Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Capitaine Albator, le pirate de l'espace, de Leiji Matsumoto

Publié le par Nébal

Capitaine Albator, le pirate de l'espace, de Leiji Matsumoto

MATSUMOTO Leiji, Capitaine Albator, le pirate de l’espace : l’intégrale, [Uchu kaizoku Captain Herlock], traduit [du japonais] et adapté en français par Sylvain Chollet, Bruxelles, Kana, coll. Sensei, [1977-1979, 2014] 2015, 1082 p.

 

LA NOSTALGIE CAMARADE

 

Aaaaaaaaaaaaaaah… Albator.

 

C’est générationnel, hein.

 

J’imagine.

 

Mais, si je n’ai jamais tenté de revoir la chose depuis, je gardais un souvenir forcément biaisé, et forcément lacunaire, et forcément émerveillé, de la série animée phare de mon enfance, qui avait il est vrai tout pour plaire, et ce dès son titre : un pirate (enfin, la version française disait semble-t-il « corsaire », ce qui n’est certes pas tout à fait la même chose), et dans l’espace… Le meilleur de deux mondes !

 

Mais un souvenir flou, oui : au fond, de quoi que ça causait donc, Albator ? Eh bien, euh, d’un pirate… et, euh, dans l’espace… Voilà… Bon, j’avais conservé quelques vagues aperçus de l’équipage, quand même – et de ces silhouettes féminines improbablement longilignes…

 

En fait, jusqu’à maintenant, ma seule « reprise de contact » avec les histoires et le style graphique de Leiji Matsumoto, c’était probablement le fort sympathique film Interstella 5555, bâti autour du Discovery de Daft Punk, soit et de très loin le meilleur album du duo masqué – une chose assez improbable, mais très bien vue.

 

Il y avait bien eu un long métrage Albator assez récemment, mais je ne me suis pas penché sur la chose – d’autant que les échos, pour ce que j’en savais, étaient de mauvais à très mauvais…

 

Mais j’avais repéré le manga originel, en fouinant dans les librairies (notamment cette édition intégrale de plus de 1000 pages, pas forcément très maniable comme de juste, même si davantage que l'intégrale de Planètes...) – et, l’occasion faisant le larron, je me suis dit, tout récemment, que ma découverte bien tardive du manga m’imposait (tu parles…) probablement de revenir sur quelques classiques – dont ce bon vieux Capitaine Albator.

 

Mais ce n’était pas sans craintes : celle que le manga s’adresse à un public nécessairement bien plus jeune, ne pouvant toucher un éventuel lecteur adulte qu’au travers d’une nostalgie par essence irrationnelle ; celle, tout simplement, que l’œuvre, au-delà, s’avère nécessairement décevante eu égards aux souvenirs idéalisés que j’en conservais… D’autres choses encore, peut-être ?

 

Et, forcément, tout cela s’est peu ou prou vérifié… encore que ce soit sans doute un peu plus compliqué que cela ; mais, surtout, je me suis pris en pleine poire certaines dimensions du manga dont je ne me souviens pas si elles figuraient dans la série animée, et si oui comment elles y étaient traitées – dimensions éventuellement très déstabilisantes…

 

ALBATOR, IMPROBABLE CHAMPION DE L’HUMANITÉ, CONTRE LES VILAINES SYLVIDRES

 

L’histoire débute en « l’an de grâce » (gnu ?) 2997. Les humains dégénérés (oh, j’aurai bien l’occasion d’y revenir…) sont d’une indolence coupable, et, alors même qu’une inquiétante et titanesque sphère s’écrase sur la planète autrefois bleue (mais les mers ont censément disparu ? Sauf qu’on aura bien quelques séquences maritimes sur Terre, bon…), dont on devine aisément qu’elle annonce une invasion extraterrestre, eh bien, tout le monde s’en fout – tout particulièrement le « Premier Ministre » (de la planète entière semble-t-il) qui ne songe qu’à jouer au golf…

 

De rares scientifiques s’inquiètent pourtant de l’étrange phénomène – mal leur en prend, on ne les écoute pas, mais ils n’en sont pas moins les victimes de celles que nous connaîtrons bientôt sous le nom de Sylvidres, et qui ont l’apparence (l’apparence, hein) de femmes longilignes mais d’une grande beauté, et qui ont en outre comme particularité, quand elles meurent, de s’enflammer comme du papier… Le père du jeune Tadashi Daiba décède ainsi sous ses yeux – mais notre orphelin (qui est donc aussi notre guide, et notre véhicule d'identification) ne tarde guère à être récupéré par l’ultime rempart de l’humanité : l’Arcadia, fringuant vaisseau spatial, unique en son genre, du pirate Albator !

 

(Albator, c’est le nom français du personnage ; Harlock ou Herlock en VO, ça dépend comment on le retranscrit – la présente édition colle autant que possible aux noms originaux, mais certains, du fait du poids mémoriel de la série en France, ne pouvaient sans doute que conserver leur dénomination française antédiluvienne, Albator lui-même au premier chef.)

 

Albator – ou la classe incarnée, jusque dans sa cicatrice au visage, là où son bandeau de pirate, somme toute, disparaît le plus souvent sous sa crinière léonine. Et son équipage de héros ! Sauf que, en fait, non : il s’agit pour l’essentiel d’une bande de branques, dont pas mal de pochards ; Yattaran, le lieutenant du vaisseau, ne s’intéresse guère qu’à ses maquettes (d’où le running-gag vite lassant qui le voit répondre : « Je suis occupé ! » à chaque fois que Kei Yûki, disons « la secrétaire », j’y reviendrai, le demande sur le pont… sauf quand il a une opportunité de tout faire péter, certes) ; à tout prendre, c’est l’extraterrestre et dernière de son espèce Miimé qui s’en tire le mieux (même si elle a pour particularité de se nourrir uniquement avec de l’alcool, donc, source inépuisable de gags épuisants). Mais Albator lui-même, est-il vraiment si charismatique que cela, au fond ? En ce qui me concerne, eh bien, non… Gros drame par rapport à mes souvenirs enfantins : le bonhomme est avant tout un pénible, avec la subtilité d’une huître, et une tendance à la pose particulièrement irritante – c’est le problème bien commun, somme toute, des gens qui croient avoir la classe, presque au point d’en persuader les autres, alors qu’en fait, euh, eh bien, non…

 

Quoi qu’il en soit, ces pirates qui n’ont que le mot « liberté » à la bouche (au point où la répétition, sans cesse, du même discours d’Albator à ce propos lasse horriblement – il est quelque peu maladroit, en prime…), mais faut voir comment, et qui méprisent foncièrement les humains, ces « femmelettes » qui les haïssent en retour, entendent pour on ne sait quelle raison au juste sauver néanmoins l’humanité de la menace sylvidre.

 

Au fil des plus de 1000 pages de cette intégrale, tout tournera autour des Sylvidres – et je ne me souvenais franchement pas que c’était à ce point dans le dessin animé. Ceci étant, c’est peut-être là que l’on touche une dimension essentielle marquant la singularité de chacune des deux œuvres : si la série animée a bel et bien connu une fin, puis semble-t-il un développement ultérieur sous forme de préquelle, le manga, lui, publié entre 1977 (l’année de Star Wars, je crois, est-ce un hasard ?) et 1979, s’interrompt brusquement (Matsumoto, emporté par le dessin animé, ne tenait visiblement plus le rythme), alors que l’affrontement entre Albator et la cruelle reine Sylvidra se rapproche, ou, au contraire, devient plus improbable ; et l’on laisse du coup en plan d’autres sous-trames de la série, dont notamment celle de la « personnalité » de l’Arcadia, renvoyant sans doute à ce mystérieux « ami d’Albator », son concepteur, sempiternellement désigné ainsi et jusque dans ces toutes dernières pages, qui lui rendent d'ailleurs un hommage appuyé (dans un amusant cadre western). Frustration...

 

Et donc, Sylvidres, Sylvidres, Sylvidres. On apprend tout de même certaines choses à leur sujet (je ne crois pas qu’il s’agisse vraiment de SPOILERS, mais au cas où, ne finissez pas ce paragraphe) : les Sylvidres sont des êtres de nature végétale, qui n’ont que l’apparence de femmes, même si on ne sait pas pourquoi elles ont adopté cette apparence ; par ailleurs, les Sylvidres sont plus vieilles que l’humanité, et ont essaimé partout dans la galaxie, tout laissant en fait supposer qu’elles sont à l’origine du développement de l’humanité et éventuellement de bien d’autres races – notons cependant que, Sylvidres mises à part, la BD ne déborde pas d’aliens : Miimé, oui, mais c’est la dernière de sa race, et plus tard des petits gars trapus rapidement promis au même sort…

 

Il n’en reste pas moins qu’arrivés à la « fin », nous n’avons pas les réponses que nous attendions ; je suppose que le dessin animé peut en apporter quelques-unes, mais ne suis pas bien certain d’avoir envie de revoir tout ça…

 

AH QUAND MÊME ?

 

Il faut dire que cette découverte tardive du manga originel, bien plus qu’elle ne m’a rappelé mon émerveillement enfantin devant la série (mais voyez déjà plus haut ce que je disais à propos du « charisme » d’Albator), m’a surtout confronté à des traits dont je n’avais pas le moins du monde conscience auparavant, et qui, pour le coup, ont illico sauté à ma vilaine petite gueule de « social justice warrior » (ou plutôt « social justice necromancer », pour citer un mème bienvenu – y en a, des fois).

 

Macho, macho man

 

La BD est en effet d’un machisme ahurissant. Et c’est peu dire… On pourrait croire, au vu de ce qui précède, que le rôle des Sylvidres serait ici essentiel, mais pas forcément – après tout, on ne cesse de répéter qu’elles n’ont que « l’apparence » de femmes… Ceci étant, j’imagine qu’on pourrait trouver éloquent que ces « femmes » soient en fait des « plantes », bon.

 

Mais il y a plus. Et ce n’est pas non plus au premier chef le « virilisme », disons, de la BD qui est ici en cause – même si l’on revient souvent sur le qualificatif de « femmelette » appliquée aux pleutres et couards et indolents humains, qualificatif évidemment opposé à celui-ci : « un homme, un vrai », qui revient très souvent dans la bouche de ce blaireau d’Albator. Tout ça est bien vaguement pénible, et j’aurai l’occasion d’y revenir, mais j’ai maintenant autre chose en tête.

 

Une autre chose qui, cependant, pourrait j’imagine prêter à débat – en fait, je ne suis pas bien certain des intentions de Leiji Matsumoto en la matière : restons prudents, si ça se trouve, il fait en fait preuve d’ironie, à un degré qui m’échappe, moi le niaiseux… Mais j’en doute quand même sacrément.

 

Cela intervient, en fait, au fil de nombreuses saynètes impliquant l’équipage de l’Arcadia, volontiers porté sur les remarques beauf dès l’instant que des femmes (vraies ou « fausses ») sont en jeu – dans l’équipage, cela désigne avant tout Miimé, qui s’en sort globalement pas trop mal, disons (peut-être est-elle le seul personnage aimable de toute la série ; ça ne la libère pas des beauferies, mais elles ont peut-être tendance alors à se montrer plus discrètes), et Kei Yûki, qui, pour le coup, a un rôle parfaitement navrant, très « secrétaire de direction » ; or toutes deux, pour le coup, sont promptes à laisser dire « les hommes », qui ont forcément raison en tant que tels, y compris quand ils délirent sur les fonctions naturelles de chacun, en raison de la zigounette et du pilou-pilou – ou bien, du moins, « il faut les comprendre »…

 

Et il y a une scène – ou même une sous-intrigue, à ce stade – qui me paraît particulièrement éloquente à cet égard : Tadashi Daiba intègre enfin la hiérarchie de l’Arcadia… mais sous les ordres de Kei Yûki. C’est insupportable ! Et plusieurs pages montrent le garçon râler parce qu’il est placé sous l’autorité d’une femme, et le reste de l’équipage, commandement inclus, dont bien sûr Albator, mais aussi Miimé et Kei Yûki elle-même, de reconnaître que « c’est bien compréhensible », « normal », voire qu’il a « raison »… Si cela s’arrêtait là, j’imagine qu’on pourrait supposer de la part de Leiji Matsumoto un semblant d’ironie. Mais cela ne s’arrête pas là : ça débouche en fait sur une scène assez stupéfiante, où Kei Yûki contraint son « subordonné » Tadashi Daiba de monter à bord d’une navette, à sa suite… uniquement (?!) pour se mettre en danger comme une cruche (!), lui offrant ainsi l’opportunité de la sauver (carrément, et on parle bien d’un danger mortel, là), en faisant des acrobaties de kéké avec son appareil (!). Et non, ça ne s’arrête toujours pas là : tout l’équipage félicite en fait Kei Yûki pour son stratagème (?!) visant à réconforter le pauvre petit mec dans ses préjugés débiles (!). Et ça ne s’arrête toujours pas là… puisqu’une Sylvidre capturée, celle-là même qui avait bien failli abattre Kei Yûki, félicite à son tour cette dernière pour son plan habile destiné à flatter l’ego du pilote mâle !!! Quel admirable dévouement !

 

Euh…

 

Bon.

 

(Mais notez que, si c’est là à mon sens le moment le plus WTF à ce sujet sur la durée, plein de petites séquences pourraient être citées ici, hein.)

 

Oui. O tempora, o mores, tout ça… Mais ce machisme est si récurrent et si frontal qu’il n’a pas manqué de me laisser régulièrement un goût amer en bouche. Je ne suis sans doute pas le plus investi des « SJW » sur la question, mais là, quand même, bon…

 

D’autant que ce machisme peut s’accompagner d’autres connotations guère plus gouleyantes…

 

Heil Bator ?

 

Bon, ceci est sans doute une obsession personnelle, hein.

 

Dans une vieille chro bien maladroite, je m’en étais fait l’écho, mais nous pourrions, histoire d’intellectualiser la chose, renvoyer au (par ailleurs très mauvais en ce qui me concerne) Salo ou les 120 journées de Sodome de Pasolini. Dans une des rares scènes qui m’ont paru pertinentes, nous voyons une des enflures libertines du régime de Salo confier à ses camarades en atrocité, de mémoire : « Nous autres fascistes sommes les seuls vrais anarchistes. »

 

Et, oui, c’est une chose que j’ai tendance à croire – non, d’ailleurs, sans que cela me picote un peu au niveau des convictions… Le fait est que l’anarchisme, à bien des égards, devrait tout avoir pour me plaire, et je devrais donc m’en sentir proche ; mais, est-ce du « qui aime bien châtie bien » ? Je suis sans doute beaucoup plus sévère à l’encontre des anarchistes que d’autres orientations politiques que je vomis pourtant bien davantage dans leurs principes mêmes (la réaction, le nationalisme et l’autoritarisme au premier chef) ; et, bien souvent, les dévoiements idéologiques que l'on accepte au nom de l'étiquette globale d' « anarchisme » me débectent tout particulièrement.

 

On s’éloigne d’Albator ? Eh bien, oui et non… En adoptant le rôle de pirate, en arborant son fier drapeau noir, Albator s’inscrit dans une généalogie mythique de la liberté – avec toutes les faussetés que ce genre de généalogie implique sans doute par essence. D’ailleurs, il n’a que le mot « liberté » à la bouche… Sa « profession de foi » est très régulièrement reproduite dans les pages de la BD, et c’est assez saoulant, à vrai dire (car assez maladroit, et d'une pompe pénible). Mais quelle liberté ? Finalement bien plus celle d’un « libertarien » que d’un « libéral » ou « libertaire », disons...

 

En fait, concrètement, Albator est très porté sur l’autorité : oui, il vante la liberté de son équipage, en particulier lors des scènes de découverte de l’Arcadia, où Tadashi Daiba perçoit certes l’anarchie, mais sous sa forme « vulgaire », « péjorative », tout particulièrement concernant la débauche alcoolique du docteur Zéro et de Miimé, qui le laisse pantois ; d’ailleurs, dans l’esprit de la section précédente, je suppose que le fait qu’on nous présente bien vite deux femmes à des postes de responsabilité (théorique…) participe de cette impression initiale…

 

Mais Albator précise bien vite : à bord de l’Arcadia, on fait en principe ce qu’on veut, oui, mais interdiction de partir une fois qu’on a intégré l’équipage ! Déjà un sacré bémol à la liberté tant vantée… Mais il y en a bien d’autres : au fil des scènes, Albator se montre en fait toujours plus autoritaire – et s’il tolère pour le principe quelques incartades, comme le je-m’en-foutisme global du lieutenant (je reviens bien vite sur la question de la condescendance), il n’en passe pas moins l’essentiel de son temps à beugler des ordres… puis à louer la liberté ; voire à faire les deux en même temps, sans que personne y trouve à redire.

 

Et, bien sûr, Albator est le sauveur de l’humanité… Une humanité qu’il méprise pourtant, avec des termes assez forts : ce sont tous des porcs ! Ils sont lâches et indolents, efféminés donc, et n’ont guère que le golf en tête, comme dans une caricature un brin datée et éventuellement populiste du capitaliste façon Monopoly, déteignant sur l'élu forcément corrompu et faible. Albator, du coup, est forcément meilleur qu’eux : il est « un homme, un vrai » (ça revient souvent), et il se battra donc (contre des « femmes », bon…) pour sauver ces gens qu’il exècre et qui ont peur de lui ; c’est qu’il est tellement meilleur qu’eux… Et les vrais hommes se battent ! En fait, ça vire au raisonnement circulaire.

 

Et il y a comme une forme de « darwinisme social » dans tout cela, qui s’accompagne de mentions ouvertes sur la « dégénérescence » des humains (terme qui revient régulièrement, et, bien sûr, il faut ici relever que la quasi-totalité des personnages masculins, Albator et Tadashi Daiba exceptés, ont des traits caricaturaux à l’extrême – Yattaran tout particulièrement, qui s’offusque quand on parle de porcs, par exemple) ; mais aux côtés de ce tas d’amibes qui méritent la mort, se tient le peux, courageux et viril Albator – avec sa grande gueule. En fait, cette position bien précise, là encore, ne fait que renforcer la certitude de la supériorité du « héros »…

 

Il est un homme (un vrai), par ailleurs, et donc porté aux solutions radicales – ainsi dans les nombreuses scènes ayant pour objet l’extermination des Sylvidres infiltrées, même si, via d’autres personnages (Yattaran pour la séquence la plus marquante, relativement), une forme d’hypocrisie assez agaçante est de la partie, comme quoi les Sylvidres aussi ont des sentiments, tout ça, mais bon, faut les buter quand même, d’autant plus que c’est les ordres du chef, hein ! Le chef a toujours raison !

 

Albator anarchiste, pour le coup, ça me paraît prêter à débat… S’il en est un, c’est peut-être via Nietzsche (ou Stirner ?) ; il adopte tout naturellement une position de supériorité à l’égard de quiconque – et quand il se montre plus généreux, voire laxiste, c’est avec une forme de condescendance que seuls les chefs « naturels » peuvent se permettre… et qui ne le rend au fond pas plus aimable.

 

Mais peut-être est-ce une manière de casser le mythe du pirate ? Après tout, la fascination (non, pas fascisation...) pour ce thème conduit régulièrement à présenter comme admirables des gros cons d’essence « supérieure »… Libertalia, c’est sans doute bien joli et tentant – mais l’Arcadia, avec tout son héroïsme, n’en est pas moins une communauté sciemment aux ordres d’un homme supérieur et ne tolérant pas la dissidence, quelles que soient ses prétentions. Alors en fait de liberté…

 

Je suis peut-être complètement à côté de la plaque, hein ; mais, l’idée, c’est tout de même que, à force de rassembler des éléments disparates, et qui, pris isolément, n’auraient somme toute pas grand-chose de dérangeant, Albator devient insidieusement une aventure moins innocente peut-être qu’il n’y paraît, et au sous-texte qui peut faire bizarre – le genre de choses, bien sûr, dont, gamin, je me foutais totalement, et ne pouvais avoir conscience ; peut-être ai-je déjà trop vieilli, pour me pincer le nez devant tout ça, et c’est moche de vieillir…

 

Dans cette optique, en tout cas, le « virilisme » est le moyen d’unifier un machisme de tous les instants, qui ne fait guère de doute en ce qui me concerne, avec un vague arrière-plan un peu faf, sans doute plus contestable, mais qui ne m’en a pas moins serré un peu les tripes à l’occasion…

 

BON, ADMETTONS…

 

Et au-delà ? Est-ce que, globalement et toutes choses égales par ailleurs, ça marche ? Eh bien, je suppose que oui… Mais c’est tout de même assez inégal.

 

Je ne prétendrai pas le contraire : certaines batailles spatiales m’ont fait un tantinet vibrer, et je ne rechignais certes pas à en apprendre davantage sur les Sylvidres en explorant une infinité de pyramides (délire maya inclus, mais ça passe assez bien, finalement).

 

Quelques gags fonctionnent bien, aussi – c’est surtout sur la durée, à force de répétitions, que l’humour tend à saouler un brin : les gags initialement drôles font soupirer à revenir sans cesse…

 

Enfin, certains personnages sont indéniablement plus intéressants que d’autres, même s’ils ont hélas tendance à être un peu unilatéraux : Miimé est donc celle qui s’en sort le mieux, si Yattaran peut réserver quelques surprises ; dans un registre presque purement humoristique, le Docteur Zéro est relativement amusant ; quant au Premier Ministre, il parvient parfois à s’émanciper un peu de la charge dont il fait l’objet pour susciter un rire plus franc et spontané.

 

Le problème est donc la durée, ici : globalement, Leiji Matsumoto sait tenir en haleine le lecteur, et concocter éventuellement quelques scènes d’action plus que correctes. Parfois, hélas, il s’enterre dans un procédé qui devient vite apparent, au risque de casser tout l’intérêt des scènes qu’il pollue. Le pire exemple concerne sans doute « l’ami d’Albator » et la personnalité de l’Arcadia, intimement liés ; l’idée est d’abord intrigante, mais à force de personnages qui répètent à chaque putain de page : « C’est étrange, on dirait que le vaisseau est vivant… » ou : « L’ami d’Albator était un génie et un homme, un vrai », eh bien, ma foi, j’en ai eu un peu plein le cul, quoi. Dommage…

 

ET LE DESSIN ?

 

Quant au dessin, c’est un peu la même chose : c’est très inégal, et de bonnes idées sont parfois sabordées à force de répétition.

 

Ce qui marche

 

Mais une chose est indéniable : Leiji Matsumoto a une patte immédiatement reconnaissable, avec un très fort potentiel d’identification (d’où la réussite d’Interstella 5555 à cet égard, qui jouait habilement sur la nostalgie référentielle). Son trait, dès lors, n’en est pas moins susceptible de grands écarts d’autant plus appréciables qu’ils ne nuisent paradoxalement pas à l’unité de l’ensemble, et sa simplicité apparente est plutôt un atout.

 

Sans doute, à ce sujet, l’auteur brille-t-il avant tout sur trois plans : tout d’abord, pour ses vaisseaux spatiaux (old school mais efficaces), et la manière de les mettre en scène dans un espace infini, régulièrement semé de batailles, pour autant, et plutôt bien gérées.

 

Ensuite, en usant de la caricature pour ses personnages : comme dit plus haut, si Albator, les Sylvidres, Miimé, Kei Yûki et Tadashi Daiba ont des traits « réalistes » (au regard de ce genre de manga, disons – pour ne pas s’arrêter aux silhouettes impossibles des personnages féminins et aux chevelures systématiquement envahissantes), tous les autres ont quelque chose de caricatures, qui s’intègrent bizarrement dans ce cadre, mais finissent par en faire pleinement partie ; le Docteur Zéro et son sourire d’ivrogne, la vieille cuisinière houspillant ses aides, ou le Premier Ministre se planquant sous sa couverture, somme toute, ça fonctionne bien, et participe de la singularité de l’œuvre.

 

Enfin, il faut mentionner ici les jeux « géométriques », disons, sur le décor – où des schémas sans cesse répétés plongent le lecteur volontaire dans une écrasante démesure cosmique, ou au contraire l’enferment avec sa claustrophobie pour seule compagne dans un délire technologique, cauchemar (ou idéal) d’ingénieur en aérospatiale, avec une infinité de cadrans abscons et de commandes qui ne le sont pas moins.

 

Ce qui saoule

 

Mais… C’est là ce qui nous amène à un gros problème : l’impression que Leiji Matsumoto, systématiquement à la bourre (disons quelque chose comme 300 planches de retard à chaque livraison, au doigt mouillé), use d’expédients un peu trop flagrants pour se faciliter la tâche – à leur manière, l’équivalent immobile de ces cellos simplistes sur lesquels on anime, mais à deux images par seconde, des personnages monolithiques…

 

Pour ce faire, l’auteur a très souvent recours à deux expédients : tout d’abord, la répétition de ces schémas de jauges et de cadrans, donc, qui dès lors perdent de plus en plus en pertinence à mesure que le procédé se répète, mais cela reste tolérable, j'imagine.

 

Mais aussi, et surtout, l’équivalent de cette méthode pour les personnages, qui consiste en gros plans sur les yeux de celui qui parle, avec une mèche de cheveux passant juste à côté pour faire bonne mesure… Dans un premier temps, cela autorise des cadrages amusants – mais nous en arrivons vite au moment où le procédé devient franchement pénible à force de systématisme : à chaque planche ou presque (disons les planches « d’intérieur » pour contraster avec les scènes spatiales), nous avons au moins une case usant de ce gros plan sur les yeux ; régulièrement, il y en a même deux ; parfois, cela peut monter encore au-delà… Et c’est un peu trop voyant, donc.

 

CONCLUSION

 

Le bilan est donc mitigé… Le bon et le moins bon alternent, on compte quelques idées réjouissantes, d’autres carrément agaçantes. Le problème essentiel de la répétition des schémas, que ce soit au niveau du scénario ou au niveau du dessin, lasse relativement vite, hélas…

 

Certes, c’était sans doute à craindre – mais cette lecture tardive, avec au fond des yeux les souvenirs idéalisés de la série animée de quand j’étais mioche, ne pouvait probablement qu’être décevante…

 

Pour autant, ça se lit – et on arrive en définitive à ce paradoxe qui n’en est pas forcément un : même avec tous ces éléments qui ne marchent pas, la compulsion de lire est là… et la « fin » sacrément frustrante !

 

Souhaiterais-je en lire davantage, alors ? Eh bien, je n’en sais rien… Il ne vaudrait sans doute mieux pas, je suppose. Mais je ne saurais dissimuler une vague curiosité pour les autres BD de « l’univers Matsumoto », ou surtout pour l’une d’entre elles, du moins – Galaxy Express 999 (où Albator fait d’ailleurs une apparition, comme Emeraldas dans le présent volume, d’ailleurs) ; parce que, finalement, je conserve là aussi de la série animée qui en avait été adaptée quelques merveilleuses images, idéalisées sans doute par la gniardise :  après tout, un train, et dans l’espace – le meilleur de deux mondes !

 

Aheum…

 

(Raisonne-toi, Nébal, raisonne-toi.)

Commenter cet article

ELias_ 08/12/2016 13:35

La série Albator 84, pour l'époque, était vraiment soignée tant du point de vue technique que scénaristique. La série Galaxy express pique déjà un peu plus les yeux, c'est pour ça que je me contentais d'évoquer le film pour cette dernière.

E.

ELias_ 06/12/2016 09:58

Merci pour ce compte-rendu très intéressant et qui m'a l'air honnête dans ses critiques. J'ignorais l'existence de ce volume (pas de note d'éditeur pour expliquer justement le contexte et ce recours au machisme primaire ?). Ce sera intéressant d'avoir ton point de vue si tu t'attaques derrière aux séries télé. J'ai le souvenir que la série dite chez nous "84" était supérieure en tous points (histoire et personnages plus travaillés, de même que l'animation). Galaxy express 999 a aussi eu droit à son long-métrage cinéma qui lui demeure encore aujourd'hui une merveille de poésie.

E.

Nébal 06/12/2016 10:42

Pas de note d'éditeur à ce propos, non, mais des camarades sur Facebook, sans nier ce machisme, l'ont recontextualisé - les conditions de publication y sont pour beaucoup : en gros, publication seinen, qui à l'époque désignait un public purement masculin, et dans une optique "vrais mecs" (et on m'a dit que dans ce registre *Albator* était même d'une certaine manière progressiste...), mais tout autant débuts de l'auteur dans un registre "shôjo" alors nécessairement convenu, plus encore qu'aujourd'hui, et reproduisant à sa manière un sexisme latent dans la société japonaise d'alors ; l'auteur s'émancipant par la suite de ces canons et contraintes aurait livré des choses plus appréciables sous cet angle.

On m'a dit la même chose pour *Albator 84*, oui - je ne sais pas si je vais tenter la chose, peut-être ; pareil pour *Galaxy Express 999*, je redoute un peu de casser là aussi un mythe enfantin...