Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CR L'Appel de Cthulhu : Arkham Connection (19)

Publié le par Nébal

CR L'Appel de Cthulhu : Arkham Connection (19)

Dix-neuvième séance de la campagne de L’Appel de Cthulhu maîtrisée par Cervooo, dans la pègre irlandaise d’Arkham. Vous trouverez les premiers comptes rendus ici, et la séance précédente .

 

Le joueur incarnant Michael Bosworth était absent (il jouait aussi Clive O’Donnel dans le « spin-off » de début de séance, mais cette fois nous l’avons joué collectivement). Les PJ présents étaient donc Dwayne, la chanteuse Leah McNamara, l’avocat Chris Botti, et ma « Classy » Tess McClure, maître-chanteuse.

 

[Clive : Hippolyte Templesmith, Higar, Selvine, Tomni] Le bateau ayant pris le large depuis l’astéroïde dans les Contrées du Rêve est assailli par des créatures convoquées par Hippolyte Templesmith – des créatures maigres et dénuées de visages, dont le front est orné de deux cornes d’une bonne quinzaine de centimètres chacune ; elles ont d’impressionnantes griffes aux mains et aux pattes, ainsi que des ailes de chauve-souris. Le « satyre » enlevé par l’une d’entre elles se débat et tombe dans le vide, pour une chute sans fin… Sur l’astéroïde, Hippolyte Templesmith hurle (en anglais), ordonnant que les créatures lui rapportent Clive vivant… Higar s’est calfeutré dans la cabine du capitaine. Selvine, sur la gauche de Clive, s’engouffre dans l’escalier conduisant à la calle. Tomni, blessé, tente d’user de son harpon contre les créatures – un véritable essaim bourdonne désormais autour du bateau. Clive cherche à rejoindre Selvine dans la calle. Une des créatures touche à nouveau un des « hommes de Leng » ; Tomni parvient quant à lui à loger l’extrémité de son harpon dans le flanc d’une des bêtes, mais ça ne l’affecte pas trop, quand bien même l’arme reste fichée dans ses côtes – elle fait comme un tonneau, en rien gênée, et enlace Tomni de sa queue barbelée… Clive rejoint Selvine, terrorisée, dans l’escalier menant à la calle. Ils entendent à l’extérieur les hurlements des « hommes de Leng » ainsi que de Tomni. Clive ferme l'écoutille, et s’arme d’un harpon pour attaquer toute créature qui essaierait de passer…

 

[Dwayne, Leah, Tess : Danny O'Bannion, Charles Reis, « Blutch », Hippolyte Templesmith] De retour sur Terre. Nous nous retrouvons tous à la ferme de Danny O'Bannion, en milieu d’après-midi. Dwayne ne se sentait pas bien… mais un tour aux toilettes le purge radicalement. Quant à Leah, elle constate qu’elle n’est plus paralysée. Je résume ce que j’ai obtenu sur Charles Reis, les rêves, « Blutch », Hippolyte Templesmith, les prénoms…

 

[Dwayne, Tess : Pierce Hawthorne, Hippolyte Templesmith] Dwayne souhaite retourner en ville, aux registres de l’état civil, pour effectuer quelques recherches supplémentaires sur Pierce Hawthorne – nom figurant sur la liste de Templesmith, mais sur lequel nous ne nous sommes pas penchés jusqu’alors. Je propose de l’accompagner, en prenant le soin de me grimer à nouveau (adoptant une allure plus « banale », et changeant de perruque, avec cependant toujours une frange). Quand nous arrivons sur place, c’est presque l’heure de la fermeture, mais Dwayne glisse un billet au gardien pour qu’il nous laisse un peu de temps. Nous entamons nos recherches – mais j’ai un vague doute, l’impression que le gardien m’a dévisagée un peu trop longtemps… Je reste toutefois stoïque, et apporte tant bien que mal mon aide à Dwayne, plus compétent que moi – sans grand succès : nous tombons sur plusieurs Hawthorne, mais tous décédés, et pas un seul Pierce, pas davantage de liens permettant de retrouver ce dernier…

 

[Tess, Dwayne] Le temps passant, et redoutant que le gardien ne vienne nous chercher prématurément, je décide de laisser Dwayne poursuivre, tandis que je remonte faire du gringue au fonctionnaire – mais celui-ci s’entretient avec un policier accoudé au comptoir : ils m’ont vu, j’ai interrompu leur conversation…

 

[Dwayne : Pierce Hawthorne] Dwayne, pendant ce temps, trouve enfin quelque chose à propos de Pierce Hawthorne : il s’agit d’un homme âgé de 58 ans, professeur de mathématiques (toujours en activité) à l’Université Miskatonic ; fils d’un tailleur de la classe moyenne, il n’a aucun casier judiciaire, et a priori aucune rumeur inconvenante ne porte sur lui ; c’est un vieux garçon, sans compagne ni enfants ; Dwayne trouve enfin son adresse, dans un quartier bourgeois d’Arkham.

 

[Tess] À l’accueil, le gardien et le policier me dévisagent. Ce dernier adopte un ton badin, afin de détendre l’atmosphère, et je joue le jeu… Il me demande ce que je recherche ici, et je fais l’innocente – au fond, je ne saurais dire, j’ai simplement accompagné mon ami qui ne m’en a pas dit davantage, quant à moi je ne suis pas vraiment habituée aux nids à poussière… Le flic donne alors un coup de coude amical au réceptionniste, lui dit de confirmer que « c’est bon pour ce soir »… Le ton est léger, mais l’impression demeure qu’il cherche d’une manière ou d’une autre à temporiser, tandis que le gardien indécis s’empare du téléphone… Je m’essuie un peu le front, prétextant une vague fatigue, et m’avance vers la porte d’entrée pour prendre un peu l’air – j’ai vraiment l’impression que le flic me surveille…

 

[Chris, Leah, Michael : Fran ; Danny O’Bannion, Tess, Jerry] À la ferme de Danny O’Bannion, Chris discute de tout et de rien avec Leah et Michael, faisant ainsi connaissance. Au bout d’un certain temps, ils aperçoivent une jeune femme qui ne leur a pas été présentée, et qui quitte la ferme. « Bonne journée », lui adresse Leah, et elle répond « de même », mais s’en va aussitôt ; elle discute dehors avec un jeune homme qui semble travailler ici, et lui donne des clés – après quoi elle se rend au garage et part à bord d’une voiture. Chris sort de la maison pour causer au garçon : « Hep, l’ami ! » Il lui demande qui est la jeune femme : « C’est Fran – demandez à Tess… » Après quoi il se retire, disant qu’il va « s’occuper de Jerry ».

 

[Tess] Je suis sortie fumer une cigarette ; le policier me rejoint et fait de même. D’un ton léger, flirtant plus ou moins, il me demande mon nom ; je lui dis m’appeler Jane, puis Pierce quand il réclame mon nom de famille – il s’étonne de ne pas le connaître, croyant m’avoir déjà vue, mais je lui dis qu’il doit me confondre avec quelqu’un d’autre – une célèbre actrice, sans doute… Je remarque alors qu’une voiture de police approche…

 

[Dwayne, Tess] C’est alors que Dwayne remonte, et trouve le gardien un peu tendu ; l’air de rien, il lui lance : « À la prochaine ! » Après quoi il me rejoint dehors. Je joue sur la drague du flic, demandant avec un grand sourire à Dwayne s’il n’est pas jaloux… Les flics à bord de la voiture nous dévisagent. Nous nous avançons vers le véhicule de Dwayne. Le premier flic nous suit : « Joli modèle… » Dwayne répond qu’il est dans sa famille depuis longtemps, et qu’il en prend soin. Le flic joue au passionné, au point de demander à Dwayne s’il ne pourrait pas jeter un œil au moteur ! Dwayne lui répond que c’est impossible, qu’il nous faut rentrer et nous préparer pour notre sortie de ce soir… Il monte derrière le volant, tandis que je m’installe côté passager – mais le flic bloque la portière de Dwayne : « Vous l’avez achetée où ? » Et la voiture de flics se gare à côté de nous… Le policier nous demande nos papiers – je cherche dans mes connaissances juridiques s’il peut bel et bien effectuer ce genre de contrôle d’identité sans motif bien défini, mais c’est a priori le cas… Dwayne cherche ses papiers, tandis que je lui fais un signe, un sourire appuyé… Après quoi j’essaye de faire péter le scandale : mais pourquoi tous ces tracas ? Ils n’ont pas mieux à faire que d'embêter les honnêtes gens, avec tous ces délinquants dans les rues ? Un des flics de la voiture s’approche alors et me dévisage longuement ; puis : « Putain, c’est elle ! C’est la Rouge ! » Je sens toute sa haine, le poids de cette réputation qui me colle de plus en plus à la peau – la couleur de mes cheveux s’associant à celle du sang, aux symboles de la violence et du charnel ; j’ai bel et bien acquis la réputation d’une femme fatale, et même diabolique, avec toutes les connotations qui s’ensuivent…

 

[Tess, Dwayne : Harrigan] Je verrouille la portière de mon côté, et mets mon sac à main sur mes genoux – à l’intérieur, à portée, mon .45 amélioré… Dwayne fait alors une rapide marche arrière, entrainant dans le mouvement le flic à sa portière, qui s’accroche ; mais, à l’arrière, Dwayne heurte un lampadaire… Un des flics de la voiture fait un bond de côté pour éviter d’être renversé (Dwayne l’identifie maintenant comme étant un des « incorruptibles » de Harrigan), tandis que l’autre assure sa position et fait feu : je suis touchée à l’épaule gauche… Je dégaine aussitôt mon arme et tire au jugé sur mon assaillant – ma première balle se perd, mais la deuxième atteint ma cible au ventre : le flic y plaque ses mains par réflexe, tombe genoux à terre et émet un sinistre râle de douleur… Le policier accroché à la portière de Dwayne a cherché à attraper son arme, mais le heurt avec le lampadaire l’a fait tirer prématurément – dans sa propre jambe ! Dwayne manœuvre et lui roule sur le pied… Ne reste qu’un seul flic valide, qui me tire dessus – mais sa deuxième balle ne fait que me frôler. Je tente de riposter, sans succès. Changeant d’approche, il tente de retourner dans sa voiture – tandis que son collègue touché au ventre cherche à relever son arme, mais la douleur est trop forte.

 

[Dwayne, Tess : Liam ; Danny O’Bannion, Baker, Dr East/Herbert West] Dwayne peut alors prendre un peu de vitesse, et distancie le flic dans sa voiture ; il prend à gauche, en direction de la périphérie d’Arkham. La voiture de policiers enclenche sa sirène tandis que je recharge. Mais j’entends bientôt un bruit de heurt métallique derrière nous : le flic a provoqué un accident dans son zèle pour nous rattraper ! Il n’est plus une menace à court terme. Mais le gardien a dû transmettre nos signalements ainsi que celui du véhicule, par ailleurs bien amoché par la fusillade… Le Garage Hammer n’est pas très loin – Dwayne s’y rend, une fois de plus… Le mécanicien, Liam, avait prévu un véhicule de rechange, mais, s’il n’est pas hostile à proprement parler, tout ceci l’agace profondément : il nous avait déjà dit que Danny O’Bannion s’était plaint de notre consommation excessive de voitures, et sans doute a-t-il peur que ça retombe sur lui… Dwayne pensait me déposer en vitesse Au Paradis des toutous, afin que le vétérinaire Baker s’occupe de mes blessures, mais je ne tiens pas à m’attarder en ville, ça me paraît trop dangereux – et j’avance qu’après tout, si nous devons revoir le Dr East ce soir…

 

[Dwayne, Tess, Chris : Seth ; Pierce Hawthorne, Tina Perkins, Hippolyte Templesmith] Mieux vaut rentrer à la ferme – une fois là-bas, Dwayne me fait tout de même quelques premiers soins, avec l’assistance de Chris. Dwayne partage également ses informations concernant Pierce Hawthorne, puis va se reposer en attendant d’agir ce soir – et moi de même. Chris se livre à une petite revue de presse, Seth ayant apporté les journaux du soir : pas grand-chose de plus que la dernière fois, si ce n’est un article évoquant un cambriolage chez Tina Perkins – laquelle, très chamboulée, décide de fermer temporairement sa boutique de fleurs, Au Jardin d’Éden –, et un autre témoignant d’une nouvelle activité caritative de Hippolyte Templesmith : pour célébrer Noël, dans une semaine, il va organiser et financer un feu d’artifice…

 

[Dwayne : Seth ; Brienne, Danny O’Bannion] Seth réveille Dwayne vers 20h. Il a la mine assombrie de quelqu’un qui apporte des sales nouvelles : cela concerne à nouveau Brienne – elle est retournée en prison, mais cette fois pour complicité dans nos infractions de cet après-midi. Seth, sans se montrer à proprement parler menaçant, demande à Dwayne s’il pense qu’elle saura la boucler ; Dwayne lui répond qu’il n’a aucun doute à cet égard : de toute façon, il ne lui parle jamais de ses activités – elle sait qu’il bosse pour Danny O’Bannion, mais c’est tout. Seth l’assure qu’elle aura un bon avocat… Dwayne est cependant trop perturbé pour pouvoir dormir et récupérer comme il le souhaitait…

 

[Leah, Dwayne, Tess, Chris : Patrick, Michael Bosworth ; Dr East/Herbert West, Danny O’Bannion] Nous nous retrouvons tous vers 23h ; Leah a un peu récupéré, et Dwayne aussi, malgré tout. Nous sommes prêts à nous rendre au rendez-vous du Dr East. Il nous faut d’abord embarquer le cadavre de Patrick, là où O’Bannion l’a laissé – dans un entrepôt désaffecté dont il m’a confié les clefs ; plus précisément, il se trouve dans une cuve métallique dissimulée sous des planches de bois, et remplie de pains de glace. L’idée intrigue Chris, qui ne comprend pas ce que nous comptons faire du cadavre… Il vient cependant à l’aide de Dwayne pour le charger dans son coffre (Dwayne a pris sa voiture, j’ai pris la mienne) ; quand ils transportent le cadavre, ils constatent que son abdomen s’est légèrement gonflé – or Dwayne sait qu’il s’est passé des choses étranges dans ses viscères… Il a l’impression d’y détecter une sorte de mouvement – notamment qu’il se dégonfle un peu, puis qu’y apparait une bosse, laquelle disparait cependant bien vite… Est-ce un effet d’optique ? Mais non : Chris a vu la même chose… ce qui l’a amené à lâcher le cadavre, stupéfait. Dwayne insiste pour qu’on le charge au plus vite dans le coffre, et Michael et moi venons l’aider – après quoi Dwayne verrouille le coffre de sa voiture. Chris insiste cependant pour ne pas monter à ses côtés, et il prend donc place dans ma voiture.

 

[Leah, Dwayne] Nous prenons la direction de la départementale conduisant à Dunwich. Leah, qui se trouve dans la voiture de Dwayne, entend des petits chocs dans le coffre – ils se répètent, et elle dit à Dwayne qu’il y a du mouvement à l’arrière… Des bruits organiques également ? Mais nous poursuivons notre route – elle est d’ailleurs assez longue, mais nous avions pris soin de partir assez tôt pour arriver sur place à minuit, l’heure du rendez-vous.

 

[Dwayne, Leah, Chris, Tess : Dr East/Herbert West, Patrick, Michael Bosworth ; Weedy] Nous arrivons sur place : la planque du Dr East est un garage abandonné, plus ou moins grignoté par une nature reprenant ses droits, sans la moindre lumière, et dont le parking est jonché d’épaves rouillées. Nous nous y garons, et nous avançons vers l’entrée principale, à l’enseigne délavée surplombant un rideau de fer rouillé. Il y a quelques traces d’activité depuis la fermeture de l’entreprise : des graffitis sur les murs, des détritus çà et là (restes pourris de nourriture, nombreuses bouteilles vides, laissant supposer des squatteurs occasionnels). La neige se remet doucement à tomber. Dwayne se rend à l’entrée principale, afin tout d’abord d’écouter s’il y a du bruit à l’intérieur – mais rien. Le rideau de fer est maintenu fermé par un cadenas grippé, qui ne devrait pas résister à plus de quelques coups – Dwayne parvient sans l’ombre d’un souci à le faire céder, et lève le rideau de fer. Il entend alors des bruits de pas assez lourds en provenance de l’intérieur – mais provenant d’une pièce plus éloignée, pas de celle à laquelle il accède. Leah entend de nouveau quelque chose dans le coffre : « Ça grouille ! » Chris et moi nous en approchons, et je sors mon cran d’arrêt à tout hasard. Dwayne s’enfonce dans le bâtiment – l’absence de lumière en dehors des phares à l’extérieur le contraint à faire usage de la lampe torche que lui avait laissée Weedy : il distingue un comptoir, surmonté d’une caisse enregistreuse défoncée ; il y a des dépliants et prospectus éparts, des débris de bouteilles aussi… et une forte odeur de pisse, mais tout autant de décomposition. Un écriteau branlant signale une salle d’exposition sur la gauche. Dwayne perçoit alors un pas léger et régulier de derrière le comptoir ; il braque sa torche et son arme dans cette direction : c’est une silhouette féminine, vêtue d’une blouse d’hôpital, dont les membres et le visage sont recouverts de bandages… et qui pue le cadavre. Dwayne crie : « Stop ! » La créature ne semble pas l’entendre, ou du moins continue-t-elle à avancer, tandis que Dwayne recule. Dehors, Chris ne cesse de répéter que nous aurions dû inspecter davantage le cadavre de Patrick avant de le mettre dans le coffre… Mais nous entendons le « Stop ! » de Dwayne ; je m'avance aussitôt, puis Leah et Chris également. Michael reste en arrière, à surveiller le coffre. Arrivée dans le garage où la silhouette continue d’avancer, je dis : « Dr East, on pourrait en venir au fait ? » La créature fait un petit mouvement maladroit dans notre direction, comme pour nous dire de la suivre ; elle fait demi-tour, et se dirige vers une autre porte. Dwayne et moi la suivons. Chris nous demande si c’est « une copine »… Dwayne répond que oui, et lui dit d’aller garder le coffre – mais Chris refuse, préférant nous suivre : seul Michael reste donc en arrière – Dwayne trouve que ce n’est pas suffisant, et décide donc d’y retourner lui-même (Michael lui confirme que Leah a raison, « ça bouge à l’intérieur »). La silhouette féminine a du mal à tourner la poignée de la porte, mais y parvient enfin et la franchit ; on sent au-delà une forte odeur de mécanique et d’huile… mais aussi, là encore, de décomposition et d’antiseptiques. Je suis la femme, m’éclairant tant bien que mal de mon briquet – je distingue des outils divers sur une table, puis une bougie qui s’éclaire…

 

[Tess, Chris, Leah : Dr East/Herbert West] Je reconnais alors le visage du Dr East. Derrière lui, sur sa gauche, se tient la silhouette massive et puant le cadavre d’un homme, la bouche grande ouverte. East nous salue à sa manière habituelle, neutre et froide – j’ai pourtant l’impression qu’il est un peu plus ouvert que lors de nos rencontres précédentes… Chris s’avance, lui tend la main, se présente comme étant Me Chris Botti, et lui demande à qui il a l’honneur. East n’est pas du genre à apprécier le protocole, et répond sans la moindre effusion de chaleur humaine : « Dr East… ou autrement. » Je le salue à mon tour, lui dis que cela fait bien plaisir de le revoir, après tout ce temps… Il remarque alors que je suis la seule qu’il connaisse… Leah se présente elle aussi (East ne lui répond que d’un simple mouvement de la tête – il n’est en rien charmé par la jeune femme, même si sa respiration est un brin nerveuse). Je lui explique la situation, et lui confirme que nous disposons d’un cadavre qui devrait l’intéresser. Je suppose qu’il n’est pas homme à refuser un bénéfice – l’expression ne lui plait guère, et Chris essaye tant bien que mal de noyer le poisson. Mais quand East demande comment notre homme est mort, je lui dis que cela dépend – il est mort plusieurs fois… Ce qui intrigue et séduit le docteur. Il veut voir notre « cadeau », même si Chris aimerait définir nos « intérêts respectifs ». En tout cas, le docteur a notre attention.

 

[Dwayne : Michael Bosworth] Dwayne perçoit à son tour du mouvement dans le coffre de sa voiture. La silhouette féminine s’est postée à côté de porte, elle observe Dwayne et Michael. Dwayne entend ses roues couiner légèrement, témoignant du poids dans le coffre. Michael fait remarquer à Dwayne que c’est lui qui a les clefs, mais il n’est pas vraiment pressé d’ouvrir …

 

[Tess : Dr East/Herbert West ; Hippolyte Templesmith/6X] East évoque à demi-mots notre ennemi commun, et nous demande si nous ne le connaissons que sous le nom de Hippolyte Templesmith ; je lui réponds que nous savons qu’il est « 6X », ce qui le rassure quant aux informations dont nous disposons. Il répète qu’il n’a pas besoin de nous, mais est prêt à voir ce que nous pouvons faire. Il ne semble pas avoir peur de Templesmith… Il nous suit quand nous retournons vers les voitures, accompagné par l’homme massif en blouse d’hôpital, et nous recroisons la silhouette féminine en sortant.

 

[Dwayne, Leah, Tess, Chris : Dr East/Herbert West, Patrick, Michael Bosworth] Dwayne observe le coffre de manière angoissée, il jette au cas où un œil dessous ainsi qu’au siège arrière – mais il n’y a pas de trou. Le Dr East nous demande si le cadavre se trouve dans le coffre ; Dwayne lui répond que oui, mais apparemment il s’est réveillé… Leah avait parlé du bruit dans le coffre dès notre départ de l’entrepôt… East passe doucement sa main sur le coffre, en ressent les vibrations – à vrai dire, maintenant, nous voyons le coffre bouger un peu… East nous demande alors s’il a absorbé quoi que ce soit, et comment il est mort – la dernière fois… Dwayne dit que son opération d’énucléation a mal tourné – j’ajoute qu’on lui avait donné un anesthésique, et qu’il n’a à ma connaissance rien absorbé d’autre. East demande alors à Dwayne d’ouvrir coffre – ce qu’il fait, avec prudence, se tenant sur le côté (Michael se tient de l’autre). Quand East soulève à peine le capot, nous distinguons comme des câbles à l’intérieur, émettant des bruits spongieux, tandis que des organes divers sortent des viscères et de la bouche de Patrick (poumon, rein…), recouverts d’une sorte de lierre, avec des « feuilles » rosées (de forme végétale mais faites de chair)… East est littéralement fasciné, et très curieux. Quant à lui, Chris recule, écœuré, et Leah fait de même… Dwayne reconnaît l’intestin grêle de Patrick, qui semble s’approcher lentement de lui, de son visage… Il demande à East ce qu’on en fait ; le docteur répond qu’il peut refermer… Dwayne s’en charge, mais un peu de trippes dépasse encore – il essaye maladroitement de les repousser à l’intérieur en poussant avec son flingue, dégoûté… mais l’intestin commence à s’enrouler autour de son arme, et il recule ; East lui dit de se pousser, et s’en occupe, fermant le coffre.

 

[Dwayne, Chris, Tess : Dr East/Herbert West ; Hippolyte Templesmith/6X] East reprend sa respiration, et nous dit : « C’est magnifique… Aucune idée de ce qui a pu aboutir à ceci ? » Dwayne dit qu’il a son idée, mais préfèrerait en parler ailleurs… East est d’accord – il propose toutefois déjà un échange de véhicules, ce sera plus simple : il se tourne vers la silhouette féminine, la fixe quelques instants dans une concentration absolue, et celle-ci se dirige vers l’arrière du bâtiment, de son pas très lent. Chris demande alors à East s’il a des choses tout aussi spectaculaires à nous montrer concernant Hippolyte Templesmith. Oui… Dwayne va plus loin : est-il prêt à nous rejoindre pour le défaire ? East tire de sa sacoche une seringue remplie d’un produit d’un bleu nuit : « Vous rejoindre, non, vous aider, oui. » Et il tend la seringue à Dwayne, disant que le produit qu’elle contient devrait être très « désagréable » pour « 6X » – qu’il lui soit injecté, qu’il le boive, au pire qu’il en soit aspergé même si cela risque d’être moins efficace… Il n’a pas pu l’expérimenter, mais est certain que ça aura un effet appréciable. Nous entendons une voiture qui vient très lentement de l’arrière du garage, conduite par la femme en blouse d’hôpital. Je demande à East des précisions sur l’effet du produit. East nous demande si nous pensons que Templesmith est humain – et nous répondons qu’il ne l’est sans doute plus tout à fait… Le produit révèlera sa véritable nature, et lui causera sans doute une immense douleur – plus le produit entrera directement en contact avec ses organes et plus l’effet sera fort, mais une simple aspersion sur sa peau serait probablement déjà désastreuse pour lui. Par contre, c’est un produit très rare, nécessitant des ingrédients onéreux et largement indisponibles – en fait, il avait obtenu certains d’entre eux de Templesmith lui-même… Dwayne demande alors au Dr East s’il travaillait pour Templesmith à l’époque. East, un peu agacé, répond qu’il a « failli »… mais que sa voie est assez solitaire : il s’est rendu compte à temps que Templesmith voulait s’approprier ses travaux – il l’a donc quitté, et ça l’a vexé… East sort alors deux fioles bouchonnées de sa sacoche – je reconnais leur couleur verte presque phosphorescente, que j’ai croisée à plusieurs reprises… La fiole portant le chiffre 1 est d’un contenu plus sombre que l’autre. East va pour nous les tendre… puis les ramène vers lui, les observant d’un air passionné. « Vous vous rendez compte de ce que je fais ? » Il s’interrompt, puis nous demande : « Quel est le pire, pour vous, dans cette vie ? » Les réponses se faisant attendre, je dis enfin, narquoise : « Les préjugés qui prohibent tout rapprochement ? » East nous tend à nouveau les fioles, et cette fois Dwayne les prend (il avait également pris la seringue). Le docteur nous donne alors quelques instructions : la fiole n° 1, « basique », permet de « faire revenir » un individu, sans garantir pour autant sa coopération – loin de là ; mais si l’on souhaite réveiller quelqu’un en colère… La fiole n° 2 est différente (nous voyons combien ça l’ennuie de nous la donner, il y est visiblement très attaché), et correspond à l’aboutissement le plus récent de son travail : selon la fraicheur du corps et ses dispositions mentales, l’individu qui serait « rappelé » à l’aide de ce produit pourrait conserver pour partie au moins son identité en revenant d’entre les morts – mais il y a des nuances… C’est néanmoins le meilleur effet de résurrection qu’il ait pu développer.

 

[Dwayne, Tess, Leah, Chris : Dr East/Herbert West, Patrick] La voiture arrive alors de l’arrière du parking ; East fixe la silhouette féminine au volant, puis passe son pouce devant son nez, comme pour éponger une goutte de sang (ayant coulé alors qu’il était au pic de sa concentration) ; la femme en blouse d’hôpital se rapproche alors de Dwayne, et lui tend la clef du véhicule (une voiture d’une gamme inférieure à la sienne, et qui pue le cadavre – il y a même des traces de sang à l’intérieur…). Dwayne accepte, à regret – et donne ses propres clefs… East nous demande de lui communiquer nos observations quant aux effets du sérum. Je lui demande alors s’il ne profiterait pas, dans le cadre de ses recherches, d’un apport régulier en « éléments frais » et autres spécimens… Ce qui l’intéresse. Il y a moyen de s’arranger… Il me demande de quelles quantités je parle ; je ne peux pas lui donner un chiffre précis, tout dépend de « l’activité », mais il devrait nous être possible de lui livrer au moins un quota minimum… Après quoi East nous pose une dernière question : « Souhaitez-vous le retour de votre ami Patrick ? » Dwayne lui demande s’il serait alors comme les deux créatures qui accompagnent toujours East… Ce genre de choses, oui – mais ces deux-là sont ses « assistants »… Dwayne et Leah sont portés à accepter cette offre ; quant à moi, j’hésite – la situation me répugne autant qu’elle… m’excite. Chris ne se prononce pas : il ne le connaissait pas assez… Les « oui » semblent l’emporter : East va y travailler. Il nous remercie – c’est comme s’il nous considérait enfin avec un début d’humanité… Il se retire en nous souhaitant une bonne nuit, nous répétant qu’il nous faut continuer à utiliser sa boîte postale. La voiture de Dwayne s’éloigne dans la nuit, son coffre agité de remous…

 

[Dwayne, Tess, Chris, Leah : Danny O’Bannion, Hippolyte Templesmith, Patrick, Margaret Hoover, Pierce Hawthorne] Nous retournons à la ferme de Danny O’Bannion vers 2h du matin, et nous interrogeons sur nos possibilités d’action – en nous attardant particulièrement sur les trois occasions de coincer Templesmith en public, d’après ce que la presse en dit : les funérailles de ses parents (Boston), le gala monumental qu’il compte organiser (Boston également), le feu d’artifice de Noël (Arkham) ; il faut aussi prendre en compte le fait que Dwayne et moi sommes recherchés à Arkham, et que je le suis également à Boston ; par ailleurs, Templesmith me connaît, et je suppose que, via Patrick, il connaît sans doute aussi les autres (à part Chris ?)… Chris est séduit par l’occasion du gala, et Leah de même – mais comment procéder ? Peut-être en passant par Margaret Hoover et la question des disparitions… Dwayne évoque la possibilité, d’ici-là, de poursuivre l’enquête concernant Pierce Hawthorne – de même que moi, il redoute un peu de retourner en ville, mais peut-être pourrions-nous trouver des choses utiles à son adresse…

 

À suivre…

Commenter cet article