Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Les Cinq Rubans d'or", de Jack Vance

Publié le par Nébal

Les Cinq Rubans d'or

 

 

VANCE (Jack), Les Cinq Rubans d’or, [The Five Gold Bands], traduit de l’anglais (américain) par Dominique Haas, Chambéry, Pocket – ActuSF, coll. Perles d’épice, [1950, 1984] 2013, 228 p.

 

Ma chronique se trouve dans le Bifrost n° 70 (pp. 96-97).

 

Je vais tâcher de la rapatrier dès que possible… mais ça ne sera pas avant quelque temps.

 

En attendant, vos remarques, critiques et insultes sont les bienvenues, alors n’hésitez pas à m’en faire part…

 

EDIT : Hop :

 

La couverture ne ment pas sur la marchandise, on lui reconnaîtra au moins ça : Les Cinq Rubans d’or, c’est vieux, antédiluvien même (on peut semble-t-il le considérer comme étant le premier roman de Jack Vance), et c’est kitsch. Ce qui, après tout, peut avoir son charme, et un peu de régression, de temps à autre, ça ne fait pas de mal… Tout cela sent fort le space op’ à la papa, qui a ses aficionados. Et Vance s’est montré à bien des reprises un conteur palpitant, doué pour l’exotisme voire « l’ethno-SF », livrant des récits enjoués, pas forcément très cérébraux, mais peu importe.

 

Dans un futur que l’on supposera passablement lointain, l’humanité a essaimé à travers la galaxie grâce à la découverte par Sam Langtry de l’ultrapropulsion spatiale. Mais ce précieux savoir a été confisqué par les cinq Fils de Langtry et leurs descendants, qui le gardent jalousement, et ne distribuent qu’au compte-goutte, en fonction de quotas draconiens, les ultrapropulsions aux divers représentants de l’humanité (qui s’est adaptée aux différentes planètes, et présente donc bien des variétés).

 

Vingt générations après cette découverte fondamentale, du coup, les Terriens font figure de laissés pour compte. Situation intolérable pour l’Irlandais jusqu’au bout des ongles Paddy Blackthorn. Aussi cet aventurier (ce « pirate de l’espace », pour reprendre un autre titre du roman) tente-t-il de voler des ultrapropulsions… et, bien évidemment, se fait prendre la main dans le sac. Suite à un concours de circonstances passablement invraisemblable – c’est rien de le dire –, notre (insupportable) héros, acculé, cause cependant la mort des cinq Fils de Langtry, et leur prend leurs cinq rubans d’or, contenant des indications permettant de retrouver les tablettes conservant le secret de l’ultrapropulsion. Ce qui fait de lui l’homme le plus recherché de la galaxie, en toute logique. Mais ne l’empêche pas, secondé par la belle Fay de l’Agence Terrienne, de se lancer dans la quête des cinq tablettes…

 

On nous promet du « fun », ou, pour reprendre les termes de la quatrième de couverture, qui s’appliquent certes souvent à l’œuvre de Vance, du « picaresque ». Admettons. On a cependant un peu envie d’y voir un euphémisme : Les Cinq Rubans d’or, ça va à fond la caisse, ne s’embarrassant guère de choses aussi superflues que les descriptions ou la psychologie, pour se concentrer uniquement sur les dialogues et une action hystérique, enchaînant les rebondissements à vitesse grand V.

 

Et, hélas, ça ne passe pas.

 

Il n’y a en effet pas de mystère : oui, Les Cinq Rubans d’or, c’est bien du space op’ à la papa ; mais du genre qui a vraiment très mal vieilli. Oui, Les Cinq Rubans d’or, c’est régressif ; mais à tel point que c’en est devenu illisible pour quiconque a plus de 13 ans.

 

Le début du roman, parfaitement calamiteux, donne le ton : c’est absolument insupportable, écrit avec les pieds, d’un ridicule achevé ; ça ne tient pas la route deux secondes, et on prend peur, très vite, de ce qu’on va devoir s’infliger par la suite (heureusement sur une courte distance, c’est un très bref roman). L’arrogant Paddy Blackthorn est systématiquement à baffer ; comme un Cugel, certes : sauf que le héros de « la Terre mourante » gagne en fin de compte la sympathie du lecteur du fait de son côté loser magnifique. Loin de là, Paddy, qui bénéficie de la bonne étoile des Blackthorn, réussit tout ce qu’il entreprend avec une facilité déconcertante, collecte les tablettes comme s’il faisait son marché, et se sort des nombreux pièges dans lesquels il tombe malgré tout avec une petite pirouette, pour la forme. Aussi le récit de ses aventures ne se montre-t-il guère palpitant… Quant à ses répliques censément gouailleuses et enjouées, elles ont tôt fait de lasser le lecteur. A fortiori quand la (nécessairement) belle Fay y participe : les rapports bien vite amoureux qu’entretiennent les personnages ne séduiront vraisemblablement que les lecteurs pré-pubères. L’immaturité est en effet le trait essentiel de ce roman qui accuse son âge.

 

Certes, tout n’est peut-être pas à jeter. À titre documentaire, un lecteur de bonne volonté pourra relever de temps à autre dans Les Cinq Rubans d’or quelques thèmes ou procédés qui deviendront caractéristiques de l’œuvre de Vance, en science-fiction comme en fantasy. Outre le parallèle avec Cugel, ses races humaines évoluées parallèlement auraient ainsi pu aboutir à quelque chose d’intéressant… Mais non. Pas pour l’instant, en tout cas.

 

 Un roman ennuyeux malgré son caractère frénétique, lourdingue dans sa légèreté supposée, aux personnages navrants et au style qui ne mérite même pas ce qualificatif, donc. Étrange idée, aussi, que de rééditer cette antiquité : on aurait pu (dû ?) l’oublier, probablement… Et Vance a fait tellement mieux !

CITRIQ

Commenter cet article

Le Papou 20/04/2013 10:27

Bonjour Nebal
AAaaaaaaaah ! Vance c'est toute la S.F. que j'aime.
Le Papou

Nébal 21/04/2013 10:40



Ben j'aime beaucoup aussi en temps normal, mais celui-là...