Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Fuite de l'Eisenstein, de James Swallow

Publié le par Nébal

La Fuite de l'Eisenstein, de James Swallow

SWALLOW (James), La Fuite de l’Eisenstein, [The Flight of the Eisenstein], traduit de l’anglais par Julien Drouet, Nottingham, Black Library, coll. The Horus Heresy, [2007] 2014, 413 p.

 

Quatrième tome de la série de Warhammer 40,000 « L’Hérésie d’Horus », La Fuite de l’Eisenstein fait intervenir un quatrième auteur, James Swallow, qui prend donc le relais de Dan Abnett, Graham McNeill et Ben Counter. Mais les événements qu’il décrit sont directement liés à la « trilogie » d’introduction, centrée essentiellement autour du Space Marine Loken, membre des Luna Wolves puis des Sons of Horus.

 

À vrai dire, l’événement majeur de ce quatrième tome, et qui lui donne son titre, avait déjà été dépeint, quand bien même sommairement, dans La Galaxie en flammes : on y voyait le vaisseau spatial Eisenstein (quel nom…), sous les ordres du capitaine de bataille Nathaniel Garro de la Death Guard, quitter dans l’urgence le théâtre de guerre du système Isstvan suite à la trahison façon « Nuit des longs couteaux » du Maître de Guerre Horus, en emportant à son bord des réfugiés, la Sainte Euphrati Keeler, accompagnée de l’itérateur Kyril Sindermann, de la commémoratrice Mersadie Oliton et du Space Marine Iacton Qruze. De quoi concevoir une histoire intéressante, sans doute, sur un mode nettement moins épique que ce qui avait précédé.

 

Hélas, cette tentation de l’épique a emporté l’auteur (à moins qu’il n’y ait été contraint par le cahier des charges ?), et cet événement central n’apparaît véritablement qu’à la moitié du roman. Avant, on voit Nathaniel Garro et ses potes et rivaux de la Death Guard connaître en accéléré la même corruption fatidique que les Luna Wolves/Sons of Horus dans les tomes précédents. Ce qui constitue une sacrée redite, un brin chiante pour le coup. Certes, cela permet de mieux cerner la personnalité de Garro – présenté comme un traditionnaliste acharné, vieux de plusieurs siècles, avec un gentil couillon d’esclave à son service (ce qui ne le rend pas vraiment plus sympathique, mais il y a bien pire à ses côtés, et en premier lieu le gros facho Ignatus Grulgor…). Mais on s’emmerde quand même à la lecture de ce résumé des épisodes précédents, où ne change vraiment que la couleur des armures énergétiques des Space Marines en cause…

 

Le propos devient vaguement plus intéressant quand les réfugiés arrivent à bord de l’Eisenstein, après l’avertissement de l’héroïque Saul Tarviz, mettant Garro devant le fait accompli. On voit ici clairement le Chaos se mettre de la partie, bien plus que dans les épisodes précédents, et à bord du vaisseau même. La fuite, cependant, paraît relativement aisée, que ce soit dans le système Isstvan, ou ensuite, au sein du Warp – avec les vilaines bestioles qui s’imposent. Bon, quelques moments de pure détresse sont pas trop mal rendus… et reste, ensuite, l’avertissement apporté à Terra, qui n’est pas sans rencontrer des difficultés, dans la mesure où personne n’ose croire que Horus a trahi… Des pages assez convenues, dans l’ensemble, mais bon : ça marche à peu près…

 

Reste un autre problème, mais qui n’engage que moi : le poids de la religion, avec le culte de l’Empereur qui se développe autour de la Sainte, et qui finit par emporter Garro au-delà de ses réticences initiales (conservatrices…). Je n’ai pas le sentiment que cette question complexe ait été gérée au mieux, mais le problème tient sans doute à la « bible » (si j’ose dire) de l’univers…

 

Au final, La Fuite de l’Eisenstein est donc un roman au mieux médiocre ; j’aurais même envie de dire « dispensable », mais ne sais pas dans quelle mesure il peut avoir une importance pour la suite des opérations… Quoi qu’il en soit, il souffre à mon sens trop souvent de mauvais choix, qui inscrivent le récit dans la saga, mais au prix de redites pénibles. L’Hérésie étant maintenant affichée, il est bien temps de passer à autre chose : là, James Swallow s’est beaucoup trop restreint au cahier des charges du début de la série…

 

Bon… je vais quand même probablement lire la suite, hein… mais je sais pas quand. Ce sera avec Fulgrim de Graham McNeill.

Voir les commentaires

La Magie des glaces, de Fritz Leiber

Publié le par Nébal

La Magie des glaces, de Fritz Leiber

LEIBER (Fritz), La Magie des glaces, [Swords and Ice Magic], traduction [de l’américain] par Jaques Corday et Arlette Rosenblum, Paris, Temps Futurs – Pocket, coll. Science-fiction, [1977, 1983] 1990, 252 p.

 

Retour au « cycle des Épées » avec ce sixième volume qu’est La Magie des glaces, composé de nouvelles entrelacées publiées dans les années 1970 (un peu tardif, donc, par rapport à ce qui précède, il y a comme un petit fossé). Après ma déception (relative, mais quand même) à la lecture du Royaume de Lankhmar, j’avoue que je craignais un peu de m’y replonger et de ne pas être davantage satisfait – d’autant qu’un lecteur au goût très sûr m’avait dit que les deux derniers volumes du cycle, La Magie des glaces, donc, et Le Crépuscule des épées, étaient tout de même… « bizarres ». Mais bon : fallait bien voir, hein ? Et puis je n’ai pas a priori de problème avec le « bizarre », loin de là…

 

Ce sixième volume peut grosso merdo être découpé en deux parties. La première comprend six nouvelles directement liées entre elles, et parfois vraiment très courtes. La première, « La Tristesse du bourreau », donne le ton : on y pénètre dans les territoires de la Mort elle-même (ou peut-être plutôt lui-même, d’ailleurs), qui décide qu’il est bien temps de s’occuper de Fafhrd et du Souricier Gris, quitte à tricher un peu. L’ambiance de cette nouvelle est assez remarquable, et la Mort assurément charismatique (tiens donc). Le problème est que les cinq nouvelles suivantes en reprennent le canevas, étant toutes autant d’escarmouches avec la Mort (ou avec des dieux délaissés et jaloux, dont le plus notable est Issek, mais il a deux comparses plus agressifs). Ce qui ne poserait pas forcément problème – au-delà du caractère tout de même bien répétitif de l’action – si Leiber ne s’y complaisait pas autant dans l’évocation un brin artificielle des aventures vécues par nos deux héros – toutes ou presque –, et plus encore de leurs innombrables coucheries. J’ai lu ces pages comme j’aurais lu un catalogue, et ça m’a plutôt navré : on est très loin, ici, de la force d’évocation, du tragique et du comique de ces anciennes histoires, et les allusions qui y sont faites n’en tombent que davantage à plat…

 

Je redoutais que l’ensemble du volume soit de la même eau… mais heureusement ce n’est pas le cas. Restent en effet deux nouvelles, « Le Monstrème de glace » et surtout « L’Île de Givre » (cette dernière occupant à elle seule la moitié du livre), qui s’enchaînent parfaitement, constituant un quasi-roman bien plus dans le ton des récits anciens de Fafhrd et du Souricier Gris, et nettement moins « arty sans réussite » que les textes qui précèdent dans ce sixième tome.

 

Fafhrd et le Souricier Gris y sont contactés par deux étranges femmes, Afreyt et Cif, afin de venir au secours de la semi mythique Île du Givre. Celle-ci est en effet menacée par un assaut de Mingols, qui encerclent l’île et bénéficient de l’appui du magicien des glaces Khahkht ; l’île a bien besoin de héros pour faire face à cette terrible invasion, de même qu’elle a sans doute bien besoin de dieux, elle qui semble les avoir tous rejetés jusqu’à présent ; et ça tombe bien : deux dieux sont en vadrouille dans la région, d’apparence faible mais qui ressemblent étrangement à nos héros par certains aspects, et répondent aux noms… d’Odin et de Loki.

 

« Le Monstrème de glace », énième nouvelle maritime pour l’essentiel, pose les bases de cette intrigue, et on y voit comment Fafhrd et le Souricier Gris recrutent chacun une petite troupe de soldats et de marins (le Souricier Gris choisissant des Mingols…) pour venir en aide à l’Île de Givre ; mais on y voit surtout comment Khahkht cherche à perdre nos deux héros, en les montant l’un contre l’autre…

 

Quant à la novella « L’Île de Givre », autrement plus complexe, elle dépeint les aventures des deux voleurs dans ce territoire mythique qui les accueille froidement, et comment leur astuce mêlée à la complicité de nos dieux nordiques les amènera à vaincre la terrible menace pesant sur l’île. C’est un grand texte du « cycle des Épées », qui retrouve tout le sel (si j’ose dire) des meilleurs récits antérieurs, avec un beau cadre et quelques moments épiques, ne négligeant pas pour autant l’humour et la satire.

 

En somme, La Magie des glaces fait donc l’effet d’un recueil (quasi romanesque, on peut allègrement parler de fix-up ici) foncièrement inégal : si la majeure partie du premier ensemble du volume m’a donc paru poussive et guère palpitante, la suite vient heureusement remonter le niveau. Sans doute pas assez pour hisser ce sixième tome au niveau de la plupart des précédents, mais bon…

 

Suite et fin avec Le Crépuscule des épées, très bientôt…

Voir les commentaires

Warhammer 40,000 : Codex Adeptus Astartes : Blood Angels

Publié le par Nébal

Warhammer 40,000 : Codex Adeptus Astartes : Blood Angels

Warhammer 40,000 : Codex Adeptus Astartes : Blood Angels, Games Workshop, [2000] 2014, 112 p.

 

Face aux Tyranides, dont j’avais évoqué le Codex récemment, il était somme toute assez logique d’opposer une armée de « gentils », même si ce qualificatif est assez douteux en l’espèce, quand il s’applique aux forces de l’Imperium de l’Humanité… Les Xenos m’intéressent dans l’ensemble davantage que les Space Marines emblématiques de l’univers de Warhammer 40,000, mais en envisager de plus près un chapitre me paraissait dans l’ordre des choses. Et ce surtout dans la mesure où une boîte de base, Shield of Baal : Deathstorm, en confronte aux Tyranides ; en l’occurrence, ce sont des Blood Angels (Baal est leur monde chapitral) – ce qui tombait pas plus mal, puisque c’est peut-être le chapitre de l’Astartes qui m’intriguait le plus.

 

Ce Codex Adeptus Astartes traite donc de la légion de Sanguinius, et de ses descendants. Sanguinius apparaît brièvement dans les premiers tomes de la série « L’Hérésie d’Horus » (les seumls que j’ai lus pour le moment), et impose pas mal le respect. Cet ange mutant (alors que les mutations sont comme qui dirait « mal vues » dans l’Empire en temps normal) est un effet d’un sacré charisme, et exempt de toute corruption due à un trop grand pouvoir – ce qui le différencie radicalement de son frère Horus. Mais Sanguinius porte pourtant en lui une malédiction, qui, via l’héritage génétique, condamne aussi ses « fils ». Même si l’événement générateur de ces troubles n’a a priori pas grand-chose de génétique : en effet, le sacrifice de Sanguinius à bord du Vengeful Spirit lors de l’assaut d’Horus contre Terra a certes permis à l’Empereur de porter le coup fatal à l’ex-Maître de Guerre, dans les conditions que l’on sait, mais les Blood Angels et leurs héritiers ne s’en sont jamais remis. La Soif Rouge et la Rage Noire sont ainsi le lot commun des disciples de Sanguinius, qui multiplient les efforts pour conserver leur humanité, mais sont inévitablement appelés à succomber le moment venu à la violence aveugle et désabusée ; ils intègrent alors le plus souvent la Death Company (aux armures noires tranchant sur le rouge des autres Blood Angels), régiment d’élite suicidaire qui offre à ses membres la possibilité de mourir dignement au combat…

 

Le background des Blood Angels est davantage développé, mais il ne m’apparaît pas opportun d’en dire plus ici : sous cet angle, ce Codex Adeptus Astartes, qui se répète pas mal, me paraît quand même moins palpitant que le Codex : Tyranides… On peut cependant établir un lien entre les deux, puisqu’ils s’achèvent ensemble sur l’assaut d’une flotte-ruche contre Baal, le monde attitré des Blood Angels…

 

Le reste de l’ouvrage, comme de juste, se partage entre des photos des figurines Blood Angels (assez impressionnantes, forcément, même si je les trouve un peu ternes par rapport aux Tyranides, mais ça c’est moi) et les éléments de règles : une page par unité, en gros, avec photo sur la première moitié et technique sur la seconde.

 

Les Blood Angels donnent l’image d’une force très polyvalente, sans surprise. J’ai cependant l’impression que, ce qui fait la singularité de ce chapitre, c’est probablement sa grande mobilité, avec des véhicules en tous genres : chars (de transport ou pas seulement, aux moteurs surboostés, land raiders, motos, vaisseaux, capsules de débarquement… Je ne sais pas ce qu’il en est véritablement des autres chapitres, mais c’est a priori moins marqué.

 

Bien sûr, les Blood Angels ont eux aussi leurs personnages : le Commandeur Dante, maître du chapitre, a un certain charisme, mais on en compte d’autres qui rivalisent peu ou prou, comme le mystérieux Sanguinor, l’Ange d’Or, ou encore Astorath, le Rédempteur des Égarés (qui s’occupe des victimes de la Rage Noire avec sa putain de grosse hache)…

 

Je note un petit détail vaguement agaçant, mais semble-t-il récurrent dans les bouquins traitant de l’univers de Warhammer 40,000 : le franglais systématique. Toutes les unités ont un nom anglais, pas traduit, et ça rend la lecture de ce Codex Adeptus Astartes parfois un brin pénible – mais il s’agit sans doute de faciliter l’identification des figurines… Bon, on s’y fait…

 

Au sortir de ce supplément, je ne peux que confirmer ma préférence aux Xenos. Mais bon : si l’on veut ou doit jouer des gros fafs de Space Marines, les Blood Angels ne sont probablement pas le pire choix…

 

Je vais causer prochainement d’un autre Codex (parce que) : on se retrouvera donc avec les Necrons…

Voir les commentaires

Avaler du sable, d'Antônio Xerxenesky

Publié le par Nébal

Avaler du sable, d'Antônio Xerxenesky

XERXENESKY (Antônio), Avaler du sable, traduit du portugais (Brésil) par Mélanie Fusaro, Paris, Asphalte, 2015, 192 p.

 

Ma chronique, rédigée pour Bifrost, se trouve directement sur le blog du Bélial’, dans la rubrique Objectif Runes en plus : ici.

Voir les commentaires

Warhammer 40,000 : Codex : Tyranides

Publié le par Nébal

Warhammer 40,000 : Codex : Tyranides

Warhammer 40,000 : Codex : Tyranides, Games Workshop, 2012, 105 p.

 

Bon, j’ai donc lu il y a peu  Warhammer 40,000.Et bien que n’ayant encore aucune certitude de me lancer dans ledit « hobby », j’ai voulu fouiner un peu du côté des différentes armées en prenant des Codex. Le premier s’est imposé tout seul, et il s’agit donc du Codex : Tyranides, parce que les Tyranides (nommés ainsi d’après une planète impériale qu’ils ont ravagée – ce qui fut l’occasion de les découvrir…), ce sont un peu mes chouchous. Créatures insectoïdes soumises à l’Esprit de la Ruche… Tout ça fleure bon Alien.

 

Mon premier contact avec les Tyranides, j’en ai déjà parlé (ici), c’était dans le vieux jeu de plateau Space Crusade : certes, il opposait essentiellement des Space Marines et des Orks, mais il y avait aussi, dans ces Space Hulks errants, quelques Genestealers, comme on disait alors (Génovores aujourd’hui), qui erraient dans les conduits d’aération et foutaient un gros bordel. J’aimais bien, forcément (et la découverte de l’avant-garde de ces créatures dans les Space Hulks est rapportée dans la chronologie figurant dans ce Codex, bien avant l’invasion de Tyran). Plus tard, je les ai retrouvés de temps à autre en lisant White Dwarf (et je me souviens encore d’un puissant rapport de bataille les opposant aux Eldars). La singularité de ces troupes, et la beauté éloquente des figurines – rien à voir avec toutes les autres –, me titillait déjà à l’époque… Rien que de très normal, donc, à ce que ce soit la première armée à laquelle je jette aujourd’hui un coup d’œil (d’autant que constituer une armée de base paraît relativement facile en ce qui les concerne, dans la mesure où on en trouve dans une boîte de base, Shield of Baal : Deathstorm – qui les oppose aux Blood Angels –, que l’on peut semble-t-il compléter avec une grosse boîte de nuée).

 

Le Codex débute par le background, tout à fait fascinant. Sont ainsi mises en avant des caractéristiques particulières des Tyranides. La plus fondamentale est probablement que, à l’instar du Capitaine Flam, les Tyranides ne sont pas de notre galaxie… Ce qui les différencie pas mal des autres Xenos rencontrés régulièrement par l’Imperium de l’Humanité… Les Tyranides ont en effet migré, pour des raisons inconnues – est-ce qu’ils y avaient tout ravagé ? est-ce qu’ils ont été chassés par des créatures pires encore ? –, d’une lointaine galaxie, entreprenant un voyage fantastique de plusieurs milliers d’années dans le vide spatial. Ils ont ainsi constitué des flottes-ruches, qui n’ont abordé que depuis très peu de temps, en différentes vagues qui ne sont peut-être que des avant-gardes, les frontières de la galaxie impériale ; personne ne sait combien de Tyranides sont encore en transit, et il y a sans doute de quoi baliser…

 

Les Tyranides, par ailleurs, sont donc dirigés par l’Esprit de la Ruche (si j’ai bien tout compris commun à l’ensemble des flottes-ruches). Ce sont autrement, pour la plupart, des créatures livrées à leurs instincts (préservation, prédation ou nutrition, il y a des règles à ce sujet), ce qui implique, pour pouvoir véritablement les diriger lors d’opérations militaires, d’établir un solide réseau de « créatures synapses », plus conscientes et intelligentes, qui sont autant de relais de l’Esprit de la Ruche. Ce qui ne nie pas forcément toute individualité, même si c’est largement le cas : on trouve ainsi quelques (rares) personnages dans l’armée tyranide, le plus important étant probablement celui que l’on a surnommé le Maître des Essaims, qui ne cesse de mourir et ressusciter, toujours plus riche des stratégies de l’adversaire, et donc à même de faire évoluer ses troupes à une vitesse inconcevable…

 

L’Ombre dans le Warp projetée par les flottes-ruches, en outre, coupe les communications des astropathes, et laisse bien souvent les mondes en proie à l’assaut d’une flotte-ruche isolés jusqu’à ce qu’il soit trop tard…

 

Les Tyranides, à bien des égards, sont peut-être la pire menace pesant sur la galaxie (même si le jeu accorde une place essentielle au Chaos, certes). Et ce en raison de leurs étranges motivations : les Tyranides ne se battent pas au nom d’une idéologie, ou pour accroître leur espace vital, ou en raison de vieilles haines… Toutes ces motivations sont « bonnes » pour les humains et les autres Xenos, mais les Tyranides n’ont pour leur part qu’un seul objectif : se nourrir. Quand ils attaquent un monde, c’est afin de l’assimiler complètement, en en absorbant toute la vie…

 

Et tout ça, c’est cool, trouvé-je.

 

Le livre, après avoir décrit les assauts des différentes flottes-ruches (avec régulièrement des Space Marines héroïques qui survivent de justesse, des alliances temporaires improbables et des sacrifices terribles, dont un Exterminatus de masse décrété par un inquisiteur aux abois…), donne comme de juste les caractéristiques des différentes unités tyranides (après de belles photographies, indispensables, détaillant les couleurs des différentes flottes-ruches). Tout cela m’a donné l’impression de créatures passablement coriaces, et riches de stratégies variées (même si peut-être un peu centrées sur la mêlée ?), et subtilement différentes de celles qui s’appliquent pour les autres races ; d’autant que l’on se retrouve assez facilement dans une opposition entre des troupes « petites » jouant pas mal sur l’effet de masse, et d’autres nettement plus imposantes, et pour le coup assez variées, à même de provoquer des ravages à elles seules. Les Tyranides sont riches en surprises, et les figurines les représentant sont souvent de toute beauté (dégoulinante et chitineuse).

 

Et tout cela donne donc bien envie de s’y mettre, dois-je dire… Mais bon : on verra. En attendant, je vais continuer d’éplucher quelques Codex. Le prochain, comme de juste étant donné l’existence de la boîte Shield of Baal : Deathstorm, sera celui consacré aux Blood Angels.

Voir les commentaires

Chasse royale, de Jean-Philippe Jaworski

Publié le par Nébal

Chasse royale, de Jean-Philippe Jaworski

JAWORSKI (Jean-Philippe), Chasse royale, Lyon, Les Moutons électriques, coll. La Bibliothèque voltaïque, 2015, 282 p.

 

Je suis bon client, quand même. Mais bon, c’est du Jaworski, aussi ; et j’avais adoré le premier tome de cette nouvelle série, Même pas mort. « Série », oui ; on va éviter dorénavant de dire « trilogie »… Car le livre dont je vais vous entretenir aujourd’hui, Chasse royale, n’est pas le deuxième volet d’une trilogie, comme annoncé à l’origine… mais la première partie de ce deuxième volet. Et je dois dire que ça m’a un peu pété les couilles. Même si je l’ai acheté quand même, lu et aimé. Ça sent la margoulinade de plus de la part d’un éditeur capitalisant sur son auteur bankable ; la sortie en parallèle, dans la collection « Hélios », du Sentiment du fer, recueil de nouvelles du même auteur s’affichant fièrement comme « inédit » alors que les textes le composant avaient été publiés auparavant (mais l’absence de table des matières – ! – rend délicat d’en juger), renforce cette impression. La politique des Moutons me gave un peu, ces derniers temps ; en l’espèce, l’hypocrisie consistant à dire « oui mais euh c’est parce qu’on n’aurait pas pu sortir le livre complet parce que trop gros », de la part de ceux qui avaient sorti Gagner la guerre, du même Jaworski, il y a quelques années de ça (avec des rééditions luxueuses à la clef…), m’a un poil énervé. Mais je suis bon client… J’ai donc acheté ce livre incomplet – et, autant le dire, j’ai effectivement eu une sensation de « trop peu » arrivé à la fin, même si celle-ci se tient en tant que telle. Je ne regrette pas mon achat ni ma lecture… Mais je n’ai plus envie, aujourd’hui, de louer les Moutons comme je le faisais jadis, parce que j’en ai marre qu’on se foute de ma gueule de lecteur-consommateur. Mais bon : je réserve ma vraie colère pour le crowdfunding à venir du premier tiers de la deuxième moitié du deuxième volume, hein…

 

Bon…

 

Nous retrouvons donc Bellovèse, qui poursuit le récit de ses mémoires à un ami grec. Au début du roman (enfin, de cette première partie…), Bellovèse accompagne le meurtrier de son père, son oncle le haut roi de la Celtique Ambigat, à une cérémonie en territoire carnute, témoignant du passage à l’été. La troupe assez conséquente du haut roi – qui comprend notamment le frère de Bellovèse, Ségovèse, et leur mentor Sumarios – est ralentie par une chasse impromptue, un beau cerf improbable surgissant sur leur chemin, animal rusé qui les perd dans une forêt aux lugures découvertes… Ce prologue fait sens, et participe de l’exposition d’une belle brochette de personnages, qui se verra complétée dans la ville d’Autricon.

 

Et c’est là que les véritables problèmes surgiront, en fait une résurgence de haines et rivalités anciennes, de la vieille guerre des Sangliers, issue de conflits dans la désignation du grand druide, guerre au cours de laquelle Ambigat avait vaincu et tué le père de Bellovèse et Ségovèse… Or, s’il est de toute évidence déconseillé de se mêler des affaires des druides, celles-ci se compliquent en l’espèce par tout un réseau d’allégences politiques branlantes, et par des liens familiaux tissés dans cette complexe trame ; tous les « héros » des divers rois que l’on rencontre à Autricon semblent liés les uns aux autres, et souvent par le sang…

 

La position de Bellovèse est particulièrement ambiguë, lui qui se montre fidèle à Ambigat, quand on voudrait voir en lui le meneur, si ça se trouve, de la dissidence, en raison de la fidélité jugée plus importante encore envers son défunt père… Le conflit, cependant, surgira bel et bien, et opposera les amis de la veille dans une furie guerrière absurde, riches en hauts faits « héroïques » qui sont autant de viles trahisons, envisagées sous un autre angle. Bellovèse choisira de rester fidèle au haut roi… ce qui l’éloignera notamment de son frère.

 

Il incarne ainsi une sorte de rébellion plus ou moins consciente, pourtant. Mais pas une rébellion envers le haut roi, ou envers son père, d’ailleurs : une rébellion à l’égard des dieux, des cruels dieux celtiques qui manipulent rois et héros, lesquels ne sont que des pions entre leurs mains… Mais Bellovèse a de la ressource, tout de même. Il aura amplement l’occasion de le démontrer… et de retourner ainsi, si ça se trouve, dans les griffes du destin et des dieux, prompts à s’accaparer ses faits et tirer parti des retournements de situations.

 

Un goût de trop peu, indéniablement… Cette première partie a bien une certaine unité, la « fin » en est acceptable en tant que telle, mais – peut-être à cause des conditions de cette publication, certes – j’en aurais bien repris davantage… L’arrivée très tardive du surnaturel dans ce roman autrement assez « réaliste » a pu jouer en ce sens, également – encore que ce soit assez courant chez l’auteur.

 

Par ailleurs, quitte à lister les « défauts », j’avoue avoir été un brin gêné par les dialogues dans Chasse royale : si leur côté « familier » voire « vulgaire » se défend amplement au vu des personnages braillards et agressifs, il n’en reste pas moins qu’ils font souvent tache par rapport aux descriptions et récits, assez sophistiqués pour leur part et en tout cas délicieux ; ce contraste, sans doute voulu, est parfois un peu trop brutal à mon goût…

 

Mais si ces remarques m’ont paru nécessaires, il n’en reste pas moins que mon sentiment au sortir de Chasse royale est tout à fait positif. Je n’ai probablement pas été aussi bluffé par ce deuxième volet que par l’excellent Même pas mort, mais c’est avec un grand plaisir que je me suis replongé dans les complexes troubles politiques de cette Celtique fantasmée. Le roman, en outre, a un côté très visuel, et les scènes d’action – assez nombreuses, d’ailleurs – sont étrangement mais efficacement rythmées, suscitant de forts tableaux sans jamais lasser. Le fond, intelligent et sensible, bénéficie de cette forme astucieuse, pour conférer à Chasse royale un parfum d’authenticité remarquable, une certaine puissance évocatrice plutôt rare dans nos littératures de l’imaginaire. C’est le talent de Jaworski, talent autorisant le lecteur-consommateur à céder aux aléas de la publication même les moins justifiables pour avoir sa dose de vraie pertinence dans le genre…

 

Bon, ben, à suivre, donc…

Voir les commentaires

La Galaxie en flammes, de Ben Counter

Publié le par Nébal

La Galaxie en flammes, de Ben Counter

COUNTER (Ben), La Galaxie en flammes, [Galaxy in Flames], traduit de l’anglais par Julien Drouet, Nottingham, Black Library, coll. The Horus Heresy, [2006-2007] 2014, 414 p.

 

La Galaxie en flammes est le troisième tome de la série « L’Hérésie d’Horus », posant les bases de l’univers flamboyant de Warhammer 40,000. Il est dû à un troisième auteur, Ben Counter prenant le relais de Dan Abnett et Graham McNeill, pour apporter – du moins j’en ai l’impression – un semblant de conclusion à une première étape du cycle. En effet, l’hérésie se manifeste ici bien plus qu’auparavant – dans le premier tome, c’était tout juste si l’on pouvait déceler chez le Maître de Guerre Horus une pointe d’arrogance dans les dernières pages, et, dans le second, si le personnage devenait beaucoup plus détestable, cela n’avait cependant pas encore grand-chose à voir avec les atrocités que ce salaud commet ici, d’autant que la soumission aux Puissances de la Ruine commence à y être timidement évoquée, qui transforme la rébellion déjà honteuse en hérésie à proprement parler…

 

C’est d’ailleurs à la fois l’atout et la limite de ce troisième volume : les manigances d’Horus y prennent des proportions apocalyptiques, génératrices de tableaux épiques qui font leur petit effet (takata-boum !), mais, dans un sens, cela va tellement loin que l’on a un peu de mal à y croire, outre que les camps des « gentils » et des « méchants » y sont plus limpides qu’auparavant…

 

Tout repose en effet sur le regroupement de quatre légions – du jamais vu – pour se lancer à l’assaut du monde séditieux d’Isstvan III. Mais c’est qu’Horus a une idée derrière la tête, bien au-delà de la simple reconquête d’un monde qui a basculé dans la sédition anti-impériale (pas la sienne, certes…). En effet, cet assaut cataclysmique sera surtout pour lui l’occasion d’une massive et effroyable « Nuit des Longs Couteaux » ; l’assaut permettra de faire le tri entre les Space Marines rénégats qui marchent dans les pas du Maître de Guerre, et les loyalistes qui gardent leur fidélité à l’Empereur sur Terra…

 

Parmi ces derniers, on retrouve bien sûr Loken, personnage central des deux premiers volumes, mais aussi son camarade Torgaddon ; ce sont les deux membres du Mournival qui s’étaient (un peu trop tard…) opposés à la guérison mystique d’Horus dans un temple de Davin ; face à eux, Abaddon et Aximand ont pris le parti du Maître de Guerre, et l’affrontement fraternel deviendra ici inéluctable.

 

Un autre membre de l’Astartes est à mentionner, et c’est Saul Tarvitz, des Emperor’s Children, qui accomplit ici des exploits d’un héroïsme aussi bluffant qu’improbable ; c’est à vrai dire probablement la figure la plus admirable dans toute cette histoire vibrant de fureur et de haine, riche en explosions et massacres…

 

Restent enfin les commémorateurs et autres civils – ceux qui ont survécu à la purge du deuxième volume… – rassemblés autour de la « Sainte » Euphrati Keeler, dont la gloire se répand dans la flotte depuis qu’elle a manifesté des pouvoirs mystiques semble-t-il en provenance directe de l’Empereur lui-même, dont le culte se diffuse progressivement – plus que jamais interdit, cependant, Horus y voyant désormais une opposition directe à son autorité. Rien d’étonnant, dès lors, à ce qu’une nouvelle purge soit engagée, parallèlement à celle, dantesque, que subissent les légionnaires de l’Astartes dans les combats traîtres d’Isstvan III…

 

La Galaxie en flammes résonne ainsi des accusations de traîtrise et de rébellion, dans tous les sens, chaque camp accusant l’autre, dans les termes les plus vifs, de sédition. Un brin de machiavélisme en prime dans les rangs des partisans d’Horus « justifie » les pires atrocités… et l’on se retrouve dès lors pris dans une intrigue bien plus manichéenne qu’auparavant. Loken, Tarvitz, Euphrati Keeler, etc., sont des héros unilatéraux ; en face, on ne trouve plus que de l’ordure, des brutes assoiffées de sang, d’Angron à Abaddon, des adeptes fanatiques du Chaos tel Erebus, ou encore de lamentables soldats frustrés dans leurs ambitions, qui entendent bien profiter du changement de donne pour gagner les galons qu’ils sont persuadés de mériter, à l’instar du pathétique Lucius, jadis proche camarade de Tarvitz, mais dont il figure désormais l’envers le plus sordide.

 

Plus takata-boum que jamais, ce troisième volume riche en explosions et bastons titanesques remplit son objectif de divertissement passablement brutal, en se montrant du coup moins « subtil » (oui, le terme est un peu fort…) que les deux précédents. Cela reste cependant une honnête bourrinade, qu’on lit sans déplaisir, voire avec une sorte de fascination perverse devant les avanies infligées par le Maître de Guerre aux « gentils » de l’histoire…

 

Suite des opérations : La Fuite de l’Eisenstein, de James Swallow.

Voir les commentaires

Accelerando, de Charles Stross

Publié le par Nébal

Accelerando, de Charles Stross

STROSS (Charles), Accelerando, [Accelerando], traduit de l’anglais par Jean Bonnefoy, [?], Piranha, coll. Incertains Futurs, [2005] 2015, 560 p.

 

Ma chronique se trouvera dans le prochain Bifrost

 

Mais, en attendant, vous pouvez déjà entendre Gérard Abdaloff en causer ici.

 

EDIT : La critique de Bifrost est en ligne, ici.

Voir les commentaires

Le Royaume de Lankhmar, de Fritz Leiber

Publié le par Nébal

Le Royaume de Lankhmar, de Fritz Leiber

LEIBER (Fritz), Le Royaume de Lankhmar, [The Swords of Lankhmar], traduit de l’américain par Jacques de Tersac, Paris, Temps Futurs – Pocket, coll. Science-fiction, [1968, 1982] 1987, 316 p.

 

Cinquième volume du « cycle des Épées », Le Royaume de Lankhmar est (relativement) le plus long, et c’en est par ailleurs, sauf erreur, le seul roman. Et peut-être est-ce tant mieux, car, autant le dire de suite, je n’ai pas été très convaincu, cette fois ; j’ai même un peu peiné à la lecture de cette aventure trop longue et plutôt ennuyeuse…

 

Pourtant, ça commençait plutôt bien. Au tout début, nous retrouvons (évidemment) Fafhrd et le Souricier Gris, mais ils sont cette fois bien vite aux ordres de Glipkerio Kistomerces, le dirigeant de Lankhmar (notons au passage que, s’il y a décidément beaucoup de Lankhmar dans Ankh-Morpork, Glipkerio Kistomerces, un peu couillon, est par contre aux antipodes du Patricien Vétérini, autrement charismatique). Et, comme souvent finalement, ils ne tardent pas à prendre une fois de plus la mer : ils ont en effet été chargés d’escorter une volumineuse cargaison de grain, occupant plusieurs bons navires, à destination du seigneur Movarl-des-Huit-Cités : les cargaisons précédentes ont en effet disparu corps et biens pour une raison inconnue…

 

Bien des suppositions sont faites quant aux raisons de ces disparitions – et l’on peut un temps suspecter l’activité de dragons, il y en a même un qui a été dressé par… un Allemand (ils sont partout). Mais la vraie raison est ailleurs, ce que l’on devine très tôt dans la mesure où, parmi les passagers de la petite flotte lankhmarienne, se trouve la belle Hisvet, accompagnée de sa servante Frix, et, surtout, de douze rats blancs étonnament intelligents, capables de bien des prouesses. Ce qui rappelle bien sûr la légende sur les treize rats à même de commander à tous les rats – légende qui se décline pour tous les animaux, treize chats, treize chiens, treize chevaux, etc. Des rats sur un bateau chargé de grain, de toute façon ? Oui, on se doute qu’Hisvet – fille d’Hisvin, le plus grand marchand de grain de Lankhmar… – a quelque rôle à jouer dans cette histoire.

 

Et, à terme, nos héros devront faire face à une tétanisante invasion de rats, bien destinés à prendre le pouvoir à Lankhmar, et bientôt dans le monde entier… Même si, d’ici là, Fafhrd et le Souricier Gris se seront une fois de plus séparé, seul le second – qui n’a jamais aussi bien porté son nom – se trouvant tout d’abord dans la métropole, en attendant le retour providentiel de son comparse barbare. Et, dans l’ombre, les deux doivent faire appel (ou bien est-ce l’inverse ?) à la magie de Sheelba et Ningauble…

 

On l’aura compris à la lecture de ce bref résumé : Le Royaume de Lankhmar, en dépit des nombreux drames causés par les rats aussi voraces qu’ambitieux, s’inscrit clairement dans le registre le plus léger, et même humoristique, du cycle. Au début, tout cela marche plutôt bien… mais l’histoire, hélas, se traîne en longueur, et j’ai fini par renâcler à la lecture de ce roman, comme jamais auparavant dans les nouvelles (parfois fort longues, pourtant) composant les quatre premiers volumes du « cycle des Épées ». À force de répétitions, en effet, le récit lasse ; et ce d’autant plus qu’il est assez largement prévisible. Si l’on s’amuse bien, au tout début, devant les avanies du Souricier Gris confronté à la bêtise politique de Glipkerio Kistomerces et à la fourberie menaçante des rats de Lankhmar, ça ne dure pas éternellement, et l’on en vient à tourner les pages dans une accumulation de soupirs…

 

Une dimension du roman m’a plus particulièrement ennuyé, et c’est la libido exacerbée de nos deux héros. Certes, cela n’a rien de neuf : Fafhrd et le Souricier Gris ont régulièrement été présentés comme des coureurs de jupons ; dans l’avant-propos du premier volume, Fritz Leiber lui-même expliquait l’importance relative du sexe dans son cycle riche de fantasmes, ce qui me paraissait probablement exagéré jusqu’à présent. Mais, ici, les minauderies d’Hisvet et de Frix m’ont vite ennuyé, la drague façon « gros lourds » de Fafhrd et du Souricier Gris plus encore ; et quand ce dernier s’en est allé chercher l’amour chez les rattes (inévitablement ?) et le premier chez les vampires transparents avec l’étonnante Kreeshkra, c’est la lassitude qui l’a emporté chez moi…

 

Il y a bien des bonnes choses malgré tout dans ce roman : la Plaie Ratière de Lankhmar offre quelques beaux tableaux cauchemardesques, et l’humour de l’ensemble, parfois, fait mouche. Mais pas assez souvent, sans doute… Et, au final, Le Royaume de Lankhmar m’a fait l’effet d’un roman médiocre, étirant plus que de raison une histoire assez quelconque, qui aurait peut-être pu, en concentré, livrer une nouvelle ou novella correcte, mais qui ne tient pas la route dans ce format sans doute guère approprié au cycle. Bon, tant pis…

 

Prochaine étape : La Magie des glaces.

Voir les commentaires

Warhammer 40,000

Publié le par Nébal

Warhammer 40,000

Warhammer 40,000, Games Workshop, 2014, 3 vol., [n.p.] + 127 p. + 208 p.

 

J’imagine que c’était fatal : quand je me suis lancé dans la série « L’Hérésie d’Horus » (voyez mon compte rendu sur L’Ascension d’Horus, où je causais de mon rapport aux jeux de Games Workshop), j’ai immédiatement ou presque été pris de l’envie de rejeter un œil au jeu Warhammer 40,000 – sans me faire trop d’illusions sur la possibilité d’y jouer effectivement (même si, peut-être, dans un centre Games Workshop… Bon, on verra).

 

À vrai dire, cela faisait de toute façon longtemps que j’avais envie de me relancer dans un wargame à figurines, ou du moins un jeu tactique. J’avais essayé vaguement X-Wing, mais sans être très convaincu (d’autant qu’il est abominablement cher, encore plus que Warhammer 40,000, et sans en avoir la beauté…). J’avais fureté ici ou là en quête d’autres jeux… Mais j’ai finalement jeté mon dévolu sur ce gros machin très populaire, dont j’ai toujours apprécié l’univers.

 

Même si celui-ci a pas mal changé depuis mes vieux souvenirs, j’en ai l’impression tout du moins : le Chaos est ici central, dans son opposition aux innombrables forces de l’Imperium de l’Humanité ; les extra-terrestres à proprement parler, les Xenos, à commencer par les Orks et les Eldars, mais aussi mes chouchous les Tyranides extra-galactiques, prennent beaucoup moins de place dans le background (je note par contre deux factions xenos dont je n’avais jamais entendu parler auparavant, les Nécrons et l’Empire Tau). Bon, pas bien grave, il y a de toute façon amplement de quoi faire… Et si je dois commencer à monter une armée (on verra, donc), il y a bien des chances pour que ce soit des Tyranides (j’ai vu qu’une boite de base les opposait aux Blood Angels…).

 

Cet ensemble de base sous forme de coffret comprend trois très beaux livres à couverture rigide. Le premier, Une galaxie en guerre, vise à présenter au mieux, et en long et en large, le « hobby » Warhammer 40,000, puisque telle est l’expression consacrée. On insiste en effet ici sur les trois dimensions de ce hobby : le jeu, certes, mais aussi la collection et la peinture (chose pour laquelle je n’ai jamais été doué, c’est rien de le dire… mais bon : là encore, on verra…). À bien des égards, il s’agit d’un outil promotionnel, mais remarquablement bien fait, et qui présente les différentes factions – avec des historiques – à grand renfort de somptueuses photographies de corps d’armée minutieusement peints. Ça en jette vraiment, et donne d’autant plus envie de se lancer dans la chose – même si, là encore, la peinture maison risque d’être moins convaincante…

 

Le deuxième livre, Dark Millenium – cette fois illustré par des dessins, non des photos –, présente le background du jeu, et est comme de juste tout à fait fascinant. Et fascisant, oui : à vrai dire, l’Empire humain de 10 000 ans est encore pire que ce que l’on pouvait croire, et on peut légitimement avoir du mal à considérer ses forces comme étant les « gentils » dans cet univers – même si le Chaos est probablement pire, et les Xenos pas vraiment meilleurs… Un vrai régal, en tout cas, qui introduit bien tout en donnant l’envie d’en savoir encore davantage – et donc de se précipiter sur les Codex

 

Le troisième livre, enfin – c’est le plus gros –, contient Les Règles du jeu, et est là encore abondamment et joliment illustré (photographies essentiellement). Il contient tout le nécessaire pour se lancer dans une partie, encore que de façon abstraite puisqu’il n’y a pas les caractéristiques des différentes figurines (se reporter pour cela aux différents Codex). Les règles de base sont – relativement à la complexité globale du jeu – assez simples et claires, même si certains points méritent sans doute qu’on s’y attarde. On note également un gros chapitre consacré aux différents types d’unités, et s’attardant notamment sur les différentes sortes de véhicules. La fin de l’ouvrage s’intéresse quant à elle aux nombreuses règles spéciales, qui font de chaque unité ou presque quelque chose de résolument unique. Il faut sans doute, avant de se lancer dans une partie, synthétiser tout cela et élaborer des fiches récapitulatives pour ses différentes unités, bien sûr ; mais l’essentiel est bien que l’on a envie de s’y mettre très vite, et de lancer ses figurines à la conquête de la galaxie…

 

Ce coffret warhammer 40,000 remplit donc parfaitement son objectif. Très beau, il fait sacrément envie, en sachant mettre en lumière tout ce qui fait la spécificité enthousiasmante de ce « hobby ». Je ne sais pas encore si je vais m’y mettre véritablement, mais je vais en tout cas en lire davantage. Prochaine étape, du coup : le Codex : Tyranides

Voir les commentaires

1 2 > >>