Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"La Traversée du livre", de Jean-Jacques Pauvert

Publié le par Nébal

La-Traversee-du-livre.jpg

 

PAUVERT (Jean-Jacques), La Traversée du livre, [s.l.], Viviane Hamy, 2004, 478 p. + XXXII p. de pl.

 

Où l’on poursuit les lectures « éditoriales », avec ce qui constituera sans doute ma dernière fiche de lecture, après La Sagesse de l’éditeur de Hubert Nyssen et Une histoire de la lecture d’Alberto Manguel (je vais être trop court pour le Gaston Gallimard. Un demi-siècle d’édition française de Pierre Assouline, ce qui ne m’empêchera pas d’en faire une lecture prioritaire). Cette fois, je m’attaque donc à La Traversée du livre de Jean-Jacques Pauvert, premier tome des mémoires de l’éditeur franc-tireur, couvrant une période allant en gros de son enfance à mai 68 (sa bibliographie en tête de volume indique bien un Mémoires II : 1968-2004, mais je n’en ai pas trouvé de trace ailleurs ; ou, plus exactement, d'après Wikipedouille, en juillet 2009, il était toujours en cours de rédaction, alors, bon…?).

 

Pourquoi Pauvert, me direz-vous ? Essentiellement parce que Sade. Voilà. Je ne connaissais l’éditeur que de réputation, mais je savais qu’il s’était fait un nom et une réputation en publiant l’impubliable, et notamment les œuvres complètes du Divin Marquis. Or le Donatien Alphonse François fait partie des écrivains qui ont compté pour moi, et la problématique de la censure, et plus largement des frictions entre la morale et le droit, m’a toujours très fortement intéressé. C’est très largement pour cette raison que je me suis intéressé à La Traversée du livre : je voulais en savoir plus sur le sulfureux éditeur, et sur ses autres sulfureuses éditions.

 

Le moins que l’on puisse dire est que je n’ai pas été déçu du voyage. Et que j’ai découvert dans ces passionnantes mémoires un portrait fascinant, souvent drôle, parfois attachant, parfois un brin agaçant aussi, assez souvent féroce également, d’un éditeur « malgré lui », mais d’un éditeur modèle. Du moins sur un versant utopique, dirons-nous ; puisqu’il s’agit clairement là d’un éditeur qui n’a jamais fait de concessions, et qui n’a publié que ce qu’il aimait, mais tout ce qu’il aimait, contre vents et marées.

 

« Ainsi, Monsieur, vous voulez donc travailler dans le livre… » Le Monsieur en question, c’est Jean-Jacques Pauvert, élève médiocre, à peine âgé de quinze ans. L’interlocuteur s’appelle Gaston Gallimard. Nous sommes en 1941, et le petit Jean-Jacques va trouver du travail à la librairie Gallimard. Premier contact avec le monde du livre, et bientôt avec les auteurs de la NRF. C’est l’Occupation. Le jeune homme, presque naïvement, fait de temps à autre le commis pour la Résistance. En essayant de passer en zone « libre », il est arrêté par les Allemands et fait un peu de prison. Il participe à peine à la Libération – à Toulouse, tiens.

 

Puis il reprend ses activités de libraire, mais plus ou moins à son compte. Il est assez connaisseur en matière de livres rares. Puis il est pris de l’envie de fonder une revue – Le Palimugre – et d’éditer quelques petits ouvrages, comme par exemple une Explication de L’Étranger de Camus par Sartre. Il édite aussi des lettres inédites de Flaubert… qui font jaser. C’est que le Gustave y parle crûment, pas comme dans la correspondance « amendée » (!) que l’on publiait jusqu’alors !

 

En attendant, Pauvert continue de se lier avec des auteurs – Jean Genet, notamment –, et germe en lui un projet ambitieux : éditer les œuvres complètes du marquis de Sade. Officiellement, et pas sous le manteau. Au début, on lui recommande d’y aller doucement : l’Idée sur les romans, préface aux Crimes de l’amour, par exemple, ça va, ça. Mais lui entend aller plus loin. Et c’est ce qu’il fait, en commençant par l’Histoire de Juliette. Ce qui ne tarde pas à lui valoir des ennuis avec la Mondaine, et une réputation de pornographe. Les livres se vendent mal, d’ailleurs, et à des clients pas toujours très au fait de ce que sont au juste les œuvres de Sade… Mais Pauvert persévère. Suivront La Nouvelle Justine, La Philosophie dans le boudoir et, bien sûr, Les 120 Journées de Sodome : bref, tous les écrits « ésotériques » de Sade, ses textes « pornographiques » à proprement parler. Ce qui débouchera sur « l’Affaire Sade », un procès retentissant, qui devient celui de la censure contre la liberté d’expression et d’impression, procès que perd Pauvert en première instance, mais qui devient une semi-victoire en appel (Pauvert bénéficiant du sursis, il poursuit l’impression… sans plus craindre ni amende ni destruction !).

 

Il faut dire que la réputation de Pauvert ne s’était pas arrangée, entre-temps, du fait d’une autre publication, contemporaine cette fois – et je passe outre certains textes de Bataille, de Genet ou d’Aragon assez salés… –, passée d’abord assez inaperçue, mais qui a fini par rencontrer un grand écho et par faire sacrément jaser, une fois de plus : Histoire d’O de Pauline Réage (de son vrai nom Dominique Aury, une amie de Pauvert) ; là aussi, on n’est pas passé loin du procès (la Commission du livre voulait poursuivre), même si on s’est finalement contenté des trois interdictions (vente aux mineurs, affichage, publicité). Un livre qui traîne depuis bien trop longtemps dans mon étagère de chevet, d’ailleurs ; je l’avance illico.

 

Mais Pauvert, ce n’est pas que « cette littérature-là », même si l’érotisme a toujours eu une certaine importance dans son catalogue. C’est aussi, par exemple, Le Voleur de Georges Darien, dont on m’a dit le plus grand bien (faudrait que j’arrive à mettre la main dessus…) ; la réédition du Littré ; les Œuvres poétiques complètes de Victor Hugo en un volume (!) ; de belles éditions des Liaisons dangereuses ou de L’Ève future, des manifestes surréalistes et dada, des romans de Boris Vian, d’Alice au pays des merveilles et De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll, et de La Chasse au Snark du même, de Melmoth de Mathurin ; L’Histoire de l’art d’Élie Faure ; et aussi bien des traités d’alchimie que des pamphlets libéraux ou libertaires (sous des couvertures révolutionnaires), ou encore les dessins de Siné, de Wolinski, de Gébé, de Chaval, etc. (L’Enragé de mai 68 inclus).

 

Et Jean-Jacques Pauvert de raconter toute cette aventure éditoriale de sa plume incisive et mordante, avec un franc-parler qui n’épargne rien ni personne, pas même lui, d’ailleurs ; il ne gomme rien de son passé, quand bien même on peut sentir à l’occasion une certaine gêne, malgré tout (ainsi quand il évoque sa liaison, de toute façon connue, avec Régine Deforges).

 

Le résultat est un ouvrage passionnant de bout en bout, riche en passages savoureux et portraits croustillants, en anecdotes étonnantes et en réflexions pertinentes. On a pu dire de Jean-Jacques Pauvert qu’il avait « inventé les années 1960 ». C’est sans doute aller un peu loin… Mais on peut sans l’ombre d’un doute lui reconnaître un talent de visionnaire, un certain génie, même, qui en fait un des très grands éditeurs français du siècle. Certes, on est bien loin, avec lui, des tirages énormes des plus grandes maisons d’édition, ou des avalanches de prix littéraires des éditeurs les plus prestigieux ; mais rarement aura-t-on vu un éditeur aussi ancré dans son temps, et aussi lucide sur son époque et sur son milieu. D’où une infinité de polémiques, mais dont il est toujours sorti la tête haute…

 

 Aussi cet hypothétique deuxième tome de ses mémoires m’intrigue-t-il ; j’ai l’impression qu’il n’est toujours qu’à l’état de projet, et peut-être ne verra-t-il jamais le jour ; mais j’espère me tromper. Et, dans ce cas, j’ai hâte de le lire. Parce que je suis sûr d’une chose : c’est que cet homme-là a encore beaucoup de choses à dire.

CITRIQ

Commenter cet article

J

Ne pas oublier que Losfeld publia quelques livres de SF qui firent date, notamment des recueils de Dorémieux et de Klein. Plus un roman atypique de Simak.


Répondre
G

Pravda la survireuse, c'était Guy Pellaert évidemment.
Ç'a m'est revenu.
Disparu prématurément.


Répondre
G

Losfeld a publié les derniers surréalistes, découvert Jacques Sternberg, créé la BD adulte (Forest, Druillet, et l'auteur de Prvda la survireuse dont le nom m'échappe mais que j'ai bien connu. Plus
Midi-minuit Fantastique et Positif. Et j'en oublie des tonnes.

Pauvert a toujours eu un coté Germano-Pratin chic et parfois faux-nez de Gallimard (L'Histoire d'O) qui m'a toujours agacé.
Sade, ce n'est tout de même pas lui qui l'a découvert, ce serait plutôt Gilbert Lély. Ni Maturin. Et ses bonnes relations lui évitaient les gros ennuis. C'était un malin.

Losfeld avait un côté beaucoup plus fou, plus audacieux, plus belge, plus vulgaire parfois, bref mauvais genre. J'aimais beaucoup Éric. Je ne crois pas que je me serais aussi bien entendu avec
Pauvert que j'ai juste croisé quelquefois.


Répondre
N


Je note tout ça précieusement pour rééquilibrer le point de vue. Il est vrai qu'ici, par définition, je n'ai que celui de Pauvert lui-même...


Cela dit, il n'a jamais eu la prétention d'avoir découvert Sade, bien d'autres étaient passés avant lui (Apollinaire, Heine, Blanchot aussi si je ne m'abuse, Lély effectivement, dont il "se
méfiait", etc.). Seulement celle de l'avoir édité officiellement ; ça, je ne crois pas qu'on puisse le lui enlever. "L'Affaire Sade" a bien eu lieu...


Sur Losfeld, je veux bien vous croire. Je vais tâcher de dégotter Endetté comme une mule, ça m'intéresse de toute façon...



G

Faudrait quand même lire aussi le Éric Losfeld, Endetté comme une mule. Le grand contemporain, dans une certaine mesure concurrent de Pauvert et à mon sens beaucoup plus subversif et moins chicos.


Répondre
N


Ah ? Pauvert lui en balance pas mal dans la tronche, pour autant que je m'en souvienne (EDIT : oui, je viens de vérifier : c'est toujours "le pauvre Losfeld", qui vient pleurnicher au
tribunal, expliquant qu'il doit diffuser de la pornographie pour vivre, et à qui on vient même citer Pauvert en exemple, lui qui publie Bataille, et donc "des textes qui honorent la
littérature", malgré tout !) ; il est vrai que ça pourrait être intéressant de comparer, et que l'on n'a là qu'un seul point de vue...



C

Il m'intéresse moins celui-là. Déjà, je n'ai pas (encore) lu Sade (je sais... certains font même du forcing pour que je m'y mette)(et j'ai le début de "La philosophie dans le Boudoir" - en Folio 2€
-, c'est déjà ça)(mais l'envie n'est pas là pour l'instant). Les quelques titres que tu cites à la fin m'intéressent (surtout pour Hugo et Vian)(quoique cette édition des "Liaisons dangereuses"
m'intrigue), mais je n'ai jamais réellement accroché aux (auto)biographies, et ce livre-ci semble plus tourné vers la vie du type que vers sa passion des livres, non?

Bref, pour une fois, je passe (comme quoi, ça arrive).

(Oh, et je viens tout juste de finir "I.G.H.")(effet d'annonce ^_^)


Répondre
N


1/ Sade, c'est grand. Mais ça passe ou ça casse...


2/Ben, c'est une autobiographie, hein... Donc, non, probable que ça ne t'intéresserait pas..


3/ Ah ! Hâte de lire ton avis sur I.G.H. !