Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grandeur et décadence de l'Humour de Droite

Publié le par Nébal

Humour-de-droite.jpg

 

 

Bon, j’ai déjà parlé de tout ça sur Facebook, mais ça m’a tellement énervé, et, quelque part, ça me paraît tellement représentatif d’une vilaine tendance que j’exècre, que j’ai ressenti le besoin d’y consacrer un petit billet, histoire que ça ne sombre pas tout de suite dans les limbes du ouèbe.

 

Donc, petit rappel des faits. L’Humour de Droite, vous connaissez nécessairement : cette page Facebook, avec compte Twitter associé, a connu son heure de gloire quand Naboléon était président de la République. Comme beaucoup, j’admirais l’humour et la pertinence de cette page, qui semblait toujours au courant des pires crasses de la majorité d’alors, et de l’extrême droite aussi tant qu’à faire, et savait en parler avec un sens de la dérision et de la satire remarquable. Je ne compte pas les statuts que j’ai partagés, et qui m’ont valu autant de barres de rire que de légitime indignation. Pour dire les choses, l’Humour de Droite me paraissait constituer une sorte de type-idéal de la page militante, qui savait exprimer ses idées avec pertinence et drôlerie, sans sombrer dans la stérilité haineuse et bêtement partisane si commune en la matière. Et qui savait pratiquer en outre avec astuce le détournement, procédé qui m’a toujours été cher.

 

Mais ça, c’était avant.

 

En effet, depuis un certain temps – depuis que Sarko s’est cassé de l’Élysée, peut-être ? – l’Humour de Droite ne me faisait plus que très rarement rire, et me paraissait nettement moins pertinent qu’autrefois. J’y trouvais en fait désormais les défauts que j’étais heureux de ne pas rencontrer à la grande époque. Y a-t-il eu changement de tenancier ? Je n’en sais rien, mais n’en serais pas plus surpris que ça. Parce que, franchement, ce n’est plus la même chose.

 

J’ai longtemps fermé ma gueule, me contentant de regarder cette page autrefois adorée d’un œil distrait et quelque peu navré. Et puis, hier, ça a été le message de trop. J’y ai en effet lu un bête statut formulé comme suit (et adapté sur Twitter) : « [ASTUCE] "liberté d'expression" dans une bio Facebook = Extrême-droite. » Ce qui ne m’a pas du tout fait rire, et m’a même franchement désolé.

 

Je m’explique. Je ne nie pas qu’il se trouve des connards à l’extrême droite de l’échiquier politique pour abuser du beau vocable de « liberté d’expression » et se planquer derrière pour balancer leurs élucubrations ; ce sont les mêmes qui se présentent volontiers comme « politiquement incorrects » et qui assurent lutter contre les « bobos », pour prendre d’autres expressions galvaudées et connotées. Seulement ça n’enlève rien à la légitimité de la défense de la liberté d’expression en tant que telle, principe auquel, vous le savez peut-être, je suis farouchement attaché. Certes pas en tant que faf : c’est plutôt, ici, de l’autre côté qu’il faut chercher (ou qu’il faudrait chercher, dans l’idéal…) ; je me répète un peu, mais voilà : je me considère libéral politique et libertaire, et c’est dans cette filiation idéologique que j’entends mener à ma manière, avec les maigres moyens dont je dispose, un combat en faveur des libertés publiques ; et parmi celles-ci, de la liberté d’expression. On connaît bien la sentence, faussement attribuée à Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire. » Peu importe que cette attribution soit trompeuse (ce qui ne surprendra personne connaissant un tant soit peu Voltaire, au passage) ; cette déclaration ne m’en semble pas moins pertinente, et j’en fais un commandement de mes opinions politiques. Comme vous le savez peut-être encore une fois, j’ai travaillé un temps sur la répression politique sous toutes ses formes ; et si j’ai acquis une certitude dans cette matière autrement fort complexe, c’est bien celle-ci : la censure, quelle qu’elle soit, est au mieux inefficace, au pire contre-productive. Aussi ai-je toujours affiché mon rejet de toute forme de censure, ou autre discrimination ou sanction prenant pour seul critère des éléments d’ordre idéologique. Hélas, cette idée qui me paraît ne pas même nécessiter l’effort d’une justification est aujourd’hui régulièrement battue en brèche… et ce à droite comme à gauche. Chose qui me paraît franchement calamiteuse, et potentiellement dangereuse à terme.

 

Mais revenons au statut de l’Humour de Droite. Généralement, je ne commente pas sur les pages de ce genre, pas plus que je ne commente la presse en ligne (qui croulent de toute façon sous les commentaires, généralement hélas plus consternants les uns que les autres, je ne vous apprends rien…). Mais, cette fois, je n’ai pas eu envie de laisser passer ça, et j’ai naïvement répondu. J’ai dit, en substance, que cette assertion était fausse (plus tard, sur Twitter, j’ai dit « bête », bouh le vilain mot), et que je m’interrogeais sur la tournure que prenait depuis quelque temps l’Humour de Droite, en engageant la ou les personnes qui se trouvent derrière à se ressaisir, parce que je ne trouvais plus la page aussi drôle et pertinente qu’autrefois. Quelques commentaires plus tard, et quelques likes et une réponse amicale à mon commentaire en prime, qui m’a permis de clarifier ma position (le truc libéral/libertaire, donc), mon message, hop ! a été supprimé, et j’ai été banni de la page, ne pouvant plus dès lors ni commenter ni même me contenter du bête « j’aime » caractéristique de Facebook.

 

Ce qui m’a fait mal au derche, tout de même.

 

Sur Twitter – qui m’était toujours accessible – j’ai donc cherché à en savoir davantage. J’ai demandé naïvement pourquoi j’avais été bloqué – surtout quand on voit les authentiques fafs qui laissent leur merde sous ce fil sans être pour autant censurés, au passage… J’ai exprimé à nouveau mon inquiétude quant à la tournure prise par l’Humour de Droite, et on m’a répondu en substance que personne ne m’obligeait à le lire. Ah. Oui, certes. Mais c’est le genre de réponse qui sent pas très bon, tout de même. Et, au-delà, cette mesquine petite affaire – je sais que j’en fais tout un plat alors que vous vous en foutez très probablement – me paraît hélas symptomatique d’une « fausse gauche », que je ne peux que mépriser : celle qui balance les libertés aux orties. Le terme de « censure » peut paraître un peu fort pour quelque chose d’aussi anecdotique, mais, objectivement, c’est bien de cela qu’il s’agit. Et que ce comportement émane de gens dont je partage a priori la majeure partie des idées politiques, voilà qui me navre terriblement.

 

J’ai donc laissé tomber, et quitté l’Humour de Droite, en leur souhaitant bon courage dans la vente de leurs sacs, qui semble constituer leur préoccupation essentielle ces derniers temps.

 

Je sais : avec ce billet, j’essaye un peu désespérément de créer une tempête dans un verre d’eau, ce que l’on peut légitimement trouver ridicule. On m’a encouragé à m’en foutre, ce qui serait sans doute la chose la plus sensée à faire. Mais je n’y arrive pas. Parce que, au-delà de mon misérable petit cas personnel, qui n’a certes aucune importance, il me semble que ce comportement de « faf de gauche » constitue à l’heure actuelle une sorte de tendance lourde, dont je trouve des traces un peu partout. J’ai l’impression que, dans son combat bien légitime et comme qui dirait naturel contre la droite et a fortiori l’extrême droite, une certaine gauche ou extrême gauche mélange un peu tout, et erre dangereusement sur les terres de son ennemi. La censure, de manière générale donc, m’ennuie, quand elle ne m’agace pas. Mais qu’elle émane d’un organe prétendument de gauche ! Et qu’elle sanctionne une critique aussi anodine que celle que j’ai pu faire ! Non, désolé, ça ne passe pas. Encore une fois, il s’agit de dépasser mon cas personnel : c’est au niveau des principes que je situe ma gêne. Et que ce comportement, en l’espèce, soit le fait d’un site que j’ai tant aimé autrefois, voilà qui me désole au plus haut point.

 

Bien évidemment, ne pouvant plus ni commenter ni quoi que ce soit, je n’ai plus aucune raison de continuer à suivre l’Humour de Droite. De cela je ne me plains pas : de toute évidence, je n’y trouvais plus ce qui faisait autrefois l’intérêt de cette page. Non, depuis quelque temps déjà, l’Humour de Droite ne me fait plus rire ; et maintenant, il m’énerve carrément. Alors ciao bande de nazes, donc ; continuez si ça vous chante de jouer aux petits fachos prétendument de gauche ; tripotez-vous devant l’adulation d’ahuris qui laissent passer les aspects les plus crétins de votre discours ; mais ce sera sans moi.

Commenter cet article

Alexandre CARRAU 24/02/2016 02:41

Les reseaux sociaux cristalisent à la fois le meilleur et le pire de la liberté d'expression (car oui, il y a bien une part de mauvais dans la liberté d'expression, comme en toute chose) et c'est malheureusement trop demander à une grande partie des francais, de faire preuve de sens de la mesure afin qu'ils arretent de porter préjudice à des causes qu'ils prétendent défendre...

Pour en revenir au sujet de la page en question, vous vous offusquez qu'une page tenue par des gens "de gauche" baffoue la liberté et s'adonne à la censure...
Par opposition à la "droite", les vilains, les mechants, qui sont bien entendu coutumiers du fait.

Vous proposez une vision très caricaturale du paysage politique français, avec une gauche qui detient le monopole de la défense des libertés et des actions sociales, bref qui défend la veuve et l'orphelin contre les riches, et qui symbolise l'humain face à une société froide, mécanique dirigée par l'argent qui se contente de suivre la loi du marché, écrasant les quidam qui ont le malheur de trainer sur son chemin...

Je sais qu'énormement de personnes "de gauche" n'ont tout simplement que cette idée-là en tête quand on leur parle du clivage droite/gauche.

Et alors forcemement je m'interroge, comment ces personnes peuvent-elles s'imaginer une seconde que l'électorat de droite (qui representent dans les 50% de la population, sans rentrer dans les details) soutienne cette dite société sans âme écraseuse d'Homme?

Le fait est que la gauche n'a aucunement le monopole de la défense des libertés, ni même de l'initiative des actions sociales. L'electorat de gauche et celui de droite ne sont pas aussi différents que vous semblez le penser, ils ont de très nombreux interets communs.
A vrai dire j'ai parfois l'impression que la ligne de démarcation entre la droite et la gauche est purement arbitraire et soumise à la sensibilité de chacun.
On en vient à se demander, suis-je un socialiste à tendance republicaine, ou suis-je un republicain à tendance socialiste.

Puis on finit par rever de l'émergence d'un parti centriste fort, qui certes formerait une élite, mais qui aurait une réelle intégrité, et un devoir d'exemplarité, qui mettrait fin aux privilèges abusifs de certains postes de hauts fonctionnaires, qui ne se laisserait pas corrompre par démagogie et clientélisme, qui appliquerait des choix difficiles mais necessaires, avec pour seul objectif la sublimation de l'intérêt général.
En bref, non-pas une alternative au système actuel en allant chercher dans la démesure (les extrêmes), mais tout simplement puiser dans le système actuel le meilleur qu'il puisse nous donner.

Mais bon il fait beau rever mais la réalité est une société enlisée dans un clivage archaïque gauche/droite qui, au fils des années, a pris des allures de dispuste de supporters de football PSG-OM, avec un argumentaire fleuri, les "Au chi*tte l'OM" contre les "PSG enc*lés".

Ce même clivage tue dans l'oeuf toute mise en place de consensus qui pourrait permettre à notre beau pays de se remettre efficacement dans le sens de la marche.

Enfin, tout ça pour vous dire, évitez par l'avenir d'entretenir ce clivage, et vous arrêterez de nuire à la cause que vous prétendez défendre ;)

Charlotte 01/07/2015 09:38

Je viens de tomber sur votre page, parce que moi aussi je me suis fait bloquer par cette page. C'est vrai que je n'appréciais pas tout ce qu'ils postaient, mais souvent ils me faisait encore beaucoup rire, et là je tombe un peu des nues, j'avoue...
Comme vous dites, quand on voit la liberté de ton sur ce site, et le nombre de posts complètement fachos qui ne sont pas censurés... Je ne m'attendais pas DU TOUT à me retrouver bloquée parce que j'ai osé soutenir une nana qui trouvait une de leurs blagues sexistes et beauf (pour nommer la blague en question : "Marine le Pen a sûrement un pénis"). Au passage, le modérateur s'était fendu d'un très classe "Ta gueule" en réponse à la remarque initiale de cette fille (alors que bon, des gens qui leur disent que leur humour est pas drôle, de manière vachement plus violente, y en a un paquet... faut croire que le féminisme c'est beaucoup plus inacceptable que tout le reste?!)
Ils ont censuré les commentaires en question et bloqué toutes les saletés de féministes qui avaient osé soutenir cette nana, apparemment.
Donc je ne peux plus ni commenter, ni exprimer mon mécontentement. Comme vous dites, y a pire dans la vie, mais par principe, ça m'énerve. Et je suis déçue car franchement j'appréciais cette page, j'y commentais souvent (et sans me vanter, parce que je suis au-delà de l'âge où on compte ses likes sur Facebook, j'y commentais parfois avec pas mal de succès...)

Nébal 01/07/2015 09:55

Faut croire que ça ne s'est pas arrangé, donc... Triste. Mais je ne peux pas prétendre être surpris...

Bidibulle 09/08/2013 22:31

>Dieu

Il serait donc vrai (gardons nous toutefois de toute induction hâtive) que lorsque l'on devient ancestral, on devient réactionnaire?

Mais est ce possible pour un Dieu?

Sar-Symius 06/08/2013 16:07

Cela dit, tu n'es visiblement pas le seul à t'être retrouvé gêné par ce statut, même si les réactions du genre ne sont pas bien nombreuses...

Personnellement, je ne connaissais pas cette page FB. Alors, j'ignore quel était son niveau auparavant(très bon si je m'en tiens à tes descriptions), mais alors là, c'est vrai que ça pue un peu le
gag réactionnaire et facile. Je ne parlerai pas des commentaires, puisque ceux de FB sont hélas de la même trempe que ceux de la "communauté" YouTube...

Gérard Klein 06/08/2013 12:30

La gôche a toujours été comme ça. Bien pensante ou carrément intolérante versant communiste.
Et j'en ai une longue expérience remontant à l'époque où mon cœur penchait encore de ce côté.
À l'époque de ce voyou de Miterrand qui aurait été empeachmenté dix fois dans un pays de droit, le critiquer ou s'en moquer à propos de ses fréquentations astrologiques te menait droit au lynchage
dans ces milieux.

Et je repose la question signature de certains de mes mails:

Que fait-on pour la liberté d'oppression?

Jeanne-A Debats 06/08/2013 07:28

alors la phrase exacte dans ton cas, c'est en fait :
"je ne suis pas d'accord avec vous ET je crèverais la langue pleine de furoncles si j'oubliais de vous le dire, persuadé que je suis que l'hypocrisie et la lâcheté sont les mères (vive le mariage
gay)(pardon, elle est vraiment con celle-là) de toutes les compromissions"
Un jour tu finiras pendu mon Nébal mais c'est ton côté Jeanne D'ARC (il fallait le trouver^^)

(et il est évident que tu crèverait également si on empêchait celui d'en face de causer bien sûr) (mais moins furonculeux tout de même)

Nébal 06/08/2013 07:33



Voui...