Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"L'Océan au bout du chemin", de Neil Gaiman

Publié le par Nébal

L-Ocean-au-bout-du-chemin.jpg

 

 

GAIMAN (Neil), L'Océan au bout du chemin, [The Ocean at the End of the Lane], traduit de l'anglais par Patrick Marcel, Vauvert, Au Diable Vauvert, [2013] 2014, 314 p.

 

 

 

Bon, je ne vous apprends rien : je suis un petit fan de Neil Gaiman. Je suis très preneur de tout ce qu'il peut bien faire, tous arts confondus (même si je tends à penser qu'il ne fera jamais mieux que Sandman). Ce qui n'exclut pas quelques ratés, Tout relatifs, parfois : American Gods m'a ainsi paru nettement moins bon que ce qu'on disait ; mais Anansi Boys, ouep, c'était bien une fausse note. Pourquoi cette introduction ? Je vous rassure tout de suite : L'Océan au bout du chemin, qui arrive en France auréolé d'une belle réputation, n'est certes pas si mauvais que ça ; il est cependant moins époustouflant que ce qu'on a bien voulu en dire. Mais je ne suis pas certain de trouver les mots justes pour en faire la critique, j'ai de grosses difficultés pour ce faire en ce moment... Et, après tout, vous pouvez très légitimement ignorer mon avis façon fine bouche. J'ai hésité avant de me lancer dans la rédaction de ce compte rendu... et ne suis pas sûr d'être capable de me montrer pertinent. Mais bon : essayons...

 

 

 

Il apparaît très tôt que nous sommes dans du Neil Gaiman pur jus ; ce qui, après tout, peut suffire à satisfaire les fans, et ils sont nombreux. Mais je crois que c'est là ce qui me gêne dans ce roman ; trop de « fan service » ; l'auteur se laisse aller à faire ce pour quoi il est le plus doué, et cela passe notamment par ce jeune homme qui revient sur les lieux de son enfance à l'occasion de funérailles. Le regard rétrospectif de l'adulte sur l'enfant est admirablement bien géré, et le roman à n'en pas douter émouvant. Mais c'est hélas façon presse-bouton ; tout cela donne une impression de facilité plus ou moins navrante.

 

 

 

Alors, oui, on y est en plein. L'évocation de l'enfance est adroite, le surnaturel s'y mêle comme de juste, et on a la petite larme qui perce. Mais aussi une fâcheuse impression de déjà-lu... et de déjà-lu sous la plume de Gaiman. L'Océan au bout du chemin n'est que cela : une variation. Virtuose, mais fainéante. A la limite, c'est dans son caractère d'épure qu'elle se montre la plus fascinante ; le récit y est déconstruit jusqu'à ce que n'y figurent plus que les éléments essentiels. Tout superflu est exclu du récit.

 

 

 

Aussi, succomber à L'Océan au bout du chemin, c'est se porter volontaire pour un spectacle de prestidigitation singulier, où l'épate est écartée et où le tour de magie est réduit à sa plus simple expression. On est censé se faire manipuler, avec le sourire, et en redemander encore. Mais, pour une fois, je n'y arrive pas totalement... J'ai vu un truc. D'une manière ou d'une autre, j'ai vu l'artifice. Je romps dès lors le pacte et refuse de me laisser instrumentaliser. C'est le tour de trop, celui qui annihile l'illusion, à être ainsi exécuté de manière paresseuse, en ayant la certitude de récolter les applaudissements.

 

 

 

Et, en définitive, c'est bien cette perfection qui m'agace un tantinet ; je n'ai pas envie de jouer le jeu de la paresse d'un auteur qui n'a certes plus rien à prouver, mais bon, hein, bon. Là, c'est tout de même un peu trop fort...

 

Voir les commentaires

Rencontre avec Manuel Candré / Hommage à J.G. Ballard

Publié le par Nébal

 


 

Voir les commentaires

"Le Visage Vert", n° 24

Publié le par Nébal

Le-Visage-Vert-24.jpg

 

 

Le Visage Vert, n° 24, Cadillon, Le Visage Vert, juin 2014, 191 p.


Je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais la précédente livraison du Visage Vert m'avait laissé plutôt perplexe, dans la mesure où je ne la trouvais pas à la hauteur de la tradition d'excellence à laquelle nous avait habitué la revue. Je supposai bien entendu qu'il ne s'agissait que d'un écueil passager, et que les choses reviendraient bien vite à la normale. On ne va pas faire dans le suspense, hein : oui, Le Visage Vert a amplement rattrapé sa récente faiblesse avec ce nouveau numéro tout à fait réjouissant.

 

Problème, cependant : il est pour moi très difficile de rédiger des comptes rendus en ce moment... Aussi est-ce ce compte rendu qui risque fort de ne pas se trouver à la hauteur de la tâche...

 

On commence avec « Marjorie Daw » de Thomas Bailey Aldrich, « l'une des nouvelles les plus célèbres de la littérature américaine », nous dit-on. Aussi n'y a-t-il sans doute rien d'étonnant à ce qu'elle développe une sorte de lieu commun... Cette amourette épistolaire, à chute, débouche sur une révélation qui n'en est pas une. Le texte n'est pas désagréable, mais il ne surprend pas et ne saisit pas.

 

William Page nous offre ensuite un « Serpent des airs » qui nous ramène aux premiers temps de l'aéronautique. La nouvelle nous donne un aperçu du bestiaire des airs, que développe ensuite le toujours passionnant Michel Meurger dans « Jungles de l'air supérieur. La Faune des fictions aéronautiques ». En cela, elle est beaucoup plus intéressante que la nouvelle d'introduction, même si moins surprenante.

 

On passe alors à Richard Connell pour « Le Plus Dangereux des Jeux », nouvelle qui sera à l'origine, via La Chasse du comte Zaroff, du genre cinématographique du survival. Xavier Mauméjean revient sur cette importance particulière en introduction. Certes, la postérité est telle que ce premier bourgeon n'impressionne plus des masses aujourd'hui ; mais il est toujours intéressant de remonter ainsi aux sources d'un genre.

 

François Ducos étudie ensuite, dans « Ténèbres au Fleuve Noir : le détective des fantômes », le genre du policier fantastique, dans sa veine la plus populaire. Toujours intéressant à lire, et parfois très drôle.

 

Reste enfin « Le Visionnaire », de Rudolf Lindau, qui, euh, ne m'a pas laissé le moindre souvenir...

 

 

 

Mais ceci ne témoigne que d'une chose : mon incapacité à rédiger des comptes rendus valables à l'heure actuelle ; on aurait bien tort d'en déduire quoi que ce soit en ce qui concerne la qualité de ce numéro 24. Il va falloir me faire confiance...

 

Voir les commentaires

"Lettres", de J.R.R. Tolkien

Publié le par Nébal

Lettres-Tolkien.JPG

 

TOLKIEN (J.R.R.), Lettres, [The Letters of J.R.R. Tolkien], édition et sélection de Humphrey Carpenter avec l'assistance de Christopher Tolkien, traduit de l'anglais par Delphine Martin & Vincent Ferré, Paris, Pocket, 2013.

 

Mon article se trouve dans le Bifrost n° 76, dans le dossier Tolkien, pp. 168-169.

 

EDIT : Hop.

Voir les commentaires

"Faërie et autres textes", de J.R.R. Tolkien

Publié le par Nébal

Faerie-et-autres-textes.jpg

 

TOLKIEN (J.R.R.), Faërie et autres textes, nouvelle édition établie par Vincent Ferré, préface de Christopher Tolkien, traduit de l'anglais par Dashiell Hedayat, Francis Ledoux & Elen Riot, Paris, Pocket, coll. Fantasy, 2009...

 

Mon article se trouve dans le Bifrost n° 76, dans le dossier Tolkien, pp. 167-168.

 

EDIT : Hop.

Voir les commentaires

"Les Monstres et les Critiques et autres essais", de J.R.R. Tolkien

Publié le par Nébal

Les-Monstres-et-les-Critiques-et-autres-essais.JPG

 

TOLKIEN (J.R.R.), Les Monstres et les Critiques et autres essais, [The Monsters and the Critics and Other Essays], édition établie par Christopher Tolkien, traduit de l'anglais par Christine Laferrière, Paris,] Pocket, coll. Agora, [1983] 2013...

 

Mon article se trouve dans le Bifrost n° 76, dans le dossier Tolkien, pp. 166-167.

 

EDIT : Hop.

Voir les commentaires

"Contes et légendes inachevés", de J.R.R. Tolkien

Publié le par Nébal

Contes-et-legendes-inacheves.gif

 

 

TOLKIEN (J.R.R.), Contes et légendes inachevés, [Unfinished Tales of Numenor and Middle-Earth], commentaires et carte établis par Christopher Tolkien, traduit de l'anglais par Tina Jola, Paris, Christian-Bourgois, [s.d.]...édition et avant-propos par Christopher Tolkien, traduit de l'anglais par Adam Tolkien, [s.l.], Christian Bourgois, 1995...

 

Mon article se trouve dans le Bifrost n° 76, dans le dossier Tolkien, pp. 162-163.

 

EDIT : Hop.

Voir les commentaires

"Le Silmarillion", de J.R.R. Tolkien

Publié le par Nébal

Le-Silmarillion.jpg

 

TOLKIEN (J.R.R.), Le Silmarillion, [The Silmarillion], édition établie par Christopher Tolkien avec l'aide de Guy Gavriel Kay, traduit de l'anglais par Pierre Alien, illustré par Ted Nasmith, Paris, Christian Bourgois, 2001...

 

Mon article se trouve dans le Bifrost n° 76, dans le dossier Tolkien, pp. 160-162.

 

EDIT : Hop.

Voir les commentaires

"Histoire de la Terre du Milieu", t. 1-5, de J.R.R. Tolkien

Publié le par Nébal

 

 

La Route perdueLa Formation de la Terre du MilieuLes Lais du BeleriandLe Livre des contes perdus

 

 

TOLKIEN (J.R.R.), Le Livre des contes perdus, [The Book of Lost Tales], édition et avant-propos par Christopher Tolkien, traduit de l'anglais par Adam Tolkien, [s.l.], Christian Bourgois, 1995...

 

TOLKIEN (J.R.R.), Les Lais du Beleriand, [The Lays of Beleriand], édition et avant-propos par Christopher Tolkien, traduit de l'anglais par Elen Riot (poèmes) et Daniel Lauzon (commentaires et notes) sous la direction de Vincent Ferré, Paris, Christian Bourgois – Pocket, [2006] 2009...

 

TOLKIEN (J.R.R.), La Formation de la Terre du Milieu, [The Shaping of Middle-Earth], édition et avant-propos par Christopher Tolkien, traduit de l'anglais par Daniel Lauzon, Paris, Christian Bourgois, 2007...

 

TOLKIEN (J.R.R.), La Route perdue et autres textes, [The Lost Road and Other Writings], édition par Christopher Tolkien, traduit de l'anglais par Daniel Lauzon, Paris, Christian Bourgois – Pocket, 2008 – 2012...

 

Mon article sur les cinq premiers tomes de « l'Histoire de la Terre du Milieu » se trouve dans le Bifrost n° 76, dans le dossier Tolkien, pp. 153-157. Pas dit que je puisse le rapatrier ici un de ces jours. Vous pouvez cependant vous rapporter aux articles individuels : Le Livre des contes perdus, Les Lais du Beleriand, La Formation de la Terre du Milieu et La Route perdue.

 

EDIT : Gérard Abdaloff en cause ici, sinon.

 

Voir les commentaires

"Little Big Man", de Thomas Berger

Publié le par Nébal

Little-Big-Man.jpg

 

 

BERGER (Thomas), Little Big Man. Mémoires d’un visage pâle, [Little Big Man], traduit de l’anglais (États-Unis) par Marie-France Watkins, avant-propos d’Olivier Delavault, Paris, Télémaque, coll. Frontières, [1964-1965, 1991] 2014, 597 p.

 

Little Big Man, le célébrissime film d’Arthur Penn avec Dustin Hoffman, figure à n’en pas douter parmi les monuments du western, et m’a profondément marqué. Mais, naïf que j’étais, je n’avais pas idée qu’il était en fait inspiré d’un roman, en l’occurrence écrit par Thomas Berger, décédé il y a peu. Aussi, quand ma librairie m’a tendu un piège en posant cette réédition bien en évidence, à peu de choses près directement sous mes yeux, il va de soi que je me suis précipité dessus… et bien m’en a pris, car j’ai ainsi lu un western d’exception, bien, bien meilleur que le pourtant très bon film qui s’en est inspiré. Question d’ambition et d’ampleur, d’une part ; question de ton, de l’autre. Mais le bilan est sans appel.

 

Passons en fermant les yeux sur l’avant-propos parfaitement illisible d’Olivier Delavault.

 

 Et rejoignons bien vite, en compagnie d’un écrivain sceptique et gogo à la fois, le plus que centenaire Jack Crabb, qui s’agite dans sa maison de retraite, et compte bien livrer ses mémoires, pour le moins édifiantes, tant qu’à faire en échange d’une jolie somme. Après tout, si Jack Crabb est un illustre inconnu, qui n’a certes pas la notoriété d’un Wild Bill Hickok, d’un Wyatt Earp, d’une Calamity Jane, d’un Buffalo Bill ou, bien sûr, d’un général Custer – ils les a tous rencontrés, néanmoins –, il incarne pourtant à lui seul toute la légende de l’Ouest. À vrai dire, il a absolument tout fait. Et son récit, qui s’étend sur environ un quart de siècle, celui du western « classique », comprend ainsi tous les clichés du genre. Dès lors, la question se pose bien vite : témoignage authentique ou divagations d’un vieux mythomane ? Peu importe : « print the legend », tout ça. Et ce qu’il a à raconter, que ce soit vrai ou faux, est fascinant de bout en bout.

 

Tout commence sur la route de l’Ouest, alors que Jack n’est qu’un gamin, quand des Indiens complètement bourrés attaquent le convoi auquel s’est joint la famille Crabb. Une lubie de sa sœur – vexée de ne pas avoir été violée – entraînera l’adoption de Jack par les Cheyennes de Peaux-de-la-vieille-cabane ; et c’est ainsi, avec le temps, que Jack Crabb deviendra Grand Petit Homme. Sa vie, dès lors, sera faite d’errances entre le monde des Indiens et celui des Blancs, sans qu’il ne puisse jamais trouver sa place où que ce soit.

 

Cette Frontière est un monde rude et violent, et si l’on rit souvent à la lecture de ce roman férocement drôle, le dégoût n’est jamais très loin. On voit ici une différence majeure avec le film. Ce dernier, on l’a souvent dit, a contribué à « réhabiliter » les Indiens dans les productions hollywoodiennes. Mais la réalité du roman est plus subtile ; et Jack Crabb est un personnage marqué par la haine ; nulle idéalisation ici : le pragmatisme est de règle, et Jack sait bien qu’il n’a pas totalement sa place au milieu des Êtres humains.

 

Ce qui ne l’empêche pas de choisir son camp quand la figure de Custer intervient ; dès la première rencontre, Jack se jure de faire payer ses atrocités à l’arrogant général ; et cette quête de vengeance se poursuivra jusqu’à Little Bighorn, célèbre bataille dont l’évocation en ces pages ne saurait laisser indifférent.

 

Entre-temps, Jack flâne. Et il est de tous les bons coups (les mauvais aussi). En sa compagnie, c’est ainsi toute l’histoire, non, la mythologie de l’Ouest qui se déroule sous nos yeux. Ce qui confère à Little Big Man un caractère encyclopédique, d’une certaine manière. N’y manque guère, sauf erreur, que la guerre de Sécession…

 

Le style oral de ces mémoires ajoute de l’intérêt au roman, et ce en dépit de quelques regrettables pains de traduction çà et là. La gouaille de Jack est réjouissante, et on se délecte des horreurs qu’il raconte ainsi que de ses jugements à l’emporte-pièce.

 

Bon, je ne suis pas en état de faire l’éloge de ce roman, et c’est bien triste, parce qu’il le mériterait assurément… Va falloir me faire confiance sur ce coup, quand je vous dis que Little Big Man, le roman, est un immense western, encore meilleur que le film…

Voir les commentaires

1 2 > >>