Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Fantômes et farfafouilles", de Fredric Brown

Publié le par Nébal

Fant--mes-et-farfafouilles.jpg


BROWN (Fredric), Fantômes et farfafouilles
, traduit de l’américain par Jean Sendy, traduction révisée par Thomas Day, [Paris], Denoël – [Gallimard], coll. Folio Science-fiction, [1963, 2001] 2006, 310 p.
 
Après le très bon Lune de miel en enfer déjà évoqué par ici, voici un nouveau recueil de nouvelles du grand Fredric Brown, composées entre les années 1940 et 1960. Pas facile de le chroniquer, celui-là, même s’il est au moins aussi intéressant que le précédent. On remarquera déjà qu’à la différence de ce dernier, on ne saurait vraiment, du moins il me semble, déterminer ici un thème dominant. Le ton varie à nouveau énormément : certains textes sont hilarants, et parfois un brin grivois, d’autres tragiques, d’autres encore cauchemardesques ; on y trouve à nouveau de la science-fiction et du fantastique (sans nette prédominance de la première cette fois-ci), mais aussi du policier, des fables, des textes relevant de la « littérature générale »… On voit bien ici à quel point il serait réducteur de cantonner Fredric Brown à son rôle de père fondateur de la SF humoristique : le bonhomme était bourré de talent, et savait l’exercer de bien des manières différentes.
 
Mais il avait néanmoins une maîtrise rare de la forme courte, et même, autant le dire, de la forme vraiment très très courte : sur la quarantaine de nouvelles que comprend ce recueil, la plupart sont des histoires à chute ne s’étendant que sur deux ou trois pages, et la dernière, l’excellentissime « F.I.N. », sur une seule. Ce n’est qu’en fin de volume que l’on trouvera des textes plus longs, non moins réussis d’ailleurs (« L’assassinat en dix leçons faciles », « Sombre interlude », « Entité-piège », « Agnelle », « Moi, Flapjack et les Martiens », « La bonne blague », « Dessinateur humoristique » et enfin « Les Farfafouille »).
 
Bref : un recueil où l’on trouvera à boire et à manger, mais avec le standing d’un quatre étoiles ; la qualité est toujours présente, et les nouvelles composant Fantômes et farfafouilles, quelle que soit l’émotion qu’elles visent à provoquer, touchent généralement juste. Quelques exemples ? Allez : l’histoire d’un homme à la recherche d’une actrice prisonnière des Abominables Hommes des Neiges (« Abominable ») ; la sordide histoire d’un petit voyou dont tous les souhaits se réalisent (« Ricochet ») ; une série de « cauchemars », fantastiques ou pas, drôles (« cauchemar en jaune », l’histoire d’un homme qui tue sa femme…) ou tragiques (« Cauchemar en gris », le très éprouvant « Cauchemar en bleu ») ; un charmant repas de famille qui tourne au Conte de la crypte (« L’anniversaire de Grand-mère ») ; « Les grandes découvertes perdues » du fait d’un petit oubli fâcheux ; un crime parfait, si ce n’est une « Erreur fatale » ; une amusante variation sur les paradoxes temporels (« Les vies courtes et heureuses d’Eustache Weaver ») ; une parthénogenèse aux conséquences troublantes (« Jicets »)… Et puis quelques plaisanteries salaces de temps à autres (« Vilain », « Abominable », « L’anneau de Hans Carvel », « La corde enchantée », « Comme ours en cage », « Histoire de pêcheur »…). Tout cela est généralement très efficace, mais impossible à résumer…
 
On ne peut à vrai dire guère s’attarder davantage dans la description des quelques textes plus longs qui figurent en fin de volume sous peine de gâcher le plaisir du lecteur... Dans « Sombre interlude », par exemple, un homme du futur est confronté à la bêtise de l’Amérique profonde : on rit jaune… Le même thème se trouve dans un sens dans « Entité-piège », nouvelle sombre et passionnante sur l’improbable destin d’un dictateur américain de 23 ans habité par une intelligence (qui est ici tout autant incompréhension) extra-terrestre. Après le sombre récit vaguement policier « Agnelle », on retrouve le sourire (ou le ricanement) avec le très drôle « Moi, Flapjack et les Martiens », racontant comment un âne a sauvé la Terre de l’invasion des Martiens. Un texte très fort, ensuite : « La bonne blague », drôle et tragique à la fois. « Dessinateur humoristique » est bien plus léger, mais toujours fort sympathique. « Les Farfafouille », enfin, est un petit bijou de conte fantastique, qui fait froid dans le dos.
 
Bon, pas en forme pour ce compte-rendu, désolé, mais c'était pas évident, là… Fantômes et farfafouilles est un excellent recueil de nouvelles que le lecteur se doit de découvrir par lui-même.

CITRIQ

Commenter cet article

Oggy 23/05/2009 10:14

J'aime beaucoup la série des "Cauchemars". Brown c'est du dessert.

Nébal 04/01/2008 21:55

Par rapport à ton PS : la première nouvelle que tu décris ne me rappelle rien (mais je n'ai pas le bouquin sous les yeux pour vérifier, désolé...) ; la deuxième, en tout cas, figure bien dans ce recueil, et s'intitule "Flotte de vengeance", tout simplement... et elle est effectivement excellente !

Y'a pas à dire, Fredric Brown, c'est bon, mangez-en. :)

Greyhunter 04/01/2008 15:35

Oufff! Je viens de tomber ici en suivant un lien depuis ta critique du tome IV des Seigneurs de l'Instrumentalité...
J'ai tout de site reconnu le nom, fantômes et farfouilles je l'ai lu vers 14-15 ans et j'avais adoré! (la fin de "Ricochet" est délicieusement cynique, F.I.N est génial et totalement délirant tout en étant d'une logique absolue avec lui-même)

Je ne savais pas qu'il y avait eu une tradiction revisitée par Thomas Day, faudrait que je trouve ce livre pour le relire!

PS: c'est pas dans ce livre qu'un professeur raconte l'histoire du premier vaisseau de colons sur Mars, dont l'équipage tiré au sort comprenant un seul homme? Et une autre comment deux planètes humaines en guerre étaient attaquées par une flotte inconnue et lançaient quelques années plus tard une puissante flotte en représailles? (je ne spoile pas la fin ;) )