Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Zoé", de John Scalzi

Publié le par Nébal


SCALZI (John), Zoé
, [Zoe's Tale], traduit de l'anglais [américain] par Mikael Cabon, Nantes, L'Atalante, coll. La Dentelle du cygne, [2008] 2009, 378 p.

 

Si l'on en croit sa couverture, Zoé serait donc le « quatrième roman du Vieil Homme et la guerre ». Mais faut le dire vite ; on pourrait tout aussi bien dire « troisième et demi ». En effet, l'histoire de Zoé, les amateurs de John Scalzi la connaissent déjà, dans la mesure où il s'agit de celle de La Dernière Colonie, le troisième roman du cycle. Seul change véritablement le point de vue : au lieu de John Perry, c'est cette fois sa fille adoptive Zoé qui nous raconte sa version des événements.

 

Rappelons-en brièvement l'histoire : le commandant Perry et sa femme le lieutenant Sagan sont contactés par l'Union Coloniale pour prendre la tête d'une nouvelle colonie pendant les fatidiques premières années de son existence. Mais cette colonie, déjà, est d'un genre particulier : il s'agit en effet de la première colonie « de seconde génération », puisque les colons ne proviennent pas de la Terre, mais de planètes déjà colonisées par celle-ci. Enfin, cette colonie de Roanoke va très vite se retrouver au cœur d'un complexe imbroglio politique opposant l'UC au Conclave, une vaste alliance extraterrestre ; et les colons de Roanoke, dans cette affaire, ne sont bien que des pions, éminemment sacrifiables...

 

L'histoire nous est donc contée cette fois du point de vue de Zoé. Par voie de conséquence, les personnages principaux changent : outre la narratrice adolescente, nous suivrons ainsi essentiellement ses « gardes du corps » obins Pirouette et Cacahuète (les liens entre Zoé et les Obins sont au cœur du roman, et constituent sans aucun doute ses meilleurs moments), et ses jeunes camarades Gretchen, Enzo et Magdy.

 

Le changement de point de vue destine probablement Zoé plutôt à la jeunesse. Mais on y retrouve bien ce qui caractérisait les précédents romans de John Scalzi : ça se lit tout seul, c'est très fluide, ça ne manque ni d'humour ni d'idées. C'est à nouveau un bon divertissement... mais un peu frustrant : je continue de penser que John Scalzi pourrait aisément passer du stade du « sympathique » au « passionnant ». Mais ce n'est pas encore le cas ici.

 

Pris indépendamment, Zoé est donc sans conteste un bon roman de divertissement, peut-être un cran inférieur à La Dernière Colonie, cela dit. Mais vaut-il vraiment le détour pour autant ? Ici, hélas, j'aurais tendance à répondre par la négative : nous avons bien déjà lu tout cela, et le changement de point de vue, si l'on excepte les derniers chapitres, n'apporte pas grand chose de neuf... On peut donc franchement s'interroger sur l'intérêt de ce quatrième opus. Et, si je n'en regrette pas la lecture, je ne saurais pour autant la recommander véritablement aux amateurs des trois précédents volumes.

 

Constitue-t-il alors une bonne porte d'entrée pour découvrir le cycle, a fortiori pour un jeune lecteur ? J'en doute : la lecture des trois premiers volumes (disons des deux premiers...) me paraît tout de même fortement recommandée... Sous cet angle à nouveau, l'intérêt de ce Zoé me laisse donc assez perplexe encore une fois.

 

Non, finalement, même si j'en ai apprécié la lecture, je ne peux pas recommander ce Zoé, « quatrième » roman bâtard, qui n'apporte rien ou presque. Un chroniqueur plus méchant dirait même qu'on frôle l'escroquerie...

 

Maintenant, j'aimerais bien voir John Scalzi s'attaquer à quelque chose d'un peu plus costaud...

CITRIQ

Commenter cet article

M
Je dois être un "chroniqueur un peu plus méchant", car je n'avais déjà pas accroché au t1; ta chronique ne me donne pas envie d'aller jusqu'au t4, surtout si c'est pour voir l'idée d'O.S. Card avec Alvin et Bean (la Stratégie Ender / la Stratégie de l'Ombre) repompée sans talent.
Ma propre critique du t1 est ici :
http://hu-mu.blogspot.com/2009/08/le-vieil-homme-et-la-guerre-john-scalzi.html
Répondre
R
Ce bouquin était nominé pour les hugo...
Répondre