Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Le Visage Vert", n° 23

Publié le par Nébal

Le-Visage-Vert-23.jpg

 

 

Le Visage Vert, n° 23, Cadillon, Le Visage Vert, novembre 2013, 191 p.

 

J’avais pris du retard dans mes lectures du Visage Vert, comportement inqualifiable pour un petit fan tel que votre serviteur. Les habitués de ce blog savent en effet que je n’ai cessé de multiplier les louanges à l’égard de cette revue érudite sans être pédante, nous régalant à chaque livraison de délicieux textes fantastiques, décadents, et plus puisque affinités. Il est d’autant plus étrange que je ne me sois pas précipité sur ce numéro 23 que l’affiche était particulièrement belle, alignant les noms prestigieux : Fitz-James O’Brien, Régis Messac, J.-H. Rosny, Mary Shelley et Jules Lermina, notamment. Et tout de même.

 

 

Mais je dois vous faire une confession. Sans doute est-ce dû en partie aux attentes que je plaçais dans ce numéro particulier du fait de ce sommaire alléchant, mais c’est bien la première fois, je crois, que je suis déçu par Le Visage Vert… Oh, une déception « légère », hein, et qui n’a rien d’insurmontable : la lecture de cet opus reste agréable, et il contient de fort bons textes ; seulement, ce ne sont pas forcément ceux que j’attendais… Suivons donc l’ordre du numéro pour tenter d’expliquer cette vague amertume en bouche.

 

On commence avec un grand nom, Fitz-James O’Brien, traduit et commenté par un autre grand nom, Régis Messac. « Animula » est une nouvelle de proto-science-fiction teintée de policier, histoire complexe et richement élaborée (ou bien partant dans toutes les directions ?) tournant autour d’un microscope et de ce qu’on peut y voir. Ce n’est pas mauvais (encore qu’un brin dispersé, donc), mais n’en déplaise à l’illustre traducteur, je n’en ferais certes pas le sommet de l’œuvre de l’Irlando-américain : voyez plutôt l’excellent Qu’était-ce ?, à mon sens d’une tout autre tenue. Petite déception dès l’entrée en matière, donc.

 

La grosse déception, cependant, vient immédiatement après, et c’est sans doute là ce qui explique mon jugement un chouia négatif sur cette 23e livraison. On y consacre en effet nombre de pages à J.-H. Rosny, le célèbre binôme, et plus particulièrement à J.-H. Rosny aîné. J’avais depuis longtemps envie de découvrir cet auteur fondateur, dont je ne connaissais guère que des échos, La Guerre du feu en tête. Hélas, les commentaires érudits de Fabrice Mundzik ne parleront qu’aux exégètes… ce qui ne serait pas si grave, si les quatre (tout de même) nouvelles ici reprises valaient le coup. Hélas, j’ai un peu eu l’impression que l’on se trouve ici devant une entreprise d’exhaustivité, dénichant des textes oubliés et, on peut bien le dire à mon sens, légitimement oubliés (mais je ne jette pas totalement la pierre, voyez mon goût des lovecrafteries obscures…). Si, des deux frères, « Le Septième Sens » est relativement correct (proto-science-fiction là encore, avec des aveugles qui développent une conscience singulière de leur environnement), les trois textes suivants, dus à l’aîné seul, sont à mes yeux d’une totale absence d’intérêt, d’une fadeur que je ne m’explique pas. Grosse déception, donc…

 

Vient ensuite un texte contemporain, « Un cabinet » d’Yves Letort. Dans un premier temps, le style très ampoulé m’a quelque peu rebuté, et je craignais une nouvelle déception (ce qui aurait commencé à faire beaucoup…). Mais, en définitive, je m’y suis fait, et il y a bien dans tout cela une certaine musicalité finalement très agréable ; et si le fond est peut-être un peu convenu, la forme sur-travaillée emporte pourtant l’adhésion. Ouf.

 

Un autre mystère ensuite, avec la rubrique « En cimaise » de François Ducos, consacrée à l’illustrateur « populaire » Jacques Blondeau. Là encore, je ne vois aucun intérêt à cette brève démonstration d’érudition…

 

Suit un texte de Barry Pain, « Le Défi de la girafe », qui prépare semble-t-il une publication au Visage Vert de l’ensemble du recueil Le Club des défis. Une courte nouvelle humoristique so British, gentiment absurde, mais guère percutante. Ça se lit avec un demi-sourire, mais pas davantage…

 

Heureusement, la fin du numéro rehausse à mes yeux quelque peu le niveau. Nous avons tout d’abord droit à « L’Échange infernal », conte gothique délicieusement boursouflé (oui, pléonasme, je sais, mais justement) de Mary Shelley… ou presque, puisque l’original de l’auteur de Frankenstein a été ici « adapté » plus que traduit par une mystérieuse « Mme de Troyes ». Tout y est, ça en fait des caisses, mais ça se lit avec grand plaisir. On lira de même avec intérêt le bref article de Norbert Gaulard sur les adaptations et plagiats de ce texte (avec un morceau de critique « politique » absolument surréaliste).

 

Et le numéro de se conclure avec un petit conte fantastico-humoristique, faisant plus que loucher vers l’absurde, « Le Pommier » de Jules Lermina, assez amusant.

 

N’empêche : pour la première fois si je ne m’abuse, je ne peux que constater ma légère déception à la lecture de ce numéro du Visage Vert. Je me répète, mais c’est sans doute que j’en attendais trop… et la soixantaine de pages (eh oui, un tiers de la revue…) consacrée à J.-H. Rosny a vraiment douché mon enthousiasme. Bon, pas grave : l’erreur est humaine, comme disait l’autre. Je vous entretiens bientôt du n° 24, que j’espère bien supérieur ; ce qui ne serait que justice, eu égard à la tradition d’excellence de la revue.

Commenter cet article

F. Mundzik 07/07/2014 11:37

En réponse au commentaire de G. Klein qui évoque une "continuité qui va des Âges Farouches à la fin de l'humanité en passant par notre temps. J'ai publié là-dessus un petit article dans Le
Rocambole" :
Comme l'écrit J.-H. Rosny aîné lui-même, ses textes décrivent une histoire qui va "des premiers efforts de vie aux immensités interstellaires" : en clair, bien avant les Âges Farouches et au-delà
de la mort dernier homme sur Terre (ce qui n'implique pas la fin de l'humanité !). J'ai publié là-dessus une petite anthologie en 3. vol chez Les Moutons électriques : "La Légende des Millénaires".
:)
Le fait de lire ses contes et nouvelles (même si ce "n'est assurément pas son fort"), ainsi que ses romans sociologiques (même si c'est "obsessionnel") permet d'avoir une véritable vision globale
de son œuvre. D'ailleurs, "La Légende des Millénaires" détaille, entre autre, cette "théorie du devenir humain" dont vous parlez dans votre article "Aperçus sur la taxinomie de variétés du roman
dans l’œuvre de Rosny aîné".
Plusieurs projets d'études sont en cours d'écriture, par des universitaires, étudiants, amateurs passionnés et/ou curieux : l'étude de l’œuvre globale des Rosny (et non uniquement des quelques
romans -- toujours les mêmes ! -- réédités ces dernières années) ne fait que commencer.

Le Capitaine au Long Cours 07/07/2014 11:36

Animula est souvent présenté comme un sommet d'O'Brien (mais son oeuvre n'est pas très fournie). C'est en soi un bon texte dans le genre merveilleux scientifique, mais je trouve qu'il ne se
distingue pas franchement du style de l'époque, à l'inverse de Qu'était-ce ?, effectivement. Sa seule autre nouvelle qui "invente" quelque chose, c'est la Chambre perdue, avec ses êtres maléfiques
mal définis qui sont capables de faire disparaître un espace. Le reste, ce n'est pas mal mais pas entièrement à la hauteur de sa réputation de grand fantastiqueur en avance sur son temps.

Gérard Klein 06/07/2014 16:24

Incidemment, certains ont vu dans Animula un texte ayant inspiré ou du moins précurseur de The Girl in the Golden Atom de Ray Cummings et les autres Chute dans le néant. Je n'en crois rien.

Gérard Klein 06/07/2014 16:17

Je ne suis pas certain d'avoir lu ces nouvelles de J.H. Rosny Ainé mais la nouvelle n'est assurément pas son fort.
Mais il faut avoir lu évidemment La Guerre du feu, les autres romans préhistoriques me semblant inférieurs encore qu'acceptables, et La Mort de la Terre, peut-être son chef d'œuvre. La Force
mystérieuse est intéressant à plus d'un titre.
Il faut en revanche être vraiment obsessionnel pour lire ses romans sociologiques notamment ceux postérieurs à la Grande Guerre. Ils s'inscrivent pourtant manifestement, du moins à son point de vue
dans un continuité qui va des Âges Farouches à la fin de l'humanité en passant par notre temps. J'ai publié là-dessus un petit article dans Le Rocambole.