Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CR L'Appel de Cthulhu : Arkham Connection (33, conclusion)

Publié le par Nébal

CR L'Appel de Cthulhu : Arkham Connection (33, conclusion)

Trente-troisième (et dernière…) séance de la campagne de L’Appel de Cthulhu maîtrisée par Cervooo, dans la pègre irlandaise d’Arkham. Vous trouverez les premiers comptes rendus ici, et la séance précédente .

 

La joueuse incarnant Romy était absente. Les PJ présents étaient donc Dwayne O’Brady, Michael Bosworth, et, en ce qui me concerne, le garde du corps aux ambitions d’écrivain Anatole « Froggy » Despart.

 

I : PAS LE TEMPS

 

[I-1 : Dwayne, Anatole] Dwayne est réveillé par un serveur du Trèfle – il s’était endormi dans sa baignoire, griffé de partout… On le conduit à une chambre voisine de la mienne, dans l’idée qu’il en retire un sommeil davantage réparateur. Car nous en avons bien besoin : insidieusement, nous avons été affectés par un équivalent dimensionnel du décalage horaire… Nous dormons beaucoup – tant, en fait, qu’il faut nous réveiller, et quelque peu à la hâte ; d’ailleurs, il fait nuit – nous aurions dormi toute la journée ?

 

[I-2 : Dwayne, Anatole, Michael : Seth, « .45 » ; Danny O’Bannion, Hippolyte Templesmith, Brienne] Seth vient nous voir, accompagné de « .45 », pour nous donner la marche à suivre. Il s’entretient d’abord avec Dwayne, puis avec moi – séparément. Il nous apprend que les hommes de Danny O’Bannion surveillaient la ferme des Gardner, dans la Lande FoudroyéeDwayne ayant expliqué la veille que c’était là qu’il y aurait de l’action. Effectivement, des hommes de Templesmith s’y sont rendus… Or Danny s’est montré explicite : il veut que ça s’achève ce soir – nous n’avons que trop tardé… Mais le patron se montrera généreux, une fois cette affaire réglée : nous aurons tout ce que nous voudrons – par exemple, concernant Dwayne, un endroit où aller, une maison où s’installer, à l’aise, avec Brienne… et plus de comptes à rendre à qui que ce soit. Me concernant, il faut que je fasse mes preuves, mais les Irlandais ont plutôt confiance ; si je me montre efficace, je pourrai en retirer une « place de choix » dans la pègre d’Arkham – quelque chose de plus attrayant qu’un simple emploi de gros bras de base : un poste à responsabilités, avec le revenu correspondant…

 

[I-3 : Michael, Dwayne : Seth] Michael étant visiblement un peu plus affecté que nous autres par nos expériences récentes, les hommes du Trèfle l’ont laissé dormir un peu plus longtemps – nous l’entendons ronfler… et son canari pépier. Seth charge Dwayne de l’informer de la situation à son réveil.

 

[I-4 : Dwayne/« Leonard Border » : Seth, « .45 » ; Danny O’Bannion, Brienne, Leonard Border, Hippolyte Templesmith] Nous manquons de temps… et il nous faut nous équiper. Dwayne dit à Seth qu’il lui faut passer en coup de vent à la garçonnière de Danny O’Bannion sur French Hill Street. Seth commence à protester, mais Dwayne l’interrompt : il lui faut y récupérer quelque chose de la plus haute importance ; non, ça n’a rien à voir avec Brienne – qui, de toute façon, ne le reconnaîtrait même pas [puisqu’il a toujours l’apparence de Leonard Border]… Pour appuyer ses dires, Dwayne exhibe le crâne recouvert de caractère aklo : ce qu’il va chercher à l’appartement, « ça va avec »… Seth réclamant visiblement davantage d’explications, Dwayne lui dit que ce crâne, associé aux boîtes de cuir de Templesmith, permettrait, le cas échéant, de le poursuivre où qu’il cherche à disparaître. Seth est méfiant : ce qu’il a retenu du discours de Dwayne, c’est la possibilité de se barrer – compte-t-il fuir ? Non, bien sûr ! « .45 », un brin agacé par tous ces délires occultistes, pousse Seth à accepter – pas de temps à perdre !

 

[I-5 : Michael, Dwayne : Seth] Michael se réveille enfin. Son canari pose ses petites pattes sur son torse et son visage, ce qui le chatouille – il réclame sa pitance… Michael entend nos voix à travers la porte – puis on tambourine dessus pour le réveiller. Il se lève, peu assuré. Seth se contente de lui répéter l’essentiel : « Ça se finit ce soir ! » Puis il fait signe à Dwayne de prendre le relais.

 

[I-6 : Dwayne, Michael : Seth] Nous sommes pressés ! Dwayne ne s’attarde pas sur les explications, et nous montons dans une voiture, à destination du Garage Hammer (après un détour par la garçonnière de French Hill Street, donc). Nous mangeons en chemin – Seth nous ayant fourni des sandwiches ; Michael émiette un peu de pain pour nourrir son petit oiseau (qu’il garde autrement dans la poche de sa veste)…

 

[I-7 : Dwayne : Seth, « .45 » ; Hippolyte Templesmith] Nous arrivons près de la garçonnière de French Hill Street. Le bureau électoral de Hippolyte Templesmith à proximité est fermé et barré, deux flics gardent les lieux – en fait, l’un d’entre eux retient même un badaud, visiblement très énervé, qui jetait des détritus sur la façade du local… Seth se gare devant l’immeuble, et dit à Dwayne de faire vite – « .45 » l’accompagne.

 

[I-8 : Dwayne : Brienne ; Elaine, Hippolyte Templesmith] Dwayne monte à l’étage, toque à la porte, puis l’ouvre sans attendre de réponse – il perçoit vaguement les bruits de quelqu’un qui s’éveille. Mais il n’y a autrement de trace de Elaine ou Brienne. Peu importe : Dwayne se rend directement au coffre, où il récupère les trois boîtes de Templesmith qu’il y avait entreposées – il les met dans son sac en bandoulière, où se trouvait déjà le crâne orné d’inscriptions aklo, et y ajoute au cas où une liasse de billets. Il entend vaguement Brienne qui s’éveille – elle râle de ce que quelqu’un soit entré comme ça dans un appartement, comme un voleur, tandis que des femmes y dormaient… Mais Dwayne ne s’attarde pas, et file sans un mot.

 

[I-9 : Michael, Dwayne, Anatole : Seth] Nous reprenons la route, et parvenons au Garage Hammer. Mais cette fois nous faisons le tour, pour pénétrer au cœur de la décharge qui jouxte le garage – et c’est immense. Au centre se trouve un container que rien d’autre ne distingue, et non loin un camion avec une grande bâche. Seth se dirige d’abord vers le container, il en ouvre la porte et allume à l’intérieur, puis nous fais signe d’entrer : « Faites-vous plaisir… » Il s’y trouve de très nombreuses armes, de tous types. Michael s’empare d’une mitraillette Thompson, ainsi que d’une sacoche à lanière issue d’un surplus militaire, idéale pour transporter des chargeurs « camemberts ». Dwayne opte pour un fusil à lunette, mais prend également trois grenades et des chargeurs pour son .38. Quant à moi, j’hésite un instant à prendre un fusil, mais, malgré mon expérience dans les tranchées, je me sens moins habile avec cette arme qu’avec mon bon vieux .45 – je me contente donc de prendre des chargeurs pour mon arme de poing, autant que possible pour avoir une bonne marge ; j’y ajoute une matraque en cuir – j’en ai déjà une, c’est simplement afin d’avoir une arme de rechange…

 

[I-10 : Anatole, Dwayne/« Leonard Border » : Leonard Border] Les Irlandais montent la garde – et sont prêts à nous suivre à la Lande Foudroyée. Ils sont un peu méfiants à mon égard, car ils ne me connaissent pas ; mais ils sont aussi vaguement hostiles à l’égard de Dwayne, sous son apparence magique de Leonard Border – certains l’évitent autant que possible, et portent régulièrement la main au crucifix pendant à leur cou… Ils l’appellent par son vrai nom, on les a prévenus de la situation, mais ils ne sont visiblement pas à l’aise avec cette bizarrerie.

 

[I-11 : Dwayne, Michael : Vern] Puis nous nous rendons au camion, où patiente un type d’allure burinée du nom de Vern. Dwayne et Michael l’ont parfois croisé, sans plus. Il a longtemps été militaire – artilleur, plus précisément –, et aime bricoler. Il nous tend la main à tous, que nous serrons en retour. Puis il s’adresse plus particulièrement à moi : « Français, hein ? Tu devrais apprécier ce que j’ai là… » Il retire la bâche du camion, révélant une plateforme arrière renforcée, sur laquelle est installée ce que Vern me présente comme devant être une « fierté nationale » : un canon de 75… Il nous en explique le fonctionnement, la capacité à tirer jusqu’à 23 coups par minute, à la condition de disposer d’une équipe adéquate – deux assistants dans l’idéal : un « costaud » pour charger les obus, un « rapide » pour libérer le canon et le refermer une fois la munition approvisionnée ; Vern, quant à lui, fera office de viseur. Sa proposition est limpide, et n’appelle pas de discussion : Michael remplira le rôle du « rapide », et moi celui du « costaud »…

 

[I-12 : Big Eddie] Big Eddie, qui était là lui aussi, et qui semble devoir prendre la tête des opérations, trouve que ça traîne beaucoup trop – il faut y aller… Nous sommes aussi prêts que possible, et montons à bord des véhicules, à destination de la ferme des Gardner.

 

II : « HEAVY METAL THUNDER… »

 

[II-1 : Anatole : les Gardner] Nous roulons en direction de la Lande Foudroyée. En chemin, on m’explique, à moi qui ne suis pas d’Arkham, ce qui s’y était produit. L’incident a eu lieu dans les années 1880, à la ferme des Gardner ; la rumeur prétend qu’une météorite inconnue avait disparu dans le puits de la ferme ; des savants de l’Université Miskatonic l’ont étudiée, et en ont prélevé des fragments, mais ces derniers ont disparu petit à petit. Le cas des Gardner a suscité des rumeurs, via le bouche à oreille : la mère aurait été cloitrée dans une cave, folle, avant d’être envoyée à l’asile d’Arkham ; un des fils aurait disparu dans le puits ; l’autre, ainsi que le père, aurait été retrouvé mort. La ferme présentait un aspect étrange, laissant d’abord augurer de récoltes phénoménales, mais il s’est rapidement avéré que tous ces fruits étaient immangeables. Et le paysage a progressivement changé, devenant grisâtre, et débarrassé de toute vie, végétale ou animale – d’où ce nom de « Lande Foudroyée » pour décrire cette cuvette où la terre évoque de la cendre. Par la suite, les habitants des environs – il est difficile de qualifier ces quasi-ermites de « voisins » – ont parlé d’une lumière monstrueuse jaillissant du puits vers le ciel… Et des travaux ont enfin été accomplis pour aménager un réservoir destiné à l’approvisionnement en eau d’Arkham (ils ne seront achevés que plus tard).

 

[II-2] La route n’est que peu utilisée en temps normal – on remarque d’autant plus que des véhicules ont récemment déblayé le chemin ; il y a des traces d’autres camions, mais aussi des arbres abattus car ils gênaient le passage, et qui ont été repoussés sur le bas-côté. Nous arrivons enfin à proximité de la Lande Foudroyée, qui fait comme une cuvette – nous nous arrêtons avant le petit dénivelé.

 

[II-3] Une quinzaine d’Irlandais sont avec nous. L’un d’entre eux, qui surveillait la ferme, nous dit y avoir vu des personnes accomplissant un étrange rituel – elles versaient du sang dans le puits ? Nos hommes d’armes avaient entendu des rumeurs – aussi ne se sont-ils pas précipités comme ils l’auraient fait autrement…

 

[II-4 : Hippolyte Templesmith/« 6X »/« Diane Pedersen » ; Diane Pedersen] Effectivement, nous voyons une dizaine d’individus à proximité du puits de la ferme des Gardner, en contrebas ; ils portent les mêmes tenues que les adorateurs dévorés par les aphtes que nous avions croisés dans l’archipel – se trouvent d’ailleurs avec eux plusieurs automates de métal léger… Mais ceux qui l’ont déjà vue reconnaissent également Diane Pedersen [que nous comprendrons progressivement être en fait Hippolyte Templesmith, ou plutôt « 6X »], qui est protégée par plusieurs individus arborant le « masque d’Innsmouth ». Il y a enfin des « sacrifiés » gisant par terre – dont des adorateurs aphteux volontaires ; leur sang s’écoule effectivement dans le puits…

 

[II-5 : Dwayne : Vern, Big Eddie] Vern manœuvre le camion afin de pointer le canon de 75 dans la remorque sur la ferme. Les autres Irlandais, qui savent que nous avons vécu des horreurs, sont dans l’expectative, semblant attendre nos instructions, ou du moins nos conseils. Dwayne leur dit que les automates sont très lents, mais presque invulnérables, en dépit de leur poids minime ; mais il leur explique le point faible des boîtes. Dwayne s’adresse ensuite à Vern, lui disant que la cible principale, pour lui, est le puits. Nous cherchons à en apprendre davantage en observant la scène avec des jumelles, mais n’en retirons rien pour l’heure. Dwayne dit à tous que, s’il s’en trouve là-bas pour amorcer des incantations, ce sont eux dont il faut se débarrasser au plus tôt. Mais Big Eddie lui coupe peu ou prou la parole – il dit aux artilleurs de se préparer à « déchaîner la foudre », les autres s’occuperont des survivants…

 

[II-6 : Anatole, Michael : Vern] Pendant ce temps, le feu d’artifices de Noël commence à éclore au-dessus d’Arkham. Vern, blagueur, nous souhaite un bon réveillon… Je vais l’aider au canon – il tourne différentes molettes pour l’ajuster. Michael, le « rapide », est également là… qui dit à son canari de ne pas s’en faire, même s’il va y avoir du bruit et de la fumée ; il lui précise cependant que, si les choses se passent mal pour lui, alors il faudra qu’il s’envole – car il est « une lumière dans l’obscurité »… Il a l’impression que l’oiseau le comprend ; il le remet dans sa poche.

 

[II-7 : Vern] Nous commençons à faire feu avec le canon – mais Vern avait mal ajusté le premier tir : l’obus touche la ferme et non le puits – et la bâtisse finit de s’écrouler. Vern, nerveux, s’excuse, mais reste assez professionnel et fait en sorte d’arranger le problème.

 

[II-8 : Hippolyte Templesmith/« 6X »/« Diane Pedersen »] Tout le monde à la ferme se tourne dans notre direction. « Diane Pedersen » semble donner des ordres secs aux autres – mais, malgré la distance qui nous empêche de nous en assurer, nous avons l’impression qu’elle nous adresse un grand sourire vicieux… Et les automates commencent à avancer dans notre direction – Big Eddie dispose les Irlandais pour qu’ils s’en occupent et interceptent d’éventuels fuyards.

 

[II-9 : Anatole : Vern ; Hippolyte Templesmith/« 6X »/« Diane Pedersen »] Vern se plaint du feu d’artifices, disant que ça le gêne pour se concentrer – réflexion qui m’interloque un peu, moi qui ai combattu dans les tranchées… Mais nous rechargeons, et Vern fait feu à nouveau – il a mieux préparé le canon, et l’obus fonce en direction du puits. Mais, là-bas, « Diane Pedersen » ouvre les bras, comme si elle voulait recevoir l’obus – et ce dernier semble ralentir à mesure qu’il approche du puits ! Et, quand il n’est plus qu’à cinq mètres environ de « Diane Pedersen », il est subitement dévié…

 

[II-10 : Dwayne : Hippolyte Templesmith/« 6X »/« Diane Pedersen »] À côté de nous, les Irlandais se lancent sur les automates. Quant à Dwayne, il a fait feu de son fusil à lunette – visant « Diane Pedersen »... mais, là encore, sa balle a été déviée…

 

[II-11 : Anatole : Hippolyte Templesmith/« 6X »/« Diane Pedersen », Vern] Je comprends, sans grande certitude toutefois, qu’il s’agit d’un phénomène d’électromagnétisme – et repère un automate qui est resté auprès de « Diane Pedersen », et qui semble doté d’un appareillage particulier : serait-ce la source du champ magnétique ? Je le signale aux autres. Et, quand Vern veut continuer à tirer, si je remplis mon rôle d’assistant sans rechigner, je lui dis qu’il vaudrait peut-être mieux viser des cibles plus « accessibles »… Je doute en effet qu’on puisse faire céder ce champ de protection, ce « bouclier ».

 

[II-12 : Dwayne : « .45 »] Dwayne décide de monter dans une voiture, avec « .45 » pour conducteur, afin de se rapprocher de la ferme tout en la contournant pour prendre nos adversaires à revers. Les Irlandais usent parfois eux aussi de véhicules, et un camion renverse d’ailleurs au même moment un automate… mais il est ensuite brusquement repoussé puis jeté en l’air !

 

[II-13 : Vern, Hippolyte Templesmith/« 6X »/« Diane Pedersen »] Vern tire à nouveau. Un premier tir est à nouveau repoussé, et pulvérise des arbres de l’autre côté de la cuvette. Un second adopte un comportement plus étrange encore : « Diane Pedersen » s’écarte un peu de son automate attitré et lève une main en l’air, paume vers l’avant – le missile va tout droit dans sa direction… puis disparaît. Et nous entendons une grande détonation derrière nous – il serait réapparu dans notre dos ? Vern est passablement secoué par cette adversité inattendue…

 

[II-14 : Dwayne : « .45 »] Les Irlandais, qui ont vu un de leurs camions voltiger après sa collision avec un automate, descendent de leurs véhicules et font feu sur les créatures artificielles. « .45 », furieux de la tournure des événements, dit à Dwayne de faire quelque chose, de mitrailler toutes ces cibles… Mais Dwayne n’a qu’un fusil, d’une part, et d’autre part sait très bien que cela ne servirait à rien – ils ont mieux à faire ! À peine a-t-il fini de s’expliquer qu’un des automates saisit un Irlandais sonné par le bras… et le lui arrache.

 

[II-15 : Michael, Anatole : Vern] Vern est incrédule, dépassé par la tournure des événements. Michael lui dit que le canon ne nous sera d’aucune utilité, et je l’approuve…

 

[II-16 : Michael : Hippolyte Templesmith/« 6X »/« Diane Pedersen », Pierce Hawthorne] Pendant ce temps, « Diane Pedersen », accompagnée de trois habitants d’Innsmouth, s’éloigne du puits (et de son protecteur « magnétique ») et se dirige vers un camion garé à côté de la ferme – Michael repère également, parmi ceux qui la suivent, Pierce Hawthorne. Les hommes au « masque d’Innsmouth » extraient du camion une grande caisse qu’ils posent à terre… puis ils y disposent Pierce Hawthorne et le sacrifient !

 

[II-17 : Dwayne : Hippolyte Templesmith/« 6X »/« Diane Pedersen »] Dwayne voulait passer derrière l’automate de « Diane Pedersen » pour lui jeter des grenades ; mais les adorateurs aphteux ont compris ses intentions, et font bouclier alors même qu’il lance son projectile – plusieurs d’entre eux sont incapacités, d'autres tués, mais l’automate est indemne, qui s’approche du puits.

 

[II-18] Et il y a de plus en plus comme un effet de lumière étrange ; on est tout d’abord tenté de dire « verdâtre », mais il n’y a au fond pas de mot pour décrire cette couleur… Le phénomène est d’une taille minuscule, évoquant le chas d’une aiguille dans le ciel – en fait, on ne le voit que parce que c’est très désagréable à l’œil… Nous avons le sentiment que quelque chose de gigantesque approche – qui est lié au rituel exécuté sur la Lande Foudroyée

 

[II-19 : Anatole : Hippolyte Templesmith/« 6X »/« Diane Pedersen », Vern, Pierce Hawthorne] J’ai suivi des yeux la scène impliquant « Diane Pedersen », et dis à Vern de pointer sur elle – peut-être n’est-elle plus dans le champ magnétique, et trop occupée pour se montrer efficace face à nous ! Vern s’exécute, son tir est bien ajusté… Mais « Diane Pedersen » s’en rend compte : elle laisse un habitant d’Innsmouth décapiter Pierce Hawthorne, et lève la main droite en direction de notre obus, lequel disparaît… Mais elle l’a mal dévié, cette fois : il réapparaît au milieu des automates avançant à proximité d’un camion enflammé (la neige est sur le point d’éteindre l’incendie) ! Et ils sont amochés par cette explosion inattendue…

 

[II-20 : Dwayne : « .45 », Hippolyte Templesmith/« 6X »/« Diane Pedersen », Pierce Hawthorne ; Tess McClure, Diane Pedersen] Du côté de Dwayne, les deux adorateurs aphteux qui ont survécu à son jet de grenade s’en prennent maintenant à lui. « .45 », sur le siège conducteur, a été blessé ; Dwayne lui donne des consignes, mais l'homme de main galère : la voiture est secouée par les cahots, ce qui rend un nouveau lancer de grenade trop aléatoire, et Dwayne préfère rester prudent… Mais la voiture doit s’arrêter, tandis que les deux adorateurs foncent dessus. Dwayne reprend son fusil… mais ne tire pas sur ses assaillants : c’est « Diane Pedersen » qu’il vise, et il l'atteint, au bras, qu’elle levait pour son sortilège ! Elle l’abaisse aussitôt sous le coup de la douleur – et son bras prend une tout autre apparence, monstrueuse ; comme ce qui s’était produit au gala, quand Tess avait embrassé Hippolyte Templesmith. Plus rien à voir avec Diane Pedersen : c’est un membre autrement plus volumineux (à lui seul plus grand que la jeune femme !), écailleux, griffu, semé de touffes de poils aléatoires… « 6X » se retourne l’air furieux vers la voiture de Dwayne ; il plonge ses griffes dans la caisse sur laquelle Pierce Hawthorne a été sacrifié – Dwayne entrevoit les caractères aklo qui y sont inscrits. Les habitants d’Innsmouth qui l'accompagnaient s’éloignent instinctivement de « 6X ». Il sort de la caisse une tête et un torse de métal évoquant les autres automates, mais en beaucoup plus grand : la tête à elle seule fait bien un mètre (le chiffre « I » est inscrit sur son front), le torse atteint les quatre mètres. [Dans cette caisse ? Était-elle si grande que cela ? Ou plus grande à l’intérieur qu’à l’extérieur ?]

 

[II-21] Pendant ce temps, les feux d’artifices d’Arkham deviennent un peu moins fréquents – même si l’on n’a pas encore vu le bouquet final – tandis que la lumière étrange grandit insidieusement. Et nos tripes nous le disent : « ça » approche…

 

[II-22 : Michael, Anatole : Vern, « 6X »] Michael demande à Vern s’il ne serait pas possible de désolidariser le canon de la remorque – oui, s’il a un après-midi pour ça… Mais j’ai repéré l’automate géant qu’a sorti « 6X » de la caisse, et vois qu’il n’est pas dans le champ magnétique – je dis à Vern de le prendre pour cible. Il vise avec précision ; le missile passe au-dessus des combattants, et fonce vers l’automate géant… mais celui-ci avance sa main, et nous redoutons qu’il dévie l’obus à son tour… Mais non : le projectile explose dans sa main… mais, quand la fumée s’est dissipée, il semble parfaitement intact ! Ou presque : l’articulation de son poignet semble abîmée, quant à elle, et il laisse pendre sa main… Michael et moi disons donc à Vern de continuer – il nous dit de faire notre boulot, et c’est bien sûr ce que nous faisons…

 

[II-23 : Dwayne : « .45 », « 6X »] Dwayne avait redouté l’espace d’un instant que notre obus l’atteigne, mais ça n’a pas été le cas. Mais, à côté de lui, « .45 » est bel et bien blessé, même s’il n’est pas disposé à l’admettre – il demande enfin ses instructions à Dwayne, qui lui dit de rouler – en faisant en sorte qu’il puisse user d’une autre grenade si jamais. Mais, pour l’heure, un habitant d’Innsmouth menaçant fait une cible idéale – Dwayne, qui avait encore son fusil en main, fait feu sur lui et le tue d’une balle en pleine tête. Par contre, « 6X » tourne désormais son regard dans leur direction…

 

III : LE PLUS GRAND BIEN

 

[III-1 : Michael, Anatole : Big Eddie, Vern] Depuis notre poste d’artillerie, Michael, qui a l’ouïe fine, entend des Irlandais céder à la panique à cause de toutes ces bizarreries ; certains veulent s’enfuir… et Big Eddie n’hésite pas à abattre un déserteur d'une balle dans le dos. Mais cela distrait Michael : alors que je remplace l’obus, je vois qu’il ne sera pas suffisamment rapide pour faire feu à la cadence requise – et Michael semble fixer quelque chose à la lisière des bois, un peu en arrière… J’y jette un œil par réflexe – et ai l’impression de voir un arbre qui bouge ? Ce n’est pas une question de perception troublée, par les explosions, le chaos, le recul… Non, quelque chose s’extrait bel et bien des bois – et vient vers nous. Le canari de Michael, d’abord excité par le boucan alentour, se calme subitement. Michael nous dit, à Vern et moi, de venir voir ça… Je le remplace tout d’abord pour assurer un nouveau tir (qui achève d’anéantir l’articulation du bras de l’automate géant, qui pend désormais, inutilisable, mais le monstre de métal n'en continue pas moins de progresser), puis observe de plus près ce qu’il nous désigne.

 

[III-2 : Dwayne] Pendant ce temps, Dwayne tire à plusieurs reprises, et fait mouche. Mais la luminosité étrange croît toujours davantage… et il s’en extrait comme un trait de lumière d’une couleur inconnue, qui traverse une distance difficile à appréhender jusqu’à plonger dans le puis, comme s’il y était attiré « malgré lui ». Les adorateurs encore en vie, à ce spectacle, intensifient leurs chants et incantations – exprimant une indicible joie…

 

[III-3 : Anatole, Michael : Vern] Vern et moi voyons comme Michael « l’arbre qui bouge » ; à la lisière des bois, quelque chose semble tomber par terre, tout près de nous. Michael entend des craquements dans un tronc – qui est comme agité de mouvements intérieurs, avec des bosses qui apparaissent et disparaissent sans cesse. Michael saute de la remorque et court en direction de l’arbre – dont le centre se fendille d’un coup sec, ouvrant une large plaie dans le tronc. Deux « mains » s’en extraient – évoquant tour à tour la chair et le végétal, avec une couleur tirant sur le brun rose… Une silhouette se dégage du tronc – humanoïde, en dépit de ses déconcertants traits végétaux ; et elle nous regarde, d’un air que nous sommes portés à trouver « innocent », et peut-être même un peu « gêné »… Elle ose enfin un timide : « Bonsoir ? »

 

[III-4 : Michael] Michael sort aussitôt son canari de sa poche, et le brandit en direction de la créature : « Aidez-nous… » La créature semble étonnée – peut-être même touchée ? –, et avance une main hésitante vers le petit oiseau… Michael nous affirme que son canari, en tant qu’oiseau, sait parler aux arbres, et dira ce qu’il faut à notre visiteur ! Il lâche le canari – mais celui-ci ne vole pas en direction de la créature inconnue : il se pose sur l’épaule de Michael, et semble assez inquiet…

 

[III-5 : Anatole : Vern] Mais la créature nous dit alors : « Ne vous inquiétez pas : je sais comment calmer tout le monde… » Nous avons délaissé le poste de tir, qui n’est pas en mesure de faire feu. Vern est stupéfait. J’ai eu le réflexe de dégainer mon arme, mais ai constaté que je n’y parvenais pas – il y avait comme une voix dans ma tête, calme, et qui me disait : « Non… » Je me sens étrangement détendu – conscient, mais cotonneux ; et ma main se desserre autour de la crosse de mon .45…

 

[III-6 : Dwayne : « 6X », « .45 »] Dwayne, même s’il est loin de nous, et n’a aucune idée de ce qui se passe au canon, ressent le même phénomène. Non loin de lui, l’automate géant s’arrête net et tombe à genoux. Il en va en fait de même pour tout le monde parmi les combattants de la Lande Foudroyée, à l’exception du seul « 6X », qui se relève après sa blessure surprise, et qui voit, non loin de lui, Dwayne qui saigne et « .45 » qui s’est évanoui. Dwayne percevant la menace veut continuer à tirer sur « 6X », mais il sent ses mains qui refusent de lui obéir. La voiture continue d’avancer, lentement, malgré l’évanouissement de « .45 » ; Dwayne en reprend le contrôle, puis tente de faire un bandage hâtif à son chauffeur…

 

[III-7 : Michael, Anatole : Hope ; Patrick, Tina Perkins] Michael est détendu – son canari aussi, maintenant. Il ne cesse de demander : « Pourquoi toute cette violence… » L’être végétal achève de se dégager de son arbre, puis nous dit : « Tout est calme, maintenant… Maman avait raison… » Michael ose alors demander : « Patrick ? » Mais non : « Hope… » [Certains PJ – dont Michael, mais qui était alors joué par un autre joueur, tandis que le joueur l’incarnant maintenant jouait alors Patrick – l’avaient croisée dans l’arrière-monde dépendant de la boutique de la fleuriste, Tina Perkins, il y a de cela bien des séances.]

 

[III-8 : Anatole : Hope] Quant à moi, je déteste cette sensation de manipulation, de contrainte extérieure ; je déploie d’immenses efforts de volonté pour résister, et parviens à sortir mon arme – je ne peux pas faire feu, mais peu importe, je n’en avais pas l’intention dans l’immédiat ; mais la sensation de la gâchette est rassurante… Je regarde partout autour de moi, mais tout est désormais calme – les blessés se sont évanouis, les autres ont lâché leurs armes, l’air éventuellement « défoncés »… Je perçois un léger effluve, difficile à identifier – il viendrait de Hope ?

 

[III-9 : Michael : Hope] Michael demande à Hope si elle le reconnaît – oui… Il lui demande son aide – comme ils l’avaient aidée… Hope ne semble pas déconfite, mais est tout de même visiblement tourmentée ; nous ne sommes pas sûrs de ce qu’il faudrait en déduire. Puis elle reprend la parole : « Maman m’a dit de me méfier… D’ailleurs, c’est surtout moi qui vous ai aidés… J’ai rendu une vie… [Celle de Patrick.] Et ça m’a presque tuée… » Puis elle évoque ses « disputes » avec sa « maman » [Tina Perkins], qui lui disait sans cesse de faire des choix – mais justement : que gagnerait-elle à nous aider nous plutôt que les autres ? Michael lui répond que, si elle aide nos adversaires, tout le monde en souffrira – dans le cas contraire, ce sera « la lumière et l’espoir pour tous » ! [Sauf que Michael est un criminel… Même s’il n’en est pas pleinement conscient, ses propos relèvent largement du Baratin.] Hope se montre sceptique : « Vous n’êtes pas vraiment sincère… »

 

[III-10 : Dwayne : « 6X »] Alors que les feux d’artifices sur Arkham parviennent à leur bouquet final, Dwayne voit « 6X » qui se relève – il sait qu’il lui a fait mal… mais la créature est tenace. Elle se bat cependant contre son propre corps, car elle est affectée par l’effet léthargique que nous ressentons tous (moins que les autres, cependant). Sa forme véritable, hideuse, est maintenant totalement révélée – un torse démesuré, recouvert d’écailles, semé çà et là de touffes de fourrure aléatoires, des sortes de plumes par endroits… Elle hurle : « NON ! », d’un ton guttural et furieux ; fulminante, déterminée, la créature monte dans un camion et prend la direction du nôtre, avec le canon de 75… Dwayne en profite, et se rend en voiture à proximité du puits – il y a des hommes d’Innsmouth sur sa route, mais ils ont lâché leurs armes et le regardent d’un air incrédule… Le « fil » unissant la source lumineuse et le puits est toujours en place. Dwayne voit qu’un des adorateurs recouverts d’aphtes qui fonçaient sur lui lame à la main est en fait traversé par ce « fil », qui oscille en l’air – quand il l’a traversé, il a aussitôt brûlé sa chair, et son torse s’est racorni, asséché, d’abord là où le « fil » le traversait, mais l’infection s’est ensuite propagée au corps entier, qui tombe enfin comme du bois mort, avant d’être réduit en poussière…

 

[III-11 : Anatole, Michael : Hope] Tout est calme maintenant – avec pour unique exception le camion qui roule dans notre direction. Mais Hope paraît déçue : « Tout le monde ment, finalement… Même Maman… Mais elle avait peut-être raison quand elle disait que tout serait mieux sans les humains ? » Je suis pour ma part focalisé sur le camion – mais il est encore loin de nous. Je demande à Michael ce qui se passe, presque sur le ton de la supplique – je n’y comprends rien… Mais Michael est occupé à argumenter avec Hope ; il parle de l’importance de la nature, dont l’homme fait pleinement partie – non, sa maman ne lui a pas menti… Mais Hope relève que c’est justement « Maman » qui lui a donné cette idée que tout irait mieux sans nous ! Il est temps pour moi de m’insérer dans la conversation – même si je me sens complètement perdu ; c'est peut-être pourquoi je me montre plus sincère, parlant de ce qui me tient à cœur ? J’explique à Hope ce qui me paraît problématique dans ses paroles : elle prend la décision pour tout le monde… Mais de quel droit ? Mon intervention la perturbe visiblement, elle n'avait pas réfléchi à ça. Et je poursuis : le bonheur qu’elle veut provoquer ne rime à rien – et rien de ce qui serait fait sans nous demander notre avis ne pourrait être bénéfique : ça ne fonctionne pas comme ça. Et quand bien même Hope trouverait préférable d’imposer son choix, quelle valeur aurait-il, puisqu’il n’y aurait plus par définition personne pour s’en rendre compte ? « Hope, tu te trompes… »

 

[III-12 : Dwayne] Dwayne est à côté du puits. Il constate que des travaux discrets ont été faits pour l’aménager : il y a comme une large goupille de métal, ornée d’un grand symbole aklo, qui semble pouvoir être utilisée pour fermer le puits, comme un couvercle. La goupille est pour l’heure ouverte, et le « fil » qui s’enfonce dans le puits remue furieusement. Dwayne veut fermer ce couvercle – mais sans trop s’approcher. Peut-être pourrait-il profiter de l’allonge de son fusil pour obturer le trou ?

 

[III-13 : Anatole, Michael : Hope] Hope semble disposée à m’écouter, je poursuis : « Hope, j’ai fait la guerre – et c’est la pire des choses ; j’ai vu des milliers de gens mourir parce que d’autres en avaient décidé ainsi – d’autres qui prétendaient que c’était pour le bien de tous, pour le plus grand bien ! Ils parlaient de droit, de poursuite du bonheur… Mais au fond ce n’était que des caprices de gamins fascinés par leur toute puissance. Et le meurtre est toujours une chose terrible – il ne s’agit pas que de mourir, pour la victime : c’est aussi la priver de tous ses choix ! Ta mère t’a appelé « Espoir »… Mais comment peux-tu concilier l’espoir avec ces empiètements sur le libre choix de chacun ? » Hope me demande alors comment elle pourrait faire pour « aider » véritablement – que faire ? Je lui dis qu’il faut nous laisser nos choix – et choisir elle aussi, comme les autres : cela vaut pour elle également… Mais ce choix ne doit pas revenir à décider pour les autres. Hope me demande alors si le monde est « meilleur avec nous ». Je lui réponds que ce n’est pas la question : bien ou mal, nous ne pouvons en juger, mais c’est notre monde. « Meilleur avec nous ? Je ne sais pas, Hope… mais sans doute meilleur sans le type qui nous fonce dessus – lui, on a pu voir ce qu’il en faisait… » Hope est perdue, ne sait pas ce qu’il faut croire. Michael revient dans la conversation – disant que « l’humanité, c’est l’empathie » ; il tient toujours son oiseau contre lui, tendrement… Hope dit qu’elle pourrait rendre le monde entier aussi calme… Mais je lui dis qu’alors elle serait une fois de plus comme ces généraux qui décident pour les autres et sans leur demander leur avis de ce qui est le mieux pour eux… « Ils nous ont fait payer ces généreuses décisions par quatre années dans les tranchées… » Mais peut-être pourrait-elle au moins procéder ainsi pour quelques générations seulement ? « Hope : nous ne sommes pas des animaux de laboratoire… Tu ne peux pas combiner à la fois la prétention d’agir pour notre plus grand bien et notre déconsidération comme autant de cobayes… » Et le camion ne cesse d’approcher, devenant plus pressant à chaque échange…

 

[III-14 : Dwayne : « .45 » ; Michael Bosworth, Anatole « Froggy » Despart] Dwayne sait qu’il lui faut agir maintenant – mais il va lui falloir être très rapide… Il veut pousser le couvercle de son fusil, et reculer aussitôt. Il y parvient – mais le bois du fusil, à peine touché par le « fil », se racornit aussitôt effet qui se répand tout au long de l’arme, que Dwayne lâche précipitamment. Mais il a réussi : il a bien coupé le « fil » en refermant la goupille ; le « fil » s’enfuit aussitôt, et n’est bientôt plus qu’un clignotement lointain, tandis que le « chas » verdâtre d’où il jaillissait se réduit à son tour à une étincelle… Mais Dwayne sait qu’une parcelle de cette chose indicible est restée prisonnière du puits. Dwayne cherche maintenant à se réarmer – mais il ne contrôle plus ses mains… qui, non seulement refusent de s’emparer des grenades, mais les envoient au loin, goupillées : il n’a plus une seule arme ! Il retourne à la voiture – où « .45 » est toujours inconscient, et salement blessé : c’est un dur, mais Dwayne n’est pas du tout certain qu’il s’en sorte… Une chance sur deux ? Dwayne repousse « .45 » et monte au volant ; il roule dans notre direction, en passant à côté de l’automate géant à genoux…

 

[III-15 : Anatole, Michael : Hope, « 6X », Vern ; Patrick, Tess] Hope, de son côté, ne peut plus ignorer « 6X » qui roule dans notre direction – à l’évidence, il ne le contrôle pas ; or il veut nous écraser ! Hope tend la main dans sa direction, mais sans effet… J’en profite : je dis à Hope que cette créature, justement, veut décider à notre place… Et je refuse de me laisser faire ! Je veux me tourner vers « 6X » et faire feu de mon arme – mais c’est impossible : contre ma volonté, je lâche mon pistolet… Mais Michael agit autrement : la voiture, comprend-il, fonce d’abord et avant tout sur Hope – il la pousse donc hors de la trajectoire du véhicule, ce qui lui demande un effort de volonté considérable, mais avec succès : tous deux tombent à terre, hors de danger dans l’immédiat. Du coup, c’est sur moi que le camion essaye maintenant de rouler… Mais Vern, qui avait laissé tomber notre canon, était monté au volant de notre camion – il roule pour intercepter « 6X », et contraint ce dernier à emboutir son véhicule dans les bois… J’entends Vern crier de douleur, tandis que de la fumée sort du capot du camion de « 6X ». Michael est décidé à se battre à son tour : il est armé d’une mitraillette Thompson, et souhaite vider son chargeur sur le véhicule embouti… mais c’est impossible : Hope ne le laisse toujours pas faire. Elle est perplexe : « Vous sauver… Puis vous tuer… » S’adressant à moi : « Et vous, pouvez-vous juger ? » Je lui réponds que oui – et elle tout autant ; et je peux me tromper, comme elle : cela fait partie de notre liberté. Michael rappelle à Hope qu’elle avait sauvé Patrick – oui, mais ça l’avait presque tuée… Michael insiste : cette créature qui nous agresse – c’est elle qui a tué Patrick ! [En fait, ça se discute… Techniquement, c’est Tess – alors mon personnage – qui a tué Patrick]

 

[III-16 : Dwayne, Anatole : Michael Bosworth, Big Eddie, Vern, Hope] Dwayne roule dans notre direction à bord de son propre véhicule ; par un effort de volonté, il a pu ramasser des armes. Il nous appelle, Michael et moi, ainsi que Big Eddie. Je lui réponds – et vais voir dans quel état se trouve Vern, puisque Hope ne me laisse pas faire quoi que ce soit contre « 6X » ; je garde un œil sur Hope, toutefois… Et nous entendons également Big Eddie – lui aussi est à bord d’une voiture, qui semble devoir nous rejoindre avant celle de Dwayne, mais à laquelle nous n’avions pas prêté attention jusqu’alors ; et le gros bras hurle qu’il ne nous reste plus qu’un seul problème à régler, désignant « 6X »

 

[III-17 : Anatole, Michael : « 6X », Hope] Or la portière du camion embouti gicle de ses gonds, projetée par une large patte griffue dotée d’un ergot. C’est la première fois que je vois de près la véritable apparence de « 6X »… et je m’immobilise, stupéfait. Ces écailles rosâtres, ces touffes de poil noir, cette tête triangulaire hésitant entre l’humain et le reptile, ces dents plantées n’importe comment, ces lèvres taillées – sans doute par « 6X » lui-même : un anneau doré en jaillit… Ces yeux, enfin, d’une forme reptilienne mais abritant des pupilles bien humaines… Il ne lui faudra pas beaucoup de temps pour s’extraire de son véhicule ; il grogne… Hope se dirige alors dans sa direction – tandis que Michael reste à côté, son canari en main… Hope tente de faire un mouvement de ses mains, l’air un peu peiné – elle veut apaiser « 6X », mais cela ne se fera pas tout seul…

 

[III-18 : Anatole : Vern, Hope, « 6X »] Je reprends le contrôle de mes gestes, dans la mesure du possible, et poursuis ce que j’avais l’intention de faire : je rejoins Vern, en gardant un œil, de temps à autre, sur Hope – de sorte à pouvoir acquiescer ou la dissuader d’un mouvement de tête. Vern est évanoui, il saigne un peu, mais il respire ; il ne me paraît pas vraiment en danger, et je ne peux pas faire grand-chose de plus pour lui sur le moment. Je me retourne donc vers Hope et « 6X », et m’avance vers eux – mais je ne saurais être menaçant en l’état : j’entends simplement me manifester comme un spectateur impliqué. J’entends la voiture de Big Eddie approcher – et le gros bras en sortir.

 

[III-19 : Michael : « 6X », Hope] Michael, lui, avait déjà vu « 6X » sous sa véritable forme. Et la créature regarde Hope, avec l’air de vouloir la dévorer… Mais il lui demande : « Ton nom, c’est bien "Espoir" ? » Oui… Michael avance dans la direction de Hope, les mains tendues en avant, son canari dans l’une… Puis c’est vers « 6X » qu’il tend les bras ainsi que son oiseau – disant à la créature : « Cette fois, c’est fini. » « 6X » est tout d’abord surpris… puis projette sa mâchoire gigantesque autant que difforme sur la main tenant le canari, qu’il broie littéralement. Avant de s’effondrer, Michael a le temps de dire à Hope : « Tu vois ce qu’il fait à la nature… » Puis il perd connaissance – et ne tarde guère à mourir de son abondante hémorragie. Hope en est violemment émue…

 

[III-20 : Anatole : Big Eddie, Michael Bosworth, « 6X »] Big Eddie s’extrait de son véhicule, furieux. Je tends un bras en arrière pour lui dire de ne pas faire n’importe quoi, et m’approche de Michael. Mais Big Eddie ne fait pas attention à moi : animé par sa volonté inébranlable de brute, il… allonge un coup de poing à « 6X » ! [Réussite critique de Big Eddie en Bagarre, Échec critique de « 6X » en Esquive !] Mais aussi violent soit le coup, il ne peut pas faire grand-chose à une créature pareille ; la tête de « 6X » oscille à peine – et davantage en raison de la surprise que de la douleur. « 6X » riposte après un bref temps d’arrêt – arrachant d’un coup de mâchoire le bras que Big Eddie avait tendu en avant, par réflexe, pour se protéger…

 

[III-21 : Dwayne : « 6X », Hope, Big Eddie] Dwayne a profité du chaos ambiant pour se faufiler derrière « 6X ». Il a parfaitement saisi que c’était Hope qui nous empêchait d’agir [sauf erreur, il l’avait rencontrée dans l’arrière-monde de la fleuriste] – et lui demande d’enlever nos entraves. Mais Hope s'y refuse : « Non… Je veux essayer autre chose… » « 6X » étant occupé avec Big Eddie, Hope en profite pour lui poser la main dessus – « 6X » claque aussitôt des mâchoires, un lugubre cri de douleur jaillit de ses lèvres tandis que diverses parties de son corps, d’allure très variable, deviennent peu à peu plus molles… Il tente cependant de mordre Hope, qui n’est certainement pas en mesure d’esquiver : « Voilà ce que je fais de l’espoir ! » Son assaut furieux arrache un bon tiers du torse de Hope, en mordant, tirant, griffant… Un sang grumeleux s’écoule du corps de Hope, qui pousse un cri tout sauf humain – évoquant le bruit que font des feuilles emportées par le vent, mais considérablement amplifié, et aigu au point d’en devenir insoutenable.

 

[III-22 : Anatole, Dwayne : « 6X », Hope, Big Eddie] « 6X » regarde alors dans ma direction, puis dans celle de Dwayne – il l’a repéré dans son dos : « Je déteste rater mes invocations… Mais ce n’est pas mon premier échec – j’ai à chaque fois la possibilité de me défouler après coup, et je vais prendre mon temps… » C’est cependant à nouveau vers moi qu’il se tourne, avec une vivacité terrible. Je ne suis plus affecté par la léthargie provoquée par Hope, je ramasse prestement mon .45 dans l’intention de vider mon chargeur dans la grosse tête de mon agresseur… mais son inconcevable agilité ainsi que ma confusion persistante m’empêchent de lui faire le moindre mal. Mais Dwayne tente d’en profiter : il avait pu ramasser une Thompson, et cette fois rien ne l’empêche de faire feu dans le dos de « 6X ». Il lui cisaille un bras, qui se détache et tombe au sol – mais il a vidé son chargeur. « 6X » pousse un hurlement, jette un regard en arrière sur Dwayne, mais c’est toujours de moi qu’il approche, Big Eddie étant lui aussi tout près – la créature amorce un large mouvement destiné à nous attraper tous les deux en même temps. Et nous l’esquivons… mais pas par réflexe : c’est que ses griffes sont devenues intangibles, passant à travers nous sans nous faire le moindre mal ! « 6X » a l’air aussi surpris que nous. Il recule, regarde sa main, l’air incrédule… Une aura l’entoure progressivement. Surpris, il semble se demander si cela vient de nous, mais ce n’est pourtant pas le cas, et nous sommes aussi perplexes que lui… même si Big Eddie trouve assez de ressource en lui-même pour lui balancer une ultime insulte. « 6X » recule, ahuri ; il ramasse son bras mort, et semble vouloir le « recoller » sur son corps – peut-être peut-il se régénérer ? Mais il n’en a de toute façon pas le temps – il siffle comme un serpent, se raidit… Puis : « On… On m’invoque ? » Et il disparaît…

 

IV : L’APRÈS-GUERRE

 

[IV-1 : Anatole : Big Eddie, Vern, Michael Bosworth ; « 6X », Hope] Big Eddie m’appelle, il a besoin de soins ; Vern, qui a repris conscience, vient m’aider. Mais je rate complètement mon coup [échec critique en Premiers Soins]… et Big Eddie s’évanouit. Quand « 6X » a disparu, ses automates sont tombés à terre ; mais les Irlandais survivants, en retournant au canon, nous disent qu’ « il reste des connards en bas »... Ce qui ne m’intéresse pas vraiment : je fixe le cadavre de Michael… et repère aussi le morceau de Hope que « 6X » avait recraché, maintenant asséché. J’en cherche des traces – a-t-elle disparu dans les bois ? Mais c’est peine perdue ; un peu hagard, je vais aider les autres à la ferme… du moins jusqu’à ce que mon arme s’enraye.

 

[IV-2 : Dwayne, Anatole : Seth, Big Eddie, Vern ; Michael Bosworth, Danny O’Bannion, Brienne] Une voiture arrive et nous klaxonne – c’est Seth. Il nous dit que Big Eddie, Dwayne, Michael et moi devons le suivre, les autres finiront le boulot ici. Mais Michael n’est plus là… Après un temps de silence, Seth nous demande si cela a été « rapide » ; je ne réponds pas… Dwayne dit à Vern de tout faire sauter, mais l’artilleur n’avait pas besoin qu’on le lui dise : il aime le boulot bien fait… Nous suivons Seth dans la voiture, et y installons Big Eddie toujours inconscient. Seth ne nous donne pas davantage d’explications : O’Bannion lui a dit de venir nous chercher, et que c’était urgent ; il n’a pas dit un mot de plus. Nous prenons la route de la villa de Danny, à Arkham, et en avons pour une heure de trajet environ – pendant laquelle Big Eddie reprend ses esprits. En route, Dwayne demande à Seth si « tout va bien en ville » ; mais c’est surtout la garçonnière de French Hill Street qui l’inquiète… Seth le rassure : Brienne va bien. Dwayne acquiesce… Il est pris de l’envie de manipuler le crâne orné de caractères aklo – mais ses yeux saignent, et Dwayne range l’étrange relique…

 

[IV-3 : Danny O’Bannion, Seth] Nous arrivons enfin à la villa de Danny O’Bannion. Nulle voiture garée devant ou à l’intérieur, et il n’y a pas de lumière – comme si la demeure était vide ; et il n’y a pas un bruit : tout cela offre un saisissant contraste par rapport au luxe et à l’animation habituels de l’endroit… Seth nous dit de le suivre – à tout prendre, même lui paraît angoissé : il n’agit que parce qu’on lui en a donné l’ordre, et qu’il s’est toujours montré fiable et dévoué. Nous le suivons – et Big Eddie de même, claudiquant.

 

[IV-4 : Dwayne : Danny O’Bannion, Seth] Alors que nous approchons du bureau de Danny, Dwayne entend la voix douce, charismatique et un peu sirupeuse de notre patron – il s’exprime avec courtoisie, avançant que le concept de « coopération » est ce qui « sauvera l’humanité »… Seth s’arrête devant la porte ; un médecin en sort, sa blouse ensanglantée – mais d’un sang d'une nuance bleuâtre ! Le docteur nous dit de patienter encore un peu… Nous entendons tous maintenant la voix de Danny à travers la porte : « Votre entreprise était problématique dès le départ… Vous avez agi en fonction de ce que vous êtes, sans aimer pour autant ce que vous êtes ; cela s'apprend... Après plusieurs siècles, ou plusieurs millénaires, vous reviendrez, et vous échouerez une fois de plus à cause de faibles humains comme nous… Parce que nous savons coopérer. Cependant, si vous aviez des alliés... Nous aurions tous à y gagner… »

 

[IV-5 : Dwayne, Anatole : Big Eddie, Seth, Danny O’Bannion, « 6X »] Big Eddie, furieux, est impossible à contenir – personne n’essaye… Dwayne se recule, par précaution, tandis que Seth quitte précipitamment les environs – quant à moi, je m’éloigne à peine de la porte, mais prêt à dégainer mon arme au plus vite. Big Eddie ouvre la porte en grand : dans le bureau, nous voyons Danny O’Bannion en pleine conversation avec « 6X » sous sa véritable apparence ; et notre patron a l’air amusé… Big Eddie est écœuré : « Patron, putain, c’est pas possible… Pas après tout ce qu’il a fait ! » Il se jette à mains nues sur « 6X » ; Danny, flegmatique, dégaine son flingue et abat son second d’une balle en pleine tête, sans l'ombre d'une hésitation. Puis il se tourne vers Dwayne et moi, qui sommes restés dans l’entrebâillement de la porte, et, dans un sourire, il nous dit : « Avouez-le – nous avons tous rêvé de faire ça… »

 

[IV-6 : Dwayne, Anatole : Danny O’Bannion, « 6X »] Dwayne prend la parole : « Était-ce vraiment nécessaire ? » Je reste en arrière, le visage fermé, dans l’expectative. Dwayne aimerait savoir ce qui se passe au juste... Mais pas encore ; O’Bannion ne répond pas davantage à Dwayne, c’est à « 6X » qu’il parle, lui disant : « Ceci est à vous. » Et il lui tend un paquet cadeau (pas très épais, peut-être un costume dans un emballage ?), assurant son interlocuteur qu'il appréciera cette « apparence ». Puis : « Mes descendants seront ravis de faire affaire avec vous, à votre réveil… » Notre patron et la hideuse créature… se serrent la main. « 6X » baisse un temps les yeux – est-ce l’expression d’une forme de honte ? Mais il se ressaisit : « Soit. Je verrai avec vos descendants. » Il nous regarde un instant… puis disparait. Quant à O’Bannion, il avance pour nous un semblant de justification, d’un ton narquois : « Il mettra mille ans à revenir… Si nos descendants n’ont pas trouvé d’ici-là comment le fumer, c’est qu’ils méritent d’être fumés eux… »

 

[IV-7 : Dwayne, Anatole : Danny O’Bannion ; Michael Bosworth, Brienne, Big Eddie, Radzak, Tess McClure] O’Bannion nous adresse un grand sourire ravi. D’un ton peut-être un peu railleur, il nous suggère d’en profiter – car il est d’excellente humeur. Nous lui parlons de la mort de Michael – il évacue le problème d’un geste de la main : il paiera les funérailles… Mais c’est l’heure de notre récompense ! Dwayne est le premier à répondre : « Vous savez ce que je veux par-dessus tout – et c’est là tête de celui qui était assis là il n’y a pas deux minutes… » O’Bannion balaie cette remarque : « Avec Brienne, vous comptez avoir des descendants ? » Avant que Dwayne ait le temps de répondre, des gardes arrivent dans la pièce – O’Bannion leur dit de dégager le cadavre de Big Eddie. Puis il reprend – mais en parlant de « 6X » : « Ça fait quatre fois… Et chaque fois, il se venge... » Dwayne tente de parler du marché conclu avec Radzak et Tess : nous n’avons plus que trois jours, après quoi « quelqu’un d’autre » viendra, pour « s’occuper » de BrienneO’Bannion n’a pas l’air très inquiet : Dwayne aurait besoin de « protection » ? Oui : « Et en face, c’est vraiment du lourd… » Mais O’Bannion lui demande ses intentions pour la suite ; il ne doute pas que Brienne et Dwayne passeront des jours heureux dans la grande ferme des parents de la jeune femme, en Irlande… Il fera en sorte que cela se passe bien ainsi.

 

[IV-8 : Anatole, Dwayne : Danny O’Bannion] Puis O’Bannion se tourne vers moi : qu’est-ce que je souhaite ? Il m'assure qu'il saura se montrer généreux… Je reste d’abord silencieux, monolithique. O’Bannion me presse de parler, d’un mouvement du bras un brin agacé. Je bredouille quelques remarques fatalistes sur « les généraux »… O’Bannion m’intime de me montrer plus concret – il a l’air horripilé par notre comportement à Dwayne et à moi. Je dis enfin que je veux « un endroit tranquille – ailleurs… » Une suggestion ? Oui – retourner à New York, ça serait bien… De quoi voir venir… Une machine à écrire… C'est entendu. Nous n’avons rien à rajouter ? Non… Danny O’Bannion se retire, nous laissant seuls tous deux, écœurés.

Reste un ultime compte rendu, consacré aux épilogues de nos personnages... C'est ici.

Commenter cet article