Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Une porte sur l'été", de Robert Heinlein

Publié le par Nébal

Une-porte-sur-l-ete.jpg

 

HEINLEIN (Robert), Une porte sur l’été, [The Door Into Summer], traduit de l’anglais [Etats-Unis] par Régine Vivier, Paris, LGF, coll. Le Livre de poche Science-fiction, [1957-1958] 2010, 280 p.

 

Hop, ma chro est à lire (ou pas) sur le beau site du Cafard Cosmique.

CITRIQ

Commenter cet article

B

Si vous répondiez à mon commentaire doux Nébal, je voulais juste souligner qu'un personnage masculin immonde ne donne en général (et à juste titre) pas lieu à des interrogations sur la misandrie
d'un auteur. Je ne sous-entendais rien sur les convictions de Le Guin.


Répondre
B

En même temps, des femmes répugnantes, ça existe. On ne s'interroge pas sur la misandrie de Le Guin à cause du capitaine Davidson.


Répondre
N


1/ Certes. 2/ Gné ? C'est un peu fort, quand même ! 



C

"Foin de la femme et des soi-disant « amis », sans parler du chien : Robert Heinlein l’a bien compris, le seul vrai compagnon de l’homme, quand il n’est pas son seigneur et maître, est son
chat."
o_O
O_o
o_O
Bref...
(je plaisante, je sais que c'était de l'humour ^_^)(enfin... j'espère ;-p)

"(lourd d’une misogynie surprenante chez un auteur que l’on sait par ailleurs avoir été plutôt libéral en matière de droit des femmes... mais le personnage de Belle est tout simplement répugnant à
l’extrême)"
J'ai plus envie là (pardon Vance)...

Bon ben le prochain est définitivement "Révolte sur la lune" (tu sais que l'exemplaire de ce livre chez Terre de Brume se vend à 180 sur abebooks? J'hésite à le revendre du coup...).


Répondre
V

Hum.. je te trouve un peu dur, là (mais sans doute parce que je garde un bon souvenir de ce récit que j'ai lu il y a fort longtemps et conseillé à ma fille sur une liste fournie par un de ses
profs). Mais il a sans doute mal vieilli...


Répondre