Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Contrée indienne", de Dorothy M. Johnson

Publié le par Nébal

Contree-indienne.jpg

 

 

JOHNSON (Dorothy M.), Contrée indienne, [Indian Country], traduit de l’américain par Lili Sztajn, [s.l.], Gallmeister, coll. Totem, [1948-1951, 1953, 1976-1977, 1979-1981, 1986] 2013, 246 p.

 

J’ai décidé, là, comme ça – mais mon acquisition du jeu de rôle Deadlands n’y est pas pour rien – que cet été serait western ou ne serait pas. Western littéraire, s’entend (quand bien même ma culture cinématographique en la matière est des plus limitées, ainsi que ce premier compte rendu va bientôt en témoigner…) : je ne connais absolument rien à ce genre, mais suis curieux de le découvrir. Je me suis donc emparé d’une dizaine de bouquins, et ai entamé mon « Western Summer » avec Contrée indienne de Dorothy M. Johnson (chez Gallmeister, éditeur de prédilection pour ce thème). Et ce fut un très bon choix pour commencer : ce recueil de onze nouvelles est en effet absolument superbe.

 

Pourtant, j’ai eu peur, au début : « Flamme sur la plaine », la première nouvelle du recueil, commence en effet assez étrangement – et d’une manière que j’avoue n’avoir trouvé guère convaincante : c’est très dense, tout va très vite, et on s’y perd un peu… Pourtant, le destin de cette famille de colons brisée par un assaut indien – thème récurrent – se révèle en définitive tout à fait passionnant. On se retrouve ainsi au cœur des préoccupations essentielles de ce volume, avec ces personnages entre deux mondes, Blancs égarés chez les Indiens et vice-versa. Ici, nous suivons deux filles enlevées par les Peaux-Rouges, et qui s’adaptent différemment à cette nouvelle condition… jusqu’à ce que la possibilité du retour soit envisageable. Très touchant.

 

« L’Incroyant » développe encore cette problématique, avec un homme blanc qui a vécu chez les Indiens, est retourné chez les Blancs, et accompagne sur le tard une mission en terre indienne ; va-t-il retourner chez les Braves, qui l’appelaient Iron Head pour sa chevelure rousse qui leur apportait une bonne médecine ? Mais ce « Little Big Man » est un cynique… Pas mal du tout.

 

Pas d’Indiens dans « Prairie Kid », mais un jeune garçon qui chasse un desperado du ranch de sa famille. Cette idée de l’accession précoce à l’âge adulte, arme au poing, est également un motif important de Contrée indienne ; ici, cela nous vaut une belle séquence de suspense, grâce à des personnages magnifiquement campés.

 

« L’Exil d’un guerrier » se passe a contrario uniquement en territoire indien. Nous y suivons un guerrier malchanceux, qui va tardivement faire son rêve pour découvrir sa bonne médecine. Une fois de plus, c’est très touchant.

 

Suit « Retour au fort » : on retrouve la première thématique du recueil avec l’histoire de cette femme enlevée par les Indiens qui est échangée contre rançon et retourne chez les Blancs ; mais l’accord a-t-il été bien respecté ? Et qu’est-il advenu de sa fille ? Là encore, le style simple mais expressif et les personnages bien dessinés rendent ce récit très puissant.

 

« L’Homme qui tua Liberty Valance » est probablement la nouvelle plus célèbre de ce recueil, du fait de son adaptation par John Ford (que, je plaide coupable, je n’ai pas vue…). Fort récit de vengeance d’un homme qui fait tout pour être détesté, et connaîtra un destin singulier. C’est une nouvelle fois une grande réussite.

 

Mais j’avoue préférer les nouvelles faisant intervenir les Indiens… et « La Tunique de guerre » est peut-être bien ma préférée du recueil. Poignant récit d’un pied-tendre venu chercher son frère parti vivre chez les Indiens, et qui entend bien continuer ainsi. La confrontation des civilisations est ici remarquablement mise en scène, avec un simple dialogue – avec interprètes… – entre deux hommes que tout sépare désormais malgré les liens du sang. Magnifique.

 

« Après la plaine », par contre, m’a beaucoup moins convaincu, sans être mauvaise pour autant. Nous y suivons une famille récemment installée sur le Territoire et ruinée par une attaque indienne, qui décide en conséquence de tout laisser tomber ; prétexte, en fait, à une intrigue sentimentale, ce qui ne me parle guère… Mais la nouvelle est « sauvée » (façon de parler, hein : ça reste très bien fait) par ses personnages, et notamment le Dogie Kid, gamin devenu homme après avoir défendu les femmes et les enfants.

 

Mais suit une autre nouvelle que j’ai véritablement adorée, avec « Cicatrices d’honneur » : on y délaisse l’époque mythique du Far West pour les années 1940, quand de jeunes Indiens, prêts à partir pour la guerre, demandent à un vieillard d’exécuter pour eux les rites oubliés de la religion ancestrale. C’est vraiment très beau, très touchant.

 

« Et toujours se moquer du danger » est une réminiscence, chez une vieille femme, de sa relation ambiguë avec un hors-la-loi, un tueur. Si, là encore, le côté sentimental m’a quelque peu laissé de marbre, la superbe des personnages a néanmoins remporté sans peine mon adhésion.

 

Et le recueil de se conclure sur « Un homme nommé Cheval », adapté au cinéma par Elliot Silverstein (pas vu non plus…). Cette fois, c’est un homme qui est capturé par les Indiens, pour devenir l’esclave d’une vieille femme. Nous le verrons s’assimiler à un cheval, jusqu’à en revendiquer fièrement le nom, et s’intégrer à la tribu, tout en gardant derrière la tête l’idée de la fuite… ou pas. Une réussite, là encore.

 

Vraiment rien à jeter dans ce recueil, qui sait explorer avec cohérence mais sans répétition excessive la thématique des rapports conflictuels entre Indiens et Blancs. Le style lapidaire et percutant, l’émotion à fleur de peau, les personnages tous plus magnifiques les uns que les autres, l’intelligence du propos qui sait fuir tout manichéisme, autant d’éléments qui font de Contrée indienne un superbe recueil western, dont je me suis régalé à chaque page. Du coup, la barre est haute pour la suite… Mais on verra bien. Prochaine étape de mon « Western Summer » : Journal des années de poudre du grand Richard Matheson (R.I.P.).

CITRIQ

Commenter cet article

Efelle 08/03/2014 08:29

J'ai lu les trois premières nouvelles et en effet c'est tout bon... Très bonne pioche.

Nébal 09/03/2014 09:00



N'est-ce pas ?



Efelle 06/03/2014 21:47

J'avais loupé ta chronique pour cause de vacances sans connexion. Turtle m'a attiré ici en me fourguant le bouquin sous la mention "Nébal approved". Visiblement j'ai bien fait de la croire, à
suivre...

Nébal 08/03/2014 07:15



Ah voui, elle a bien fait !



Tallis 08/12/2013 17:43

Ayé lu. Recueil magnifique effectivement : Dame Johnson parvient à camper des personnages riches et ambigus en 3 lignes à peine et on pénètre avec un naturel parfait dans l'univers et les coutumes
indiennes et ce quelle que soit la tribu évoquée.
Pas un texte faible, une petite poignée de chefs-d'oeuvre à la clé (dont les 2 adaptées en film) : bref, un sans faute. Miam.

Nébal 10/12/2013 08:10



Ah ! N'est-ce pas ?



john warsen 28/07/2013 23:19

La blague, c'est que j'ai fini par parler à ma femme de ton blog, et de tout le bien que tu pensais de Contrée Indienne, elle qui adooore la littérature western, ce genre en voie d'émergence rapide
chez Gallmeister, et elle m'a sorti le maudit bouquin de sous le lit, où il dormait depuis des mois en attente de lecteurs !
Je vais lui parler du Necronomicon, pour voir. Aucun autre ouvrage hypothétique n'a enflammé mon imaginaire adolescent comme celui-là. Et si ça se trouve, elle l'a déjà lu trois fois.

John Warsen 22/07/2013 09:24

La série est plus que frôlée par l'ange du Bizarre, et beaucoup de références m'échappent, mais c'est une Grande Tragédie Contemporaine, quand même.
Je ne savais pas qu'un roman éponyme existait, merci.
Je verrai ça à mon retour du Wyoming, puisque tous ces bouquins ont fini par me porter sur le cigare et que j'y pars en aout, nananère.

Nébal 24/07/2013 05:39



Ben bon voyage, alors.



john warsen 21/07/2013 10:18

J'ai dévoré les 10 tomes de Scalped en V.O, c'est quand même plus proche de Ellroy ou de la série The Shield que de Hillermann. Par contre je redécouvre la série Deadwood, c'est vraiment le Tolstoï
ou le Zola des Black Hills du Sud Dakota.

Nébal 22/07/2013 04:00



Pas trop accroché à la série, mais je vais lire Deadwoods prochainement quand même.



Popars 19/07/2013 07:46

Merci Nébal de continuer à nous donner des envies de lire. Par contre, pour ton Summer Western, je pense que tu devrais te tourner vers le comics "Scalped" : un polar violent en territoire indien à
notre époque. Pour avoir lu que les deux premiers tomes pour le moments, à l'époque où c'était Panini qui le publiait, je pense que tu ne pourra qu'être convaincu.

Nébal 20/07/2013 06:55



Je note, merci.



Jaune Warsen 18/07/2013 15:08

Veinard, tu n'as pas encore lu Lonesome Dove, de Mac Murtry. Je t'envie. Et ça va te changer de Lovecraft.

Nébal 18/07/2013 15:18



Il est dans ma sélection, oui.


 


(Et ça va très probablement me changer de Lovecraft, certes, certes.)



Tallis 18/07/2013 11:02

Intéressant, camarade, je note. Et pour ton info, L'homme qui tua Liberty Valance est aussi une merveille de film...

Nébal 18/07/2013 15:18



Je te crois volontiers, faudrait que j'essaye de voir ça.