Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CR Imperium : la Maison Ptolémée (25)

Publié le par Nébal

Figurine représentant un turei, l'animal emblématique de Gebnout IV

Figurine représentant un turei, l'animal emblématique de Gebnout IV

Vingt-cinquième séance de ma chronique d’Imperium.

 

Vous trouverez les éléments concernant la Maison Ptolémée ici, et le compte rendu de la première séance . La séance précédente se trouve ici.

 

Tous les joueurs étaient présents, qui incarnaient donc Ipuwer, le jeune siridar-baron de la Maison Ptolémée, sa sœur aînée et principale conseillère Németh, l’assassin (maître sous couverture de troubadour) Bermyl, et le Docteur Suk, Vat Aills (mais le joueur de ce dernier s’est absenté en cours de séance).

 

I : UBI SOCIETAS, IBI BELLUM. UBI IMPERIUM, IBI PERFIDIA

 

[I-1 : Németh : Abaalisaba Set-en-isi ; Namerta] Németh, ayant passé quelques entretiens préalables, doit enfin discuter de la situation d’ensemble avec Abaalisaba Set-en-isi, le spécialiste de la diplomatie des Ptolémée – récompensé pour son talent (d’historien et de juriste lors des procès devant le Landsraad) par le précédent siridar-baron Namerta, qui a élevé la famille Set-en-isi au rang de Maison mineure. C’est un homme d’un charisme impressionnant, et un orateur incroyablement habile : quand il parle, c’est de l’art… Németh le convoque dans la principale bibliothèque du Palais, où il avait ses habitudes à l’époque des grands procès ; homme d’une extrême ponctualité, il fait son apparition à la minute même du rendez-vous. Németh s’excuse quant à elle de l’avoir fait ainsi patienter une semaine durant, mais Abaalisaba ne lui en tient absolument pas rigueur, et se montre aussi courtois (et impressionnant…) qu’à son habitude.

 

[I-2 : Németh : Abaalisaba Set-en-isi] Németh en arrive vite au cœur du sujet : elle aimerait connaître l’avis d’Abaalisaba sur différents projets de la Maison Ptolémée en rapport avec la situation actuelle ; il sait déjà que Németh envisage de lever le tabou sur le Continent Interdit – ce qui aura forcément des répercussions : sur Gebnout IV même, l’affaire aura naturellement des implications religieuses qui peuvent être à craindre ; mais, au-delà, d’autres ne resteront probablement pas sans réagir, au vu des circonstances – et au premier chef la Guilde Spatiale. Cela avait déjà été évoqué, très brièvement, à l’arrivée même d’Abaalisaba au Palais, et il en avait conclu avec un petit sourire qu’il aurait effectivement du travail… Entretemps, ils n’en avaient pas rediscuté, et le diplomate manquait d’éléments concrets pour dresser un dossier à proprement parler, mais il n’en a pas moins commencé à réfléchir à ces problèmes.

 

[I-3 : Németh : Abaalisaba Set-en-isi ; Taharqa Finh] Németh souhaite commencer par la question religieuse sur Gebnout IV : comment faire avaler la pilule au Culte Épiphanique du Loa-Osiris ? Pour Abaalisaba, le Culte Officiel, en tant qu’institution, n’est pas un problème ; il est probable que ses autorités n’ont même pas vraiment conscience de leur rôle séculaire voire millénaire de pantins de la Maison Ptolémée – qui a su gérer des problèmes autrement délicats ; ainsi quand il s’est agi d’imposer le déménagement du Grand Sanctuaire d’Osiris à Cair-el-Muluk, il y a bien longtemps de cela : le Culte Officiel avait de nombreuses raisons doctrinales de s’y opposer, mais n’a fait aucune difficulté. Sans doute est-il encore possible de manœuvrer la hiérarchie du Culte de la sorte. Le vrai problème qu’il pose, c’est sa base populaire, probablement plus chatouilleuse quant à ses habitudes ; mais il devrait être possible de trouver un moyen de pression efficace pour pallier à cette difficulté éventuelle. En fait, ce qui préoccupe Abaalisaba à cet égard, c’est la nécessité d’agir sans brutalité – or l’annonce de la levée du tabou est par essence brutale… Certes, au vu des difficultés auxquelles est confrontée la Maison Ptolémée, il est évident qu’elle ne peut se permettre d’atermoyer excessivement. Abaalisaba devra donc s’en accommoder. Mais peut-être est-il déjà possible d’agir en sous-main – notamment au sein même de la hiérarchie du Culte Officiel, qui ne manque sans doute pas de jeunes prêtres aux dents longues… Il pensait à un moyen éventuellement dangereux mais qui pourrait porter ses fruits assez rapidement : en gros, jouer d’un fondamentalisme contre un autre… L’histoire est « pratique » : avec un peu d’application, on peut lui faire dire ce que l’on veut. Les groupes religieux se fondent souvent sur des traditions développées et embellies à l’extrême ; un bon moyen de briser leur légitimité consiste à faire appel à une autre tradition, encore plus ancienne. Abaalisaba est persuadé qu’il trouvera sans trop de difficultés une tradition alternative adéquate – en jouant parallèlement sur le bien légitime désir des habitants de Gebnout IV de ne pas se retrouver privés d’une bonne moitié de leur planète du seul fait de coutumes certes bien implantées, mais qui ont sans doute toujours souffert d’un manque d’assise sur le plan des bases doctrinales. C’est parfaitement réalisable à son avis – avec les coups de pouce qui vont avec ; la question demeure donc celle de la gestion de la brutalité de la réforme. Mais il est assez confiant. Németh suppose que Taharqa Finh, l’historien et archéologue, pourrait ici s’avérer d’une grande utilité. Abaalisaba l’approuve, mais avec un bémol de taille : il vaudra mieux pour tout le monde qu’Abaalisaba parle à la place de Taharqa Finh… un homme passablement rugueux, « brutal » donc, et même antisocial à maints égards. Németh en est bien consciente : la représentation, dans cette affaire, passera par Abaalisaba ; elle le fera comprendre à l’électron libre, qui n’aura qu’un rôle de conseil – aussi précieux soit-il.

 

[I-4 : Németh : Abaalisaba Set-en-isi ; Soti Menkara] Mais Abaalisaba n’en a pas fini avec ce problème : en effet, et c’est plus délicat que pour les autorités cultuelles, il faut prendre en compte le fait que la base populaire de la foi est verrouillée par deux Maisons mineures : les Menkara, et les Arat. La Maison Menkara a un grand pouvoir religieux, qu’elle le prétende ou pas, et que son pouvoir s’étende en fait au-delà, voire bien au-delà, ou pas. Abaalisaba suppose qu’il sera possible de s’arranger avec Soti Menkara : c’est une femme d’affaires, certainement pas une fanatique, et elle pourra accompagner le mouvement souhaité par la Maison Ptolémée en l’échange de récompenses et promotions adéquates. « Financer » ainsi cette Maison mineure aux activités éventuellement douteuses peut sans doute être pénible pour la Maison Ptolémée, mais, puisqu’il s’agit d’agir vite, sans doute sera-t-il impossible d’y couper.

 

[I-5 : Németh : Abaalisaba Set-en-isi ; Ipuwer, Seken-en-ra Sebek, Soti Menkara] La Maison Arat est plus problématique : les fous le sont toujours dans ce genre d’affaires… Il faut les décrédibiliser autant que possible, les faire passer pour les imbéciles qu’ils sont (ce qui ne devrait pas être si compliqué que cela, suppose-t-il…) – et aussitôt que possible, avant même l’annonce officielle de la levée du tabou sur le Continent Interdit. En sachant bien sûr, et c’est bien tout le fâcheux du problème, que ces imbéciles sont armés et prêts à faire usage de leurs armes… C’est sans doute davantage dans les attributions d’Ipuwer, il le sait bien, mais la Maison Ptolémée doit se préparer à l’éventualité d’une guerre, l’opposant à au moins une Maison mineure ; il faudra donc sans doute passer par d’autres appuis, et en dehors des seules capacités militaires propres à la Maison Ptolémée – limitées comme le sait très bien Németh ; il faudra donc voir également avec la Maison mineure Sebek, ce qui sera peut-être un peu plus délicat… Car Seken-en-ra Sebek se montrera probablement aussi gourmand que Soti Menkara, et là ça commencera à faire beaucoup… Németh redoutait ces difficultés posées par la Maison mineure Arat et au-delà… Elle va réfléchir aux aspects financiers de la chose.

 

[I-6 : Németh : Abaalisaba Set-en-isi ; Iapetus Baris, Nadja Mortensen, Bermyl] Par ailleurs, Németh suppose que ces difficultés intérieures au fief rendent encore plus délicate la question des rapports entre la Maison Ptolémée et la Guilde… Mais ça, c’est encore autre chose, selon Abaalisaba – le sujet est plus qu’inquiétant… et il est donc d’autant plus crucial de disposer d’informations pertinentes avant de tenter quoi que ce soit. Németh lui explique que la Guilde, ou une faction au sein de la Guilde, est impliquée dans une conspiration au moins à l’échelle planétaire, et probablement bien au-delà, mais cela demeure assez flou… Il semblerait d’ailleurs qu’il y ait un lien entre la Guilde et le Bene Tleilax – ou du moins Németh suppose-t-elle, à un degré raisonnable de probabilité, mais elle ne dispose pas vraiment d’éléments concrets. Abaalisaba en a bien conscience – et n’a pas besoin de le dire pour que Németh le comprenne : aussi brillant avocat soit-il, face à la Guilde, il est désarmé… Németh rapporte à Abaalisaba que les services de la Maison Ptolémée ont découvert que Iapetus Baris avait reçu il y a peu la visite de deux Navigateurs – ce qui n’a fait qu’accroître ses soupçons. Mais impossible de déterminer sur ces bases si la Guilde entière est compromise, ou seulement une « branche pourrie »… Abaalisaba se montre plus cru qu’à son habitude : « Si c’est la Guilde entière, nous sommes foutus… » Et si c’est seulement une faction au sein de la Guilde ? Il devrait alors être possible de faire quelque chose… mais le diplomate, toujours si confiant en temps normal, ne nie pas qu’il ne sait pas, pour l’heure, comment aborder cette « difficulté ». Cela relève encore trop du « pari » : il faut à tout prix en savoir davantage avant de se lancer dans quelque entreprise que ce soit. Si l’on contacte la Guilde pour lui dénoncer cette « branche pourrie » hypothétique, et que la Guilde entière est impliquée, la Maison Ptolémée signe son arrêt de mort ; même si la Guilde entière n’est pas compromise, avancer qu’elle est en partie vérolée ne serait de toute façon pas une mince affaire… Il faudrait trouver d’autres points d’appui : ils ne seront jamais de taille à rivaliser avec la Guilde elle-même, mais peut-être permettront-ils au moins de donner un peu plus de poids aux allégations de la Maison Ptolémée… En dehors de la Maison Corrino, Abaalisaba ne voit pas qui pourrait jouer ce rôle – et même la Maison Corrino, ce n’est pas assez… Il faudrait donc continuer de rassembler des preuves avant d’en référer en plus haut lieu ? Abaalisaba fait la moue : ils n’ont probablement pas le temps… Même sur des bases aussi hypothétiques, il faut probablement contacter au plus tôt la Maison Corrino – et ce sans paraître suspect à la Guilde, ce qui n’est jamais une mince affaire. Németh va réfléchir à des « voies détournées », hors « canal officiel » (Németh songe bien sûr à Nadja Mortensen, déjà contactée et informée par Bermyl – il lui faut donc s’en entretenir avec lui).

 

[I-7 : Németh : Abaalisaba Set-en-isi] Németh remercie Abaalisaba pour ses précieux conseils, et lui demande s’il veut bien rester au Palais le temps de cette affaire : il y est prêt, retrouvant ainsi ses bonnes vieilles habitudes…

 

[Actions longues : Abaalisaba Set-en-isi fait quelques jets pour déterminer la direction prise par ses recherches ; comme il communique régulièrement avec Németh à ce propos, les PJ peuvent en avoir au moins une vague idée, et c’est pourquoi j’en fais part ici. Concrètement, ses « recherches fondamentales préalables », jets de Lois et de Traditions, ont été globalement efficaces, mais sans être exceptionnelles ; par contre, il a fait un jet d’une qualité extraordinaire en Politique, et s’oriente donc plutôt vers la « magouille », la recherche d’alliés, de moyens de pression, etc.]

II : LA SCIENCE DES PETITS FOURS

 

[II-1 : Ipuwer : Németh] Ipuwer n’a pas vraiment besoin de prétexte pour se rendre à Memnon – il est le siridar-baron, après tout. Mais il préfère cependant mettre en avant une certaine « justification », et, par ailleurs, ne pas faire une « entrée » monumentale, contrairement à la pratique millénaire de la Maison Ptolémée. Annoncer officiellement le colloque à venir fera l’affaire : tout le monde sait très bien qu’une chose pareille ne peut qu’avoir été conçue par Németh, mais Ipuwer est dans son rôle pour en faire l’annonce – comme une inauguration, où le baron se doit d’être là pour couper le ruban avec ses ciseaux, et personne d’autre à sa place… La scène aura bien sûr lieu à l’Université de Memnon, associant le doyen et les directeurs de recherches (toujours intéressés par un financement). Ipuwer n’est sans doute guère à l’aise dans ce genre d’exercice rhétorique, mais se défend honorablement ; sans doute y en a-t-il dans l’assistance quelques-uns pour ricaner, mais parce qu’il y en a forcément dans ce genre de cas et au regard du mépris généralisé de Gebnout IV pour le jeune siridar-baron si souvent maladroit…

 

[II-2 : Ipuwer : Linneke Wikkheiser, Ai Anku, Labaris Set-en-isi ; Németh] Par ailleurs, Ipuwer n’oublie pas ses véritables problèmes, loin de là. Prenant en considération que Linneke Wikkheiser, depuis son arrivée à Memnon, a beaucoup fréquenté les milieux académiques, il lui a fait parvenir une invitation pour cette cérémonie hautement protocolaire – sous-entendant un désir de réconciliation après l’incident diplomatique entre la Wikkheiser et Németh. Et Linneke Wikkheiser est effectivement venue – sans donner de réponse particulière, formelle, à l’invitation. Mais sa démarche est sans doute ambiguë : elle peut témoigner d’un « réchauffement » entre les deux Maisons, mais Ipuwer voit bien, en même temps, qu’elle est venue s’exhiber aux côtés de ses nouveaux amis scientifiques et artistes – poursuivant son entreprise « mondaine » ; Ai Anku en fait bien sûr partie. Elle « vole » ainsi un peu les regards – comme une « star alternative » s’attirant bien plus de succès que la « star officielle » Ipuwer… d’autant qu’elle est de toute évidence bien plus à l’aise dans ce milieu que le siridar-baron de la Maison Ptolémée, toujours un peu emprunté en pareilles circonstances. Ipuwer s’en fait l’écho auprès de son ami Labaris : « Voilà un poisson qui est bien dans son aquarium… »

 

[II-3 : Ipuwer : Linneke Wikkheiser, Labaris Set-en-isi] Après la cérémonie à proprement parler, quand vient l’heure des petits fours et des cocktails, Ipuwer s’avance vers Linneke Wikkheiser pour la remercier de sa présence. Il s’enquiert de la qualité de son séjour à Memnon : « Bien plus agréable que celui à la capitale. Mais je suppose qu’il en va toujours ainsi… » Elle est certes dans son élément ici, et doit trouver matière à stimuler sa curiosité intellectuelle… Oui – mais elle en doutait, pourtant, après un premier contact avec Gebnout IV guère enthousiasmant… Mais certes : il y a ici des gens intéressants ! Ipuwer le confirme : Cair-el-Muluk est le cœur, mais Memnon est le cerveau, à l’évidence. L’autoriserait-elle à lui rendre visite dans les jours à venir – le lendemain par exemple ? Linneke Wikkheiser arbore alors un sourire mi triomphal, mi carnassier : mais oui, bien sûr ! Elle jubile visiblement à l’idée d’être l’hôtesse sur la propre planète d’IpuwerIpuwer se retire – pour lui donner du champ ; et elle rayonne auprès de l’assistance. Ipuwer tente de même de se joindre aux mondanités, il fait des efforts pour faire bonne figure… mais sans succès, et ça en devient presque gênant : Ipuwer lui-même ne s’en rend pas forcément compte, mais Labaris si, qui lui fait comprendre qu’il vaut mieux ne pas s’éterniser… Ils se retirent ensemble pour aller boire un verre dans un endroit moins distingué... et oppressant.

 

III : AUTOUR DE LA TEMPÊTE

 

[III-1 : Vat Aills : Armin Modarai ; Ipuwer, Taa, Sabah, Taestra Katarina Angelion, Németh, Hanibast Set] Le Docteur Suk Vat Aills séjourne dans la région du Mausolée, sur le Continent Interdit, depuis pas loin d’une semaine, en compagnie de son garde du corps Armin Modarai, et au sein du camp militaire qu’y avait déployé Ipuwer – où se trouvent également les Sœurs d’Osiris, avec Taa à leur tête. Il a commencé à comprendre comment fonctionnent les cartes très diverses des Atonistes de la Terre Pure, trouvées sur la dépouille de Sabah ; il n’en a pas totalement la clef, mais en sait maintenant suffisamment pour commencer à utiliser ce système de représentation fonctionnant pour l’essentiel sur la corrélation : les cartes ne font sens qu’associées les unes aux autres. C’est un système complexe, mais n’impliquant pas de technologie particulière [et c’est donc compatible avec le principe voulant que les Atonistes ne fassent pas usage de technologies d’un niveau supérieur à NT 1], ainsi que Taestra Katarina Angelion l’avait expliqué à Németh : c’est une « grammaire ». Tout ne fait pas encore sens – parce qu’il y a beaucoup de cartes, et envisageant un territoire énorme (une bonne moitié de Gebnout IV), mais l’intuition de Hanibast Set s’est avérée payante : être sur place permet de mieux envisager la question. Les cartes, d’ailleurs, rapportent bien l’existence du Mausolée – ainsi que du refuge caché des Sœurs d’Isis (ils étaient donc au courant de l’existence de cet ordre secret, la réciproque n’est pas forcément vraie).

 

[III-2 : Vat Aills : Thema Tena] Par ailleurs, et c’est surtout ce point qui attire l’attention du Docteur Suk, les cartes de Sabah mentionnent la tempête de sable – et comme un phénomène permanent, c’est bien pourquoi il peut apparaître sur une représentation de ce type). Rien, bien sûr, n’indique ce qui se trouve à l’intérieur – pas « derrière », puisque le phénomène, aussi vaste soit-il, est circonscrit, et il est possible d’en faire le tour. C’est d’ailleurs ce que les Atonistes ont fait… et, au vu du nombre colossal de cartes tournant (littéralement) autour du phénomène hors-normes, Vat comprend très bien qu’il a fait l’objet d’une attention particulière de la part de Thema Tena et/ou de ses coreligionnaires. Mais, s’il s’est posé un temps la question, il perçoit vite que le tour de la tempête, pour les Atonistes, n’a pas d’implication religieuse, s’inscrivant dans le contexte global de leur Pèlerinage Perpétuel : en fait, ils en ont fait le tour, semble-t-il, uniquement pour produire ces relevés cartographiques – et accentuer leur précision… Cette attention marquée ressort aussi au travers des « expériences » dont ces cartes se font l’écho : il semblerait bien que les Atonistes aient mis en place des protocoles d’observation pour essayer de déterminer des périodes d’accès favorables – mais, pour le coup, ça n’a à peu près rien donné. Il y a cependant une carte qui sort de l’ordinaire (et qui est située un peu à part dans la classification ordonnée des cartes), témoignant de ce que, en une occasion, la muraille constituée par la tempête semble s’être « ouverte », brièvement, côté ouest, pour laisser le passage à un appareil volant – semble-t-il plus gros qu’un ornithoptère, peut-être une sorte de vaisseau d’interface. Les recherches des Atonistes visaient semble-t-il à déterminer une régularité dans ces « ouvertures » de la tempête, mais elle n’a jamais pu être démontrée – cette carte à part évoque plutôt un mouvement ponctuel (et extrêmement rare).

 

[III-3 : Vat Aills : Armin Modarai] Le Docteur Suk envisage de se rendre sur place, avec un ornithoptère (piloté par Armin Modarai). Mais c’est la façade ouest qui l’intéresse avant tout, ce qui implique de contourner la tempête – ses dimensions colossales, et les turbulences violentes à sa proximité, impliquent donc un long voyage, et une consommation accrue de carburant.

 

[III-4 : Vat Aills] À mesure que sa compréhension des cartes s’accroît, Vat Aills y décèle aussi bien d'autres informations utiles, mais d'ordre plus général : bien sûr, même si la tempête a visiblement attiré l’attention des Atonistes, ils avaient d’autres objets en tête en établissant leurs relevés… On peut distinguer différents types de déserts (rocheux, de sable, etc.), bien sûr ; mais aussi des oasis et autres sources çà et là : elles sont très rares, mais il y en a – et c’est bien parce qu’il y en a et qu’elles sont connues que les Atonistes peuvent mener à bien leur pèlerinage (sans doute bien plus périlleux dans les premières années du mouvement...). De même pour les abris occasionnels (naturels). Parfois, on trouve quelques indications concernant la faune et la flore : même au cœur des déserts les plus hostiles, il y a de la vie. Et cela va plus loin : les cartes font très occasionnellement mention de quelques peuplades humaines errant sur le Continent Interdit… C’est là un thème qui suscite depuis des siècles, voire des millénaires, des rumeurs plus ou moins légendaires au sein de la population de la face habitée de Gebnout IV, mais oui : il y a effectivement des sortes de nomades « primitifs » sur le Continent Interdit ; ce sont toutefois des populations extrêmement réduites, pour autant que les Atonistes le sachent – or ils se débrouillent plutôt bien, leurs relevés cartographiques précis et ordonnés en témoignent, mais la probabilité de tomber sur ce genre de groupements humains « par hasard » est tellement infime qu’elle en devient peu ou prou impensable ; il pourrait donc y en avoir d’autres. Mais pas dans la région de la tempête, en tout cas : Vat, aussitôt qu’il a compris cet aspect, a voulu vérifier ce point, mais la réponse est donc négative… De manière plus générale, le grand désert de sable entourant la tempête (en en doublant le diamètre, en gros) fait l’effet d'être la zone la plus hostile et invivable de tout Gebnout IV.

 

[III-5 : Vat Aills : Thema Tena] Sur ces bases, le Docteur Suk envisage d’établir une sorte de plan de route, afin, le moment venu et en disposant de l’équipement adéquat, de mener une expédition destinée à faire le tour de la tempête pour mieux comprendre la nature du phénomène. Il sait par ailleurs que cela implique une autre difficulté : la discrétion devrait être de mise, ce qui n’a rien d’évident en pareil contexte… d’autant que les satellites de la Guilde sont probablement aux aguets. La levée de l’interdit pourrait « justifier » des expéditions d’observation et repérage officielles, ou d’autres destinées à s’assurer que les Atonistes, en obéissant à leur foi, ne mettent pas inutilement leur vie en danger (ce sont des sujets de la Maison Ptolémée, après tout !) ; même si ceux-ci empruntent généralement d’autres voies plus sûres, « pragmatiques »… En fait, Vat comprend que les Atonistes, quand ils sont venus, à plusieurs reprises, pour observer la tempête, faisaient un gros détour… Et l’observation n’est donc cette fois pas « pragmatique », mais proprement « scientifique ». Peut-être faudrait-il en parler avec Thema Tena – car ce comportement semble vraiment atypique !

 

IV : LE TAHO DE LA SÉCURITÉ

 

[IV-1 : Bermyl : Taho] Bermyl organise un nouvel entretien avec son agent Taho. Dans la semaine qui vient de s’écouler, ils ont pu mettre en place un protocole de contact et de rencontre a priori plus efficace que celui qu’ils avaient hâtivement défini dans un premier temps ; les grands jardins entourant le Palais et le Sanctuaire d’Osiris leur semblent appropriés à cet effet, avec nombre d’endroits discrets bien qu’ouverts.

 

[IV-2 : Bermyl : Taho ; Namerta, Kiya Soter, Ipuwer] Taho en sait-il plus sur les agissements de leurs ennemis ? Le cas échéant dans le Palais, et au sein même des services de renseignement ? Et à Cair-el-Muluk, rien, comme d’habitude ? Eh bien, les rumeurs ne peuvent plus vraiment être qualifiées ainsi, à ce stade : la plupart des habitants de Cair-el-Muluk en ont entendu parler, maintenant, et un bon nombre d’entre eux ont fait l’expérience du retour des morts… Namerta est au cœur de ces histoires ; c’est une imprégnation lente, et il est sans doute encore trop tôt pour la qualifier de véritablement subversive, mais on se rapproche quand même toujours un peu plus du moment où une étincelle suffira pour mettre le feu à la ville, voire à la planète… Spontanément, Taho doute que cela débouche sur quelque chose de dangereux – mais le mouvement n’a rien de spontané : quelqu’un tire les ficelles, qui n’hésitera sans doute pas un seul instant à provoquer une révolte ouverte… Mais les ambitions exactes du ou des marionnettistes demeurent floues, et même intrigantes : après tout, Taho, Kiya Soter et Bermyl lui-même étaient stupéfaits, au moment de l’affaire de l'abattoir, que la situation n’ait pas dégénéré en émeute : c’était même un véritable miracle ! En fait, ce phénomène improbable, pour Taho, ne fait que confirmer davantage qu’il y a une intention, une volonté derrière tout ça – et qui est disposée à prendre son temps, à ne pas agir sous le coup d’une impulsion… Les « ressuscités », par ailleurs, avec leur fonctionnement en cellules, ne peuvent pas vraiment « guider » les investigations pour déterminer qui se trouve au sommet de la pyramide… dans l’ombre. Même s'il y a Namerta – qui a fait d’autres apparitions, plus ou moins aléatoires. D’ailleurs, le regard porté sur le défunt siridar-baron a sans doute changé : on est passé insidieusement de « Namerta est revenu, c’est un miracle » à « Namerta est revenu, et il fait des miracles » ; ses qualités sont enjolivées sur un mode proprement mythologique – à terme, il ne fait guère de doute que le mouvement changera de forme, et visera à replacer Namerta sur son trône, que n’aurait jamais dû occuper son fils indigne Ipuwer

 

[IV-3 : Bermyl : Taho ; Khnem, le Vieux Radamès, Nefer-u-pthah, Kambish] Bermyl revient par ailleurs sur la question de l'abattoir : peut-être Taho sait-il que Bermyl s’y est entretenu avec « un charmant mort-vivant », par ailleurs très bavard… et ce Khnem, ainsi qu’il s’est présenté, a, maladresse de sa part ou pas, plus ou moins révélé à Bermyl qu’ils savaient en permanence où il se trouvait et ce qu’il faisait… Bermyl revenait de chez le Vieux Radamès, et s’était rendu plus ou moins directement à l’abattoir après cela ; or ce Khnem savait très bien où il se trouvait même pas une heure auparavant, et ce alors même que Bermyl avait pris ses précautions pour s’assurer de ne pas être suivi… Ont-ils donc un dispositif très sophistiqué directement consacré au suivi de Bermyl, ou est-ce qu’ils bénéficient d’un maillage très serré de la ville ? Taho ne pense pas que l’on puisse sauter à ces conclusions : le domicile du Vieux Radamès était forcément surveillé, et le mot a pu passer très vite… Taho ne croit pas non plus à ce « maillage », mais les services de renseignement sont de toute façon compromis, ce qui constitue une explication suffisante. Parmi ces agents retournés contre Bermyl, on compte notamment Nefer-u-pthah, mais aussi Kambish, pour citer deux noms bien connus de Bermyl, auxquels il avait fait appel encore récemment. Ils n’ont pas l’air d’avoir entrepris des actions directement hostiles pour l’heure (autres que la communication d’informations ou au contraire leur rétention), mais cela peut changer très vite.

 

[IV-4 : Bermyl : Taho ; Elihot Kibuz, Namerta, Ipuwer] Quant à Kibuz… C’est un partisan de Namerta. Lui non plus ne semble pas s’être lancé dans des entreprises ouvertement menaçantes, mais ce n’est ni un imbécile, ni un incompétent – même si on a pu le traiter comme tel (et le lui faire croire, au moins pour un temps ?) depuis l’assassinat de Namerta et l’ascension de Bermyl au côté d’Ipuwer. Quand l’étincelle viendra, qui fera tout exploser, il sera là, et aux premières loges. Bermyl suppose qu’une « petite discussion » pourrait être intéressante, hors du cadre du Palais… S’il se fait bien exclure de ses fonctions, comme cela avait été envisagé même si ça ne s’est toujours pas réalisé, peut-être cela pourra-t-il faciliter les choses ?

 

[IV-5 : Bermyl : Taho ; Namerta] Par ailleurs, sur un ton un peu narquois, Bermyl avance qu’il « a la cote » avec Namerta… Sans doute sera-t-il « testé », mais cela pourrait être une entrée dans le sous-monde des « ressuscités » et de leurs fidèles. Taho suppose que c’est possible – en notant toutefois que Kibuz serait sans doute porté, alors, à l’envisager plus que jamais comme un rival : celui qui l’avait dépossédé de ses attributions auprès d’Ipuwer, et qui ferait de même auprès du siridar-baron dont le maître assassin n’a pu empêcher la mort !

 

[IV-6 : Bermyl : Taho ; Linneke Wikkheiser] Bermyl demande alors à Taho s’il a eu vent d’autres « factions » agissant sur Gebnout IV en général et à Cair-el-Muluk en particulier – des agents de la Maison Corrino, peut-être ? Non. Lui-même n’a par ailleurs pas quitté Cair-el-Muluk. Il sait que Linneke Wikkheiser est surveillée à Memnon, mais n’a pas plus de détails sur les implications éventuelles.

 

[IV-7 : Bermyl : Taho] Et Taho saurait-il quelque chose à propos d’une technologie spéciale, éventuellement contraire aux interdits du Jihad Butlérien (mais on n’est plus à ça près…), qui aurait permis de suivre Bermyl ? Sur le mode des chercheurs-tueurs, par exemple… Mais Taho est un subalterne : il n’en sait pas plus que Bermyl à ce propos, et en théorie beaucoup moins.

 

[IV-8 : Bermyl : Taho ; Namerta, Elihot Kibuz] Taho est quelqu’un de froid, globalement – mais Bermyl sent qu’à chaque fois qu’il ramène l’entretien sur sa propre surveillance, son agent a un petit temps d’arrêt. Bermyl en fait la remarque – c’est qu’il a toujours fait attention à sa propre discrétion, et ses fonctions de maître assassin le lui imposent… Pourquoi donc Taho réagit-il ainsi ? L’agent est visiblement gêné… Bermyl l’incite à parler en toute franchise. Taho dit enfin qu’il croit que son supérieur doit comme de juste s’intéresser à la question de sa propre sécurité, mais qu’il se demande si cette attention à sa sécurité personnelle ne phagocyte pas ses fonctions de maître. Bermyl suppose que Taho n’a pas tort – mais c’est que la compromission de son double personnage pourrait être très nuisible à la Maison Ptolémée ! Il s’agit tant d’informer cette dernière que de paraître fiable et crédible aux yeux des partisans de Namerta… Ce n’est donc pas qu’une question de sécurité personnelle, il peut le lui assurer. Taho baisse la tête – visiblement peu désireux de poursuivre sur ce terrain.

 

[IV-9 : Bermyl : Taho ; Namerta, Elihot Kibuz] Bermyl suggère à Taho d’obtenir que les éléments fidèles des services de renseignement se manifestent (discrètement…) à lui, puis il lui donne congé, l’invitant à poursuivre son travail, en accordant une attention particulière aux apparitions de Namerta, à ses supposés miracles, aux éléments dangereux tels qu’Elihot Kibuz… Il a par ailleurs suffisamment confiance en lui pour lui laisser une certaine marge d’autonomie.

V : LE DÉVOUEMENT DE L’ANCIEN AMANT

 

[V-1 : Németh : Cassiano Drescii ; Ipuwer] Németh souhaite s’entretenir avec son invité (et ancien amant…) Cassiano Drescii, et l’invite à prendre le thé. Avec joie ! Il est bien plus sympathique que l’imposteur qui avait pris sa place au Palais… mais aussi que dans les souvenirs tumultueux de Németh : il semble bien moins arrogant, sans doute a-t-il muri… Németh prend de ses nouvelles tandis que Cassiano la remercie de son hospitalité… et lui retourne la question : comment va-t-elle ? Elle ne saurait cacher que la situation est difficile ; mais elle a pris un peu de repos… Elle n’a de toute façon pas d’autre choix que d’aller mieux : avec son frère Ipuwer, elle a bien des affaires à gérer…

 

[V-2 : Németh : Cassiano Drescii] Németh, un peu peinée, avoue qu’elle n’a pas souhaité s’entretenir avec lui seulement par courtoisie : elle le regrette profondément, elle aimerait avoir des entrevues moins graves, mais le sérieux des difficultés qui se posent à la Maison Ptolémée ne lui en laisse hélas pas le choix… Elle a besoin de Cassiano. Mais qu’attend-elle de lui ? Eh bien, Cassiano ayant été impliqué bien malgré lui dans les manipulations affectant la Maison Ptolémée… Lors d’une précédente entrevue, il l’avait encouragée à chercher des alliés. Accepterait-il de jouer un rôle d’émissaire auprès de la Maison Ophélion ? « Mais bien sûr, Németh. » Il y avait songé, à vrai dire. À titre personnel, bien sûr, elle peut lui faire une confiance absolue. Quant à la Maison Ophélion… Elle a de longue date entretenu des relations serrées et plus que cordiales avec la Maison Ptolémée. Sans doute y avait-il eu une certaine dégradation ces dernières années ? Dégradation à laquelle il avait eu sa part – il n’apprend rien à Németh… Cela pourrait être pour lui l’occasion de se racheter. Il conclut : « Oui, je pense que c’est ce qu’il faut faire : unir à nouveau nos deux Maisons ! » Németh s’en réjouit, rien n’aurait pu lui faire davantage plaisir. Et elle lui fait confiance : ils peuvent racheter ensemble leurs erreurs passées.

 

[V-3 : Németh : Cassiano Drescii ; Dame Loredana, Anneliese Hahn, Clotilde Philidor] Németh ajoute qu’elle en avait également parlé à sa mère, Dame Loredana ; peut-être pourraient-ils se rendre ensemble sur Abal ? Elle ne sait pas quelles sont au juste leurs relations, mais… Cassiano n’y voit pas d’inconvénient, dit-il, mais il est visiblement perplexe. Finalement, il avance que, dans cette optique, Dame Loredana pourrait être davantage utile… ailleurs ? Les envoyer tous deux auprès de la Maison Ophélion serait peut-être redondant… Que suggère-t-il, alors ? L’envoyer auprès de la Maison Delambre, peut-être ? Concernant cette Maison, il n’est pas le mieux placé, Ophélion et Delambre étant plus ou moins rivaux… Mais qu’importe : envoyer une ambassade auprès d’eux, alors que deux charmantes filles de cette Maison, Anneliese Hahn et Clotilde Philidor, se trouvent sur Gebnout IV, où elles sont tristement délaissées ? S’il peut se permettre d’en faire la remarque… Németh admet qu’il n’a pas tort, et qu’il faut voir que faire de ces deux jeunes femmes.

 

[V-4 : Németh : Cassiano Drescii ; Ipuwer, Dame Loredana, l’empereur Rauvard Kalus IV] Peut-être faut-il que Németh en dise un peu plus long sur ses obj… les objectifs de son frère Ipuwer et de la Maison Ptolémée ? Cassiano est tout ouïe… Les Ptolémée manquent encore d’informations, mais en ont suffisamment pour commencer à alerter des responsables choisis au sein du Landsraad. Elle a tout naturellement pensé d’abord à la Maison Ophélion, bien sûr ! Mais peut-être faudrait-il déjà voir au-delà ? Le Landsraad en tant que tel, ou la Maison CorrinoCassiano acquiesce : concernant la Maison Corrino, il l’y engage, même, c’est sans doute indispensable. Et peut-être, justement, Dame Loredana se montrerait-elle plus utile en se rendant à la cour de Rauvard Kalus IV ? C’est possible, concède Németh – d’autant que Dame Loredana a sans doute toujours été un peu frustrée de ne pas être en position d’user au mieux de ses capacités remarquables… Németh remercie Cassiano pour cette suggestion bienvenue.

 

[V-5 : Németh : Cassiano Drescii ; le comte Trevell VIII] Németh revient à la Maison Ophélion : Cassiano pense-t-il pouvoir y trouver des alliés de poids ? « Ma foi, je m’entends bien avec le comte Trevell… Probablement plus qu’auparavant, à vrai dire. » Il pense pouvoir en obtenir quelque chose.

 

[V-6 : Németh : Cassiano Drescii ; Lætitia Drescii, « Cassiano Drescii », « Lætitia Drescii »] Cassiano fait une autre suggestion : via son épouse Lætitia, peut-être serait-il possible de joindre la Maison Kenric ? Certes, la Maison Ptolémée et la Maison Kenric, ce n’est pas du tout la même chose que la Maison Ptolémée et la Maison Ophélion… Il y a un lourd passif, à surmonter. Ce qui n’a rien d’évident, et il n’y a donc pas de garantie de succès – cela pourrait même être dangereux, suppose-t-il… Bien sûr, il ne décidera rien à cet égard de sa propre initiative : c’est à Németh de choisir. Mais elle devrait y réfléchir – d’autant que la Maison Kenric autant que la Maison Ophélion a été affectée, d’une certaine manière, quand le couple d’imposteurs s’est présenté au Palais de Cair-el-MulukNémeth va y réfléchir – et affiche sa confiance en Lætitia Drescii.

 

[V-7 : Németh : Cassiano Drescii] L’entretien touche à sa fin. Németh remercie Cassiano Drescii pour son assistance ; il lui faut maintenant se préparer à partir, même si Németh n’a pas encore fixé de date. Elle a encore à réfléchir à tous ces sujets… Mais, dans les jours qui viennent… Cassiano est à sa disposition. Il s’en va… mais, au moment de franchir la porte du salon de Németh, il marque un temps d’arrêt, puis se retourne vers elle : « Savez-vous, Németh ? J’ai écrit, vous concernant… Je devrais dire que j’ai… réécrit. » Un blanc. Puis : « Je ne sais pas s’il est très bienvenu d’en parler maintenant, une autre fois peut-être. Au revoir. » Et il laisse Németh, qui n’a pu retenir un petit sourire… Elle se sent merveilleusement soulagée.

 

VI : DES SOURIS ET DES CHATS

 

[Nous sommes le lendemain, par rapport à la dernière scène ayant impliqué Ipuwer – et donc le jour de son rendez-vous chez Linneke Wikkheiser.]

 

[VI-1 : Ipuwer : Labaris Set-en-isi, Ludwig Curtius ; Linneke Wikkheiser, « Cassiano Drescii », « Lætitia Drescii »] Avant de se rendre chez Linneke Wikkheiser, Ipuwer se renseigne plus sérieusement sur elle – il cherche à connaître ses goûts, sa manière de se comporter… Mais pas forcément dans l’optique de trouver comment se l’accommoder. En fait, un brin paranoïaque, et dans l’optique où le Bene Tleilax semble porté sur l’imposture ainsi qu’ils ont pu le constater avec les « faux Drescii », Ipuwer se demande si la Linneke Wikkheiser qu’il va voir est bien « la vraie »… ou a déjà été « remplacée » par un clone. Peut-être pourrait-il glisser un détail personnel la concernant, ou ses goûts, ou son enfance, afin de s’en assurer… Mais Ipuwer manque de données allant dans ce sens. Le dossier n’est pas exhaustif, et Ipuwer ne l’a rencontrée que deux fois… Qui plus est, les services de renseignement de la Maison Ptolémée ne sont pas fiables. Il doit donc y aller « sans filet » ; il est cependant accompagné par Labaris Set-en-isi – guère porté sur l’étiquette, mais dont le bagout peut toujours s’avérer utile – et par Ludwig Curtius en guise de garde du corps.

 

[VI-2 : Ipuwer : Labaris Set-en-isi, Ludwig Curtius ; Linneke Wikkheiser, Bermyl, Blokvoord] Ipuwer envisage d’enregistrer la conversation : il va jouer franc-jeu avec Linneke Wikkheiser, lui expliquer qu’elle est menacée ; mais les services de renseignement de Bermyl étant ce qu’ils sont, un risque de manipulation est toujours à craindre… Il faut cependant la prévenir – et disposer de preuves de la bienveillance de la Maison Ptolémée à son égard ; ou peut-être faudrait-il s’assurer qu’il y ait des témoins fiables de leur entretien ? Mais l’emploi d’un cône de silence brouille les ondes à l’intérieur de la zone couverte, et donc aussi les mécanismes d’enregistrement… Ipuwer proposera donc à Linneke Wikkheiser d’avoir des témoins lors de leur entrevue – par exemple son responsable de la sécurité, un certain Blokvoord, quant à lui il aura Labaris et Curtius.

 

[VI-3 : Ipuwer : Labaris Set-en-isi, Ludwig Curtius ; Linneke Wikkheiser] Ipuwer et ses deux compagnons se rendent donc à la résidence louée par Linneke Wikkheiser. Memnon est une ville on ne peut plus différente de Cair-el-Muluk : c’est à la fois la plus vaste et la moins peuplée des grandes villes de Gebnout IV, et elle regorge de merveilles monumentales, qui, pour être gigantesques le cas échéant, n’ont cependant rien du mauvais goût et du tape-à-l’œil des Ptolémée tel qu’il s’exprime dans leur capitale (à quelques fâcheuses et inévitables exceptions près). La ville est superbe, et par ailleurs très aérée. Le quartier où s’est installée Linneke Wikkheiser est ce que l’on trouve de mieux, à la mesure de son rang (même si probablement pas assez à son goût, car elle a de toute évidence une très haute idée de sa valeur…). La beauté des lieux impressionne – même Ipuwer.

 

[VI-4 : Ipuwer : Labaris Set-en-isi, Ludwig Curtius ; Linneke Wikkheiser] Par ailleurs, quand Ipuwer et ses amis arrivent devant la resplendissant demeure, aux dimensions éloquentes, on leur fait clairement comprendre – tout siridar-baron qu’il soit – qu’il est ici, ainsi que ses « amis », un invité… Mais on ne leur fait pas non plus de difficultés pour pénétrer à l’intérieur. Il y a du monde dans la villa – la petite suite que Linneke avait fait suivre depuis Wikkheim, mais aussi des invités divers, artistes, scientifiques, etc. : elle tient quotidiennement salon, à ce stade… La Wikkheiser ne se trouve cependant pas dans la grande pièce de réception. Une domestique se charge d’aller la prévenir de ce que le siridar-baron est là, puis revient après quelques minutes : « Si vous voulez bien me suivre… »

 

[VI-5 : Ipuwer : Labaris Set-en-isi, Ludwig Curtius, Linneke Wikkheiser, Blokvoord ; Németh] Ipuwer, Labaris et Ludwig Curtius sont guidés jusque dans des jardins – qui font penser à ceux de Németh au Palais de Cair-el-Muluk, d’autant que s’y trouve un couple de tureis, deux animaux magnifiques ; c’est une forme d’épate, pour le coup, même si la Wikkheiser n’y voit probablement pas de mauvais goût de sa part – reste que, des tureis dans une résidence censément temporaire… Elle a de toute évidence dépensé des sommes considérables. Elle se trouve dans un espace retiré, au fond des jardins – il faut remonter une allée pour la rejoindre. À ses côtés, deux servantes attentives à satisfaire tous ses désirs, qui vont chercher des chaises pour les trois « invités ». Ipuwer laisse cependant Curtius un peu en arrière, en mode « militaire » (à vrai dire, Blokvoord fait de même), et s’avance avec Labaris.

 

[VI-6 : Ipuwer : Labaris Set-en-isi, Linneke Wikkheiser ; Németh] Les chaises apportées, Ipuwer et Labaris s’asseyent devant Linneke Wikkheiser – qui semble quant à elle « trôner », ou peu s’en faut – une fois qu’elle les a poliment invités à le faire, et se livrent aux amabilités d’usage, vantant au passage la beauté de Memnon, etc. Mais Ipuwer n’est pas venu pour lui parler météo. Il sait que Linneke Wikkheiser avait eu « des mots », suite à son départ inopiné aussitôt après l’arrivée d’une si prestigieuse invitée, et il se doit de reconnaître ses torts et de lui présenter ses excuses. « Hélas, vous n’êtes pas sans savoir que vous êtes arrivée à un moment où la Mai

— Deux semaines, baron.

— Je…

— Deux semaines.

— Deux semaines, certes. J’ai malheureusement toujours été plutôt lent, et, euh… Je vous prie d’accepter mes plus humbles, mes plus plates excuses… »

Linneke Wikkheiser affiche un air sévère, mais suppose qu’elle peut bien accepter ces excuses – très « royalement ». Doit-elle comprendre que ce sont là les excuses de la Maison Ptolémée, et pas seulement de son baron ?

« Vous entendez bien. Ma chère sœur a… parfois… des tendances à l’autoritarisme, et a parfois la langue aussi acérée qu’un… rasoir. J’en ai moi-même fait les frais, je sais que cela peut être blessant.

— Blessant ? Je ne sais pas si c’est le mot. » Un temps d’arrêt, puis : « Elle m’a traitée comme un chien.

— Certes…

— Elle a fait preuve d’une arrogance absolument inqualifiable.

— En ayant vu…

— Elle m’a intimé de me taire ! Comme à un esclave ! »

Ipuwer admet que sa famille fait parfois preuve d’une certaine arrogance, d’ailleurs leurs goûts en matière de colonnades classiques… Linneke Wikkheiser est stupéfaite par cette… tentative d’explication ? Elle suppose effectivement que le mauvais goût légendaire des Ptolémée a pu y avoir sa part, mais elle aurait apprécié, justement, de ne pas faire les frais de cette arrogance de parvenus ! Ipuwer tente de prendre cela à la blague, dans une piteuse tentative de détendre l’atmosphère :

« Eh bien, vous avez vécu une expérience typiquement ptoléméenne

— Mais je suis une Wikkheiser. Et là est tout le problème. »

Ipuwer s’embrouille – il ne peut pas continuer ainsi. Il essaye dès lors de dériver la « conversation » vers la véritable raison de sa venue ici – qui, il l’espère, témoignera de la bonne volonté et du respect de la Maison Ptolémée à l’égard de la Maison Wikkheiser et de son rang, car l’étiquette….

« … n’est pas votre fort. Alors venez-en au fait. »

 

[VI-7 : Ipuwer : Linneke Wikkheiser ; Vat Aills] Ipuwer lui montre un cône de silence, mais Linneke Wikkheiser lève le bras de son accoudoir : il y en avait déjà un d’activé. Ipuwer le note, et ajoute qu’ils sont en présence de témoins des plus fiables, aussi peut-il parler à cœur ouvert. Le Docteur Suk Vat Aills, à l’arrivée de Linneke Wikkheiser, avait cru bon de l’entretenir de cas de… « résurrection » à Cair-el-MulukLinneke Wikkheiser ne dit rien. Ipuwer poursuit : Vat Aills a parlé en scientifique s’adressant à une autre scientifique. Il y a là une affaire qui concerne la Maison Ptolémée, mais aussi peut-être tout l’empire, la Maison Corrino, et d’autres Maisons peut-être, et… Linneke Wikkheiser se lasse : « Au fait, je vous prie. » Ipuwer poursuit : ses services de renseignement ont fait état d’une menace, émanant d’une faction pas encore clairement identifiée, mais qui viole le Jihad Butlérien, et… « Votre nom a malheureusement… circulé… dans leurs plans. Or d’autres Maisons ont déjà eu à souffrir de… "remplacements" ». Car ces hommes sont capables de faire revenir des morts – et sans doute bien davantage, comme Linneke Wikkheiser peut très bien l’imaginer… « Je viens donc vous tenir au courant, et ne saurais trop vous conseiller de renforcer votre sécurité. Je ne vous demande pas de revenir à Cair-el-Muluk, peut-être vaut-il mieux à cet égard que vous soyez à Memnon. Et sachez que nous nous tenons à votre disposition pour toutes les mesures de sécurité que vous nous demanderiez afin de protéger votre personne. »

 

[VI-8 : Ipuwer : Linneke Wikkheiser] Linneke Wikkheiser s’enfonce dans son fauteuil. Elle garde sa contenance froide, mais ne semble pas savoir comment réagir aux dires d’Ipuwer. Un turei s’approche d’elle, et elle lui grattouille machinalement le crâne. Puis : « Seriez-vous en train de me… menacer ? » Absolument pas, c’est tout le contraire : Ipuwer l’informe avec franchise et bonne volonté qu’elle encourt un certain risque, du fait des ennemis de la Maison Ptolémée. Il souhaite dissiper la mauvaise impression faite sur elle par sa Maison, et lui propose de l’aider. Linneke Wikkheiser se redresse un peu sur son fauteuil…

 

[VI-9 : Ipuwer : Linneke Wikkheiser] … et c’est alors que le turei saute à sa gorge. Ipuwer, qui était juste devant Linneke Wikkheiser, réagit dans l’instant : de la main gauche, il retient l’animal en arrière et, dans un même mouvement, dégaine son kinjal et tranche la gorge de la superbe créature, qu’il tue sur le coup – le sang en jaillit en fontaine, qui se répand sur la jeune femme, d’abord interloquée… puis qui se met à hurler de terreur.

 

[En termes de jeu, Ipuwer s’est magnifiquement bien tiré d’une situation où ses chances de succès étaient minimes. Concrètement, j’ai fait deux jets cachés de Vigilance pour lui afin qu’il perçoive la menace, et il a eu à chaque fois six succès. C’était une première étape, mais quand la bête a sauté à la gorge de Linneke Wikkheiser, il lui fallait encore réagir suffisamment vite – avec un unique jet d’Agilité, pour lequel je réclamais huit succès, pas droit à l’erreur. Et il a obtenu huit succès… Dernière étape, il fallait que l’assaut d’Ipuwer tue le turei en un seul coup, sans quoi la bête aurait encore été en mesure, même grièvement blessée, d’arracher la gorge de sa victime – je demandais six succès… et Ipuwer en a obtenu sept. En préparant la scène, je m’étais plus ou moins persuadé qu’en dépit de tous ses efforts, Ipuwer ne parviendrait pas à sauver Linneke Wikkheiser, qui devait mourir à ses pieds sans qu’il ait pu rien faire. Toutefois, je voulais lui laisser une chance, même infime, d’éviter ce drame… et il y est parvenu (sans même de dépense de Karama, par ailleurs). Chapeau, Ipuwer !]

 

[VI-10 : Ipuwer, Ludwig Curtius, Blokvoord, Linneke Wikkheiser ; le comte Meric Wikkheiser] Sortant brièvement du champ du cône de silence, Ipuwer appelle aussitôt la sécurité ; derrière lui, Ludwig Curtius et Blokvoord, témoins de la scène, ont aussitôt réagi en éliminant le second turei, qui se trouvait plus près d’eux. Ipuwer revient alors auprès de Linneke Wikkheiser pour s’enquérir de son état… mais la jeune femme est terrifiée et hurle sans pouvoir s’arrêter. Elle n’a toutefois pas l’air blessée – mais le choc n’en est pas moins violent ! Les servantes de Linneke Wikkheiser, ainsi que les hommes de Blokvoord, arrivent très vite et se chargent d’évacuer leur maîtresse. Ipuwer est calme et directif, il inspire le respect, et les domestiques se conforment à ses instructions ; Blokvoord a été témoin de la scène – il sait donc parfaitement que le siridar-baron de la Maison Ptolémée a sauvé la vie de la demi-sœur du comte Meric, et l’explique à ses hommes interloqués, qui ne savaient d’abord pas comment réagir au spectacle de leur maîtresse dégoulinante de sang… Ils obéissent, et font leur travail.

 

[VI-11 : Ipuwer : Linneke Wikkheiser, Ludwig Curtius, Labaris Set-en-isi] Ipuwer ne compte pas quitter la demeure tant que Linneke Wikkheiser n’a pas récupéré ses esprits, et il ordonne à Ludwig Curtius de rester également ; quant à Labaris, il est un peu choqué lui aussi – et s’est montré incapable de réagir aussi vite que l’a fait Ipuwer… Lequel lui sourit, et lui donne une grande tape dans le dos : « Vous voyez, Labaris ! Ça, c’est de la diplomatie pratique ! »

 

À suivre…

Commenter cet article