qu’Adán surveille le psychochirurgien à distance, celui-ci change brusquement d’attitude, et devient fou furieux. Un coup d’œil aux réseaux permet de comprendre qu’un autre meurtre d’un de ses proches a eu lieu (la victime a été décapitée ; la pile corticale n’a cette fois pas été endommagée, et l’assassin, moins précautionneux que les fois précédentes, apparaît cette fois sur les caméras, même s’il disparaît assez vite : c’est l’autre Futura). La tension monte vite sur les réseaux : Mindfuck hurle au complot, accuse EDF en général et Alice Chu en particulier d’être responsables de ces meurtres, de s’en prendre sciemment à son entourage, de chercher ainsi à l’intimider pour le faire taire ; sa diatribe rencontre un certain écho… Les PJ se rendent sur les lieux du crime, où se trouve déjà Kalbir Singh, tandis que ça s’échauffe de plus en plus sur les réseaux, les activistes les plus excessifs envahissant la Toile et l’inondant de messages violents, tandis que les éléments les plus modérés – comme Lena Andropov, qui, devant cette agitation soudaine, décide de s’impliquer davantage, et tente de calmer le jeu – peinent à se faire entendre ; quant aux dénégations d’Alice Chu, elles recueillent au mieux un certain scepticisme, au pire une franche hostilité.

 

Les PJ cherchent à s’entretenir avec Kalbir Singh, bien occupé et qui ne peut pas leur accorder beaucoup de temps… mais soudain le chef de la sécurité quitte précipitamment les lieux en lâchant un « Putain ! » paniqué. En effet, la nouvelle de l’assassinat d’Alice Chu par un forcené (rapidement abattu lui-même) vient d’être diffusée, et Singh se rend immédiatement à bord du Flagship (suivi par Callisto Hawke), où il rassemble les éléments d’EDF présents et les « miliciens » les plus fiables, et les arme. La situation dégénère rapidement, et l’essaim est au bord de la guerre civile.

 

Adán et John Doe peuvent le confirmer, eux qui se rendent auprès du laboratoire du Dr. Mindfuck, où une foule conséquente et très vindicative s’est assemblée. Le docteur, plus parano que jamais, s’est enfermé à l’intérieur avec Hubertus Khan, et refuse de laisser entrer qui que ce soit. Les PJ aimeraient pouvoir rejoindre le docteur et lui parler, mais cela semble pour le moins compromis. Et Adán panique un peu, redoutant de se faire lyncher en tant que Futura par la foule en colère et aisément manipulable…

 

Kalbir Singh, très affecté par ce qui vient de se produire et probablement paniqué, prend des décisions drastiques, guère en accord avec la philosophie des écumeurs : il accuse ouvertement le Dr. Mindfuck d’être responsable du meurtre d’Alice Chu et de vouloir perpétrer un coup d’État ; afin de rétablir l’ordre, il exige de la foule rassemblée devant son laboratoire qu’elle se disperse. Cela ne fait guère que renforcer l’hostilité des partisans de Mindfuck, dont un certain nombre appellent à prendre les armes pour contrer les manœuvres fascistes du chef de la sécurité… Celui-ci lance alors un ultimatum : il menace de couper les systèmes de survie dans le secteur du laboratoire, et exige à nouveau de la foule qu’elle se disperse. John Doe et Adán se retirent, mais ne peuvent quitter le vaisseau, les rares navettes étant prises d’assaut. Le secteur du laboratoire est verrouillé, et le niveau d’oxygène y diminue…

 

John Doe réclame de Singh, plutôt que de se livrer à un acte aussi violent et irresponsable, qu’il coupe les réseaux de Mindfuck, mais la guerre électronique fait rage : des hacktivistes ont rejoint les rangs des soutiens du docteur, a fortiori depuis que Singh s’est lancé dans son opération de maintien de l’ordre pour le moins radicale (l’idée d’un complot d’EDF – et de Singh – contre Mindfuck, lequel représente dès lors la ligne la plus authentique des écumeurs, est de plus en plus accréditée) ; ces pirates parviennent à rétablir les systèmes de survie dans le secteur du laboratoire, et – œil pour œil, dent pour dent – commencent à trafiquer ceux du Flagship de la même manière (ce que Callisto Hawke perçoit très vite). Des miliciens – qui se sont sans doute entretenus en privé – décident alors de trahir Singh, et lui passent des menottes électroniques et un masque de prisonnier (l’empêchant de communiquer)…

 

À suivre…

Commenter cet article