Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"Discovering H.P. Lovecraft", de Darrel Schweitzer (ed.)

Publié le par Nébal

Discovering-H.P.-Lovecraft.jpg

 

SCHWEITZER (Darrel) (ed.), Discovering H.P. Lovecraft, [s.l.], Wildside Press, [1995] 2012, [édition numérique]

 

Oh ben tiens ! Un petit recueil d’essais sur Lovecraft, pour pas cher ? Je dis : « Banco. »

 

« Banco ! »

 

Commençons par le commencement, c’est-à-dire « Introduction. The Eternal Lovecraft », par Darrel Schweitzer, qui n’en est visiblement pas à son coup d’essai. Il va sans dire que je le rejoins dans son constat : quoi qu’en disent les mauvaises langues, « Lovecraft is the most important writer of supernatural horror fiction in English since Poe ». Et personnellement, je ferais bien dans le bourrin ultra-fanique, et j’enlèverais « in English since Poe ». J’assume. C’est que c’est bon, Lovecraft, tout de même.

 

Robert Bloch, le fameux auteur de Psychose, nous livre ensuite ses souvenirs de vétéran du cercle Lovecraft avec « Notes on an Entity ». On reste chez les Grands Anciens avec Fritz Leiber, Jr. et son « A Literary Copernicus », qui établit bien l’importance définitive du « reclus » de Providence. Tout cela se lit tout seul, même s’il y a de fortes chances pour que cela ne prêche que des convaincus.

 

Dirk W. Mosig, avec « The Four Faces of the Outsider », se penche (donc) sur « The Outsider » (« Je suis d’ailleurs », si j’ai bien tout compris ?) et ses différentes interprétations : autobiographique, psychanalytique, « antimétaphysique », et plus généralement philosophique. Intéressant et plutôt pertinent.

 

Avec « The First Lewis Theobald », R. Boerem se penche sur l’inspiration de Lovecraft pour un de ses pseudonymes. Ce qui m’a paru un peu vain…

 

Suit… H.P. Lovecraft himself, avec « Story-Writing », une lettre qui parle d’elle-même. Évidemment chouette.

 

Après quoi nous retrouvons Darrel Schweitzer, pour « Character Gullibility in Weird Fiction, or Isn’t Yuggoth Somewhere in Upstate New York? ». Là encore, le sujet de l’article est assez explicite. Ça se lit.

 

Arthur Jean Cox nous livre ensuite « Some Thoughts on Lovecraft », sur ses talents d’écrivain plus précisément. M’a pas vraiment marqué…

 

« The Derleth Mythos » de Richard L. Tierney rappelle utilement que bon nombre d’aspects du Mythe de Cthulhu – généralement pas les plus intéressants… – sont en fait l’œuvre d’August Derleth, et fait la part des choses. Un peu convenu, cela dit.

 

Suit un article que j’ai trouvé vraiment passionnant : « Genesis of the Cthulhu Mythos » de George Wetzel, sur l’impact de la mythologie grecque sur Lovecraft. Salutaire.

 

« Lovecraft’s Ladies », de Ben P. Indick, cherche à faire mentir la réputation de Lovecraft en ce qui concerne le rôle minime des personnages féminins dans son œuvre. C’est à mon sens un échec complet, à tel point qu’on pourrait y trouver des arguments en faveur de la thèse traditionnelle…

 

« When the Stars are Right » de Richard L. Tierney, à nouveau, sur les configurations astrologiques dans « The Call of Cthulhu », est le type même de l’article inutile. Nous n’avons pas besoin de cette érudition lovecraftienne-là…

 

Heureusement, on passe à quelque chose de bien plus intéressant avec « Lovecraft and Lord Dunsany » de re-Darrel Schweitzer, qui établit définitivement et intelligemment l’influence de l’auteur irlandais sur le pôpa de Cthulhu.

 

Un autre article fort bienvenu, même s’il peut fâcher (d’autant que son propos peut être étendu à la science-fiction en général), est « H.P. Lovecraft and Pseudomathematics » de Robert Weinberg, article qui se fonde essentiellement sur « Dreams in the Witch House » (« La Maison de la sorcière »). Très pertinent.

 

Après quoi S.T. Joshi, auquel on droit la biographie définitive de Lovecraft qu’il faudra bien que je lise un jour, livre une somme monstrueuse, même si d’un intérêt limité pour le lecteur francophone, avec « Textual Problems in Lovecraft: A Preliminary Survey ». Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est pointu (j’avais pas idée à quel point). Y a du boulot…

 

Suit une autre somme, avec « H.P. Lovecraft: The Books », le fameux « catalogue » des livres du Mythe établi par Lin Carter, corrigé et annoté par Robert M. Price & S.T. Joshi. Une aide de jeu bienvenue…

 

Et re-re-Darrel Schweitzer de conclure avec une bibliographie (anglophone, of course), « H.P. Lovecraft: A Basic Reading List ».

 

S’il y a du bon et du moins bon, le niveau reste dans l’ensemble très correct. Juste ce qu’il fallait pour les fans décérébrés dans mon genre.

 

Même si j’en veux encore.

Voir les commentaires

"Marthe, histoire d'une fille", de J.-K. Huysmans

Publié le par Nébal

Marthe--histoire-d-une-fille.jpg

 

HUYSMANS (J.-K.), Marthe, histoire d’une fille, [s.l.], Norph-Nop, 2011, [édition numérique]

 

Ainsi que j’ai eu l’occasion de le laisser entendre récemment (), Joris-Karl Huysmans est un auteur qui a pas mal compté pour moi (notamment pour ses trois « grands romans », À rebours, Là-bas et même – si – En route). Aussi, mon acquisition d’un Kindle m’a donné envie de découvrir d’autres textes du bonhomme (au moins ses fictions) ; et, dans le tas, il y avait notamment Marthe, histoire d’une fille, qui nous ramène au tout début de la carrière de l’auteur. On est donc proche ici de À vau-l’eau ou Sac au dos, dans l’esprit. Dans le fond, l’influence – entre autres – de Zola se fait sentir, énorme ; Huysmans est alors naturaliste, ce n’est pas encore le décadent d’À rebours et Là-bas, ni le catholique de En route, La Cathédrale ou L’Oblat. Mais, formellement, c’est déjà du Huysmans ; dès ce texte de jeunesse, on retrouve ce style inimitable, qui goûte le vocable rare, qu’il soit argotique ou au contraire très soutenu. L’essentiel est sauf !

 

Marthe, histoire d’une fille. Tout est dans le titre, ou presque. L’intrigue tourne largement autour de trois protagonistes : Marthe, donc, et deux de ses amants (car elle est de ces filles-là), Léo et Ginginet. Ce dernier la fait un temps travailler comme actrice à Bobino. Pour le reste, les codes du naturalisme sont bien respectés : cette « histoire d’une fille » est sordide, et Marthe va de Charybde en Scylla (non, je ne parle pas des librairies), oscillant perpétuellement entre malheurs et désillusions, que je ne vais pas vous détailler ici par le menu.

 

Mais voilà : c’est beau. Cette langue sonne déjà divinement, et c’est bien le principal. Non que les malheurs de Marthe ne soient pas intéressants : ils le sont, même si le trait est probablement – et sans surprise – un peu forcé. Mais ce n’est pas ce qui retient l’attention ici, à mon sens tout du moins. Non, ce qui est définitivement fort, très fort, c’est déjà le style. Maintenant, je comprendrais très bien que ça ne passe pas, et entraîne un refus d’obstacle : le moins que l’on puisse dire, en effet, c’est que c’est « chargé », déjà « baroque » d’une certaine manière ; aussi peut-on craindre l’overdose, même sur un format aussi court… Mais peu importe : sur moi, ça marche, et j’en redemande. Aussi le nom de Huysmans risque-t-il de ressurgir de temps à autre dans ces pages interlopes : cet écrivain rare – et qui me paraît un peu sous-estimé – a depuis longtemps obtenu le sceau « Nébal approved », et Marthe, histoire d’une fille n’en est qu’un énième témoignage ; certes pas le plus brillant, loin de là, mais quand même : Huysmans est déjà grand.

Voir les commentaires

"Au bagne", d'Albert Londres

Publié le par Nébal

Au-bagne.jpg

 

LONDRES (Albert), Au bagne, [s.l.], Ebooks libres et gratuits, [1924] 2011, [édition numérique]

 

C’est un des plus célèbres reportages d’Albert Londres, et peut-être, partant, de toute l’histoire du journalisme. Le grand reporter s’y rend en Guyane française, au bagne de Cayenne (ou, plus exactement, de Saint-Laurent-du-Maroni et des fort mal nommées îles du Salut).

 

Albert Londres n’est pas un idéaliste. Il sait que la plupart des personnages hauts en couleurs qu’il croise dans l’enfer du bagne sont de franches canailles, souvent coupables de meurtre, au mieux de vol qualifié. Il ne le nie pas. Mais cela n’empêche pas l’ensemble de son reportage de sonner comme une espèce de réquisitoire.

 

En effet, si Albert Londres ne se fait guère d’illusions sur « les enfants de Cayenne », il montre avec brio que les deux objectifs poursuivis par cette institution carcérale bien particulière – à savoir d’une part l’amendement du condamné et d’autre part la colonisation – sont parfaitement chimériques. « Le libéré ne s’amende pas, il se dégrade. La colonie ne profite pas de lui, elle en meurt. »

 

Ce n’est pas un hasard, dès lors, si Au bagne s’achève par une lettre ouverte au ministre des Colonies, réclamant, non des réformes, mais « un chambardement général ». Selon le journaliste, quatre mesures s’imposent immédiatement : la sélection (on ne fait « aucune différence entre le condamné primaire et la fripouille la plus opiniâtre ») ; ne pas livrer les transportés à la maladie, qui fait des ravages ; la rétribution du travail ; et enfin la suppression du doublage et de la résidence perpétuelle, sorte de « double peine » s’appliquant aux condamnés, et qui les obligeait à rester en Guyane, soit cinq ou sept ans pour ceux qui avaient été condamnés à ces peines, soit à perpétuité – pour une vie bien brève… – pour ceux qui avaient été condamnés à une peine plus importante.

 

Albert Londres sera en partie entendu. Dès la parution d’Au bagne, le ministère des Colonies nomme une commission chargée d’arrêter des mesures de réforme, et suspend en attendant les envois de forçats à la Guyane ; ce régime durera deux ans… puis on reprendra la transportation. Mais des réformes importantes furent obtenues : les fers, la nuit, furent supprimés ; de même pour les cachots noirs, ou encore le camp Charvein, « où les « punis » travaillaient dans des conditions inhumaines » ; le régime des peines encourues pour fautes commises au bagne fut abaissé ; la nourriture fut « surveillée ». Puis, le 15 décembre 1931, la Chambre des députés adopte une proposition de loi modifiant les conditions d’exécution de la peine des travaux forcés. La cour d’assises a dès lors le pouvoir de dispenser de la transportation le condamné non reléguable qui subira en France métropolitaine une peine de réclusion aggravée ; surtout, la loi abroge l’obligation de la résidence temporaire (doublage) ou perpétuelle.

 

C’est à n’en pas douter du grand journalisme d’investigation que cette enquête d’Albert Londres en Guyane. On aimerait bien, aussi, que les réquisitoires des plus consciencieux des journalistes soient pris en compte par le législateur, comme ce fut le cas ici. Et ce quand bien même il fallut encore attendre pour aboutir à la suppression du bagne (qu’Albert Londres n’envisageait de toutes façons pas)…

Voir les commentaires

"Encore une chose...", d'Eoin Colfer

Publié le par Nébal

Encore-une-chose.jpg

 

COLFER (Eoin), Encore une chose…, [And Another Thing], traduit de l’anglais (Irlande) par Michel Pagel, Paris, Gallimard, coll. Folio Science-fiction, [2009-2010] 2012, [édition numérique]

 

Mais arrêtez de me regarder comme ça ! Je voulais lire quelque chose de drôle – j’en avais besoin. Alors je me suis dit : « Pourquoi pas la suite au « Guide galactique » par Eoin Colfer ? » Et ce, bien que n’étant pas un très grand fan de « H2G2 » (dans mon souvenir, les deux premiers sont bien, les trois suivants nettement moins, le quatrième étant même ce qu’on peut très objectivement qualifier de purge). La curiosité, toujours un peu perverse, que voulez-vous… Je me suis donc procuré la version Kindle d’Encore une chose…, et me suis lancé dans la lecture.

 

Oh putain.

 

Pas de panique, Nébal, pas de panique ! Commence par l’histoire.

 

 

Sauf que ça pose déjà problème, ça. Les embrouilles du début avec le Guide du voyageur galactique version II, pas des plus claires, font que l’on se retrouve comme si rien ne s’était passé – ou presque – dans les cinq volumes précédents. Nous nous retrouvons donc en compagnie d’Arthur Dent, de Trillian Astra, de leur fille Aléa Dent (ex-présidente de la galaxie), de Zaphod Beeblebrox (idem) et de Ford Prefect, à la veille d’une énième destruction de la Terre. Pas par les Vogons, cette fois, mais par les Grébulons. Ce qui n’empêche pas les Vogons, ces sinistres poètes-bureaucrates, de jouer un rôle important dans cette « histoire », puisqu’ils se sont mis en tête d’exterminer tous les Terriens. Ce qui inclut Arthur, Trillian et Aléa, mais aussi une petite colonie à l’autre bout de la galaxie.

 

Parallèlement, nous faisons la connaissance de Powerick Wowbagger, un immortel qui passe son temps à insulter le reste de l’univers, si possible par ordre alphabétique. Zaphod, qui n’apprécie pas de se faire traiter de « Gros Cul » (oh oh oh) requiert en Asgard l’aide du dieu Thor pour châtier le grossier personnage (allez comprendre).

 

Bon.

 

Bon, bon, bon.

 

Pas de panique ! Certes. Mais c’est quand même de la merde. À tel point que j’aurais presque envie de dire que c’est criminel de publier des choses pareilles. Encore une chose… n’a en effet pas le moindre intérêt.

 

Déjà, ce n’est pas drôle. Ja-mais. Aucun gag ne m’a fait ne serait-ce que sourire. Même l’intervention de Cthulhu en guest-star (je spoile si je veux) n’est pas parvenue à me dérider (et pourtant, généralement, je suis bon public dès qu’un Grand Ancien est de la partie). Or je rappelle aux innocents que « H2G2 », c’est censé être drôle – même si ça n’y est pas toujours parvenu. Mais là, non. Ja-mais. Tous les gags tombent à plat.

 

Les personnages, ensuite. Dans l’absolu, ils sont bons. Enfin, chez Douglas Adams, en tout cas, ils étaient bons. Ce n’est pas le cas ici. En étant bon prince, je pourrais faire une exception pour les Vogons… Mais les autres ! Quelle horreur ! Totalement dénués de personnalité (c’est embêtant pour des personnages), ils donnent un peu l’impression de seconds rôles paumés dans une production de trop.

 

« L’histoire », enfin, est nulle. Et c’est rien de le dire.

 

Aussi, ne lisez pas cette merde, elle n’en vaut vraiment pas la peine (et en plus c’est loooooooong !). Douglas Adams, avec tous ses défauts, ne méritait pas ça. Le lecteur non plus.

 

Salut, et merci pour le poison…

CITRIQ

Voir les commentaires

"Psychologie des foules", de Gustave Le Bon

Publié le par Nébal

Psychologie-des-foules.jpg

 

LE BON (Gustave), Psychologie des foules, [s.l.], [n.c.], [1895] 2011, [édition numérique]

 

Voilà un ouvrage que je comptais lire depuis fort longtemps, tant sa réputation le précédait. C’est là en effet un classique de la sociologie et de la science politique, qui fut d’une influence durable tant sur les chercheurs que sur les meneurs d’opinion (ainsi un Mussolini, dont c’était, si je ne m’abuse, un des livres de chevet).

 

Gustave Le Bon s’intéresse donc ici à la psychologie des foules, matière qu’il juge devenir de plus en plus importante : à son époque, en effet, à l’en croire, débute l’ère des foules, qui a ses caractéristiques propres et méconnues. « Les grands changements de civilisation sont la conséquence des changements dans la pensée des peuples. » Or l’ère des foules transforme la politique des États (et cela n’a pas grand-chose à voir, selon Gustave Le Bon, avec l’avènement du suffrage universel) ; or les foules ne peuvent exercer qu’un rôle destructeur (même si elles sont fondamentalement conservatrices, ainsi qu’on le verra), et « c’est par elles que s’achève la dissolution des civilisations devenues trop vieilles ».

 

Un des points fondamentaux de la doctrine de Le Bon est que « la foule est toujours dominée par l’inconscient », et c’est donc à lui qu’il faut s’adresser quand on a affaire à une foule. Il ne sert en effet à rien de compter sur l’intelligence des foules, considérablement diminuée par rapport à celle des individus qui les composent. Il est dès lors possible de comprendre les mouvements des foules, qui peuvent être aussi héroïques que criminelles, dès lors que les impulsions auxquelles elles obéissent sont assez impérieuses pour que l’intérêt personnel s’efface. Mais les foules sont crédules, et obéissent aux suggestions (bien plus qu’aux raisonnements), et « ces images sont semblables pour tous les individus qui composent une foule » ; il y a en effet une « égalisation du savant et de l’imbécile dans une foule ». Cette crédulité explique « l’impossibilité d’accorder aucune créance au témoignage des foules ». En outre, « les foules ne connaissent ni le doute ni l’incertitude et vont toujours aux extrêmes » ; elles sont caractérisées par l’intolérance, l’autoritarisme et le conservatisme, et sont particulièrement serviles face à une autorité forte. Mais elles sont aussi, étrangement, capables d’actes de moralité (même les septembriseurs, sur lesquels l’auteur reviendra, en témoignent), l’intérêt étant, « le plus souvent, le mobile exclusif de l’individu isolé ». Les foulesn peu accessibles aux raisonnements, mais grandement aux images, adoptent dans leurs convictions des formes « religieuses » (même l’athéisme…). Ainsi, « la Réforme, la Saint-Barthélemy, la Terreur et tous les événements analogues sont la conséquence des sentiments religieux des foules, et non de la volonté d’individus isolés ».

 

Qu’est-ce qui forme les croyances des foules ? La « race », les traditions, le temps, et dans une moindre mesure qui demande à être analysée les institutions politiques et sociales, et l’instruction et l’éducation. Parmi les facteurs immédiats des opinions des foules, on trouve tout d’abord les images, les mots et les formules, qui ont une « puissance magique » ; ensuite, les illusions, qui sont à la base de toutes les civilisations ; on trouve après quoi l’expérience, fréquemment répétée. La raison joue un rôle nul. Mais les foules ressentent aussi le besoin d’obéir à des meneurs, qui « seuls peuvent créer la foi et donner une organisation aux foules » ; les moyens d’action des meneurs sont l’affirmation, la répétition et la contagion, laquelle peut remonter des couches inférieures. Reste à envisager le prestige, qui peut être acquis ou personnel. Les foules ont des croyances fixes et des opinions mobiles (de plus en plus pour ces dernières).

 

L’auteur procède ensuite à une classification des foules. La distinction fondamentale s’opère entre les foules hétérogènes, qui seules intéressent vraiment ici Gustave Le Bon, et les foules homogènes (sectes, castes et classes). Puis l’auteur prend des exemples : les foules dites criminelles, comme celles des septembriseurs ; les jurés des cours d’assises (Gustave Le Bon est très favorable à l’institution du jury ; ce n’est pas mon cas, et j’avoue n’avoir pas été pleinement convaincu ici par son argumentaire) ; les foules électorales ; enfin, les assemblées parlementaires.

 

Gustave Le Bon, quand bien même il affiche son scepticisme à l’encontre de la discipline historique, pioche régulièrement ses exemples dans l’histoire, et notamment celle de la Révolution française (il a très souvent recours à Taine, que je compte enfin lire prochainement). Et si l’ouvrage a vieilli sur certains points ou si certains partis-pris de l’auteur sont contestables (son vague « racisme » – on est cependant bien loin ici de Gobineau, etc., et plus proche de la théorie des climats – ; son étrange misogynie ; son hostilité à l’encontre du socialisme sous toutes ses formes…), il reste dans l’ensemble remarquablement lucide et pertinent après plus d’un siècle, en donnant cependant de l’humanité une image dans l’ensemble très pessimiste et marquée par le scepticisme.

 

Un ouvrage qui mérite bien tous ses lauriers, en somme.

Voir les commentaires

"Comme un automate dément reprogrammé à la mi-temps", de Laurent Queyssi

Publié le par Nébal

Comme-un-automate-dement-reprogramme-a-la-mi-temps.jpg

 

QUEYSSI (Laurent), Comme un automate dément reprogrammé à la mi-temps, préface de Xavier Mauméjean, Chambéry, ActuSF, coll. Les Trois Souhaits, 2012, [édition numérique]

 

Au fil de mes lectures, j’ai eu de temps à autre l’occasion de croiser le nom de Laurent Queyssi (à plusieurs postes), dont voici le premier recueil de nouvelles. J’en connaissais déjà deux textes : « Fuck City », une histoire plutôt sympa à base d’univers parallèles et d’ordinateurs quantiques, lue dans le n° 5 de Fiction, et « 707 Hacienda Way », texte co-écrit avec Ugo Bellagamba, dans Dimension Philip K. Dick, et séduisant de par son évidence (même si on peut peut-être y trouver quelques lourdeurs de jeunesse, malgré les réécritures). Deux expériences plutôt concluantes, donc. Aussi, et le titre de ce recueil – celui du seul texte inédit qu’il comprend – étant plutôt sympa et intriguant, de même que la couverture, je me suis décidé à en tenter la lecture. Notons rapidement qu’il s’ouvre sur une préface un brin cryptique de Xavier Mauméjean (« Portrait en découpe sur écran ») et qu’il se conclut sur une interview de l’auteur ; chaque nouvelle est en outre accompagnée d’un petit texte de présentation.

 

Maintenant, décortiquons, décortiquons (je ne reviendrai pas ici sur les deux textes précédemment cités). On commence avec « Sense of Wonder 2.0 », une nouvelle bourrée d’idées jusqu’à la gueule et plutôt bien vue ; même si l’on met du temps pour y arriver, la description de l’effet « sense of wonder » est enfin pertinente, entre la fascination et l’angoisse mêlée de dépit face aux promesses non tenues. Une bonne entrée en matière.

 

Après « Fuck City », on passe donc à « Comme un automate dément reprogrammé à la mi-temps », nouvelle qui se déroule dans le milieu des séries TV américaines, et fait intervenir en définitive ce bon vieux Pac-Man. Instructif, amusant, là encore bien vu, c’est une réussite indéniable.

 

« La Scène coupée (Fantômas, 1963) » fait intervenir le génie du mal de Souvestre et Allain dans la production des films avec l’odieux De Funès et Jean Marais. Rigolo…

 

Passons sur « 707 Hacienda Way » pour arriver directement à « Rebecca est revenue », si je ne m’abuse la nouvelle la plus ancienne de ce recueil. Je ne suis pas sûr d’y avoir tout compris – et j’ai chopé une migraine en essayant – mais j’en garde néanmoins plutôt un bon souvenir. Là encore, il y a un certain sentiment d’angoisse et de frustration qui est bien rendu.

 

« Planet of Sound », texte écrit en collaboration avec Jim Dedieu, est un texte peut-être un peu trop long mais assez intéressant dans le fond comme dans la forme. Hommage aux Pixies (ouééé) au moment de leur reformation (aïe), c’est en outre une histoire paranoïaque du rock passablement déjantée ; tout à fait intéressant (mais faites-moi la même chose avec Sonic Youth).

 

Ne reste plus que « Nuit noire, sol froid », à nouveau un texte où la musique joue un rôle fondamental, récit dans le récit alors qu’une arche stellaire arrive enfin à destination (scandale !). Pas mal.

 

Dans l’ensemble, le recueil, qui ne manque donc pas d’idées venant de tous les horizons, est plutôt bien écrit, même si l’on relèvera de temps à autre quelques pains stylistiques, lesquels, si on y ajoute un taux relativement élevé de coquilles, laissent supposer que le recueil n’a pas été suffisament ou correctement relu, ce qui est tout de même un peu dommage. Pour le reste, on a un peu le sentiment d’un auteur très geek qui fait ses gammes, de manière assez convaincante dans l’ensemble, sans que ce soit transcendant pour autant. Un sentiment finalement assez comparable, quoique de manière différente, à celui suscité par Singulier Pluriel de Lucas Moreno, pour évoquer une autre lecture récente ; y a de l’idée, même si ce n’est pas encore tout à fait ça. Mais c’est déjà pas mal, et on va dire, bon prince (il vous en prie), assez prometteur.

CITRIQ

Voir les commentaires

"J.-K. Huysmans et le satanisme d'après des documents inédits", de Joanny Bricaud

Publié le par Nébal

J.-K.-Huysmans-et-le-satanisme.jpg

 

BRICAUD (Joanny), J.-K. Huysmans et le satanisme d’après des documents inédits, [s.l.], [n.c.], [1913] 2011, [édition numérique]

 

Ah, qu’est-ce qu’on peut être con quand on est jeune ! Mais des fois c’est rigolo. Permettez-moi de bouffer cette madeleine, là, et de partir à la recherche de mon temps que je l’ai perdu. Whoosh. Retour au collège (horreur), vers mes treize, quatorze ans. J’avais alors un excellent professeur – qui m’avait hélas pris comme chouchou… – de français, latin et grec. Mes amis et moi la savions très catholique. Aussi a-t-on été pris d’envie de la taquiner, en nous faisant passer, jeunes couillons de metalleux, voire black metalleux, que nous étions, pour une petite troupe de satanistes. La dame ne manquait pas d’humour, et savait bien que tout cela n’était qu’une vaste blague. Aussi, loin de s’en offusquer, elle en riait avec nous.

 

Un jour, après les cours, elle me retint quelques instants (en tout bien tout honneur) : « Vous qui vous intéressez au satanisme, vous devriez lire ceci. Mais surtout n’en parlez pas à vos camarades ! Ils ne sont pas assez murs… » me dit-elle en substance. Et de me tendre un exemplaire de Là-bas de Joris-Karl Huysmans. Ce fut un choc esthétique incomparable, et, aujourd’hui encore, Là-bas figure parmi mes romans fétiches.

 

Quelques mots à ce sujet s’imposent. Joris-Karl Huysmans était un échappé du naturalisme. Après avoir fait ses premières armes dans la lignée d’un Flaubert et plus encore d’un Zola, il est progressivement devenu une sorte de chef de file des écrivains décadents avec le merveilleux À rebours (le livre préféré de Dorian Gray). Puis il fut tourmenté par une crise de foi, qu’il raconta dans son « Roman de Durtal », dont Là-bas constitue le premier tome. Les suivants témoignent de la conversion de l’auteur au catholicisme (variante un tantinet mystique) ; on recommandera dans cette optique la lecture du très beau, très touchant deuxième tome, En route (les deux suivants, La Cathédrale et L’Oblat, s’ils sont toujours aussi merveilleusement écrits, sont, euh, « plus dispensables », et « purement » catholiques).

 

Mais Là-bas, c’était autre chose, une expérience bien particulière, la confrontation de son auteur au satanisme et plus généralement aux « sciences » occultes de son temps. Le prétexte en est le suivant : Durtal, un écrivain, travaille sur une biographie du sinistre Gilles de Rais, qui l’amène à s’intéresser au satanisme et à la sorcellerie au Moyen Âge. Mais, dans sa quête de sources, il découvre avec une fascination mêlée de répulsion la survivance du satanisme dans la bonne société « fin-de-siècle ». Là-bas livre en parallèle les échos médiévaux du travail de Durtal, et son cheminement spirituel, qui l’amène à fréquenter des individus peu recommandables, avant de trouver la rédemption dans le catholicisme (plus tard). Le portrait des satanistes de son temps n’est guère flatteur – Huysmans stigmatise leurs ridicules, leur hypocrisie, etc. L’ex-naturaliste ne s’en est pas moins très fortement documenté pour écrire son roman, et a un temps erré dans le milieu qu’il décrit.

 

D’où la brochure de Joanny Bricaud (oui, on y arrive enfin)… qui prend tout cela très au sérieux. Prétendant se fonder sur des « documents inédits » en sa possession (généralement sans autre précision, ce qui est bien pratique…), l’auteur, féru d’occultisme et a priori très crédule, s’intéresse aux sources du roman satanique de Joris-Karl Huysmans. Le résultat est un salmigondis hilarant mêlant, sans avoir l’excuse du style, catholicisme mystique et ésotérisme (spiritisme, alchimie, satanisme, incubes et succubes…), qui relate pour l’essentiel « l’affrontement magique » entre deux sources de Huysmans également satanistes à ses yeux, l’abbé Boullan d’une part, et d’autre part les mystiques de l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix, avec à sa tête Stanislas de Guaita, et englobant des personnages aussi pittoresques que le fameux Sar Péladan. Avec semble-t-il Huysmans et certains de ses amis, il charge les lointains disciples de Christian Rosenkreutz de la mort « mystérieuse » de l’ex-abbé sulfureux. C’est bien évidemment d’un ridicule achevé et, si l’on excepte une lumineuse lettre de Stanislas de Guaita lui-même (le pauvre), c’est parfaitement hilarant d’un bout à l’autre. Et c’est, du coup, certes pas une lecture indispensable – disons-le tout net, c’est un torchon stupide et ridicule –, mais du moins une lecture édifiante pour qui s’intéresse à l’ésotérisme « fin-de-siècle ». Ni Huysmans ni l’auteur n’en ressortent grandis, cela dit. Mieux vaut donc lire et relire Là-bas, et laisser, sauf curiosité malsaine (serviteur) ce fascicule à sa place naturelle : les chiottes.

Voir les commentaires

"La Chartreuse de Parme", de Stendhal

Publié le par Nébal

La-Chartreuse-de-Parme.jpg

 

STENDHAL, La Chartreuse de Parme, [s.l.], Ebooks libres et gratuits, [1839, 2003] 2011, [édition numérique]

 

J’ai déjà eu l’occasion, à plusieurs reprises, d’attirer votre attention sur la perfiditude des libraires. Sale engeance ! Ces gens-là – ces parasites devrais-je dire –, non content de sucer votre argent durement gagné, en profitent pour vous imposer leurs goûts ineptes, et souvent réactionnaires. En voici un témoignage pour le moins éloquent. Le coupable, que nous ne désignerons charitablement que par les lettres H.R., n’avait eu de cesse de proclamer son amour viscéral et sans doute quelque peu contre-nature pour La Chartreuse de Parme, célèbre roman de Stendhal, l’homme qui a inspiré à Jeanne Mas son plus fameux tube (et ça n’est pas rien). Ce H.R. avait poussé le perfidisme jusqu’à prendre plusieurs exemplaires de La Chartreuse de Parme, les ornant d’un sinistre bandeau publicitaire évidemment mensonger, et osant, si je ne m’abuse, le superlatif : H.R. cherchait à nous faire croire, nous autres pauvres innocents, que ledit roman de Stendhal était le plus grand roman de la littérature française, alors que tous les gens de bon goût savent que, en fait, il s’agit de L’Éducation sentimentale de Gustave Flaubert, non mais oh, hein, bon. Las ! Le perfidesque personnage a réussi son coup, dans la mesure où il a titillé ma curiosité (malsaine, oui) ; j’ai en effet déboursé la mirifique somme de 0 € pour me procurer La Chartreuse de Parme (ailleurs que dans l’antre infâme dudit H.R.), et j’ai poussé le vice, ou la bêtise, jusqu’à lire la chose, alors que j’aurais très bien pu faire semblant (d’abord).

 

La Chartreuse de Parme nous narre la vie et les œuvres de Fabrice del Dongo, de sa conception à sa fin (dans la Chartreuse de Parme, donc ; oh comment que j’ai « spoilé » ! Oui, je suis vil, moi aussi). Je dois reconnaître que le début du roman est indéniablement brillant, avec l’enfance de Fabrice et, surtout, son engagement maladroit dans l’épopée napoléonienne, quand l’Ogre corse revient de l’île d’Elbe pour aller se prendre une branlée à Waterloo. Un véritable régal (même si L’Éducation sentimentale, c’est mieux).

 

Hélas, en ce qui me concerne, la suite n’est pas du même tonneau. Mais là j’imagine – et H.R. serait sans doute le premier à le prétendre – que je n’aurais plus qu’à fermer ma gueule. Qui suis-je en effet pour oser critiquer Stendhal, l’homme qui a inspiré à Jeanne Mas son plus fameux tube (et ça n’est pas rien) ?

 

Un con.

 

(C’est écrit là-haut.)

 

Je vais me gêner, tiens.

 

La scène prend place dans une Italie passablement fantasmée (ce qui est bien pratique). Nous y suivons les intrigues et amours de Fabrice, qui bénéficie de la protection de sa tante, la Sanseverina (cette salope). Le gros morceau, c’est surtout quand Fabrice est emprisonné dans la tour Farnèse (pour une complexe histoire mêlant amûr et complots), et qu’il en profite pour séduire la belle et naïve (même si pas tant que ça ; salope) Clélia Conti, la fille du gouverneur Fabio Conti, rien que ça, qui facilite son évasion, à l’instar de la Sanseverina. Puis nous voyons Fabrice, qui s’est tourné vers la carrière ecclésiastique, devenir coadjuteur de l’archevêque Landriani, et un prédicateur renommé, tout ça rien que pour emballer la Clélia Conti, qui a pourtant fait le vœu à la Madone de ne plus jamais voir Fabrice (le verbe « voir » est à souligner ; salope). Je vous passe les détails jusqu’à la fin du roman, un tantinet précipitée tout de même.

 

Le livre est dédié « to the happy few », ce qui est quand même la classe. N’empêche, il m’a déçu (je ne suis donc pas des « happy few », rho ben merde, alors). Je suis désolé, H.R., mon cher, mon ami, mais le cœur du roman – dont on a parfois souligné le caractère balzacien, ça explique tout – ne me paraît pas tenir les promesses de ses brillants premiers chapitres. Certes, je n’irais pas jusqu’à dire que La Chartreuse de Parme est un mauvais roman, ne poussons pas mémé dans les orties, et Stendhal pas davantage, même si H.R., c’est tentant (et Balzac, n’en parlons pas). Non, loin de là, La Chartreuse de Parme, c’est quand même au pire pas mal du tout, et ça contient bon nombre de pages tout à fait réjouissantes, notamment celles où l’humour de l’auteur, à tendance délicieusement cynique, s’affiche le plus volontiers. On ne s’ennuie certes pas à la lecture de ce roman, qui est indéniablement bon (même si je lui ai personnellement préféré, et de loin, celui qui a inspiré à Jeanne Mas son plus fameux tube – et ça n’est pas rien). Il me semble pourtant possible de relever ici ou là (surtout là, d’ailleurs) quelques défauts de construction (si), et j’avouerais que les amûrs de Fabrice del Dongo, je m’en bats un peu les couilles (romantiquement s’entend). Dommage : le début, qu’est-ce que c’est bien !

 

Mais voilà : au final, ben, un peu bof, quand même. H.R., tu m’as menti ! Salaud ! Rembourse-moi ! Et prends cinq exemplaires de L’Éducation sentimentale, non mais oh !

Voir les commentaires

"Skin Trade", de George R.R. Martin

Publié le par Nébal

Skin-Trade.jpg

 

MARTIN (George R.R.), Skin Trade, [The Skin Trade], traduit de l’américain par Annaïg Houesnard, préface d’Emmanuel Chastelière, Chambéry, ActuSF, coll. Perles d’épice, [1989] 2012, [édition numérique]

 

Décidément, s’il est un auteur d’imaginaire bankable à l’heure actuelle, c’est bien George R.R. Martin, le succès du « Trône de fer » et plus encore de son adaptation en série télévisée par HBO Game of Thrones aidant (d’ailleurs, va falloir que je m’y mette, et ça fait un moment que je me le suis promis ; mais en anglais, parce qu’il paraît que…). Aussi, comme j’avais déjà eu l’occasion de le noter, on publie aujourd’hui en France du George R.R. Martin à tour de bras. Outre les tronçonneurs de chez Pygmalion et J’ai lu qui éditent la série phare de fantasy, Mnémos a ainsi réédité le très sympa Riverdream et Denoël le très sympa également Armageddon Rag. Mais ActuSF avait pris de l’avance, avec Le Volcryn, Dragon de glace, puis Skin Trade, novella qui a obtenu le World Fantasy Award 1989 et qui va retenir ici notre attention.

 

Une ville, aux États-Unis, autrefois prospère, devenue depuis un sinistre désert industriel (ça sent fort la « Rust Belt »). Une jeune infirme y est sauvagement assassinée et mutilée. Willie Flambeaux, un agent de recouvrement à l’humour douteux qui connaissait la victime, demande à son amie Randi Wade, détective privée et fille de flic, d’enquêter sur les circonstances de sa mort. Et la jeune femme de se mettre au travail, d’autant plus ardemment que tout ceci ne manque pas de lui évoquer la mort de son paternel au cours d’une enquête, quelques années plus tôt. Or flotte sur tout ceci comme une odeur de loup-garou – pardon : de lycanthrope.

 

Wouf.

 

Pendant un bon moment, si vous désirez être surpris, vous pouvez passer votre chemin. George R.R. Martin, en effet, joue sur les codes dans Skin Trade, ceux du polar hard-boiled (décidément…) comme ceux des histoires de loups-garous, et il fait ça très habilement, très professionnellement. Aussi sait-on exactement à chaque page ou presque ce qui va se produire : une complicité très forte s’instaure ainsi entre l’auteur, sage et efficace, et le lecteur, qui n’en dévore pas moins la chose. Les personnages sont bien campés, la plume percutante – ça se lit tout seul.

 

Et puis surgit une avalanche de twists, sacrément malins (même s’ils jouent toujours sur les lieux communs du genre), qui ne font qu’accroître le régal du lecteur. Tout cela est très palpitant, on tourne les pages avec avidité, et on se fait manipuler en beauté (jusqu’à une fin peut-être un peu trop abrupte, mais bon : c’est là aussi une histoire de codes).

 

Au final, Skin Trade est donc une novella très plaisante et diablement astucieuse, que l’on lit avec un plaisir constant. Pas une lecture indispensable, non, mais dans son genre c’est remarquablement bien fait (et pour les amateurs des jeux de rôle du « Monde des Ténèbres », c’est un must have).

 

Notons que la novella est encadrée par une préface d’Emmanuel Chastelière, qui insiste notamment sur l’influence de l’écriture télévisuelle sur George R.R. Martin (il a longtemps travaillé dans ce milieu-là) et par un dossier volumineux et a priori fort bien fait (je dis a priori pour la bonne et simple raison que je n’ai fait que le survoler, désireux de ne pas me « spoiler » A Game of Thrones…).

 

Awouuuuuuuuuuu !

CITRIQ

Voir les commentaires

"Indignez-vous !", de Stéphane Hessel

Publié le par Nébal

Indignez-vous.jpg

 

HESSEL (Stéphane), Indignez-vous !, édition revue et augmentée, postface de l’éditeur, Montpellier, Indigène, coll. Ceux qui marchent contre le vent, [2010] 2011, [édition numérique]

 

Sans doute n’est-il guère utile de revenir ici sur l’extraordinaire phénomène médiatique représenté par le « petit livre brun » (…) de Stéphane Hessel. L’éditeur y consacre une abondante postface, débordant d’autosatisfaction (ce qui est bien compréhensible, mais bon…), et qui contient quelques perles (j’avoue : quand j’ai lu « le Languedoc, Toulouse, leur atavisme cathare », j’ai pouffé). Il fut en effet difficile d’échapper à cet opuscule, qu’une curiosité sans doute un peu malsaine m’a poussé à acquérir, histoire de mourir (un peu) moins bête, et d’en savoir davantage, si tant est qu’il y ait vraiment un rapport, sur le mouvement des « Indignés », dont j’hésite encore à déterminer s’il a eu une réelle consistance ou bien une existance purement médiatique, à supposer que ce ne soit pas la même chose. N’empêche : avec ses millions d’exemplaires vendus, Indignez-vous ! est devenu incontournable pour saisir l’esprit du temps (à noter à ce propos le nom de la collection : « Ceux qui marchent contre le vent » – Omaha. Vraiment ?).

 

Commençons par préciser une chose qui ne saurait faire l’ombre d’un doute, c’est que la biographie de Stéphane Hessel impose le respect : ancien résistant, déporté, associé à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme… Y a pas, ça représente. Mais, hélas – et autant le dire de suite –, ça n’empêche pas Indignez-vous !, bref ouvrage qui pue le « moi je » (dont je vais abuser à mon tour), d’être un ramassis sans intérêt de lieux communs et de simplifications et raccourcis historiques et philosophiques. D’une nunucherie rare et débordant de bons sentiments, la brochure témoigne, selon les mots mêmes de l’auteur, de son idéalisme à la Hegel, aboutissant au concept si absurde et détestable de « fin de l’histoire ». Vous me direz que cette conception de l’histoire en vaut bien une autre, et que la mienne, autrement pessimiste, n’a pas davantage valeur d’évangile. Certes. Mais ça n’a pas facilité les choses d’entrée de jeu.

 

Je ne vais pas revenir ici sur tout ce que contient ce (pourtant) très court texte, mais en retenir seulement quelques points qui me paraissent significatifs, et bien représentatifs des reproches généraux que je viens d’adresser à l’ouvrage.

 

Prenons par exemple l’insistance avec laquelle l’auteur évoque la prétendue « universalité » des droits de l’homme. On comprend, au regard de sa biographie, cette attitude ; mais là, en bon positiviste juridique, je m’inscris en faux. Ce qui ne m’empêche par ailleurs pas d’être moi-même un fâcheux « droits-de-l’hommiste », comme disent certains barbares hélas de plus en plus communs, un fâcheux « droits-de-l’hommiste » disais-je, qui a même failli (je dis bien : failli) adhérer à Amnesty International (c’est d’ailleurs la seule fois où j’ai failli – je dis bien : failli – adhérer à un mouvement quel qu’il soit). Seulement, si je revendique mon attachement aux droits de l’homme, c’est par un choix, conscient et qui n’engage que moi et qui, surtout, ne fait pas l’impasse sur cette donnée fondamentale : l’universalité des droits de l’homme n’est qu’un postulat qui, bien loin d’être universel, témoigne au contraire de l’ancrage de cette idéologie dans une histoire bien particulière, à savoir celle de l’Europe occidentale ; il a fallu passer par le jusnaturalisme, la Réforme, le libéralisme, la Révolution française, les guerres napoléoniennes, etc., pour en arriver là. Prétendre le contraire, c’est faire preuve d’un triste ethnocentrisme qui balaye sous le tapis toutes les complexités que cette question ne manque pas de soulever.

 

Et il en va de même pour la question qui m’intéresse tout particulièrement de la violence politique. Stéphane Hessel s’inscrit dans une tradition de non-violence à la Gandhi ou Martin Luther King (je lui souhaite de ne pas finir comme eux) et de désobéissance civile à la Thoreau. Tout cela est fort joli, et rejoint largement mes convictions personnelles. Pourtant, on ne saurait évacuer toutes les complexités soulevées par cette question comme le fait l’auteur… Prenons l’exemple du terrorisme : Stéphane Hessel, tout en le « comprenant » dans certains cas, le rejette en arguant de son « inefficacité ». Mais, outre que celle-ci est très contestable, ce n’est sans doute pas à moi de rappeler à Stéphane Hessel, qui fut résistant, que, pour les nazis comme pour Vichy, ses semblables étaient des terroristes. Et où, au juste, se situe la barrière ? Doit-on vraiment exclure toute forme de violence politique, et ainsi, par exemple, le tyrannicide ? Peut-on honnêtement parler d’inefficacité du terrorisme et d’efficacité de la non-violence ? Est-il seulement possible d’être non-violent face à la violence étatique ? Je ne prétends pas détenir les réponses à ces questions, et je m’en voudrais de donner l’impression de faire dans l’apologie de la terreur. Seulement, je constate que Stéphane Hessel, ici encore, se contente de postulats très critiquables et d’un simplisme un peu effrayant, lui aussi…

 

Plus concrètement, on pourrait évoquer le positionnement de l’auteur face à la question palestinienne. Une fois de plus, je suis largement d’accord avec lui. Pourtant, je suis loin d’être convaincu par les quelques pages que l’auteur consacre à cette question particulièrement épineuse, pages pleines de vide et d’indignation facile, mais dénuées d’argumentation comme de solutions… Quant à la question chinoise, on est confondu par la naïveté de l’auteur à ce sujet.

 

Voilà, c’est ça, Indignez-vous ! Une collection d’idées reçues et de bonnes intentions, sans véritable fond (cela dit, la forme ne vaut pas mieux). Un phénomène médiatique creux, dont la vacuité saute aux yeux. Un gloubi-boulga de gentillesse et de cette affreuse chose qu’est le « bon sens », dont on ne s’explique pas le succès… ou plutôt, qu’on préfèrerait ne pas pouvoir s’expliquer. Au risque de s’indigner et, n’en déplaise à l’auteur, de désespérer.

CITRIQ

Voir les commentaires