Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Batman Begins" & "The Dark Knight", de Christopher Nolan

Publié le par Nébal

Batman-Begins.jpg

 

The-Dark-Knight.jpg

 

(Je rapatrie ici deux brèves notes faites sur le forum du Cafard cosmique parce que groumf, d’où l’aspect peut-être un peu, euh, « polémique »… d’autant qu’elles se fondent sur de vieux souvenirs.)

 

Titre : Batman Begins.

Titre original : Batman Begins.

Réalisateur : Christopher Nolan.

Années : 2005.

Pays : Etats-Unis / Royaume-Uni.

Genre : Science-fiction / action / super-héros.

Durée : 152 min.

Acteurs principaux : Christian Bale, Michael Caine, Liam Neeson, Katie Holmes, Gary Oldman, Cillian Murphy, Rutger Hauer, Ken Watanabe, Morgan Freeman…

 

On évacuera rapidement le premier Batman de Nolan, Batman Begins, en deux mots : purge ridicule. Difficile en effet de relever quoi que ce soit de réellement positif dans ce film, et ce à quelque niveau que ce soit.

 

La réalisation ? À l’évidence, Nolan ne sait pas filmer les scènes d’action, qui sont toutes plus brouillonnes les unes que les autres, à grands coups de montages cut cut cut et de mouvements de caméras incompréhensibles ; le résultat est tout simplement illisible : ce genre de procédé, dans un nanar, sert souvent à cacher la misère ; ici, il ne fait que témoigner de l’incompétence du réalisateur et du monteur. Les scènes « calmes » ne valent guère mieux dans mon souvenir – et il en ira de même sous cet angle pour Dark Knight, de cela j’en suis certain –, Nolan semblant incapable de poser sa caméra : ah ça, il aime faire des ronds autour de ses personnages... Beuh...

 

Le scénario ? Soyons sérieux deux secondes. Si l’on excepte quelques menus emprunts au Batman Year One de Frank Miller et David Mazucchelli concernant essentiellement le commissaire Gordon (si ma mémoire est bonne), le reste est d’un ridicule achevé : Bruce Wayne qui va apprendre les arts martiaux, franchement... Je sais bien que Kill Bill est (hélas) passé par-là, mais quand même ! Ca nous donne Oskar Schindler en grand méchant, avant d’avoir un semi-Épouvantail totalement dénué de charisme. Cohésion du scénar : néant.

 

Ah ben on peut enchaîner sur l’interprétation : j’ai déjà expédié les méchants, reste pour l’essentiel Bruce Wayne/Batman. Soit Christian Bale, qui cabotine comme un taré, dans une dégaine étrange de quasi-drag queen, et achève de faire perdre toute crédibilité à son personnage quand il a le malheur de lui faire adopter une GROSSE VOIX TENEBREUSE BOUH. La première fois que je l’ai entendue, j’ai explosé de rire. La deuxième aussi, d’ailleurs.

 

Quant à l’univers... Outre que le film s’éloigne de Gotham pendant pas mal de temps, la cité de Batman n’a absolument aucune personnalité, rien de rien. Le film ayant en outre le malheur d’être régulièrement diurne, on peut dire qu’il est sous cet angle aussi complètement à côté de la plaque.

 

Alors quoi ? Un Batman plus réaliste ? Et mon cul, c’est du poulet ? Plus réaliste son méga-entraînement kung-fu de la mort ? Plus réalistes les pièges de l’Épouvantail ? Bah non. Désolé, mais non. On pourrait se poser la question « un Batman plus réaliste, pour quoi faire ? », mais, en fin de compte, elle ne se pose même pas, puisque ce soi-disant réalisme supplémentaire se révèle une imposture.

 

Divertissement raté, mal fait, et chiant comme la pluie, filmé avec les pieds de la scripte et écrit n’importe comment, Batman Begins est un triste navet, l’antithèse du bon divertissement hollywoodien.

 

 

Titre : The Dark Knight : le chevalier noir

Titre original : The Dark Knight.

Réalisateur : Christopher Nolan.

Années : 2008.

Pays : Etats-Unis / Royaume-Uni

Genre : Science-fiction / action / super-héros.

Durée : 140 min.

Acteurs principaux : Christian Bale, Heath Ledger, Aaron Eckhart, Michael Caine, Maggie Gyllenhaal, Gary Oldman, nabe, Morgan Freeman…

 

Le cas de The Dark Knight est un peu plus complexe, et, si le film est bien à mes yeux tristement mauvais, je lui reconnais cependant des qualités dont son prédécesseur ne pouvait pas se targuer.

 

Deux progrès sont en effet notables. Le premier concerne la réalisation : entre-temps, Nolan a appris à filmer les scènes d’action ; la différence entre les deux métrages est flagrante, et clairement à l’avantage du second : cette fois, le résultat, sans être transcendant, est tout à fait correct, je l’admets volontiers.

 

Le second concerne l’interprétation. En effet, il y a cette fois UN bon acteur, en l’occurrence Heath Ledger, qui fait un Joker tout à fait convaincant, dans un registre bien différent de celui de Jack Nicholson, mais tout aussi efficace. Rien à redire sous cet angle... si ce n’est qu'il bouffe l’écran, les autres « acteurs » faisant tous pâle figure auprès de lui.

 

J’accorde donc volontiers, sur ces deux plans, une meilleure note à The Dark Knight qu’à Batman Begins. Il n'en reste pas moins que c'est à mes yeux un très mauvais film, essentiellement à cause de son scénario lamentable, pas plus « réaliste » qu'auparavant (la batmobile panzer et la moto aussi grosse aha) et manquant toujours autant d’ambiance (film diurne), qui pèche par deux aspects : a) il manque de burnes ; b) il pue.

 

Mais avant de développer ces deux aspects, commençons par dissiper un fâcheux malentendu relatif au titre de ce film : non, The Dark Knight n’a strictement rien à voir avec The Dark Knight Returns de Frank Miller, pas plus qu’avec Dark Knight 2 : La Relève. Mais alors rien de rien. Le « scénario » (mal branlé, avec des twists ridicules – Gordon…) s'inspire en fait (mal) d’un excellent story arc de la sympathique série Gotham Central, qui a pour personnages principaux les flics de Gotham, et non Batman ; story arc dans lequel lesdits flics se retrouvent confrontés à un Joker plus dingue que jamais.

 

Mais donc a) Le manque de burnes. « Dark » ? Tu parles ! Si l’on excepte le sympathique coup du crayon dans une des premières scènes du film, Dark Knight a tout du PG-13 abominablement moralisant, le pire étant cette insupportable scène du ferry. Quant à Batman, c’est un héros « à l'ancienne », bien loin de la version « à la Miller »... ou même « à la Burton », d’ailleurs : je vous rappelle que dans les films de Burton, le Batman n’hésitait pas à tuer, contrairement à celui-ci...

 

b) Ça pue. Et c’est surtout ça qui m’a gêné. Le personnage d’Harvey Dent/Double-face est envisagé sous un jour uniquement positif, ce qui fait du film... une véritable apologie de la politique law and order ! Donc, au moment où, avec les comics plus « réalistes », justement, post-Watchmen, on interroge le côté éventuellement fascisant des héros en collants, on a là un film qui fait l’éloge des politiques les plus répressives, sans qu’on ait besoin d’en passer par les héros costumés ! De manière très hypocrite, en plus (voir la scène du ferry, encore une fois...), mais c’est pourtant bien à ça qu’on aboutit... Et c’est à ça qu’on est censé applaudir sous couvert de « divertissement de qualité, réaliste et intelligent » ?

 

 Ben merde.

Commenter cet article

Chelyo 16/10/2010 20:17


tu ne t'es pas casser la nenette pour ta chronique du 16 octobre.... bon j'ai plus qu'à acheter bifrost....
allez ciao


Captain Spaulding 12/10/2010 03:20


Pouah quelle purge... je me suis forcé à voir cette drouille de Darknight avant de lire ta chro mais bahhhh!!!!
Bon, c'est vraiment mauvais et très long mais déjà c'est mieux que le premier Begins (d'un autre côté pour faire pire il aurait fallu faire un remake du Pacte des Loups). Ce film n'est ni plus ni
moins qu'une mauvaise parodie américaine du pire épisode de Fantomas jamais tourné.
Même si Nolan a fait quelques progrès (les scènes d'action sont un peu plus visibles et il a décidé de ne plus utiliser de rouge à lèvres sur Baleman), c'est toujours très bête, très éloigné de
Batman ou des comics millerien (deux films pour complètement ridiculiser le personnage de Gordon - interprété en plus par un sacré acteur - en le faisant passer de Marv à une sorte de Xavier
Bertrand peureux...).
Ensuite tout le tintamarre et les louanges que j'ai entendu jusque-là c'est du vent à la vue du résultat, il n'y a rien de remarquable dans ce film. Si Ledger n'était parti si jeune je me demande
ce que les gens auraient réellement pensé de son jeu. Pour ma part je dirai qu'il est correct, très investi dans son perso même s'il surjoue trop le côté théâtrale alors que s'il avait surjoué le
côté BD (comme dans le Superman de Richard Donner même si c'est loin d'être parfait), cela aurait sonné plus Alan Moore "Smile". C'est vraiment l'énergie que l'acteur met dans le personnage qui le
rend nettement moins ridicule que certains de ces prédécesseurs, il pourrait donner quelques leçons de ciné aux acteurs français de notre PAF... mais ce n'est pas encore du Jean Marais. Dommage
pour lui et pour d'autres réalisateurs qu'il soit décédé comme ça, tant mieux pour les producteurs, les mecs qui se font du pognon sur son dos et pour le public qui est friand de ça, bande
d'enfoirés hypocrites écervelés.
Ouf.
Bref c'est quand même très nul au final, cela ne vaut pas le coup de parler de la musique, de la photo, du scénario... Nolan n'est vraiment pas fait pour adapter Batman, Bale encore moins pour
l'incarner (n'est-ce point Julien Lepers en définitive le plus sombre des Wayne de long-métrage???)... et enfin pourquoi depuis les deux Burton n'est-il pas possible de réaliser une fin au moins
médiocre... m*rd* aucun d'entre eux n'ont vu de planche finale de bon Batman ou quoi?
RHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
Dommage que Warner n'ait jamais donné à Clint et Miller la chance de réaliser la meilleur de ces adaptations... snifff.

P.S: Je viens de lire ton article, le coup du Ferry m'a évoqué l'antithèse de l'intelligence des épisode de Doctor Who, dans le Nolan une séquence de 15 minutes qui ne sert à rien, dans la série
britannique juste deux répliques suffisent :
-Alors on vote pour savoir...
-Non surtout pas!!!


Guillaume44 11/10/2010 09:49


Le vrai personnage incontournable de "The Dark Knight" est pour moi le Joker, les autres ne font que de la figuration et lui donnent la réplique. Problème, c'est Batman le héros dans le scénario.
Alors forcément, le film est un peu bancal.


Efelle 09/10/2010 19:16


Vu et revu le Dark Knight : pas aimé du tout. Trop d'explosions et d'incohérence mis à part une ou deux scène avec le Joker.

Par contre le Batman Begins est plutôt bien passé malgré ses défauts. Question d'ambiance sans doute.