Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Le Volcryn", de George R.R. Martin

Publié le par Nébal

Le-Volcryn.jpg

 

MARTIN (George R.R.), Le Volcryn, [Nightflyers], traduction [de l’américain] par Odile Sabathé-Ricklin, révisée par Ayerdhal, Ris Orangis, ActuSF, coll. Perles d’épice, [1980] 2010, 154 p.

 

Ma chronique se trouve dans le Bifrost n° 60 (pp. 97-98).

 

Je vais tâcher de la rapatrier dès que possible… mais ça ne sera pas avant un an.

 

 En attendant, vos remarques, critiques et insultes sont les bienvenues, alors n’hésitez pas à m’en faire part…

 

EDIT : Hop :

 

 Non, George R.R. Martin n’est pas « que » l’auteur de l’interminable saga du « Trône de fer ». Il y a de cela longtemps, dans une lointaine galaxie, il fut également un auteur de science-fiction et de fantastique tout ce qu’il y a de recommandable, particulièrement doué pour la forme courte (si, si). En témoigne la novella Le Volcryn, prix Locus 1981, aujourd’hui rééditée par ActuSF dans sa toute nouvelle toute belle collection Perles d’épice, sous une jolie couverture de Lasth.

 

 Le propos n’est a priori pas des plus originaux. Karoly d’Branin, tel un capitaine Achab des temps futurs, a une obsession : ses volcryns, une race extraterrestre semi légendaire, qui parcourrait la galaxie depuis la nuit des temps à bord de gigantesques vaisseaux subluminiques. Il obtient enfin des financements pour étudier de près les fascinants extraterrestres, et éventuellement entrer en contact avec eux. À cet effet, il réunit une dizaine de chercheurs, et loue l’Armageddon, le vaisseau du commandant Royd Eris. Et c’est le grand départ pour l’inconnu.

 

 Mais une ambiance oppressante s’installe assez rapidement. La faute en incombe sans doute pour une bonne part à l’énigmatique Royd Eris, qui refuse d’apparaître en personne auprès de ses passagers, ne communiquant avec eux que sous la forme d’un hologramme… Quant au télépathe de l’équipe, Thale Lasamer, il a tôt fait de sombrer dans la paranoïa, prétendant qu’on les observe et qu’une menace rode… et ses collègues se font de plus en plus réceptifs à ce discours, tandis que le voyage se prolonge et que le mystère Royd Eris reste entier. Et, bientôt, il y aura un mort… le premier d’une longue série.

 

« Dans l’espace, personne ne vous entendra crier », comme le disait si bien un film à peu près contemporain, auquel on ne pourra s’empêcher de penser à la lecture du Volcryn. C’est que tous les ingrédients en sont réunis : huis-clos dans l’espace, mélange de science-fiction et d’horreur, « distribution » limitée mais haute en couleurs, non-dits abondants… Rien d’étonnant à ce que la novella de George R.R. Martin ait été à son tour adaptée au cinéma (pour un résultat paraît-il médiocre, mais votre serviteur ne peut pas se prononcer, n’ayant pas vu la bête…). Elle possède à vrai dire tout ce qui fait la proverbiale bonne série B.

 

Et le fait est que l’on dévore ce court roman avec un grand plaisir, quand bien même certaines ficelles peuvent aujourd’hui prendre l’allure d’énormes cordages. Mais George R.R. Martin était déjà un conteur de grand talent, capable d’embarquer son lecteur avec une aisance exemplaire, et de ne plus le lâcher jusqu’à la dernière page.

 

Alors, certes, on pourra bien émettre quelques critiques ici ou là, outre le côté un peu convenu, a fortiori aujourd’hui, de la chose, sur certains personnages à peine esquissés (là où d’autres, en contrepoint, sont tout à fait fascinants, Royd Eris en tête, bien sûr, mais aussi le « modèle perfectionné » Melantha Jhirl), ou sur le style purement fonctionnel (mais néanmoins très efficace), mais ne boudons pas notre plaisir : Le Volcryn se lit tout seul avec un plaisir constant, et on n’en demandait pas davantage.

CITRIQ

Commenter cet article

N

Bonne critique, bon bouquin.
Lecture en cours. :)
NicK.


Répondre