Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"La Loi des mages", t. 2, d'Henry Lion Oldie

Publié le par Nébal

La Loi des mages 2

 

 

OLDIE (Henry Lion), La Loi des mages, t. 2, [Маг в законе], traduit du russe par Viktoriya et Patrice Lajoye, Saint-Laurent d’oingt, Mnémos, coll. Dédales, [2000] 2012, 343 p.

 

Bon alors là je vais avoir des problèmes. C’est que j’ai lu ce bouquin (et les suivants dont je vais vous causer dans les jours qui viennent) y a de ça un petit moment déjà, et que je suis passé par des épreuves à la con qui m’ont fait fondre la mémoire. Je vais quand même en parler – parce que – et essayer de rattraper mon retard, mais je vous demanderai donc de faire preuve d’un minimum d’indulgence.

 

Adonc, j’avais bien aimé les textes d’Henry Lion Oldie (c’est-à-dire Oleg Ladyjenski et Dimitri Gromov) publiés dans Dimension Russie ; et j’avais de même beaucoup aimé le premier tome de La Loi des mages (surtout son excellente première partie « sibérienne », mais le reste se tenait). J’allais donc nécessairement lire le deuxième (et dernier) tome, ce n’était qu’une question de temps. Reste, maintenant, à parler de la chose. Et ça s’annonce pas évident. Déjà parce que parler d’un deuxième tome, c’est toujours chiant. Ensuite parce que j’ai pas mal oublié de quoi que ça cause avec le temps (va tout s’en va).

 

Nous retrouvons Rachka la Princesse et Drouts l’Amateur de Chevaux, et le dispositif stylistique si particulier – notamment dans l’usage jusqu’à l’abus de la deuxième personne – qui s’était déjà montré aussi séduisant que perturbant dans le premier tome. Mais d’autres mages légaux sont désormais de la partie, leurs filleuls Fedor Sokhatch et Alexandra-Akoulina (nettement moins charismatiques). Ce second tome emprunte largement de faux airs de roman d’apprentissage, et décrit en creux toute la complexe société des mages, mais aussi au-delà celle des « Barbares ».

 

 

Et non, finalement, j’ai pas envie d’en dire plus. Na.

 

Juste que j’ai aimé. Moins que le premier tome (la partie « sibérienne » m’avait franchement bluffé, rien de la sorte ici), mais j’ai aimé. C’est une fantasy indéniablement très personnelle, plus inventive qu’il n’y paraît, et qui, joie, ne sacrifie pas la forme au fond (au quoi ?), ce qui est assez rare pour être signalé. Une lecture-découverte, qui change agréablement du tout venant de la fantasy par son ambition, sa subtilité et sa maîtrise. On n’en fera pas un chef-d’œuvre, mais on ne boudera pas non plus son plaisir. Si ça pouvait inciter d’autres traductions, ça serait ben chouette… mais je suis un peu sceptique, dans la mesure où nous vivons dans un Triste Monde Tragique.

 

 Mais en attendant, La Loi des mages, c’est bien. Si, si. Bon, clairement, si le premier tome vous est tombé des mains, celui-ci ne vous convaincra pas davantage, et c’est même pas la peine d’essayer. Mais si, comme moi, vous avez été séduit par l’univers et la plume des Oldie, ça serait dommage de s’arrêter en cours de route.

CITRIQ

Commenter cet article

E
Voilà qui me rappelle que je n'ai toujours pas lu le premier tome...
Répondre
P
Hélas, mon bon Nébal, hélas... Pour de nouvelles traductions, il faudra te contenter d'ici quelques semaines d'une nouvelle dans le prochain Black Mamba. Sinon, on espère un miracle. (Il y a bien
une idée qui couve dans ma tête, mais rien de certain).
Répondre