Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Les Guerriers de l'hiver", de David Gemmell

Publié le par Nébal

Les-Guerriers-de-l-hiver.jpg

 

 

GEMMELL (David), Les Guerriers de l’hiver, [Winter Warriors], traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Karim Chergui, Paris, Bragelonne – Milady, coll. Fantasy, [1997, 2006] 2012, 443 p.

 

AVERTISSEMENT !

 

Suite aux pressions de la Société Protectrice des Auteurs, qui ne semblait pas se satisfaire de la proposition d’un label « Author advisory. Explicit Content » jugé insuffisant, la Nébalie a adopté la présente Charte de Respect des Auteurs :

 

Article 1er : Tous les Auteurs sont grands.

 

Article 2 : Tous les Auteurs sont beaux.

 

Article 3 : Tous les Auteurs sont forts.

 

Article 4 : Tout ce qu’écrivent les Auteurs est nécessairement bel et bon, intelligent et précieux, fruit d’un travail acharné et témoignage éloquent d’une puissance intellectuelle et d’une empathie rares.

 

Article 5 : La présente Charte de Respect des Auteurs s’applique tant aux Auteurs vivants qu’aux Auteurs morts, sans prescription ni discrimination d’aucune sorte.

 

Article 6 : D’ailleurs, elle s’applique même à David Gemmell, d’autant plus que BEUAAAAAAAAARH.

 

Article 7 : Alors, bon, hein, bon. Non mais.

 

Article 8 : Ta gueule, Nébal.

 

Merci de votre attention.

 

On ne présente plus David Gemmell, immense (deux mètres) Auteur de fantasy aux innombrables best-sellers (gage de qualité s’il en est). On lui doit bien des chefs-d’œuvre, à commencer par son inoubliable premier roman  Légende. Mais l’Auteur ne s’est certes pas arrêté à ce coup d’essai qui fut un coup de maître, et continua, jusqu’à son décès prématuré, à nous régaler d’histoires d’une inventivité et d’une subtilité sans pareilles.

 

En témoigne assurément Les Guerriers de l’hiver, grand roman qui est peut-être bien son chef-d’œuvre. Publié en France d’abord aux prestigieuses éditions Bragelonne, puis repris en poche dans l’irréprochable label Milady – nouveaux gages de qualité –, et remarquablement traduit par Karim Chergui, cette œuvre rare est un véritable déluge d’action épique, ne négligeant pas pour autant la réflexion. On aurait à vrai dire envie de parler, avec l’immense Bernard Werber, de « philosophie-fiction » pour qualifier cette production si singulière.

 

David Gemmell y poursuit avec brio, au travers d’une subtile variation, l’exploration du thème de prédilection du cycle « Drenaï », à savoir la condition de l’Homme confronté à la Vieillesse et à la Mort. Les Guerriers de l’hiver (l’hiver, d’ailleurs, étant, à l’instar du feu, un autre thème de prédilection de l’Auteur), ce sont en effet pour l’essentiel trois hommes d’un autre âge, trois vieillards diraient certains, et qui, comme tels, se trouvent rejetés par la société qui les met implacablement à la retraite (on sent percer, dans les premières pages du roman notamment, une puissante critique sociale, ce qui ne fait qu’ajouter à la majesté de l’œuvre).

 

Il y a tout d’abord Nogusta, redoutable épéiste noir à l’ascendance trouble et aux mystérieux pouvoirs prophétiques (on remarquera au passage que David Gemmell se joue des clichés, lui qui n’hésite pas [SPOILER] à faire mourir ce remarquable personnage en dernier, alors qu’il est noir) ; il y a ensuite Kebra, redoutable archer, aussi sage qu’habile ; il y a enfin le bien nommé et redoutable Bison, géant simple au grand cœur, à l’image de l’Auteur, qui est en outre l’occasion d’hilarantes scènes humoristiques (« Son cul est un tambour ! »), parfois d’une délicatesse qui n’a d’égale que sa pertinence (on se souviendra longtemps de la fameuse scène du « pet aux oignons sauvages »).

 

Ces trois hommes faits, et quelques autres plus jeunes, se retrouvent plongés dans une aventure impitoyable : la Vie. (« Le froid, c’est la vie », note intelligemment Nogusta dans les premières pages). Ils étaient au service de l’Empereur Skanda, Drenaï qui a vaincu les Ventrians en s’appuyant sur eux, mais les néglige désormais, à l’instar du charismatique Loup Blanc, leur général au surnom si original. Aussi les trois guerriers quittent-ils la capitale ventriane, sans trop savoir quel sera leur avenir.

 

Mais l’aventure, inévitablement, va les rattraper. En effet, la ville ploie sous les assauts des démons, qui menacent d’envahir à nouveau le monde, après 4000 ans d’exil. Ces démons suscitent d’innombrables crimes inexpliqués, et le pire est encore à venir : conformément à une ancienne prophétie, la mort de trois rois annoncera leur retour en force. Au début du roman, l’Empereur ventrian a déjà passé l’arme à gauche ; on comprend vite que Skanda sera la prochaine victime ; puis reste son enfant encore à naître…

 

Cependant, par un heureux concours de circonstances, la reine enceinte, accompagnée de sa fidèle prêtresse, femme forte, et d’un jeune officier qui se destinait à la vie monacale, ainsi que de trois enfants – qui sont autant d’occasions de scènes tendres et émouvantes –, trouve protection auprès des trois vieux guerriers. Mais ils ne pourront pas fuir éternellement devant les démons ; l’heure de l’affrontement approche !

 

L’originalité est le maître-mot de ces Guerriers de l’hiver : on aura beau chercher longtemps, le fait est que l’on n’a jamais rien lu de semblable. Il fallait bien un Auteur de la trempe de David Gemmell pour allier avec autant d’adresse l’action la plus tonitruante à la réflexion la plus profonde. Fable puissante sur la Vie et la Mort, le Destin et l’Honneur, riche en morceaux de Bravoure, Les Guerriers de l’hiver tétanise le lecteur par sa virtuosité. La plume de Gemmell, magnifiquement rendue par la traduction, n’a jamais été aussi précise et juste. Ses personnages, tous mieux campés les uns que les autres, suscitent un attachement irrémédiable, qui ne rend leur sort tragique que plus douloureux. Loin de tout manichéisme, Gemmell sait ici colorer ses splendides paysages hivernaux de subtiles nuances de gris (au moins 50), et rendre ainsi toute la complexité du Monde et de l’Homme. Et que dire de cette magnifique conclusion, si ce n’est qu’elle vaut bien celle de  Légende, voire fait encore mieux ?

 

Disons-le franchement : Gemmell fut une chance pour nous autres lecteurs, un Auteur hors-normes, au talent défiant les étiquettes, et qui n’est sans doute pas encore reconnu autant qu’il le mériterait. Et Les Guerriers de l’hiver est peut-être bien son chef-d’œuvre. Précipitez-vous sur cette leçon de littérature, aussi palpitante qu’intelligente, exigeante, certes, mais le jeu en vaut la chandelle : vous ne serez pas déçus.

 

Tu nous manques, David.

CITRIQ

Commenter cet article

paul muab'dib 04/01/2013 17:52

N'empêche que ce roman se lit bien, notre ami Gemmell a eu des hauts et des bas mais là il était bien en haut... et que beuaarrrhhh quand même.

Nébal 04/01/2013 18:01



Pas si sûr que ça... Mais j'avoue que, submergé par l'esprit de Nouwël, et donc le mauvais goût qui va avec, je l'ai lu sans déplaisir, voire avec un certain plaisir. Dingue, ça.



NicK 03/01/2013 10:51

Magnifique chronique. :p
(tu as bien laissé ton cerveau au placard)(tu as tout compris)(j'oubliai : BEUARHHHHHH !!!)

NicK.

Nébal 04/01/2013 06:57



(Cerveau ?)



Cachou 30/12/2012 21:37

Oh, mais c'est dommage, je n'ai pas d'autre lieu pour en discuter avec toi, moi... (en même temps, je ne sais pas s'il pourrait y avoir discussion, je n'ai jamais lu les deux auteurs que tu
cites)(eh oui)(mais bon, je l'ai dit, le space-op, au départ, ce n'est pas forcément ma tasse de thé, même si ça ne me dérange pas)(surtout quand c'est par Le Guin!).
(Oh, et BEUAAAARH)
(Non, rien, c'était pour faire semblant de coller à l'article de départ)(c'est plutôt réussi, non?)

Nébal 31/12/2012 05:40



(Oui.)


 


(BEUAAAAAAAAAAAAAAAARH !)



Bidibulle 30/12/2012 18:08

>Cachou

Euh, moi j'ai lu le bouquin et je le trouve à chier. Mais là encore c'est mon avis et ça ne concerne pas le blog de Nébal.
Inutile donc d'en discuter ici et d'essayer d'argumenter là: ce n'est pas le lieu...

Cachou 30/12/2012 10:06

(ahem)(qui "sait")(je vais me cacher)

Nébal 30/12/2012 10:16



Pas la peine...



Cachou 30/12/2012 10:05

Mais celui-ci est à des mondes des "Loups" tu sais. Sérieusement, il pourrait peut-être plus te séduire (mais je n'essaie pas de te convaincre, pour les mêmes raisons que Nébal ;-p)(rôh, l'excuse
du blog vieille comme le monde - des blogs - alors que la conversation a dévié depuis le début ^_^). Mais si jamais - qui sais - tu es tout de même un poil curieux, lis la nouvelle de "Destination
Univers", elle est assez représentative de l'ambiance du "Melkine".

Ubik 30/12/2012 10:01

Lu ou plutôt survolé Les loups de Prague. Ce n'est définitivement pas ma came (je n'en dis pas plus, on est sur un blog après tout).

Cachou 30/12/2012 09:49

Je sais qu'Erion et toi ne vous entendez pas et que, de ce fait, ne pas lire son roman est un bon choix, tu ne pourras qu'avoir envie d'y trouver des défauts. Mais je vous trouve quand même un peu
injustes sur ce coup-là, on dirait que ce sont surtout vos sentiments envers l'auteur qui parlent, pas le fait d'avoir lu son dernier livre. Autant je n'avais pas accroché aux "Loups de Prague"
(contexte de guerre pas du tout pour moi), autant j'ai trouvé "Le Melkine" assez bon (si si, promis)(il y a un côté "émerveillement face à l'espace" bien retranscrit et qui me parle vraiment dans
ce livre). Alors que je ne suis pas forcément cliente du sous-genre en question en plus (le space-op. donc). De manière générale, même s'il m'arrive bien sûr également de le faire (avec
Houellebecq, notamment)(exemple choisi à dessein ^_^), il est toujours dommage de s'attaquer à l'aveugle à un livre parce qu'on n'apprécie pas son auteur... Et du coup, je me demandais si les
personnes se moquant du "Melkine" ici l'avaient préalablement lu (c'est une question sérieuse, hein, pas d'attaque ou quoi que ce soi dans cette remarque, juste de la curiosité).

Nébal 30/12/2012 10:15



Qu'on ne s'entend pas, c'est peu dire... et ça me rend la lecture de tout bouquin de lui difficilement envisageable, voire impossible.


 


C'est peut-être dommage : j'ai entendu dire dans l'ensemble du bien de son premier bouquin.


 


Lu le tout début des Loups de Prague, j'avais trouvé ça à chier tout mou, par contre.


 


Alors vraiment pas envie d'essayer Le Melkine.


 


Quant aux personnes qui s'en moquent ici, je sais que Bidibulle l'a lu ('tain, comment que je cafte !).



Bidibulle 30/12/2012 01:38

Et bien tu devrais lire du Olivier Paquet au lieu de sembler te gausser de cette façon si agaçante!

Parce qu'Olivier Paquet, ça poutre: c'est un vrai bonheur, ça a un petit air de John Varley sous emprise d'un fort hypnotique arrosé de super space opéra à la Alastar Reynolds : c'est la vrai Hard
Science! Sisisi! Et c'est drôle et c'est pas complaisant et c'est intelligent (et c'est forcé car c'est écrit par un maitre de conférence en science politique!) Donc je pense que tu dois le lire,
quitte à voler l'ouvrage!

Nébal 30/12/2012 05:56



Non.


 


Inutile d'insister.


 


Ca, c'est au-dessus de mes forces, et je ne pourrais de toute façon pas en causer honnêtement.



Xapur 30/12/2012 00:18

Tout ça m'a l'air empreint d'une grande sensibilité et d'un humanisme salutaire, je note de me le procurer !

Nébal 30/12/2012 05:55



C'est rien de le dire.