Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Mygale", de Thierry Jonquet

Publié le par Nébal

Mygale.jpg

 

 

JONQUET (Thierry), Mygale, nouvelle édition révisée par l’auteur, Paris, Gallimard, coll. Folio Policier – Thriller, [1984, 1995, 1999] 2011, 156 p.

 

Dans ma quête de livres courts, je cherchais volontiers un polar, ou disons un roman noir, plus généralement. Une libraire que je ne citerai pas m’a instantanément suggéré ce Mygale de Thierry Jonquet, auteur dont j’avais entendu parler mais que je n’avais jamais eu l’occasion de pratiquer jusqu’à maintenant. Pourquoi pas ? Mais ladite libraire, qui est coutumière du fait, avait assorti ce conseil d’une recommandation impérative : ne surtout pas lire la quatrième de couverture, sous peine de gros spoiler. Bon, moi, je veux bien, hein ; le problème, c’est que là, maintenant, je dois parler du bouquin : et je me retrouve du coup dans la position d’une vilaine, ô combien vilaine quatrième de couverture. Donc ça va SPOILER sec, vous êtes prévenus.

 

Il y a Richard Lafargue, chirurgien de son état, pété de thune comme c’est pas permis. Il vit avec une certaine Ève, sublime créature qu’il soumet à de bien étranges caprices pervers, la prostituant pendant qu’il joue au voyeur.

 

Il y a Alex Barny, minable petit truand qui, après un braquage qui a mal tourné, s’est planqué dans un mas.

 

Et puis il y a ce mystérieux prisonnier, enchaîné dans une cave, et livré au bon plaisir d’un immonde tortionnaire qu’il a surnommé « Mygale ».

 

Tout ce beau monde, évidemment, est amené à se croiser et, en vous faisant ce tout petit résumé, je vous en ai déjà trop dit, sans doute. En effet, Mygale est à mon sens aussi improbable (ce qui n’est pas forcément bien grave, il y a du narrativum) que prévisible (ce qui est plus embêtant en ce qui me concerne). On va donc reconnaître d’emblée que ce n’est pas l’intrigue qui fait la grande force de ce court roman de Thierry Jonquet, lequel a beau jeu de multiplier les révélations « coups de poing », sauf que ça tombe un peu à plat à chaque fois ou presque.

 

Avouons de même que ce n’est pas le style qui fait de Mygale un grand roman ; c’est assez terne, tout cela.

 

Restent les personnages et l’ambiance. Ici, c’est mieux. Surtout dans les passages à la deuxième personne. Pourtant, nous avons une belle collection de clichés… et un propos général qui peut paraître décevant. M’est avis, en effet, mais cela va sans doute à l’encontre du projet de l’auteur, que le sadisme de « Mygale » n’avait pas à être « justifié » en définitive, qu’il était plus percutant en restant abstrait et motivé par la seule cruauté du geôlier. Ici, la mécanique est trop apparente pour pleinement convaincre. Alors oui, les victimes sont des bourreaux et les bourreaux des victimes… mais tout cela est bien convenu, en définitive. On s’en doute dès la première apparition des personnages. Cela pourrait ne pas vraiment poser de problèmes, mais le roman est à mes yeux bien trop focalisé sur sa mécanique de « thriller » (genre qui me pose décidément des problèmes, en littérature en tout cas) pour se montrer adroit dans le maniement de cette thématique. Les gens ne sont pas forcément ce qu’ils ont l’air d’être ? Tu parles d’une révélation…

 

Mais il y a quelques beaux moments dans la cave de « Mygale ». Et une joulie histoire d’amour, idéale pour la Saint-Valentouille…

 

Je n’irais pas jusqu’à dire que je n’ai pas aimé Mygale – je n’ai en tout cas pas souffert à sa lecture, ça coule tout seul… Mais de là à en faire un vrai bon roman ? Non, c’est au-dessus de mes forces. À la limite correct pour la plage, indubitablement pour les trajets en métro ou en train, mais c’est tout. Oui, voilà : un roman de gare honnête, qui se lit sans y penser, et ne laisse pas grand-chose en tête en définitive. Médiocre, quoi. Désolé, libraire…

CITRIQ

Commenter cet article

J
tss tss , mon Nébal chou, tu auras toujours autant de mal à contextualiser avec les romans "récents", Mygale date des années 80, à l'époque, il n'était pas convenu. il a ouvert la voie à des Aubert
et autres...
enfin, c'est pas grave^^
Répondre