Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Le Sceptre du hasard", de Gérard Klein

Publié le par Nébal

Le-Sceptre-du-hasard-copie-3.jpg

 

 

KLEIN (Gérard), Le Sceptre du hasard, préface de Jacques Goimard, Paris, Robert Laffont – Presses Pocket, coll. Science-fiction, [1974] 1980, 187 p.

 

Je n’avais jusqu’à présent lu de Gérard Klein que deux recueils de nouvelles,  La Loi du talion et  Mémoire vive, mémoire morte, et un roman, probablement son plus célèbre,  Les Seigneurs de la guerre. C’était pas mal, tout ça. Aussi avais-je envie d’en lire un peu plus, sans forcément en trouver l’occasion, quand bien même Le Gambit des étoiles et Les Tueurs de temps prenaient la poussière dans ma pile à lire. Mais voilà, une fois de plus, la lecture de La Science-fiction en France de Simon Bréan est passée par là, qui m’a incité à m’y remettre, mais tant qu’à faire, non pas avec les deux romans sus-cités, mais de préférence avec Le Sceptre du hasard, roman initialement publié sous le nom de plume de Gilles d’Argyre dont le thème me paraissait tout à fait intéressant. À m’en tenir à la quatrième de couverture et à la préface de Jacques Goimard, toutes deux tellement élogieuses que l’on pourrait supposer qu’elles sont l’œuvre de Gérard Klein himself, il faut croire que c’était un bon choix. Le qualificatif de chef-d’œuvre est même avancé. Mazette, ça doit être bien, alors.

 

Environ quatre siècles dans le futur. L’humanité a essaimé dans la galaxie, colonisant les Cent Mondes (qui sont pas loin de 200 si j’ai bien tout suivi). Suite à des guerres meurtrières et à l’émigration vers les autres planètes, la population de la Terre a drastiquement diminué, mais celle-ci reste, théoriquement tout du moins, à la tête de l’humanité. Au sommet de la pyramide se trouve le stochastocrate, désigné aléatoirement par la Machine du Hasard, ultime reliquat de l’Ère des Sondeurs contemporaine (ce qui m’a tout naturellement fait penser à Loterie solaire de Philip K. Dick, voire aux abjects « non-A » de Van Vogt, souvent cité en modèle dans la préface, argh). Pour le reste, la société – nécessairement parfaite, a fortiori avec la relégation sous-terre des Indignes – est organisée par les robots. Ce système est dans l’ensemble apprécié de tous, même s’il existe quelques Démos (démocrates, au sens moderne, donc) pour le contester et se montrer désireux de remettre en place le principe d’élection.

 

Au début du roman, nous assistons à la désignation par la Machine du Hasard du nouveau stochastocrate, suite au décès du précédent. Manque de bol, ça tombe sur Ingmar Langdon, qui n’en a vraiment pas envie. Cet intellectuel vaguement réac n’a strictement aucune ambition politique (sa mère en a pour deux) et, s’il le pouvait, il refuserait cette charge. Hélas pour lui, la Constitution l’interdit : le stochastocrate désigné par le hasard doit exercer ses fonctions, qu’il le veuille ou non. Alors Ingmar Langdon tente de fuir à bord de son glisseur, se demandant même s’il ne pourrait pas, après tout, trouver refuge chez les Indignes, ce qui lui paraîtrait moins pire… Mais un attentat a lieu, auquel il ne survit que par miracle (ce n’est pas le cas de son glisseur et, horreur glauque, de ses livres, détruits au cours de l’assaut).

 

Il est retrouvé par Sandra Devon, fille du précédent stochastocrate et ardente Démo. Il n’a dès lors plus le choix, et doit se rendre à la capitale pour enfiler les habits de sa prestigieuse fonction… Et, ça tombe bien, il doit dès le départ prendre des décisions cruciales en ce qui concerne les « étrangers », extraterrestres mystérieux avec lesquels l’humanité vient tout juste de rentrer en contact ; un parti belliciste se dessine, ce qui ne l’enchante guère… Mais, hop ! nouvel attentat… Décidément, quelqu’un lui en veut.

 

Cette idée de la stochastocratie, qui plus est en situation de crise, me paraissait plutôt intéressante, et explique largement pourquoi mon choix s’est porté sur ce roman. Hélas, la réflexion politique est assez vite délaissée au profit de l’action à cent à l’heure avec rebondissements en veux-tu en voilà, ce qui n’est certes pas très surprenant (après tout, c’est du Gilles d’Argyre, le versant « populiste » de Gérard Klein – je reprends le qualificatif de la préface, qui n’est pas employé dans un sens péjoratif, alors que bon), mais tout de même un peu regrettable à mes yeux. En ce sens, le roman a bien quelque chose de vanvogtien, mais – heureusement – la confusion portnawak en moins.

 

Cela dit, quand on parle de chef-d’œuvre à propos de ce Sceptre du hasard, mon cul s’insurge, et entend bien préciser à la face de la Nébalie entière qu’il n’est pas constitué de poulet. Alors, certes, c’est divertissant, et on n’a pas le temps de s’ennuyer ; de ce point de vue, c’est sans doute une réussite. Mais voilà : ça ne dépasse jamais vraiment le seuil du roman de gare honnête, malgré l’ambition de son postulat. On s’amuse, oui, mais on aimerait bien réfléchir un peu plus. Raté, ça sera pour une autre fois…

 

Et, de temps en temps, on peste un peu, aussi. J’avoue, à cet égard, que la conclusion du roman ne m’a vraiment pas satisfait, nageant d’une part dans l’optimisme le plus béat, et nous infligeant d’autre part une ultime « révélation » (sur la nature du meuchant vraiment très très meuchant « maître inconnu ») qui paraîtra parfaitement ridicule à tout un chacun, mais intéressera éventuellement les psychanalystes.

 

Aussi, le roman a beau être foisonnant et d’une lecture plutôt agréable, il ne m’en a pas moins déçu. Personnages caricaturaux et propos simpliste viennent nuire à ce qui aurait pu donner un bon ersatz de science-fiction politique, et on se retrouve avec un roman d’aventure relativement banal. Pas désagréable, mais pas de quoi non plus en faire un fromage.

 

Sans parler d’une apothéose.

CITRIQ

Commenter cet article