Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Yann Tiersen & Shannon Wright", de Yann Tiersen & Shannon Wright

Publié le par Nébal

Yann-Tiersen---Shannon-Wright.jpg

 

YANN TIERSEN & SHANNON WRIGHT, Yann Tiersen & Shannon Wright.

 

Tracklist :

 

01 – No Mercy For She

02 – Dragon Fly

03 – Sound The Bells

04 – Something To Live For

05 – Dried Sea

06 – While You Sleep

07 – Ode To A Friend

08 – Ways To Make You See

09 – Callous Sun

10 – Pale White

 

Le calme après la tempête. Hier soir, on a foutu le bordel avec Imminent Starvation ; ce matin, place à la douceur avec ce splendide album écrit à quatre mains par deux talentueux multi-instrumentistes. À la douceur, mais pas à la gaieté pour autant : précisons le d’emblée, ce Yann Tiersen & Shannon Wright est un album qu’il est idéal pour se pendre (comme beaucoup d’enregistrements de Shannon Wright en solo, d’ailleurs, mais là, je crois que c’est encore pire que d’habitude…).

 

 On peut attendre beaucoup de choses d’un album écrit à quatre mains (et plus si affinités), le pire comme le meilleur. Ici, heureusement – et une fois de plus je ne vois pas de raison de maintenir le secret plus longtemps –, c’est une très grande réussite : les deux univers musicaux se sont fondus l’un dans l’autre avec une aisance parfaite pour un résultat tout simplement stupéfiant de cohésion.

 

Je ne vous ferai pas l’affront de vous présenter Yann Tiersen, vous avez dû en bouffer plus que de raison depuis la sortie du Fabuleux Destin d’Amélie Poulain ; cela dit, le grand succès du film et de sa bande-originale ont pu contribuer à fausser son image d’auteur-compositeur-interprète… C’est qu’il en a fait des choses, le bonhomme, bien au-delà du seul film de Jeunet qui l’a rendu mondialement célèbre…

 

L’Américaine Shannon Wright est sans doute moins connue dans nos contrées. Pour ceux que cela intéresse, ils trouveront quelques développements supplémentaires sur Wikipédouille. Ici, je me contenterai de dire qu’il s’agit d’une multi-instrumentiste plus-indie-folk-tu-meurs, souvent comparée à PJ Harvey (faut dire qu’elle le cherche un peu, des fois), responsable d’une dizaine d’enregistrements généralement très sombres et assez brefs, où elle occupe quasiment tous les postes. Elle est par ailleurs connue pour ses performances live très… « poignantes », paraît-il (mais ici, je ne peux hélas me fonder que sur des « on dit »…)

 

Et les grands esprits de se rencontrer pour cet enregistrement unique, dont la légende (c’est-à-dire re-Wikipédouille…) dit qu’il a été écrit en seulement deux semaines par nos deux zigotos (mais l’enregistrement, d’après le livret, a bien duré deux mois). Jolie performance, si c’est vrai, parce que c’est tout sauf du travail bâclé. Quand je vous dis qu’il s’agit d’une fusion parfaite…

 

(Ah, au fait : j’en ai trouvé tous les morceaux sur le ouèbe, et, comme je les aime tous, j’ai choisi de ne pas choisir ; on verra bien le temps que ça durera…)

 

On commence dans la douleur (qui ne nous quittera jamais vraiment de tout l’album) avec l’éloquent « No Mercy For She ». Piano grave et lourd, cordes dissonantes, voix chevrotante à la limite du sanglot, mais joli refrain instrumental, et beau crescendo sur la fin. Le morceau donne le la, il pose l’ambiance de l’album et la méthode de travail de Yann Tiersen et Shannon Wright. Une superbe introduction.

 

Suit le très beau également « Dragon Fly », emporté par une mélodie à l’accordéon et à la basse, la guitare n’étant guère là que pour bruiter en fond. La voix de Shannon Wright est plus émouvante que jamais. Joli refrain au passage.

 

« Sound The Bells », emmené par le piano, et laissant enfin de la place à la batterie, est un morceau plus rythmé que les précédents, et en apparence moins sombre… du moins au premier abord. Peut-être un cran inférieur à ce qui précède, mais de la belle ouvrage néanmoins.

 

On passe à « Something To Live For » (NB : et on s’en cogne de la vidéo), et on retourne à la mélancolie à l’état pur, qui décidément réussit bien mieux à nos deux zoziaux. Là encore, toutefois, c’est le piano, qui domine. Et on admire la magnifique partie centrale…

 

Suit « Dried Sea » (NB : et on s’en re-cogne de la vidéo... qui, par ailleurs coupe un peu brutalement – il manque une trentaine de seconde d’arpèges en fade out… désolé, je n’ai pas trouvé mieux…), morceau plus pop-rock, où la guitare, la basse et la batterie prennent plus d’importance, jusqu’à s’énerver un tantinet. Un morceau plus sale que les précédents, mais toujours très sombre, et toujours aussi bon.

 

Ça va ? Vous ne vous êtes toujours pas pendus ? Biiiiiieeeeeeeen ! Ça veut dire que vous avez survécu à la moitié de l’album.

 

Donc on peut continuer avec « While You Sleep », qui fait lui aussi dans le nerveux, quasi punk. La voix de Shannon Wright, ici, fait d’ailleurs vraiment penser à celle de PJ Harvey : quand je vous disais qu’elle cherchait un peu, des fois… Il n’en reste pas moins que c’est un très bon morceau, et que les violons de Yann Tiersen se marient très bien à la furie punkoïde de l’Américaine.

 

« Ode To A Friend » re-calme le jeu, et remet le moral à plat. Superbe mélodie au piano de Wright, en tout cas, bien accompagnée par les cordes de Tiersen.

 

On s’enfonce encore un peu plus dans la dépression avec le très beau « Ways To Make You See », et encore une très belle, bien que plus discrète, mélodie au piano (ça devient une habitude…). Une touche de basse, voire de guitare de temps à autre, achèvent d’enjoliver le tout, pour un résultat qui marque durablement.

 

« Callous Sun » : piano, basse, batterie, guitare, qui bruitent un peu (beaucoup) plus que d’habitude. Joli couplet, refrain puissant… Tout est tellement bon dans cet album qu’on en deviendrait presque blasé…

 

Et une petite perle pour finir, avec « Pale White », morceau emmené par la guitare sèche, le violon et le piano de Yann Tiersen, Shannon Wright se contentant du chant et d’une batterie minimaliste. Musicalement, c’est presque joyeux. Pourtant, il n’est qu’à écouter le (très joli) refrain… Magnifique, en tout cas. La plus belle des conclusions pour un album superbe de bout en bout.

 

 Je ne conseillerai certainement pas Yann Tiersen & Shannon Wright à un dépressif en pleine crise. Mais à tout amateur de belle musique, sans aucune hésitation. D’ailleurs, je vais tâcher de revenir sur Shannon Wright un de ces jours… Parce qu’elle le vaut bien.

Commenter cet article

Cachou 08/04/2010 13:57


Bizarrement, oui (c'est peut-être parce que c'est un compatriote!), mais pas tout par contre.
Pardon, je ne voulais pas te coller encore une fois (pas fait exprès, promis), je pensais qu'AaRON était un groupe connu. Ils ont fait la chanson de "Je vais bien, ne t'en fais pas", "Lili
(U-Turn)". J'ai d'ailleurs plusieurs fois pensé à eux en te lisant ces jours-ci parce qu'une des chansons que je préfère de ce groupe s'appelle "Lost Highway" (voir là:
http://www.youtube.com/watch?v=OaodK3dj5v0) (et comme tu le dis si bien, fais pas attention à la vidéo)- ben oui, tu as parlé de Lynch, et puis un des CD présentés avait aussi une piste du même nom
si je ne m'abuse...


Nébal 08/04/2010 14:08



Ah, tiens. Mais, oui, alors, et la piste "Lost Highway (Exit)" venait justement de l'album d'Imminent Starvation. Et j'ai certes parlé de Lynch avec BlueBob (moi y en a fait comme un rat).


Mais non, je ne connaissais pas AaRON ; rien d'étonnant à ça : ma culture musicale est faite de bric et de broc, d'emprunts à gauche et à droite, ce qui explique à la fois son éclectisme - j'y
vois une qualité - et ses vilaines lacunes...


C'est pour ça que je prends souvent des notes.



Cachou 08/04/2010 13:37


Oh, c'est superbe *_*
Décidément, je me mets à les aimer, tes chroniques musicales (même si souvent nous n'avons pas tout à fait les mêmes goûts ^_^)(quoique, les trois derniers albums m'ont bien plu).
Je dois dire que je n'avais jamais creusé le cas Tiersen, ayant aimé la B.O. d'"Amélie Poulain" (parfaite quand on est d'humeur joviale et qu'il y a un soleil printanier dans le ciel) mais bon,
voilà quoi.
On retrouve quand même quelques accents familiers ici, mais la voix de la chanteuse donne une autre dimension à la musique de Tiersen! Quelle merveille! L'ambiance de cet album me fait penser à
celle du premier album d'AaRON...


Nébal 08/04/2010 13:46



Les trois derniers albums ? Ca inclut Imminent Starvation ?


Plus sérieusement, 'tention, hein, ce n'est pas "la musique de Tiersen", mais la musique de Tiersen et de Wright, c'est vraiment écrit à quatre mains, et on reconnaît bien les styles des deux
compositeurs qui fusionnent à merveille. Oui, merveille, c'est le mot.


Par contre, AaRON, connaissions point.   'fin, j'viens de voir la page Wikipédouille, mais c'est tout.



camichka 08/04/2010 11:41


Ah bah voilà, ça j'aime sans discussion !


Nébal 08/04/2010 11:44



Aaaaaaaaaaaaaaah ! Ouf !