Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"L'Appel de Cthulhu : Malleus Monstrorum"

Publié le par Nébal

L-Appel-de-Cthulhu---Malleus-Monstrorum.jpg

 

L’Appel de Cthulhu : Malleus Monstrorum

 

Une bible.

 

Enfin, façon de parler bien sûr.

 

Le Malleus Monstrorum, empruntant son titre au fameux Marteau des sorcières (Malleus Maleficarum), fait figure de supplément indispensable à L’Appel de Cthulhu. Ce « bestiaire démonologique » recense en effet plus de 380 (!) entités et créatures surgies du Mythe de Cthulhu. Et si l’on peut d’ores et déjà regretter qu’il soit traduit avec les tentacules – et je ne fais pas ici référence au seul choix discutable de l’expression « Terres oniriques » en lieu et place des classiques « Contrées du Rêve », hélas… –, et s’il faut en outre ajouter que l’ouvrage (impie) est à manipuler avec précaution (on y reviendra), on ne peut qu’approuver ce recensement aussi exhaustif que possible de saloperies cosmiques en tout genre, prêtes à bouffer de l’investigateur pour peu que l’on veuille bien les y inciter. Et tout cela nous fait un gros et beau volume – plus gros que le livre de base, et doté d’une iconographie originale et bienvenue, riche en amusants canulars –, qui vaut amplement son prix.

 

Après une brève introduction précisant quelques points de vocabulaire ainsi que la présentation des bestioles qui vont suivre, l’ouvrage se découpe en quatre chapitres de longueur très inégale, suivis de brèves annexes. On commence par « Les créatures du Mythe ». Elles y sont toutes, des Larves d’Aboth aux Zoogs, distinguées en races indépendantes et serviteurs, inférieurs ou supérieurs. 105 pages de vilaines bébêtes, yum, yum. Avec de temps à autres quelques commentaires (plus ou moins éclairants) de Sir Hansen Poplan, que l’on retrouvera également dans le deuxième chapitre.

 

Deuxième chapitre qui est (étonnamment ?) le plus gros, et qui est consacré aux « déités du Mythe », d’Aboth à Zu-Che-Quon. 139 pages de Grands Anciens (d’Aphoom Zhah à Zu-Che-Quon), Dieux Extérieurs (d’Aboth à Yomagn’tho), Avatars (d’Aforgomon à Y’hath), Dieux Très Anciens (de Bast à Yad-Thaddag), Supérieurs (d’Ariel à Zo-Kalar) et Entités uniques (de Dagon & Hydra à Zoth Syra). Ce qui en fait, du monde. Un peu trop à mon avis, mais j’y reviendrai.

 

Suivent deux chapitres beaucoup plus brefs, le premier consacré aux « créatures légendaires et folkloriques » (épouvantails, fantômes, golems – ça, ça me gêne un peu, supposant quelque part l’existence de Dieu, ce qui me paraît incompatible avec l’horreur cosmique lovecraftienne… –, loups-garous, mégalodons, momies, monstres des lacs, plantes carnivores, sasquatch, spectres, squelettes, vampires et zombies), et le second aux « animaux », ce qui peut effectivement se révéler utile.

 

L’ouvrage se conclut enfin sur de brèves annexes. Tout d’abord – eh eh – un guide de prononciation, ce qui n’est pas de refus ; suivent quelques suggestions concernant la description de l’indicible faisant l’usage des cinq sens (ce pour quoi Lovecraft était un maître, voyez l’essai de Houellebecq) et la mise en scène de la mort, avec (gag) une liste de « mots pour le dire », un bref texte assez peu utile sur la longévité des créatures évoquées dans cet ouvrage, un autre sur la création de monstres prenant pour exemple les Cénobites de Clive Barker, le Fendahl de Dr Who et les Aliens, un trop bref texte sur les Contrées du Rêve, et une fiche de créature.

 

Quelques remarques, maintenant, sur le contenu général de ce Malleus Monstrorum, et sur les précautions à prendre dans son utilisation. Tout d’abord, HALTE AU GROBILLISME ! Ce volume ne doit en aucun cas se transformer en invitation à la baston contre des créatures et entités toujours plus puissantes. Mais à vrai dire, bon nombre d’entre elles sont tellement puissantes qu’elles devraient suffire à calmer les ardeurs des joueurs les plus bourrins/inconscients/rayez la mention inutile ah mais y’en a pas. J’irais même pour ma part plus loin : j’ai trouvé que conférer des caractéristiques aux déités, la plupart du temps – disons que je ferais une exception pour certains Avatars, et notamment les fameux Masques de Nyarlathotep, dont on a un bon paquet de décrits –, était totalement superflu : pour ma part, dans ce cas, je me contentais de regarder la perte de SAN, qui me paraît la seule indication « technique » véritablement utile… Sinon, soyons francs : en tout cas dans les modes « Horreur lovecraftienne » et « Investigation occulte », les joueurs, confrontés aux déités du Mythe, n’ont que trois possibilités : 1° fuir ; 2° devenir fou ; 3° mourir dans d’atroces souffrances. Et j’aurais tendance à dire que même en « Aventures pulp », c’est le cas…

 

Je dirais ensuite – mais c’est toujours un avis personnel – que, certes, sans doute, mieux vaut trop que pas assez, mais, en même temps : HALTE À LA SURENCHÈRE ! Ouep, arrivé au bout du long chapitre sur les déités du Mythe, j’avoue avoir soufflé un bon coup… Parce qu’il faut bien reconnaître que les auteurs (surtout) post-lovecraftiens et les scénaristes, à vouloir à tout prix apporter leur pierre à l’édifice, en ont parfois fait trop ; et si certains (je pense notamment à Brian Lumley et Ramsey Campbell) s’en sont dans l’ensemble bien tirés et ont pu apporter des contributions originales et bienvenues, d’autres se sont allègrement vautrés dans la caricature, à grands renforts de tentacules cyclopéens z’et indicibles aux désignations de plus en plus grotesques.

 

Allez, moi aussi, puisque c’est ça : H’gry’tahglkuhj’vasgfr, Celui Qui Trépane Les Sangliers. « Un amas bulbeux indicible de tentacules protéiformes et de bouches de lamproies suppurant la mort et la noirceur par tous les orifices, avec trois ailes de chauve-souris titanesques et cinq pattes de canard globuleux, se vautrant dans la fange d’un terrier de lapin cyclopéen au fin-fond de la Dordogne consanguine. » Culte : Moi ! Perte de SAN : 5/1D100 pour avoir vu H’gry’tahglkuhj’vasgfr.

 

Troisième précaution qui n’engage que moi : HALTE À L’ANTHROPOMORPHISME ET À LA DERLETHISATION DES ESPRITS ! Les dieux bons, ouste. Pas à leur place, moi j’dis. Et les familles, pareil. Très franchement, j’ai été choqué (oui, choqué) de voir Cthulhu avec des conjointes et des descendants… Sir Hansen Poplan, dans ses carnets, en tire la conclusion que, oui, justement, c’est bien la preuve qu’en fait ce n’est pas un dieu. Moi, je rétorquerais que ça m’a surtout paru très grec, tout ça… Et pas à sa place non plus. D’une manière ou d’une autre, c’est trop « humaniser » les déités du Mythe que de leur prêter ce genre de comportement. Vous imaginez Cthulhu avoir une scène de ménage, franchement ? Ça fait pas sérieux… J’oserais même dire que ça casse un Mythe.

 

Cela dit, dès l’instant que l’on prend garde à ces écueils éventuels, le Malleus Monstrorum est bien, en dépit de sa traduction parfois à la limite du supportable, un bon supplément de L’Appel de Cthulhu, et même probablement un supplément indispensable. D’un usage aisé, il abonde en idées de scénarios (j’irais bien faire faire un tour à mes investigateurs du côté de… mouhahahahaha !), et fournit amplement de quoi épicer les parties en remplacement des pauvres cultistes habituels qui en ont marre de se faire mitrailler la fiole à chaque scénario. Bref : fhtagn !

Commenter cet article

juko 04/03/2011 09:37


Trop bien toutes tes critiques! juste quand je me remets aussi à masteriser cthulhu avec de vieux joueurs crachotants en stade terminal Profond, mais motivés!
dans le genre encyclopédie de streumon en ligne, il y a ce super site très pratique pour pécher de la créature au kilo: http://www.tentacules.net/index.php
tu dois surement connaitre (l'essentiel se passe dans la toccyclopedie)