Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Lettres à sa fille", de Calamity Jane

Publié le par Nébal

Lettres-a-sa-fille.jpg

 

 

CALAMITY JANE, Lettres à sa fille, traduit de l’anglais (États-Unis) par Marie Sully et Grégory Monro, nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Rivages, [1979, 1997, 2006] 2007, 126 p.

 

Où l’on persévère dans le western, mais avec un texte un peu particulier. En effet, bien que cette édition française n’en fasse pas du tout mention, même pas pour s’interroger à ce sujet, les Lettres à sa fille de la célèbre Calamity Jane sont un canular gros comme moi. Et probablement l’œuvre de Jean McCormick, celle, donc, qui se prétendait la fille de Calamity Jane (et de Wild Bill Hickok, tant qu’à faire – lisez ou relisez Deadwood de Pete Dexter). Mme McCormick, élevée dans l’Est par un certain Jim O’Neil auquel sa « mère naturelle » l’aurait confiée à l’âge de trois ans, fait cette révélation le 8 mai 1941, au micro de l’émission « We the People » sur CBS. Et elle n’en démordra jamais. Calamity Jane était bien sa mère, et a écrit pendant vingt-cinq ans ces lettres sur un cahier (une sorte de journal, finalement).

 

Pourtant, le moins que l’on puisse dire est que le personnage qui transparaît dans ces lettres détonne avec l’image canonique de Calamity Jane, telle que l’histoire la rapporte, ou qu’on la retrouve « magnifiée » dans Lucky Luke (nostalgie…) ou Deadwood (donc). Celle qui avait hérité de ce surnom pour son attitude très mâle et son langage de charretier, gâchette mais aussi tour à tour conductrice de diligence, infirmière et prostituée, probablement analphabète qui plus est, devient ici une mère aimante (malgré son abandon…), rongée par les remords et la solitude. Au fil de ces lettres apocryphes se dessine une figure maternelle ambiguë, où la légende pleine de bagarres de bar, de Sioux et de hors-la-loi, se mêle à des considérations sentimentales variées aussi bien… qu’à des recettes de cuisine (les féministes n’ont pas du tout apprécié ce « détournement », bien lointain de la figure d’Américaine émancipée avant l’heure qu’elles avaient collée à celle qui se présente ici régulièrement comme « Mme Hickok »…).

 

Ce court texte, a fortiori du fait de son caractère fantasmé, est donc largement anecdotique. Bien évidemment dénué du moindre intérêt littéraire, il est tout au plus rigolo dans son délire… Il est cependant assez touchant, par ailleurs. Tant dans son portrait improbable de l’héroïne de l’Ouest victime de sa solitude et de ses obsessions, mère aimante qui ne peut témoigner de son amour, que dans ce qu’il laisse supposer de la personnalité de l’auteur probable de ces lettres. Finalement, bien plus que Calamity Jane, c’est en effet ici Jean McCormick qui devient une figure de légende, dans un registre pathétique. Celle que l’on est tenté de qualifier de mythomane au dernier degré émeut dans sa pathologie, qui ne manque pas d’évoquer celle de « sa mère » telle qu’elle est exposée dans Deadwood (et j’imagine qu’il n’y a là pas de hasard), notamment dans sa manière de prétendre à l’amour éternel que se vouaient Jane et Wild Bill.

 

Au fil des pages, on est ainsi tour à tour charmé et amusé. Ces lettres n’ont qu’un intérêt très limité, donc, mais elles n’en exercent pas moins une certaine fascination. Et finalement, malgré leur caractère de canular, elles en viennent, bien malgré elles sans doute, à interroger de manière pertinente l’héroïne de l’Ouest, et, plus largement, le processus d’accaparement des figures légendaires de la Frontière afin de constituer un mythe contemporain. L’histoire des hurlements poussés par les féministes à la lecture de ce texte en est un bon témoignage. Des personnages de la stature de Calamity Jane ou Wild Bill Hickok ne s’appartiennent plus, ils deviennent des phénomènes de foire exhibés par des « héritiers », certes généralement d’ordre « spirituel » et non « biologique » comme ici, amenés à servir bien malgré eux une cause ou une autre.

 

« Print the legend », comme disait l’autre… Les nombreuses rééditions de ce « fake » qui ne trompe plus personne aujourd’hui sont un témoignage de la pertinence de cette sentence. Et quand bien même c’est par la petite porte un peu honteuse des inconnus désireux de se forger à tout prix une légende, Jean McCormick a finalement réussi son pari : elle est entrée dans l’histoire.

CITRIQ

Commenter cet article

Salomé 23/09/2013 10:40

Mais arrêtez de mettre des guillemets à ces malheureux historiens, qui ont tous les diplômes qu'il faut pour mériter le titre.
Jean McCormick n'a visiblement jamais réussi à fournir des preuves convaincantes de ce qu'elle avançait, non seulement concernant Jane et Wild Bill, mais même à propos de ses soi-disant parents
adoptifs, dont personne n'a jamais retrouvé la trace, ce qui aurait pourtant dû être plus facile...
Qu'on veuille y croire parce que l'histoire est jolie, très bien,mais c'est une histoire de foi, certainement pas de "méthode".
J'ai pour ma part aimé les Lettres de Jane à sa fille, mais tout y est trop joli, trop bien expliqué, marche trop bien avec la légende, pour que j'ai cru à autre chose qu'un joli faux, dès le
début, et même si les éditions Rivages prennent soin de ne rien dire de la polémique. Sans parler des passages "je t'écris dans le noir sous la pluie sur le dos de ma mule après m'être encore une
fois saoûlée, oh ma fille".

Gérard Klein 22/09/2013 16:28

Tu en fais vraiment tout un roman.

Gérard Klein 22/09/2013 16:16

Eh bien Wiki ne semble pas du tout si sûr qu'il s'agisse d'un canular ou d'un faux. C'est l'opinion d'"historiens" américains qui ne semblent pas être des universitaires.
Non que j'aie une confiance illimitée dans les universitaires…
Mais vu la rareté et la faiblesse des archives américaines de l'époque dans les régions concernées, il me semble audacieux de conclure aussi catégoriquement.
Après tout, puisque ces manuscrits seraient en France, on devrait pouvoir les faire expertiser par des gens compétents.
Le personnage qui ressort du texte de Wiki est du reste très différent de celui qu'on évoque généralement.Plutôt qu'une hors-la-loi, elle est plutôt dans la loi. Et c'est un acte de bravoure qui
lui vaut le surnom de Calamity.

Certes,"L'homme qui tua Liberty Valance" est un incontestable document historique.

Nébal 22/09/2013 16:22



Un de plus : http://www.deadwoodmagazine.com/archivedsite/Archives/Girls_Calamity.htm


 


Et j'ai malgré tout plus confiance dans ces "historiens" que dans le ressenti d'un ex-éditeur aigri.



Gérard Klein 22/09/2013 14:02

Eh bien, je ne suis pas, mais pas du tout, d'accord. J'ai lu ces lettres dans une édition précédente et j'ai été convaincu de leur sincérité même si le style, au reste peu apprêté, en a pu être
retouché par l'éditeur américain puis par les traducteurs.
Certes prendre un roman, une série télévisée et Lucky Luke pour des sources historiques incontestables témoigne d'une exceptionnelle méthode, mais il faudrait d'abord prouver que Jane était
analphabète (c'était très rare aux États-Unis de l'époque) et en suite, en produisant des documents irréfutables, qu'elle n'est pas l'auteur de ces lettres.
Il faut aussi faire preuve d'une exceptionnelle misogynie pour douter qu'une mère, même si sa vie fut agitée, violente (mais la légende prête beaucoup) et brève, ait pu se soucier de sa fille toute
sa vie durant.
Le ton même de ces lettres, poignant dans leur maladresse, demanderait un écrivain non moins exceptionnel pour les inventer et on ne voit pas bien quel intérêt il y aurait trouvé.

Ce qui suit n'a aucun rapport immédiat encore que…
Dans les années 1880, mon grand-père paternel et sa sœur partirent pour les États-Unis, fuyant l'occupation allemande de la Lorraine. Mon grand-père est revenu vers 1890 s'occuper de sa mère
malade, ce qui lui valut deux ans de forteresse allemande pour désertion. Quant à la sœur, elle a disparu dans la vaste Amérique et nous n'en avons jamais retrouvé aucune trace. Elle n'est
certainement pas devenue Jane et elle a sans doute épousé un honnête américain, mais peut-être à cause de ces antécédents, je me suis toujours senti une certaine connivence avec ceux qui ont
construit (et parfois quelque peu détruit) l'Amérique.

Nébal 22/09/2013 15:50



Ma misogynie (!) et ma méthode, je crois que tu peux te les carrer dans le fondement, Gégé.


 


Quelques liens :


 


http://www.liberation.fr/monde/2010/10/23/celle-qui-se-revait-fille-de-calamity_688548


 


http://fr.wikipedia.org/wiki/Calamity_Jane,_lettres_%C3%A0_sa_fille


 


http://fr.wikipedia.org/wiki/Calamity_Jane


 


Pour le reste, je te laisse te débrouiller.