Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Enig Marcheur", de Russell Hoban

Publié le par Nébal

Enig-Marcheur.jpg

 

 

HOBAN (Russell), Enig Marcheur, [Riddley Walker], traduit du riddleyspeak (Anterre) par Nicolas Richard, préface de Will Self, postface de Russell Hoban, [s.l.], Monsieur Toussaint Louverture, [1980] 2012, 288 p.

 

Je suie dans les An Nuit jusqu’au coude. Aux des parts je voull pas fer ce conte rendu en parlénigm parce queue cest un peu de mauve égoût et queue jai pas le tas lent du rat ducteur Nicolas Richard qui a fait entrave aïl ex tradinaire que Père Sonne pensé que cété pot cible à vent. Aussi cest un peu fer d’un pari de la bile. Mais voilà jeu panse con peut pas parler d’Enig Marcheur de face on Père Tinente autre ment quand parlénigm parce queue ça change tout dans les fissions la forme et le fond et tout comme. Alors bon je vais sayer. Eum dis que çava pas être fissile mais queue magret tout il le faut. Part donnez moi si cest une mauve aise ydée je vois pas comme ment faire sans ça.

 

Alors bon Enig Marcheur cest un Rom An pot stable et tique qui est déjà vieux mais qui été raie puté un traduisible. Mais grasse à Nicolas Richard et Monsieur Toussaint Louverture on là en faim en français par don en parlénigm. Il faut laid rhum mercier parce queue cest vraiment très bon et an plus cest très beau avec toutes ces jaques et ou ces rats bas. Alors mer si Nicolas Richard et Monsieur Toussaint Louverture vous êtres ganrrs et forts et beaux.

 

Ça se passe long tant à près le Grand Boum en Anterre dans la région de Cambry. Sauf à Ram où cest le Mine Stère les gens sont des fermiers ou des nomades en foul. Enig Marcheur est un jeu nomade qui 2vient un homme aux des buts du Rom An parce queue il a 12 ans. Cest le fils du contac et quand son père meurt trait vite il 2vient contac lui aussi. Un contac ça fait des révêls en transe à près les spec tac des maris honnêtis du Mine Stère sur Eusa. Le spec tac rat conte l’histoire d’Eusa sur le Grand Boum. Tout le monde connaît ça mais cest jamais pareil et la révêl tout comme. Mais la première révêl d’Enig se passe mâle et la foul n’est pas contente.

 

Et pis il y a la Meute de Cul Brûlé cest des chiens avec un chef noir qui suiveur tout le tant Enig bise à Rom An. Un jour les chiens tuent un autre homme de la foul et les gens aiment an corps moins Enig parce queue il a rien fait. Alors quand Enig trou veut dans la bouyass un pentin que plus tard il à prendra être Plichinel il des cides de par tir parce queue autre ment il pour raie pas le garder. Cest comme ça que Enig se mais à part courir l’Anterre. En quelques jours il fera bi1 des rangs contre et sur tout il va des cider d’écrire tout ça.

 

Et ça donne Enig Marcheur qui est donc une sorte de journal qui parle du Grand Boum d’Eusa et du corps de la feurée et de la pyèr et tout. Cest une quête ni sciatique plaine de pro fessiers de raies flexions sur le tant d’à vent le tant près an et le tant à venir. Cest trait untel les gens trait riche je dirais même file au zoo Fik si ça fusée pas un peu preuh.

 

Mais cest vrai queue cest pas un Rom An fissile à lyre. Alors d’abord il y a le parlénigm cest un peu rebut tant dans les premières pages mais on si fait et sur tout cest pas grat8 cest vrai ment un lent gage du futur qui fait sens. Si ça demende des elfes forts aux des buts on se prend vite au jeu et ça donne une fission 10férente des choses et donc cest utile.

 

À près le Rom An est quand même air mes tiques parce queue Russell Hoban n’explique ri1 ou plus tôt cest Enig qui explique et il a un mot de pansée tel ment 10férent dune autre comme con prend pas tout. Et cest là que Enig Marcheur est vrai ment raie uzi. Cest un Rom An du futur écrit dans la langue du futur et dans la pansée du futur. Aussi cest tout sauf dix tactiques. Il y a des seins bols con comme prend pas magret les mots d’Enig tout simplement parce queue ce qui est naturel pour Enig ne laid pas pour nous. Mais cest vrai ment trait un trait sang et si ça rang le Rom An aube se cure ça le rang aussi an corps plus riche et face nan. Cest note amant vrai pour ce qui est de la mite au logis avec Eusa et Adom le Ptitome et le corps de la feurée et la pyèr et le Grand Boum et tout. On des couvres comme ça tout un monde de la manne hier la plus frontale et cest ex tradinaire et élec citant. Cest la miel heure science-fission pot cible dans un sans.

 

Et en plus ce qui est fou cest que Enig Marcheur avec le parlénigm est pour tant bi1 et cris. Et même trait bi1 et cris. Le Rom An est vrai ment trait beau que ce soie dans le fond ou dans la forme. Certes haines scènes sont traits et mouvantes et aussi drôles en même tant comme le premier spec tac de Plichinel par Bonparley. Cest d’ailleurs un su Père Perd Son Âge et dos trop si comme Lachévêque de Cambry. D’autres pas sages sont traits durs mais cest nord mâle dans un monde pot stable et tique cest l’avis. Et cest tout jour Père Tinent et untel les gens et beau.

 

Cest peu de dire queue j’ai été con qui par Enig Marcheur. Cest un Rom An fable bulleux et con peut compère à auc1 nôtre tant il est sanglier dans la forme comme dans le fond. Cest le genre de l’ivre qui chant jeu l’avis et le regard con porte sur la lis tes ratures. On né plus pas raye à près lavoir lu. Aussi j’or raie an vie de dire que cest probable ment le miel heure Rom An de science-fission pot stable et tique que j’aie jamais lu. 2vant Un cantique pour Leibowitz, 2vant La Route, 2vant Plop et tous les autres aussi. Alors vous or raie con pris qu’il vous faut lire Enig Marcheur cest tes normes et donc un dix pensable.

CITRIQ

Commenter cet article

Tigger Lilly 21/12/2012 22:35

Je suis impressionnée. Et donc à partir de maintenant tu écris toutes tes chroniques dans la langue d'Enig ? :D

Sinon je suis dedans et il est vrai que l'on s'habitue à l'écriture. Par contre ça se lit très lentement : je suis obligée de lire dans ma tête pour comprendre. Du coup je lis aussi vite que si je
le lisais à voix haute. Un peu chronophage.

Je ne vais rien dire sur l'histoire car je suis tellement pas loin que je ne sais pas où ça va.

Nébal 23/12/2012 08:26



Euh, non, les autres comptes rendus ça sera en frrrrrrrançais, hein (même si là je me suis bien amusé)...


 


Sinon, bonne lecture (mais oui, c'est chronophage).



Albumine Tagada 18/12/2012 20:32

Il y a aussi le premier chapitre de la Voix du Feu de M. Moore qui rend un hommage oblique à Russell Hoban, je crois. (N'ai point lu la VF, mais j'ai entendu beaucoup de bien de la version de
Patrick Marcel)

Nébal 19/12/2012 05:39



Hommage, je ne sais pas si c'est revendiqué, mais c'est effectivement un exemple de choix, j'avais adoré, ainsi que mon compte rendu en témoigne (hop).



SGérard Klein 18/12/2012 15:03

Donc c'est "aux normes" et un dispensable.

???

Nébal 19/12/2012 05:43



!!!



Cachou 18/12/2012 13:30

Ah mais je ne disais pas que c'était le cas ici, c'est dans "Le livre de Dave" que ça m'avait énervée (mettre des trucs comme "Ge t'M bocou" pour retranscrire un langage oral, ça me semble être un
artifice stupide parasitant inutilement la lecture).

Ici, ça me semble plus être du style du langage évolutif du "Chaos en Marche" (qui débute par "Le voix du couteau", Nébal, et qui pourrait peut-être te plaire, ça parle d'une tentative de
colonisation d'une planète qui a mal tourné quand toutes les femmes sont mortes à cause d'une maladie et que les hommes se sont tous mis entendre les pensées des autres, y compris des animaux
mâles, à cause de la même maladie. Un garçon sur le point de devenir homme va découvrir que ce qu'on lui a fait croire jusqu'à présent sur son histoire personnelle et sur ce qui a pu arriver aux
hommes sur cette planète est peut-être un mensonge)(mais de Patrick Ness, j'ai largement préféré "Quelques minutes après minuits", une pure merveille)(au cas où:
http://www.les-lectures-de-cachou.com/quelques-minutes-apres-minuit-patrick-ness/). Mais le résultat est le même: le procédé ne m'attire pas, et rien que de lire cet article (très bien pensé, ce
n'est pas ça - même si OB semble avoir fait des siennes sur deux phrases), j'en ai eu assez, je n'ai pas envie de me retrouver à nouveau avec ça pendant tout un livre. D'autant plus que d'autres
côtés, les échos sont moins enthousiastes, et comme ce sont des personnes qui ont des goûts plus similaires aux miens... ;-p.

Bref, bon, Ballard, "Sécheresse", c'est quand même assez post-apo aussi, non? Par contre, c'est vrai que mon préféré, "IGH", est plutôt apo (concentrée en un seul lieu) tout court. De mon côté, en
post-apo, je retiens surtout "En un monde parfait" de Laura Kasischke et "Les fils de l'homme" de P. D. James, même si le film est de loin meilleur.

Nébal 19/12/2012 05:42



Pour Le Livre de Dave, je verrai donc ça prochainement.


 


Je note pour "Le Chaos en marche".


 


Sécheresse, j'aurais
tendance à y voir une "apocalypse en cours", mais ça se discute.


 


Pas lu les deux autres. Mais n'ayant pas été convaincu plus que ça par le film des Fils de l'homme (que je reconnais plutôt bien réalisé, mais dont la thématique a tendance à me laisser
froid)...



VieuVolt 18/12/2012 11:40

Cachou, je suis comme vous, mais là, il y a tout un ensemble de truc cohérent. L'écriture n'essaye pas d'imiter quelque chose, c'est un gamin qui se débat pour rendre compte de quelque chose qu'il
ne comprend pas dans une langue qu'il ne maîtrise pas qui vient de notre langue où nous, nous comprenons certaines choses qui lui échappent et inversement. C'est une sacrément bonne sensation de
lecture, mélancolique, drôle et très humaine en fin de compte, plus qu'un truc superficiel.

Nébal 18/12/2012 12:47



Voilà.



saimonax 18/12/2012 11:22

C'est assez rare que je dise ça, mais la chronique est parfaite ! J'entends parler de ce livre partout, à tel point que je remet au lendemain voir si j'en entendrais pas parler encore plus...
ce qui m'a convaincu, grâce à toi, c'est, oui, les références à la fin ; j'ai tellement adoré Plop, La Route et le Cantique que, si tu dis que c'est encore supérieur, mazette...
(et je suis assez client de ce genre "d'experience" littéraire)
Merci, nébal est un con !

Nébal 18/12/2012 12:47



Bah merci à toi et de rien, hein. Et j'espère que tu seras aussi enthousiaste que moi.



Cachou 18/12/2012 08:50

Je n'arrête pas d'entendre des compliments épatés sur la manière dont ce livre a été écrit, comme si les lecteurs francophones n'avaient jamais rien lu de la sorte. Alors, certes, "Enig" est
largement antérieur, mais pourquoi oublier du coup les autres romans se basant sur une écriture ET une histoire similaire (et dont le travail de traduction a pourtant été effectué dans un délai
moindre)? Notamment la (plutôt bien foutue) trilogie du "Chaos en marche" de Ness en jeunesse (mais qui mérite d'être lue par des adultes, ne serait-ce que pour son côté sombre et évolutif) ou
encore dans "Le Livre de Dave" de Will Self (très agaçant en ce qui me concerne mais qui a eu beaucoup de succès).
Mais bon, c'est peut-être ma mauvaise foi qui parle parce que pour avoir expérimenté la chose, je sais que ce type d'écriture, même si je finis par m'y habituer, m'agace plus qu'autre chose (et
dans le cas du "Livre de Dave" m'avait même irritée par son inutilité en voulant retranscrire de manière orthographiquement tordue - en langage SMS si je me souviens bien - une langue orale et donc
non déformée sur le plan orthographique mais juste grammaticalement parlant - c'est le cas de le dire). Du coup, je passe mon tour (sans regret, d'autant plus que d'autres échos entendus au sujet
de ce livre parlaient d'un fond qui n'était pas à la hauteur de sa forme)...

Autrement, question post-apo, je suis étonnée de ne pas voir Ballard figurer dans les références mentionnées ^_^.

Nébal 18/12/2012 12:46



Connais point la trilogie dont tu causes. Le Livre de Dave, que j'ai mais pas encore lu, est par contre souvent évoqué quand on traite d'Enig Marcheur et pour cause : le roman
est donc préfacé par Will Self, qui a volontiers reconnu, si je ne m'abuse, s'en être inspiré.


 


Et je peux t'assurer que "ce type d'écriture", dans le cas présent, est tout sauf inutile. Au début j'étais un peu sceptique moi-même, mais j'ai été très vite convaincu : ça apporte vraiment
quelque chose au roman, et ça ne l'empêche pas d'être beau. Ca en rajoute même...


 


Pour Ballard, j'aurais pu citer Le Monde englouti, c'est vrai, mais, au risque de pinailler, les autres me paraissent être des "apocalypses en cours", et non des romans
post-apocalyptiques. Mais j'aurais pu de toute façon en citer un paquet d'autres : Quinzinzinzili, Le Jour des fous, etc. Autant de romans que j'ai adorés, mais voilà : aussi
intelligents et bien foutus soient-ils, Enig Marcheur a quelque chose en plus. Et qui tient beaucoup, donc, à son écriture, sans que cela devienne pour autant une pure expérience
formelle : le fond est aussi touché. Et c'est très fort.