Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Le Petit Guide à trimbaler de l'Imaginaire français", de Charlotte Volper & Jérôme Vincent (dir.)

Publié le par Nébal

 

VOLPER (Charlotte) & VINCENT (Jérôme) (dir.), Le Petit Guide à trimbaler de l’Imaginaire français, Lyon, ActuSF, coll. Les Trois Souhaits, 2008, 63 p.

 

En son temps, le site ActuSF, via sa collection des Trois Souhaits, avait publié un fort utile Petit Guide à trimbaler de la S.F. étrangère, ultérieurement suivi par son pendant consacré à la fantasy. Tout cela était bel et bon, mais restait encore à défendre l’Honneur de la Frrrrrrrrrance (ah mais !). Parce que – non mais oh – chez nous aussi, on en a des qui écrivent des trucs avec des vaisseaux spatiaux et des Elfes dedans, d’abord. Pas un privilège des Ricains et de la perfide Albion, non mais ! « Allons z’enfants de la Pa-triiiiiiiiiiiiiiiiiiii-i-euh », etc. Cette grave entorse à l’Honneur National n’est heureusement plus qu’un mauvais souvenir, à l’instar de Fachoda et Dunkerque (salauds de homards !) : ActuSF, site label France, vient en effet de publier son tant attendu (si, si ; enfin, par moi, en tout cas, mais je ne crois pas être le seul…) Petit Guide à trimbaler de l’Imaginaire français (et, bon, de rééditer tant qu’à faire son aîné consacré aux estrangers).

 

Et tout sarcasme mis à part, ouf. Car c’est bien une très bonne idée que cette publication. En effet, si la SF, la fantasy et le fantastique d’expression françouaise ne manquent pas d’auteurs talentueux, ils souffrent néanmoins d’un fâcheux problème de visibilité. Je trouve. Pour dire les choses autrement, le petit grouillot naïf qui souhaite découvrir les littératures de l’imaginaire, pour peu qu’il fasse un tout petit effort (i.e. abandonner/dépasser les novellisations, etc., de Star Wars, de Buffy et des Royaumes Oubliés), tombera facilement sur quelques grands noms incontournables et souvent cinématographiques (ou rôlistiques)… anglo-saxons. Stephen King, Clive Barker ou Anne Rice pour le fantastique, Tolkien, Howard, Moorcock ou Gaiman pour la fantasy, Asimov, Clarke, Dick, Herbert pour la SF, et Lovecraft au milieu. En gros. On pourrait imaginer pires portes d’entrée. Certes, il n’est pas exclu que, de temps à autre, un malheureux innocent, subjugué par une propagande insane, s’attaque naïvement au Monde des non-A en espérant lire le bon livre de science-fiction qu’on lui vantait, et abandonne à jamais le genre, parce que non, faut pas déconner, si ça c’est de la bonne SF, alors la SF c’est de la merde (il faut bien le dire). Mais, dans l’ensemble, ça va.

 

Mais quid de la SF et de la fantasy en France ? Là, il y a un problème. Oh, bien sûr, notre hypothétique jeune grouillot a probablement lu du Jules Verne en primaire, sans forcément penser à y accoler le terme de « science-fiction ». Il a sans doute lu aussi du Maupassant, mais, bon : c’est Maupassant, donc de la littérature, à l’évidence pas la même chose. Il y a fort à parier, dans un autre registre, que lui tombe un jour ou l’autre entre les mains un Barjavel, un Werber, ou un Loevenbruck, voire un Dantec… Mais après ?

 

Après, problème. Hors revues spécialisées tout aussi invisibles et sites Internet fréquentés par des gens étranges au discours hermétique émaillé d’allusions plus cryptiques encore, les auteurs français de SF, etc. (disons, plus exactement, publiés dans des collections de genre), font quelque peu figure d’êtres semi fantomatiques, aux noms bizarres et à l’existence douteuse, peuplant une terra incognita mobile et insaisissable. « Il y a bien longtemps, dans une lointaine galaxie, il paraît qu’il semblerait que l’on ait avancé qu’il s’en soit trouvé pour écrire des choses bien avec des vaisseaux spatiaux et des Elfes dedans (d’abord), mais, comment savoir ? Peut-être n’est-ce qu’une légende. Mais il est bien des choses qui dépassent notre entendement, jeune padawan… »

 

Du coup, sans les conseils avisés du tout aussi hypothétique libraire passionné et honnête, il y a fort à parier que notre sujet s’en tienne à ce qui est le plus visible, donc à ce qui se vend le mieux, et donc le plus souvent hélas à ce qui se fait de pire. Il pourra éventuellement en retirer du plaisir, et alors tant mieux pour lui ; ou en conserver une image négative du genre, et tant pis pour lui. Mais il semble peu probable qu’il ose s’avancer un peu plus profondément dans la Forêt Noire et Ténébreuse de l’Imaginaire Obscur des Petits Éditeurs au Nom Imprononçable, piochant ici ou là, au hasard, avec les dangers (indicibles) que cela comporte, jusqu’à atteindre enfin la Montagne Sacrée des Légendaires Auteurs Talentueux.

 

Et c’est dommage.

 

Là, je parle d’expérience. J’étais il y a peu encore, dans un sens, ce jeune grouillot naïf sus-mentionné, et mon parcours fut probablement assez typique (avec une circonstance aggravante, cela dit : je suis à l’évidence un suppôt de l’Anti-France). Quand je me suis intéressé pour la première fois aux littératures de l’Imaginaire, ado, dans les années 1990, entraîné par le cinéma et le jeu de rôle, j’ai dévoré pas mal de classiques anglo-saxons, sans rien lire de françouais (rien-du-tout). Et ce n’est véritablement que ces deux ou trois dernières années, à coups de Bifrost, d’ActuSF et de Cafard cosmique, qu’il m’a été donné, enfin, de découvrir quelques-uns de ces Légendaires Auteurs Talentueux. Et mes lacunes sont encore innombrables… C’est qu’elle est vaste, cette terra incognita

 

Le Petit Guide à trimbaler de l’Imaginaire français publié sous la direction de Charlotte Volper et Jérôme Vincent me paraît donc extrêmement utile, voire (n’ayons pas peur des Grands Mots), salutaire. Si, si. Et je ne doute pas qu’il m’aurait été extrêmement précieux si j’avais pu mettre la main dessus il y a de cela deux ou trois ans. C’est probablement un peu moins vrai aujourd’hui en ce qui me concerne (encore que…), mais il n’en reste pas moins que ce Petit Guide… a tout de l’accessoire indispensable pour le béotien conscient et honteux de son inculture crasse.

 

Oui, toi, là. Achète ce Petit Guide… (5 €, ça fait une pinte ou un kebab-frites-coca, c’est pas la mort), et profite. Admire cette judicieuse sélection d’une cinquantaine d’auteurs, classés par ordre alphabétique, chacun se voyant attribuer sa petite fiche composée d’une brève présentation, d’une bibliographie sélective, et d’un choix d’œuvres d’auteurs français ou étrangers relativement proches. Tu as même quelques fiches thématiques à l’occasion. Et même, même, des petits « hiéroglyphes » (mmmh… pas sûr que ce terme-là soit particulièrement adapté, toute grandiloquence héroïco-fantaisiste mise à part…) qui sélectionnent dans la sélection, te disent ce qui est le plus grave indispensable de chez grave indispensable, et ce qui se trouve aisément ou non. Profite, te dis-je. Admire. Vante les mérites de ce puissant artefact. Et, après seulement, tu pourras te permettre des critiques (mais va d’abord me soigner cette vilaine peau).

 

 

Bon. Des critiques, donc. Car, aussi précieux soit-il, ce Petit Guide… n’est pas exempt de menus défauts. Oh, pas grand chose, hein. Assez peu de coquilles, d’ailleurs (même s’il y en a bien quelques-unes à l’occasion). Quelques petits problèmes d’actualisation, mais, bon… Par contre, on peut lever un sourcil sceptique, des fois, notamment dans les sections « Si vous avez aimé, alors essayez… », qui font parfois un peu le grand écart, en présentant des œuvres très diverses (et pas toujours très proches de l’auteur « étudié », à mon sens, mais, bon…). J’avoue, au passage, que le « Si vous avez aimé [Léa Silhol], alors essayez [les Œuvres complètes de William Shakespeare] », m’ a fait sourire, tout mauvais esprit mis à part ; ça fait quand même un peu démesuré… On peut aussi pinailler devant certaines notules, plus ou moins complètes, plus ou moins profondes (euphémisme… mais bon, normal, dans un sens), plus ou moins bien rédigées, en somme.

 

 

Ah, si, j’ajouterais quand même que les pages de publicité en plein milieu du recueil, j’ai pas aimé. Franchement pas. Groumf… Mais passons.

 

 

Surtout, il y a plus globalement le problème de la sélection. Pour être honnête, il va de soi qu’aucune sélection n’était en mesure de satisfaire tout le monde, et, si le choix effectué par Charlotte Volper et Jérôme Vincent est assez consensuel, chacun pourra néanmoins à bon droit émettre des regrets, parfois très différents, pour ne pas dire contradictoires, sur les auteurs retenus : « Quoi, z’ont pas mentionné untel ? C’EST UN SCANDALE ! Quoi, z’ont mis celui-ci ? C’EST UN SCANDALE ! » Etc. À mon tour.

 

Pour ce qui est des « exclusions », je commencerais par regretter une relative « tromperie sur la marchandise » : l’expression est un peu forte, certes, mais bon… Le fait est que la (jolie) couverture, ainsi que la préface, laissent supposer la présence d’auteurs « anciens » dans la sélection. Or ce n’est pas le cas, en-dehors de quelques brèves mentions dans les fiches thématiques. Et j’avoue trouver ça dommage… Quelque part, parler de l’Imaginaire français sans consacrer une fiche à Jules Verne me paraît pour le moins critiquable. Vous me direz que ça n’aurait pas servi à grand chose, l’auteur étant connu. Certes… Mais, à ce stade, un guide de la fantasy pourrait tout autant se passer de Tolkien, ou un guide de la S.F. étrangère d’Asimov ou de Dick, non ? Et j’imagine que là, on s’accorderait pour trouver que ça coince un peu… Ç’aurait pu être l’occasion de mentionner des œuvres moins « classiques », etc. Je pinaille, direz-vous. Mais oui… C’est le propos… Dans le même ordre d’idées, on pourra regretter l’absence d’auteurs anciens moins connus, qui, à mon sens, auraient parfaitement trouvé leur place ici : Rosny-Aîné, Maurice Renard, Régis Messac… et même Barjavel, d’ailleurs. Ou encore Pierre Boulle, pas mentionné une seule fois si je ne m’abuse… Sans parler des auteurs du FNA « non-recyclés », uniquement évoqués à l’occasion d’une notule consacrée à l’éditeur (c’est déjà ça). Pour ce qui est des auteurs contemporains, la sélection me semble déjà plus exhaustive (trop, sans doute… voir plus bas). Je ne regretterais pas pour ma part l’absence de Bernard Werber et Henri Loevenbruck (même si ça pourrait se défendre). Je n’ai pas relevé trop d’oublis fâcheux, mais j’en mentionnerais tout de même un : Emmanuel Jouanne, quand même un pilier de Limite, et qui nous a quittés il y a peu… Enfin, il me semble qu’il aurait pu être intéressant de mentionner quelques auteurs qui font de la SF « sans le dire », dont certains auraient pu trouver aisément leur place ici ; s’il ne fallait en citer qu’un, je dirais bien sûr Houellebecq…

 

En sens inverse, évidemment, certains auteurs retenus peuvent laisser sceptique. Le problème n’est d’ailleurs pas forcément celui de la qualité des œuvres, de toute façon éminemment subjective (même si, je l’avoue, à vue de nez, je ne crois pas que l’absence de Pierre Grimbert et de quelques autres m’aurait vraiment gêné…). Mais prenez par exemple Sylvie Lainé : j’ai beaucoup aimé Le Miroir aux éperluettes (publié par… ActuSF), et je vais très probablement me jeter sur son nouveau petit recueil (toujours aux Trois Souhaits), Espaces insécables ; mais, si Sylvie Lainé écrit, depuis un certain temps déjà, d’excellentes nouvelles maintes fois primées, on ne peut pas dire qu’elle soit vraiment prolifique… Et la fiche s’en ressent, qui ne peut mentionner dans la bibliographie sélective que Le Miroir aux éperluettes… et deux nouvelles isolées pas forcément évidentes à se procurer. C’est le seul cas dans tout le recueil, si je ne m’abuse ; mais il me semble bien que cela témoigne d’un certain problème… Mais la critique essentielle porte sans doute sur la trop grande ampleur du guide, sa propension à l’exhaustivité (notamment pour les plus jeunes pousses de l’imaginaire français), qui le conduisent à brasser tous les genres et sous-genres ensemble, littératures « adulte » et « jeunesse », confidentiel et vendeur, commercial et expérimental… On passe sans cesse du coq à l’âne, et, en ce qui me concerne, la fantasy notamment ne s’y présente pas forcément sous son meilleur jour, les cycles de (plus ou moins) BCF jouxtant des œuvres bien autrement inventives et personnelles ; il en résulte, à mes yeux en tout cas, une fâcheuse impression de nivellement par le bas, justement ce que ce guide était chargé d’éviter, tel que je le concevais. Un peu plus d’exigence quant aux auteurs retenus n’aurait probablement pas fait de mal…

Mais il s’agit là de regrets tout personnels, et qui n’enlèvent rien à l’essentiel : Le Petit Guide à trimbaler de l’Imaginaire français est un ouvrage utile, probablement le plus utile d’ailleurs des guides publiés par ActuSF ; à la limite de l’indispensable pour celui qui entend s’initier au genre en lisant ce qui se fait de par chez nous…

CITRIQ

Commenter cet article

E
Arf, omettez Barjavel tant que vous voulez (tant mieux !) mais n'oubliez pas Jules Verne... Flute.

Non, le véritable souci de ces guides, prévus pour tenir dans la poche si je ne me trompe pas, est qu'ils sont trop faciles à perdre !!!
Répondre
N
Uh uh... M'étonne même pô ! ^^
Répondre
E
Barjavel, c'est de ma faute ! Enfin... quand je dis faute...

C'est mon véto permanent sur tous les Guides auxquels je participe (même pas beaucoup, comme celui-là).

Fasciste ? Oui, et alors ?
Répondre
N
Bon, j'abusais un peu : 5,50 €. ;)
Répondre
E
Alors déjà, hein, le truc qui me choque c'est qu'un kebab - frites - coca c'est 7 euros par ici. Dur de vivre en région parisienne !

Sinon plutôt d'accord avec tes remarques, le renvoi à Shakespeare m'a fait sourire. Cela dit je n'ai pas lu les OEUVRES de la dame et la Salle 101 avait fait la même comparaison dans une interview, so what ? Neh ?

Pour Verne, pas d'accord sa visibilité est excellente même sous la connotation SF.

Pour le choix, je ne peux pas juger car comme je l'ai écrit ailleurs, les trois quart des noms cités me sont inconnus mais c'est vrai que j'ai coincé en lisant le nom de Grimbert...

Je me pencherai sur ce guide plus avant qu'en j'aurais mis à mal ma pile.

PS : Ah oui, ta chronique est très amusante et m'a fait rire. Félicitations !
Répondre