Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"Hallelujah", d'Igorrr

Publié le par Nébal

Hallelujah.jpg

 

 

IGORRR, Hallelujah (Ad Noiseam, 2012)

 

Tracklist :

 

01 – Tout Petit Moineau

02 – Damaged Wig

03 – Absolute Psalm

04 – Cicadidae

05 – Vegetable Soup

06 – Lullaby For A Fat Jellyfish

07 – Grosse Barbe

08 – Corpus Tristis

09 – Scarlatti 2.0

10 – Toothpaste

11 – Infinite Loop

 

Hop, ma chronique se trouve sur le site des Immortels.

Voir les commentaires

"L'Examen"

Publié le par Nébal

examen.jpg

 

 

Un vieux truc…

 

Peu de temps après notre arrivée dans la grande cour froide et grise, on nous fit former des groupes de cinquante personnes. La méthode de classement semblait quelque peu anarchique : les cinquante premiers à être descendus formaient le premier groupe, et ainsi de suite ; on ne cherchait pas à nous trier par affinités, par âge, que sais-je ? Non, rien de tout cela.

Pour ma part, j'étais descendu parmi les derniers, à mon habitude : je répugne aux contorsions qui me permettraient de me faufiler entre les masses sombres des autres. Aussi, j'attendais, patiemment, que les autres sortent du bus. C'est ainsi que je vis les premiers groupes se former au travers de la vitre, tandis que j'étais plus ou moins confortablement installé à l'arrière du véhicule, sur un siège en faux cuir rebondi. Cinquante par cinquante, je les vis donc s'engager dans le grand bâtiment gris, la démarche rendue maladroite par le gel, tandis que je restais bien au chaud à ma place.

Il me fallut pourtant sortir, ainsi que les autres, ce à quoi je me résignai dans un soupir, sortant mollement de ma tanière pour affronter le froid. La plupart des bus étaient déjà partis, le mien était un des trois derniers. Il ne restait plus grand-monde. Cependant – était-ce dû au hasard ou bien à un savant calcul de notre  administration ? – nous parvînmes malgré tout à former deux groupes de très exactement cinquante personnes, et nous dirigeâmes à notre tour vers le grand bâtiment gris. Quand il nous vit passer, le pas pressé et le souffle court – il devait bien y avoir une raison expliquant pourquoi nous avions été parmi les derniers à descendre –, le garde principal, un homme de forme quasi cubique, nous adressa un sourire narquois : « Les derniers seront les premiers ! ». Perfide. Mais cela ne suscita guère de réactions parmi mes semblables. Tous, nous avions sans doute l'habitude de ce genre de taquineries ; en tout cas, moi, il y avait longtemps que je ne m'offusquais plus de ce genre de remarques. Je connaissais ma valeur, pour sûr, quand ce minable garde ne savait rien ni de moi ni de ma vie ; il pouvait donc parler : moi, je savais où j'allais. Et, après tout, ce n'était pas la première fois que j'étais confronté à un examen.

 

L'aspect intérieur du bâtiment me surprit. D'extérieur, en effet, on eût dit un bâtiment scolaire typique : austère, morne, laid... fonctionnel, en somme. Je m'attendais à déambuler dans de froids couloirs de béton et de brique, aux murs lépreux et fissurés, sous des plafonds à moitié défoncés par le temps. Mais, bien au contraire, nous entrâmes dans un endroit très différent, riche d'une décoration subtile et sobre, aux couleurs apaisantes. Le hall, à vrai dire, me fascina littéralement, et quelques regards jetés alentour me persuadèrent vite que je n'étais pas le seul à éprouver cette surprise. D'instinct, notre groupe s'était arrêté juste après avoir franchi l'entrée, laissant juste l'espace nécessaire pour fermer la lourde porte qui nous cloîtra dans cette bonne chaleur que nous n'espérions guère trouver en ces lieux. Un petit toussotement du garde, grossier et explicite, nous incita toutefois à reprendre notre marche. Je déchantai rapidement : nous poursuivîmes notre route par des couloirs tels que je les craignais, et regrettâmes bien vite l'accueillante apparence du hall. Je ne savais pas s'il fallait y voir un indice pour notre examen, mais notais machinalement ce fait dans un coin de ma cervelle.

« Allons, allons ! Dépêchez un peu ! L'examen va bientôt commencer, veuillez gagner vos places », se mit à brailler une surveillante hors d'âge, caricaturale au possible. Le garde qui accompagnait notre groupe acquiesça du menton, et nous allâmes ainsi à marche forcée jusqu'au bout du couloir, où une flèche nous indiquait la salle d'examen.

« Allez ! Prenez place ! Les tables comportent chacune une étiquette portant nom, prénom, date et lieu de naissance. Mais dépêchez donc ! »

Je ne m'attendais pas à cela. Comment avaient-ils pu avoir le temps de préparer et disposer les étiquettes correspondant à notre groupe ? Ou bien savaient-ils déjà que le destin, ou ce que vous voudrez, exigeait que nous soyons précisément de ce groupe ? Y avait-il une fatalité qui faisait que moi, BONNET Bertrand 25 mai 1982 AUCH, ainsi qu'il était indiqué sur une table à ma gauche, je sortirais parmi les derniers, ferais partie du dernier groupe et aboutirais finalement à cette table précisément ?

« Allez ! »

Je laissai là mes interrogations et pris place, ainsi que mes comparses. L'examen allait bientôt commencer.

Je jetais un œil sur la salle dans laquelle nous nous trouvions : grise, froide. Fonctionnelle. Cinquante tables y étaient disposées avec une rectitude toute géométrique, au milieu desquelles circulaient trois examinateurs, invariablement grands, moustachus, et l'air sévère. Un tableau noir, au fond, attira mon regard. Je tentai, par jeu, de discerner quelque chose, un quelconque dessin, dans les traces laissées par de précédents usages, mais rien. En fait, il semblait authentiquement vierge. Sur chaque mur était poinçonné un planisphère, généralement dépassé. En tout cas, toutes ces cartes faisaient encore mention de l'Union soviétique. Rien d'autre, en fait. Et c'est bien ce que je trouvais angoissant dans cette pièce, où nous n'avions que la lumière artificielle de quelques néons vacillants pour nous éclairer : nulle fenêtre ne donnait sur l'extérieur, aussi triste fut-il. Je m'attendais à une longue baie vitrée, sale, et à des rideaux métalliques à moitié baissés, mais non. Des murs, rien que des murs, aux teintes sombres, et ornés de ces seuls planisphères. N'eussent été les tables, nous aurions fort bien pu imaginer nous trouver dans un quelconque parking souterrain.

 

« Allez, au travail ! », firent soudain, tous en chœur, les trois examinateurs se partageant la surveillance de notre salle. Et tous de se mettre à écrire. Quant à moi, prenant mon temps, je m'appliquais pour indiquer sur ma feuille mes nom, prénom, date et lieu de naissance. De mon écriture la plus soignée, et soulignée de rouge, j'inscrivais donc, en haut et à gauche de ma copie, BONNET Bertrand 25 mai 1982 Auch. Et j'attendais qu'on me distribue le sujet.

Un des examinateurs me regarda, hagard. Me tournant à gauche, à droite, je vis tous mes camarades absorbés par leur travail. On ne leur avait pas davantage distribué de sujet, mais ils écrivaient tous, très vite, avec une aisance que plus d'un semblait même trouver inhabituelle. Mes oreilles tendues captaient de toutes parts de petits gémissements de joie, des marques de complaisance ou d'autosatisfaction, voire des soupirs de dédain pour la facilité du devoir.

Je ne comprenais pas. Que devais-je faire ? Quel était l'objectif de ce devoir ? Quel était le sens de tout ceci ? Je commençais à paniquer, et, en sueur, à tressauter sur mon siège, inquiet, affolé, quémandant une aide quelconque aux examinateurs, que je suppliais de mes yeux de chien battu : que fallait-il faire ?

Quatre heures s'écoulèrent ainsi, puis la sonnerie survint. Tous les autres se levèrent comme un seul homme et rendirent leur copie. Je restais immobile.

Je n'avais pas écrit une ligne. Sur ma copie, on lisait seulement – et ça n'en devenait que plus absurde – BONNET Bertrand 25 mai 1982 AUCH.

 

La salle avait été désertée. Ne restait plus qu'un examinateur. Il se pencha sur moi, tapota mon épaule de sa règle en bois. Je relevai la tête vers lui. Dans un demi sourire, et sans même lire l'étiquette sur ma table ou sa reproduction sur ma copie, il fit : « Eh bien, M. BONNET ! (Il appuya fortement sur les deux syllabes, faisant sonner le double « n ».) Il semblerait que vous ayez échoué à l'examen ! Assumez-en donc les conséquences, que vous connaissez j'imagine ? »

Il fit un signe de tête à l'attention du garde, qui était resté dans l'angle près de la porte. Celui-ci s'avança vers moi, me fit me lever d'un geste brusque, et me raccompagna dans le couloir long, gris et froid. Nous ne passâmes pas par le hall, mais par une sortie de secours (j'entendais au loin les cris de joie de ceux qui avaient été reçus à l'examen). J'aboutis ainsi dans une nouvelle cour, aussi froide que la première, dans laquelle attendait un unique bus.

Je fus seul à y prendre place.

Voir les commentaires

"V", de KTL

Publié le par Nébal

V.jpg

 

 

KTL, V (Mego, 2012)

 

Tracklist :

 

01 – Phill 1

02 – Study A

03 – Tony

04 – Phill 2

05 – Last Spring: A Prequel

 

Je plaide coupable : quand bien même le genre m’intéresse a priori, je ne m’y connais guère en matière de drone. Bon, il y a une exception de taille, certes, et c’est Sunn O))), que j’adore. Ce qui tombe plutôt bien, dans la mesure où KTL est un des innombrables projets de Stephen O’Malley – de Sunn O))), donc –, qui est décidément de tous les bons plans (je vous parlerai sans doute prochainement du premier album d’Ensemble Pearl, à titre d’exemple), cette fois avec Peter Rehberg (Pita). Il s’agissait à l’origine d’un projet d’illustration sonore pour le spectacle Kindertotenlieder de Gisèle Vienne et Dennis Cooper – et même si KTL s’en est relativement émancipé, cela a laissé des traces jusque sur cet album, mais on y reviendra.

 

Problème : comment chroniquer du drone ? Certes, je me suis déjà livré à des comptes rendus d’ambient ou d’indus, mais la tâche m’apparaît encore plus délicate cette fois… Bon, essayons quand même. Et commençons par dire que cet album mêlant habilement électronique et guitares (et plus puisque affinités, voir plus loin) s’inscrit à mon sens dans la filiation du phénoménal White2 de Sunn O))) (on y revient toujours, mais après, promis, j’arrête), ce qui est plutôt un bon début.

 

La pochette de Mark Fell – assez jolie, d’ailleurs, et en tout cas lumineuse – ne doit pas nous tromper : la musique de KTL est dans l’ensemble fort sombre, et constitue – ici, en tout cas, je ne m’engagerai pas pour ce qui est des précédents enregistrements – une bande-son fort adéquate pour spectacle horrifique (à l’exception peut-être de l’extraordinaire « Phill 2 », ma piste préférée de l’album…), ou du moins morbide (après tout, Kindertotenlieder, hein…). Et il y a toujours quelque chose de menaçant dans les drones de KTL, quelle que soit la forme qu’ils adoptent.

 

En témoigne d’emblée l’angoissant et subtil « Phill 1 », qui mêle avec adresse drones vrombissants et notes plus aériennes, mais dans le genre spectral. Le résultat est imparable, et augure du meilleur pour la suite. Un magnifique travail de design sonore, superbement réalisé.

 

« Study A », le morceau le plus court de l’album – ben voui, il fait moins de dix minutes… –, joue sur un registre assez différent. Mettant l’électronique en avant, il est bien plus déstructuré, mais non moins réussi. L’angoisse sourd à nouveau de cette piste pouvant évoquer un orgue malade sur lequel jouerait un (dangereux) schizophrène, qui se complairait dans les notes les plus graves, chtoniennes, et les plus aiguës, crispantes, sans trop s’arrêter sur les intermédiaires. Ça monte, ça monte… et ça s’interrompt brutalement, avant de reprendre, puis de s’interrompre à nouveau, et de repartir une dernière fois sur un mode non moins menaçant. Très bon.

 

Suit « Tony », qui est peut-être (très relativement, hein) la piste la plus « classique » de l’album (ou plus exactement, disons, la plus directement évocatrice de ce groupe que j’ai promis de ne plus mentionner dans ce bref compte rendu), même si elle s’inscrit dans le prolongement de ce qui précède (la cohérence de l’album, jusqu’ici tout du moins, ne saurait faire de doute). Ça n’en est pas moins une indéniable réussite, dans le registre sourdement inquiétant, avec cependant quelques discrètes interventions presque percussives, et en tout cas plus lumineuses, ce dernier caractère annonçant la suite.

 

Et cette suite, c’est un pur chef-d’œuvre… « Phill 2 », pour faire dans le drone, se montre moins inquiétant, et plus planant, que ce qui précède. Mais, surtout, c’est un morceau… interprété pour l’essentiel par l’orchestre philharmonique de Prague, sous la direction de Richard Hein, et sur des arrangements de Jóhann Jóhannsson (même si O’Malley et Rehberg sont là à leurs postes respectifs, bien sûr). Dès les premières notes de contrebasse, d’une profondeur inégalable et fournissant le canevas du morceau, on sent qu’on va se régaler à l’écoute de ce drone atypique, riche de cordes flamboyantes, avec quelques cuivres en prime. Et on a bien raison : ce morceau, d’une richesse rare, d’une subtilité dans les textures inégalée, est une authentique merveille, qui marque durablement. C’est bel et bien, à mon sens tout du moins, le sommet de V.

 

Reste enfin une longue curiosité (la plus longue piste de l’album), ne relevant pas vraiment de la musique (alors que ce qui précède, si, non mais oh). « Last Spring: A Prequel » est en effet un enregistrement d’une installation des théâtreux (marionnettistes, ai-je cru comprendre) mentionnés plus haut, en rapport donc avec Kindertotenlieder. Il s’agit donc pour l’essentiel d’une lecture/interprétation – en français – réalisée par le comédien Jonathan Capdevielle. C’est très sombre – j’aurais même envie de dire « cauchemardesque », croyez-en mon expérience – et porté sur l’emphase. Un texte de polésie cruelle, qui m’a évoqué dans un premier temps Lautréamont ou Artaud (ça situe un peu, tout de même). La voix extraordinaire du comédien (ventriloque, je crois) crée à elle seule une ambiance étonnante. Mais bon : ça reste de l’art/du théâtre/de la polésie (rayez les mentions inutiles s’il y en a), aussi ne serez-vous guère étonnés si je vous dis que ça ne me parle pas plus que ça… surtout après la claque de « Phill 2 ».

 

Ce dernier bémol mis à part – un long bémol il est vrai, mais cohérent dans le projet du duo, alors bon –, il ne saurait faire de doute que V est un excellent album. Je vous le recommande chaudement. Et faites-moi le plaisir d’écouter – au moins… – « Phill 2 » ; si ça ne vous transporte pas, ben, moi, je vous parle plus, na.

Voir les commentaires

"Clefs pour Lovecraft", de S.T. Joshi

Publié le par Nébal

Clefs-pour-Lovecraft.jpg

 

 

JOSHI (S.T.), Clefs pour Lovecraft, suivi d’une Bibliographie des textes critiques par Jean-Luc Buard, [Starmont Reader’s Guide n° 13. H.P. Lovecraft ; A Look At Lovecraft’s Letters], ouvrage composé et traduit [de l’américain] par Joseph Altairac, introduction et postface de Joseph Altairac, Amiens, Encrage, coll. Travaux, série Cahiers d’études lovecraftiennes, [1982, 1987] 1990, 158 p.

 

Ce deuxième Cahier d’études lovecraftiennes donne la parole à S.T. Joshi, qui est, rappelons-le, probablement ZE spécialiste mondial de Lovecraft à l’heure actuelle, et était déjà un exégète renommé il y a 20 ans de cela, lors de cette publication française (quand bien même, à l’époque, il n’avait pas encore livré sa monumentale biographie I Am Providence, que je viens tout juste de me procurer, et dont je vous causerai le moment venu).

 

Il s’agit pour l’essentiel d’un guide de lecture passionné (et passionnant) publié dans le Starmont Reader’s Guide n° 13, et complété pour ce qui est de la correspondance (le grand dada de Joshi, rappelons-le) par l’article « A Look At Lovecraft’s Letters ». Joshi s’y montre un ardent défenseur de l’œuvre de Lovecraft sous toutes ses formes, prenant ainsi le contre-pied d’un Lyon Sprague de Camp, par exemple (là encore, je lis sa biographie prochainement). L’auteur y insiste notamment sur la richesse philosophique de cette œuvre (sans faire l’impasse sur ses aspects « gênants », mais en les relativisant ; pour un point de vue « légèrement » moins enthousiaste sur la culture philosophique de Lovecraft, se référer à la postface aux Lettres d’Innsmouth ; on notera que Joshi parle, à mon sens de manière bien excessive, d’une adhésion de Lovecraft au « socialisme » sur le tard, quand il ne s’agissait guère pour lui que de se rallier au New Deal… voire, de manière plus frontale, au fascisme) et sur les qualités stylistiques à son sens sous-estimées du Maître de Providence (et peu importe l’abondance d’adjectifs, ou plutôt si, mais elle est envisagée positivement). Un guide de lecture « amoureux », donc.

 

Après avoir situé l’homme dans son temps, Joshi présente ainsi les différentes facettes de son œuvre (envisagée globalement, notamment pour des raisons philosophiques, donc). Les fictions, tout d’abord, sont rassemblées dans différentes catégories. Sont ainsi évoqués la « veine dunsanienne » (l’occasion pour moi de préciser que je vais enfin, très prochainement, lire du Lord Dunsany), puis les histoires « de Nouvelle-Angleterre », ensuite celles relevant de ce que Joshi préfère appeler « Mythe de Lovecraft » plutôt que « Mythe de Cthulhu », et enfin les autres textes, révisions incluses. Tout cela ne révolutionne pas forcément l’exégèse lovecraftienne, mais se lit fort bien, et se montre souvent convaincant.

 

La non-fiction est ensuite évoquée à son tour. Un premier chapitre traite des essais et poèmes, Joshi insistant sur leur volume respectif (mais il se montre assez sévère à l’encontre de la polésie lovecraftienne, et ce n’est certainement pas moi qui lui jetterai la pierre…). Mais, surtout, j’en retiens le chapitre – extérieur, donc – consacré à la correspondance, pour laquelle l’auteur se montre particulièrement enthousiaste ; il faut dire que, ne serait-ce que par son volume, cette partie de l’œuvre de Lovecraft (car il s’agit bien, pour Joshi, d’une œuvre) a de quoi chambouler bien des prénotions. Et Joshi de succomber à l’exclamationite aiguë, emporté par son enthousiasme… Cela dit, c’est bien compréhensible. Et l’on ne peut que regretter que l’entreprise initiée par Bourgois de publication de lettres choisies (et éventuellement abrégées, du moins je le suppose, puisque c’est le cas dans les volumes publiés outre-Atlantique) n’ait pas connu de suite… Quoi qu’il en soit, ce chapitre est probablement le plus intéressant de ce petit ouvrage, et Joseph Altairac a certes très bien fait de l’intégrer dans ce guide de lecture, où il a tout à fait sa place.

 

Je passerai sur la conclusion, très pro-lovecraftienne donc, mais qui ne fait guère que synthétiser les développements antérieurs.

 

Ces Clefs pour Lovecraft sont complétées, tout d’abord, par une « Bibliographie des textes critiques. H.P. Lovecraft : Matériaux pour un répertoire de la littérature secondaire, de provenance, de sujet ou de langue française (1936-1990) » signée Jean-Luc Buard. Nécessairement obsolète aujourd’hui (de l’eau a coulé sous les ponts… mais je note que l’auteur présentait ce texte comme une première esquisse, destinée à être complétée ultérieurement, et je ne sais pas ce qu’il en est…?), je ne doute cependant pas qu’elle me sera d’une grande utilité.

 

Joseph Altairac livre ensuite un portfolio d’illustrations (pour « Les Montagnes Hallucinées » et « Dans l’abîme du temps ») de Howard V. Brown ; j’avoue ne pas y être réceptif, c’est le moins qu’on puisse dire… Je retiens par contre son éloquent article « Lovecraft a-t-il été traduit ? – À propos des traductions chez Denoël », qui prend l’exemple des « Montagnes Hallucinées » pour montrer à quel point Lovecraft a été massacré par Jacques Papy (et autres), invalidant avec brio l’étrange assertion de Cocteau selon laquelle le style de Lovecraft « gagne encore à être traduit en français »… Si l’on y ajoute les nombreuses notes du même Oncle Joe au guide de lecture de S.T. Joshi, on est plus que convaincu de la nécessité de retraduire Lovecraft par rapport aux anciennes éditions en « Présence du futur » (il faut donc que j’arrête de dire des bêtises pingres à ce sujet, que ce soit pour  Les Contrées du Rêve ou  Cthulhu. Le Mythe ; et vivement la prochaine publication chez Mnémos des Montagnes Hallucinées !).

 

Un petit ouvrage intéressant, donc. Pas le plus révolutionnaire de l’exégèse lovecraftienne, mais néanmoins tout à fait recommandable.

CITRIQ

Voir les commentaires

"I-Land", de RadioMentale

Publié le par Nébal

I-Land.jpg

 

 

RADIOMENTALE, I-Land (F4TMusic, 2012)

 

Tracklist :

 

01 – Smooth Operator

02 – Sinking

03 – Gotlander

 

Si RadioMentale, le groupe des architectes du son Jean-Yves Leloup et Éric Pajot, existe depuis 1992 et s’est fait connaître dans de nombreuses performances d’illustration sonore pour la radio, le cinéma, des installations d’art contemporain, etc., on a pu semble-t-il considérer que I-Land est son premier « véritable » album (Discogs indique des références antérieures, mais bon…). Il rassemble trois longues pistes (une vingtaine de minutes chacune), créées entre 2010 et 2012, entre ambient (plus ou moins dark), musique concrète et field recording ; une belle occasion de découvrir ce projet remarquable, d’une exquise finesse musicale.

 

Les auteurs, dans le digipack d’I-Land, présentent chaque piste, ce qui me mâche un peu le boulot… Procédons donc dans l’ordre, et entamons le périple onirique avec « Smooth Operator » (2011). À l’origine, il s’agissait d’un travail de design sonore pour le film de Jean-Baptiste Léonetti Carré Blanc, s’inscrivant semble-t-il dans la science-fiction dystopique (parmi les références, le duo cite notamment THX 1138, l’occasion de rappeler que, question design sonore, ce premier film de George Lucas se pose un peu là, grâce à Lalo Schifrin et – surtout – Walter Murch). Dans ce film, le son jouait un rôle prépondérant, puisque l’ambient des espaces collectifs y était destiné à « annihiler la conscience » des habitants. Joli paradoxe… Du coup, « la pièce sonore évoque ainsi de manière abstraite, la figure d’un étrange opérateur qui, depuis sa salle de contrôle, crée une suite de paysages sonores destinés à manipuler les esprits ». Le résultat est des plus convaincants, et ce long morceau, pour être abstrait, n’en est pas moins brillamment évocateur. Une œuvre d’architecture auditive, effectivement, où les sons divers et variés (bruits de lecteurs – cassettes, bobines ? –, parasites, crépitements de disques en fin de parcours, oiseaux, vent, eau…) créent une atmosphère déstabilisante, assez planante et en même temps un brin inquiétante, voire franchement crispante quand le volume augmente… Du très beau boulot.

 

« Sinking », la plus récente des trois compositions d’I-Land (enregistrée live en 2012 sur France Musique pour l’événement Ars Acustica), est aussi ma préférée. Cette œuvre censément typique des productions de RadioMentale depuis les origines (je ne demande qu’à le croire) repose pour l’essentiel sur l’utilisation de voix (généralement graves) superbement travaillées, poèmes et monologues – à l’ambiance hypnotique, pour ne pas dire clinique (qui m’a justement rappelé, j’y reviens encore, THX 1138…) – sur fond de basses vrombissantes, avant qu’un clavier aérien ne vienne tempérer l’atmosphère en fin de course. « Peaceful », nous dit-on ; mouais, faut voir… C’est probablement – à mes oreilles en tout cas – le morceau le plus franchement « dark ambient » de l’album (peut-être est-ce pour cela, du coup, que c’est aussi celui qui m’a le plus convaincu, on ne se refait pas…). Mais, dark ou pas, il est d’une beauté et d’une finesse remarquables, qui ne peuvent qu’emporter l’adhésion. Un vrai chef-d’œuvre, vous dis-je.

 

Quelques bruits d’eau, à nouveau – c’est là un thème majeur de l’album –, facilitent la transition avec la piste suivante. Reste enfin, en effet, « Gotlander », pièce signée du seul Éric Pajot ; encore un morceau d’illustration sonore pour un film, cette fois Are You There de Grégory Abou (2010). Voix et field recordings ont été enregistrés à Gotland, île suédoise où fut tourné ledit film (et également, pour l’anecdote, Le Sacrifice, dernière œuvre d’Andreï Tarkovski). Flux et reflux, bruits de pas sur une plage, tempête… Un morceau assez sombre, encore une fois (la conclusion est même franchement flippante, osant un peu de rythmique stressée), mais peut-être moins immédiatement parlant que les deux précédents ; ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, cependant : c’est à nouveau très bon.

 

« Immersion » est ainsi le maître-mot d’I-Land. On se noie avec délice dans les paysages sonores sculptés avec talent par les deux artistes. Un très bel album, que je vous recommande chaudement. Et j’espère que RadioMentale va désormais se montrer un peu plus prolifique en matière d’enregistrements…

Voir les commentaires

"Cthulhu. Le Mythe", de H.P. Lovecraft

Publié le par Nébal

Cthulhu.-Le-Mythe.jpg

 

 

LOVECRAFT (H.P.), Cthulhu. Le Mythe, traduit de l’anglais (États-Unis) par Maxime Le Dain et Sonia Quémener, introduction de Jérôme Bouscaut, Paris – Oyonnax, Bragelonne – Sans-Détour, 2012, 430 p. [+ 16 p. de pl.]

 

Je vous préviens d’emblée : ma pile à lire lovecraftienne étant devenue des plus conséquentes, et en prévision du Bifrost consacré à HPL, j’ai décidé d’accélérer le rythme de mes lectures plus ou moins directement rattachées au sujet. Dans les semaines qui viennent, je vais donc bouffer de l’essai sur Lovecraft et des lovecrafteries diverses et variées (et vous aussi, si vous le voulez bien). Et quoi de mieux, pour entamer ce cycle, que de se replonger dans les écrits du Maître ?

 

Aussi ai-je sorti de ma commode de chevet cet étrange volume coédité par Bragelonne et Sans-Détour, ce qui m’a donné l’occasion de relire pour une énième fois certains des principaux textes du Grand Auteur, dans de nouvelles traductions signées (alternativement, il ne s’agit pas d’un travail à quatre mains) Maxime Le Dain et Sonia Quémener (inconnus au bataillon en ce qui me concerne). L’idée de retraduire Lovecraft n’a en tant que telle rien de désagréable, ni a fortiori blasphématoire. J’avoue être cependant quelque peu sceptique sur l’intérêt de la chose en l’espèce ; certes, dans l’ensemble, ces nouvelles traductions me paraissent assez correctes (même si l’on pourrait émettre quelques bémols, ainsi sur la francisation de quelques toponymes, ou sur le choix des titres, mais là je reconnais que c’est du pinaillage…), et j’avoue ne pas avoir poussé le vice jusqu’à comparer ligne à ligne avec les précédentes. J’ai toutefois l’impression que l’on est bien loin ici du dépoussiérage nécessaire des Contrées du Rêve (j’avais dit beaucoup de bêtises à l’époque à ce sujet, et vous prie encore une fois de bien vouloir m’en excuser). Rien de bien révolutionnaire à première vue, en tout cas ; mais l’essentiel est que ça se lit bien…

 

Au-delà, cependant, il ne fait guère de doute à mes yeux que ce volume, bien loin de s’adresser aux lovecraftiens chevronnés désireux d’approcher au plus près l’œuvre du Maître, a été composé à destination des néophytes (et même, pour ainsi dire, des bragelonniens fanatiques, prêts à acheter tout et n’importe quoi dès l’instant que le gros « B » de l’éditeur figure sur la couverture…).

 

En témoigne sans doute « l’Introduction » de Jérôme Bouscaut, qui pourra éventuellement satisfaire les débutants, a fortiori adolescents, mais a de quoi irriter les initiés. Ce relativement long texte est en effet, au-delà du cœur de cible (qu’il s’agit tant qu’à faire de convertir également à L’Appel de Cthulhu), passablement mauvais : mal écrit, bordélique, il mélange un peu tout (Lovecraft, ses continuateurs, le jeu de rôle, le cinéma, j’en passe…), et continue à véhiculer quelques clichés sur le supposé « reclus » de Providence. Ce qui peut certes appâter le chaland, mais a de quoi faire quelque peu fulminer les fans. Bon, admettons…

 

Reconnaissons par contre une chose qui plaide en faveur de ce volume : il est assez beau. Illustré (chaque nouvelle est précédée d’une vignette plutôt réussie, et on trouve en outre quelques « documents »), il se conclut joliment sur un portfolio intitulé « Les Terres de Lovecraft en images », composé de 16 pages de photographies d’époque, supposées représenter Arkham, Dunwich, Innsmouth, Kingsport… Assez agréable.

 

Dernière remarque préliminaire : le choix des textes est un peu déconcertant. Nécessairement lacunaire – des nouvelles majeures du Mythe manquent à l’appel (de Cthulhu, aha) –, le sommaire comprend également des nouvelles ne se rattachant que par la bande à cette thématique. Du coup, pour ce qui est de la cohérence, on repassera… Bon, ce n’est pas dramatique, en même temps ; et on reconnaîtra sans peine que ce volume remplit probablement son rôle de « découverte », la plupart des Grands Textes y figurant (pour les manquants, si l’on tient aux nouvelles traductions, on ira chercher du côté de chez Mnémos, avec Les Contrées du Rêve – repris en poche chez J’ai lu depuis –, mais aussi Les Montagnes Hallucinées, qui devrait paraître sous peu).

 

Il est (amplement) temps de passer audits textes. Le recueil s’ouvre (assez étrangement) sur « La Cité sans nom » : c’est à mon sens une nouvelle relativement mineure, abstraite et onirique, très portée sur la description, et un peu laborieuse. Il s’agit essentiellement d’une application du fameux distique d’Abdul Alhazred : « N’est pas mort ce qui à jamais dort / Et au fil des âges peut mourir même la mort. » Le lien avec le Mythe me paraît ici particulièrement ténu.

 

« Le Festival » est dans le prolongement de la précédente nouvelle, mais beaucoup plus réussie à mon sens. J’ai toujours eu de la sympathie pour ce texte, notamment du fait de sa chouette ambiance. On relèvera qu’il préfigure largement (l’astuce en moins, certes) « Le Cauchemar d’Innsmouth », autrement célèbre, qui figure plus loin dans le recueil.

 

Puis on en arrive aux Grands Textes à proprement parler. À tout seigneur tout honneur, hop, « L’Appel de Cthulhu » (que j’avais relu dans le livre de base du jeu de rôle éponyme). Que dire qui n’ait déjà été dit ? C’est là de toute évidence un chef-d’œuvre, très original, d’une composition parfaite. Et je ne me lasse pas de son paragraphe introductif ; allez, pour le plaisir :

 

« La chose la plus miséricordieuse en ce bas monde est bien, je crois, l'incapacité de l'esprit humain à mettre en relation tout ce qu'il contient. Nous habitons un paisible îlot d'ignorance cerné par de noirs océans d'infini, sur lesquels nous ne sommes pas appelés à voguer bien loin. Les sciences, chacune creusant laborieusement son propre sillon, nous ont jusqu'à présent épargnés ; mais un jour viendra où la conjonction de tout ce savoir disparate nous ouvrira des perspectives si terrifiantes sur la réalité et sur l'épouvantable place que nous y occupons que nous ne pourrons que sombrer dans la folie devant cette révélation, ou bien fuir la lumière pour nous réfugier dans la paix et la sécurité d'un nouvel âge de ténèbres. »

 

Rhaaaaaaaaaaa… Par contre, une remarque en passant, je ne me rappelais pas que le racisme paranoïaque de Lovecraft y était aussi sensible. Comme quoi…

 

Suit « L’Horreur à Dunwich » (relue sous son titre français « classique », moins fidèle mais à mon sens plus élégant, de « L’Abomination de Dunwich », dans Les Terres de Lovecraft : Dunwich et Le Cycle de Dunwich). À nouveau une très chouette nouvelle, à l’ambiance remarquable (ah, ces bouseux consanguins…) ; de son introduction aussi bucolique qu’inquiétante au final en forme de parodie de la Passion, c’est du tout bon.

 

On passe alors à « Celui qui chuchotait dans le noir » (là aussi, je préférais le titre « classique » de « Celui qui chuchotait dans les ténèbres »… Nouvelle relue il y a peu dans Le Cycle d’Hastur ; je vous renvoie également à mon compte rendu de son amusante adaptation cinématographique). Cette nouvelle relevant plus frontalement de la science-fiction, probablement, est fort réussie, bien évidemment.

 

Et que puis-je ajouter sur « Le Cauchemar d’Innsmouth » (relu dans Les Terres de Lovecraft : Innsmouth) ? C’est là une des meilleures nouvelles du Maître, en dépit de (ou pas) son racisme exacerbé. Superbe ambiance, en tout cas, une fois de plus.

 

Il en va de même pour « La Maison de la Sorcière » (relue dans Les Terres de Lovecraft : Arkham), une des très rares nouvelles, tous auteurs confondus, à m’avoir vraiment fait cauchemarder quand j’étais un ado naïf et innocent. Brown Jenkin, brrr…

 

Suit « Le Monstre sur le seuil ». On en retiendra surtout sa très célèbre et ô combien percutante phrase d’attaque : « S'il est vrai que j'ai logé six balles dans le crâne de mon meilleur ami, j'espère par la présente déclaration démontrer que je ne suis pas son assassin. » Ça claque, tout de même. Problème (inévitable ?) : la nouvelle en elle-même, après cette brillante attaque en force, est du coup un peu terne… Pas mauvaise, cela dit, loin de là.

 

Et le recueil de se conclure sur « Celui qui hante les ténèbres » (« Celui qui hantait les ténèbres », dans la traduction « classique »). À l’origine, il s’agit largement d’une blague, réponse à « Le Démon venu des étoiles », nouvelle du jeune Robert Bloch dans laquelle celui-ci « tuait » un personnage ressemblant fort à Lovecraft ; du coup, la victime est cette fois un certain Robert Blake… Pour l’anecdote, on notera que Bloch ripostera à son tour avec « L’Ombre du clocher » (voyez Les Mystères du Ver). Au-delà de la private joke, il s’agit tout de même d’un texte des plus sympathiques.

 

Cthulhu. Le Mythe remplit probablement son office, et constitue une bonne porte d’entrée pour découvrir Lovecraft (à condition d’être prêt à débourser la modique somme de 25 € pour l’acquérir ; or, face aux éditions poche…). Je l’ai lu (et j’ai donc relu ces nouvelles, pour la énième fois pour certaines) avec beaucoup de plaisir, cependant. Je ne conseillerais toutefois pas d’en faire l’achat si l’on dispose déjà de ces textes dans d’autres éditions, les nouvelles traductions ne me paraissant pas le justifier a priori. Mais, objectivement, y a pas : c’est de la bonne. Du concentré du meilleur Lovecraft, à quelques exceptions près. Alors je ne vais pas faire mon ronchonchon...

 

EDIT : Faut que j'arrête de faire le pingre... La lecture des notes et de la postface de Joseph Altairac aux Clefs pour Lovecraft de S.T. Joshi m'ont enfin convaincu de la merditude des traductions classiques. Alors, oui, ça vaut le coup. Aucun doute.

Voir les commentaires

"Bestiaire", d'Alexandre Vialatte

Publié le par Nébal

Bestiaire.jpg

 

 

VIALATTE (Alexandre), Bestiaire, dessins d’Honoré, textes choisis par Michaël Lainé, Paris, Arléa, coll. Poche, [2002] 2007, 116 p.

 

Ce tout petit livre abondamment – et chouettement – illustré par Honoré faisait partie de la sélection de  Léo Henry le Grand, libraire invité à  Charybde. Las, je n’ai pas pu écouter le début de sa présentation, parce que j’étais dehors à bouffer un hot-dog. La fin, cependant, m’a amplement convaincu, et je me suis précipité sur la bête – je parle du livre, pas de Léo Henry – avant que d’autres clients perfides ne s’en emparent (j’ai bien fait, d’ailleurs, puisqu’il n’y en avait pas assez pour tout le monde ce soir-là) (mouhahaha).

 

De Vialatte, je ne savais pas grand-chose. Certes, comme tout le monde, j’avais lu ses traductions de Kafka le Grand ; je savais aussi l’admiration sans bornes que lui vouait le Grand Pierre Desproges. Mais c’était tout. Or ce Bestiaire constitue probablement une bonne introduction à son œuvre. Enfin, je dis ça, au fond, j’en sais rien, n’ayant pas lu le reste ; mais en tout cas je me suis bien marré, et c’est l’essentiel.

 

Le Bestiaire est un ouvrage posthume, une sélection de textes – généralement des chroniques pour le journal La Montagne – tantôt repris ailleurs en volume, tantôt non. Un petit recueil très (trop ?) vite lu, où l’auteur donne libre cours à sa passion pour la zoologie, versant fantaisiste. Nous y trouvons donc des portraits d’animaux très divers, de l’albatros à Alexandre Vialatte en passant par les chats, les chiens, les tipulidés et les Auvergnats (les Bretons manquent hélas à l’appel) ; autant d’occasions pour le Vialatte de nous réjouir de sa plume admirable et de son humour absurde (tout cela pouvant effectivement évoquer l’humoriste Kafka et présageant Desproges), à grands renforts de comparaisons saugrenues (impliquant régulièrement des sous-préfets) et autres envolées lyriques aussi enthousiasmantes que déconcertantes. De ces animaux qui, telle la femme, remontent généralement à la plus haute antiquité, Vialatte nous livre ainsi des descriptions savoureusement drôles et drôlement savoureuses, témoignant d’un esprit génialement malade et joliment surréaliste.

 

Voilà. Je ne sais pas vraiment quoi dire de plus… Ce recueil de chroniques ne se prête pas vraiment à la chronique. Je pourrais certes vous en livrer des extraits, mais il y en a tellement qui mériteraient la citation que je ne sais pas où donner de la tête (et puis j’ai un peu la flemme, aussi, flânez donc sur Google). Je m’en tiendrai donc là, en vous encourageant toutefois à lire ce Bestiaire et à vous en régaler. C’est une lecture délicieuse et hilarante, qui n’appelle bien évidemment qu’une seule conclusion possible :

 

Et c’est ainsi que Vialatte est grand.

CITRIQ

Voir les commentaires

"Anadyomène"

Publié le par Nébal

Sade-Man-Ray.jpg

 

 

Le ridicule ne tue pas ? Ben on va voir… Ce qui suit, à l’origine, était une commande (je n’ai pas pu l’achever à temps, pour diverses raisons), et était censément « érotique ». Perso, je trouvais que le porno, c’était plus rigolo. Et puis j’aime beaucoup Sade, alors… Sachant en outre que l’exercice est fort délicat, je voulais savoir si j’en étais capable ; c’est que le risque est grand, à écrire des scènes de boules, de sombrer dans le ridicule achevé… Bien évidemment, je ne sais toujours pas ce que ça vaut. J’ai fait tourner cette nouvelle auprès de plusieurs lecteurs (que je remercie tous), et les retours ont été très divers ; il y a eu à peu près autant de positif que de négatif… Je vous laisse donc juges. N’hésitez pas à me jeter des cailloux le cas échéant.

 

Il fallait qu’ils soient quatre, bien entendu.

Pour les deux premiers, pas de problème : Dieter et Michel se connaissent depuis des années, et ont sans doute développé ensemble le projet. Probable que c’est le publicitaire belge qui a le premier soulevé l’idée ; après tout, le bonhomme n’est pas sans culture, là où je n’imagine pas vraiment Dieter lire autre chose que ses webjournaux financiers. Michel Debruijn se pique même d’être un poète, mais, bon… disons que ses cours de marketing et son réel talent pour vendre de la soupe aux chômeurs n’en ont pas exactement fait un Baudelaire.

Ce type n’a de toute façon aucun goût. Même pour ce qui est des femmes. Avec son pognon, ce con pourrait avoir ce qui se fait de mieux, mais non, non, lui, y veut des grosses, des truies, comme lui, quoi. Monsieur aime carrer sa petite queue flasque dans des gros culs. Venez pas me sortir des trucs genre « callipyges », tout ça. Non, quand je dis « gros culs », c’est : « gros culs ». Et même des très gros culs. Genre à s’y noyer, à crever étouffé dans les bourrelets. Quand il nique, du coup, c’est à peu près aussi bandant qu’une partouze d’hippopotames, en plus bruyant et spongieux. Ça fait blob huileux.

Les goûts, les couleurs, d’accord. N’empêche, jamais compris ce que Dieter pouvait trouver à ce blaireau. Parce que, faut pas croire, à l’intérieur, c’est pas mieux. Sorti de ses séances de brainstorming, il est d’un con… Non, je vois pas.

Dieter, quand même, c’est autre chose. Ce type m’épate, franchement. La classe ultime, toujours, en costard dans les soirées branchouilles mais-prenez-donc-un-muffin, ou à poil en train de limer, pareil. Pourtant, je peux vous dire qu’un mec à poil, ça perd vite de son charisme, hein, j’en ai assez vus, je peux témoigner. Mais lui, non. Même à plus de cinquante piges. La classe ultime. Toujours. Même quand il balance la purée, il a pas l’air d’un con, et ça, c’est une performance. Non, y a pas : la rigueur germanique, c’est peut-être une idée reçue, mais, avec lui, ça colle.

Mais, faut dire, je suis peut-être pas objectif : ce type m’a toujours fasciné. Mais arrêtez vos conneries, je sais que vous, c’est pareil. Putain, DIETER GLASS, merde ! Le requin de la finance le plus vorace qu’on ait jamais vu. L’homme le plus pété de thune depuis que la thune existe. Sa gueule de star en photo partout, au volant d’une caisse à tomber, et/ou en train de tripoter la plus sublime pétasse tout juste majeure du moment, comme ça, tranquille. Et toi, tout pouilleux dans ton clapier pourri, tu vois ça et tu baves. C’est tout. Tu peux rien faire d’autre. Même pas gueuler que c’est trop injuste, parce qu’au fond de toi, tu sais que c’est ça, la justice.

Mais là… Putain, quand son régiment est arrivé sur la station… Honnêtement, ça faisait des années que j’avais pas eu une gaule pareille. Ses pisteurs avaient ramassé aux quatre coins du système ce qui se fait de plus bandant. De toutes les couleurs, de toutes les tailles, de tous les âges. Des jambes interminables, solides, galbées. Des seins parfaits, des gros bien ronds bien durs aux petits tétons qui pointent à peine, en passant par les intermédiaires qui fondent dans la main. Des culs bien fermes, bien relevés, des petits qu’on pète, d’autres plus, comment, ouais, voluptueux, voilà, des où on s’agrippe de toutes ses forces, et qui semblent en redemander toujours plus, des culs faits pour baiser, quoi. Et une anthologie de jolies chattes, des blondes, des brunes, des rousses, des touffues, des rasées, des menues, des béantes, mais bien roses, bien ciselées ; je m’y voyais déjà, dans ces vagins moites et dévoreurs, tout confort, raide comme jamais ; et malaxant du clito fébrile, lapant et mordillant à même les lèvres rougies…

Mais après Dieter, bien sûr. À tout seigneur tout honneur.

 

Le troisième, ça a été un peu plus délicat, mais ils ont fini par dénicher un beau spécimen. Ah ! Le Général Wu. Alors lui… Bon, vu de loin, c’est jamais qu’un pédé cuir SM de plus. Une petite moustache ridicule, un peu nabot, tout sec. Un cliché sur pattes. Mais le truc c’est qu’il a poussé le cliché vraiment très loin. Surtout lors des « événements taiwanais », comme ils disent. Fallait le voir, commandant son Usine à Taipei, massacrant tout stoïque l’élite du Guomindang avec des raffinements de cruauté bien à la manière des Niaks. Et il a personnellement défoncé le cul de chacune de ses victimes avant ça. Enfin, non, j’exagère : les mecs seulement. Ce type déteste les femmes. Loin de l’exciter, elles le répugnent, et lui font un peu peur, je crois. Enfin, en tout cas, sa bite fait pas la fière devant une beauté à poil, ça, je peux vous le dire. Un peu comme une anti-érection. Alors il se contente de les massacrer. Mais faut voir comment ! Une imagination sidérante, des fantasmes pas croyables. Dans la station, du coup, il a souvent fait le metteur en scène ; Michel pouvait bien gueuler, déçu d’avoir perdu son rôle, les autres avaient de toute façon compris qui était le génie dans cette histoire.

Faut dire, là, il disposait en plus des gadgets de Richard, alors qu’à Taipei, fallait faire dans l’artisanal.

Richard… cet abruti…

Bon, là, faut que je vous explique. Ils en étaient à trois, il en manquait plus qu’un. Indispensable, à en croire Michel. D’après lui, la logique aurait voulu qu’on choisisse le dernier parmi les religieux. Alors ils ont cherché, au Vatican comme à La Mecque, au Texas et au Tibet. Mais rien de bien chouette. C’est qu’on en était plus au XVIIIe, là. Depuis la grosse réaction fondamentaliste de 2001-2030, les fanatiques pullulaient, pour qui le cul c’était le mal. Mais je veux dire, pas qui se contentaient de le prétendre, hein, comme ceux d’avant : non, ces cons-là le pensaient vraiment, et trouvaient Dieu en ne baisant pas. Je vous jure. Impensable de les ramener sur la station, qu’est-ce qu’ils auraient bien pu y foutre… Littéralement… Ouais, vous me direz, y avait des exceptions. Bien sûr. Mais rien que du banal chiant à mourir. Des curés pédos qui s’assumaient pas, des mollahs à la tête des commandos « mariant » les dissidentes du Califat salafiste d’Asie centrale, des gourous néo-babs partouzeurs… Nan, pas moyen de ramener ces types-là dans la station. Question d’amour propre.

Y’en a un pour lequel ils ont hésité, quand même. Un curé de Loudun persuadé d’être la réincarnation d’Urbain Grandier, ça ne s’invente pas. Un néo-caïnite fourreur de nonnes, avec beaucoup d’imagination. Un type plutôt sympa, je dois dire. Mais complètement malade, aussi. Au début, quand Dieter l’a approché, ça s’annonçait plutôt bien. Mais peu de temps après, alors qu’on se préparait tous pour le projet, ce dingue s’est mis en tête que l’histoire devait « se répéter ». Et tout ça a fini dans une grande orgie planifiée par ses soins, trois jours de baise non-stop dans le couvent, et à la fin ses adoratrices, sur ses ordres, l’ont torturé, lui éclatant les membres à la masse, lui perçant la langue, puis le brûlant encore vivant. La Mère sup’ n’a pas pu s’empêcher de mettre son grain de sel, une touche de grec : alors qu’il était cuit à point mais encore conscient, elles l’ont sorti du bûcher, l’ont déchiqueté façon bacchantes, et l’ont bouffé. Mais ça, vous en avez entendu causer, ça a fait du bruit, à l’époque.

N’empêche, c’était la merde. Ils commençaient à désespérer de trouver leur dernier comparse. Dieter, à la limite, se disait que trois libertins, ça pouvait le faire, mais non, non, Michel n’en démordait pas, il fallait que ce soit quatre. Et comme Dieter n’a jamais rien pu refuser à Michel… Mais là, le Général – qui, mine de rien, connaissait lui aussi ses classiques – a fait une remarque déterminante. Il a dit, et on pouvait pas vraiment lui donner tort, qu’il n’y avait pas de raison pour que le dernier soit un religieux au sens strict. Qu’on pouvait adapter. Et là, un peu perfide, il a noté que ça avait de toute façon déjà été fait, vu que, parmi les trois déjà sélectionnés, si l’on trouvait bien un financier et un militaire, le parlementaire avait été remplacé par un publicitaire (suivez son regard…), autrement dit une variante moderne du, euh, « manieur de mots », je crois qu’il a dit. Là, le Belge pouvait pas rétorquer grand chose. L’idée, quoi, c’était que la religion à son tour pouvait être adaptée. Debruijn a fait remarquer que le Général, qui avait réussi le tour de force d’être un coco fanatique dans la Chine du XXIIe siècle, pouvait rentrer dans cette catégorie, alors, mais l’autre, loin d’être blessé, se contenta de sourire, « voilà, c’est ça ». Mais, ayant déjà pris le rôle du militaire, et constituant en outre – ainsi que son camarade belge l’avait si brillamment démontré à l’instant – une exception, il suggérait d’aller voir ailleurs.

Bref, fallait déterminer la religion du XXIIe. Évidemment, tout le monde a répondu d’abord le fric, mais là, c’était le même souci, rapport à Dieter. Alors Dieter a proposé le cul. Logique, après tout. Mais fallait trouver quelqu’un tirant son pouvoir du cul. Pour Dieter, ça ne pouvait être qu’une femme. Là, c’est Wu qui a opposé son veto. Mais Michel n’était pas emballé non plus, ça s’éloignait trop de la source… Le Général a alors dit : la science. L’idée a plu ; après tout, après la crise fonda, on était en plein néo-positivisme, avec des réseaux et des nanos partout et, alors qu’on n’osait même plus y croire quelques décennies plus tôt, des vaisseaux habités et des colonies à travers tout le système. Bien vu, mon Général.

Donc, fallait trouver : 1°) un homme ; 2°) sans scrupules ; 3°) représentant la science et/ou la technologie ; 4°) doté d’un immense pouvoir ; 5°) et hyper chaud de la bite.

C’est comme ça qu’on en est arrivé à Richard.

 

Eh ouais. Richard Campbell. Qui d’autre ? Ça me scie un peu que vous ayez pas tilté plus tôt… Et que les autres n’y aient pas pensé de suite. Enfin, non, d’ailleurs. Ça, je peux comprendre. Le truc, c’est que vous, moi, les petits, on connaît Richard Campbell que par la façade, on voit le génie de l’informatique et de la RV, l’inventeur de la quasi-totalité des systèmes d’exploitation employés de nos jours et des interfaces homme-machine. Eux, par contre, avaient été amenés à le connaître déjà plus intimement, et se doutaient qu’il risquait d’y avoir un problème. Ils ont pesé avantages et inconvénients, ont débattu pendant plusieurs mois, puis sont allés le voir dans son Xanadu lunaire. Je ne sais pas exactement ce qui s’y est dit, je n’étais pas avec eux alors, mais déjà sur la station, à préparer le séjour. Du coup, j’étais sur place quand Richard est arrivé avec son régiment.

Vingt-quatre petites Japonaises à couettes, entre huit et seize ans, dans des uniforme d’écolières. Terrorisées, en larmes. Pêchées direct dans les bidonvilles coréens où s’étaient réfugiés les rares survivants de la Submersion du Japon, et rhabillées par ses soins, comme dans ses fantasmes de sale gosse élevé aux vieux mangas de cul. Dans son genre, ça aurait pu être un esthète, et c’est après tout ce que ses plus fameuses inventions, les tout public et les autres, laissaient croire. Le problème, c’est que son discours collait pas. Ce type était capable de conceptualiser la perversion, de l’enrichir et de la sublimer par ses inventions, mais ça l’empêchait pas, par ailleurs, d’être qu’un gros con de bouffeur de chattes basique, un obsédé lambda, « sans finesse » (Debruijn), « sans classe » (Glass), « sans dignité » (Wu). En tout cas dès l’instant que c’était sa bite à lui qu’était en jeu.

Impressionnant, le contraste. Quand les autres ont débarqué avec leurs régiments, c’était toujours un spectacle… beau, à sa manière. Même le Belge avec ses truies. Y’avait toujours quelque chose de… de surréaliste, de dantesque, dans ces troupes apeurées marchant au pas, encadrées par les fouteurs en uniforme, le fouet à la main, au son du Requiem de Mozart (ouais, perso, je trouve que c’était un peu abusé, là, mais bon…). Là, non. Le problème, c’était pas les filles, à croquer, malgré leur uniforme à la con. Et les fouteurs non plus, on connaissait notre rôle. Mais l’Angliche avait remplacé Mozart par une j-pop infecte, aussi vieille que ses mangas moisis. Et, là où les trois autres étaient restés stoïques durant la procession, lui, déjà, ne tenait plus en place. Il bavait, sautait partout, échappant rires gras et borborygmes obscènes. Ridicule, avec sa dégaine de rock-star à l’ancienne vaguement bedonnante.

À un moment, il s’est approché de moi – il m’avait reconnu, tu parles –, m’a saisi par l’épaule, et m’a braillé à l’oreille : « Moi j’les aime comme ça tu vois les petites putes avec des petits trous des tout petits trous faut qu’elles soient étroites hein qu’elles soient étroites des petites fentes moites qui coincent des petites fentes parfumées bien étroites surtout hein et que ça leur fasse mal ces putes qu’elles pleurent qu’elles piaillent qu’elles couinent les petites salopes les bouffeuses de bites ah ça leur fait mal hein mais en fait elles aiment ça les chiennes et moi moi avec mon mandrin énorme je les perfore je les ruine je les éventre je leur arrache la chatte je leur fouille les intestins de mon gros gland bien rouge bien luisant qu’elles ont poli hein avec leurs mignonnes petites langues bien roses bien humides de salopes mais surtout faut qu’elles soient étroites les chiennes des moules bien fines des petits trous du cul bien lisses et vierges faut qu’elles soient vierges parce c’est encore plus étroit comme ça et ça leur fait encore plus mal les petites putes mais plus elles en chient et plus je jouis et plus je les fais jouir en même temps parce qu’elles aiment ça les salopes avec leurs petits trous. »

J’ai rien répondu. Mais j’ai compris subitement qui m’avait écrit mes dialogues pendant toutes ces années.

En tout cas, il a pas pu se retenir plus longtemps. Il a chopé la première qui passait – treize ans, je dirais, joli petit cul, grands yeux mouillants de bourgeoise opérée –, et l’a plaquée cash contre le tarmac. Les autres, avant, avaient joué le jeu, en attendant le début des festivités, putain… Mais lui, non. Il a ordonné aux trois fouteurs les plus proches de la maintenir à quatre pattes, et m’a dit d’approcher : « Vazy Vinz’ profite je veux qu’elle te suce qu’elle suce le grand Vinz’ qu’elle engloutisse ton énorme bite de nègre. » Il a saisi la main droite de la gamine et l’a ramenée sur ma queue, l’obligeant à me caresser à travers le fin tissu synthétique de mon fute. Je vais pas vous mentir : j’ai durci radical. Mais bon, ça faisait trois mois qu’on préparait le séjour sans fourrer, aussi. J’ai failli exploser d’entrée, oui !

Et il continuait : « Allez pute défroque le nègre défroque le grand Vinz’ et suce-le suce sa grosse bite de nègre. » La fille chialait, mais elle pouvait difficilement faire autre chose qu’obéir. Elle a défait ma braguette, et s’est mise à me branler maladroitement. « Pompe-le pompe pute salope ! » Il la prit par le menton, lui ouvrit la bouche de force, tordant ses lèvres dans un rictus bandant, et la précipita sur ma queue. « Suce suce suce suce ! » Pas habile, la môme, mais quelque part tant mieux, ça me changeait des hardeuses. J’étouffais ses sanglots de mon pénis, ses larmes ruisselaient sur mes couilles ; on ne l’entendait plus vraiment gémir avec l’autre con qui hurlait à côté : « Ouaiiiiiiiiiiiiiiiiiiis vazy comme ça petite pute bouffe la bite du nègre hein tu aimes ça avoue salope oh putain je vais te défoncer la chatte je vais te faire jouir pétasse ramoner ta petite chatte de salooooooope. »

Il en pouvait plus. Il a jeté son blouson en cuir dans un râle, a réussi par miracle à se dézipper tout seul, révélant un calbute à l’hygiène douteuse, à peine bosselé, et en dégainant bientôt une petite zigounette maronnasse et mollassonne. « Puteputeputepute ! » Après, il a arraché la petite culotte de la gamine, lui a tout d’abord calé un doigt, lui martyrisant la moule de sa main brutale, et ensuite l’a pénétrée dans un hurlement. C’était pas grand chose, mais, la fille, ça lui a quand même fait comme un choc, ouais. Dans un réflexe, elle s’est dégagée de ma bite et a poussé un cri de pure douleur. Richard, les yeux exorbités, l’attrapa par les cheveux et la repoussa violemment contre mon gland : « SUCE-LE SALE PUTE ! » Elle me reprit dans sa bouche, tandis que l’autre ahuri, beuglant et suant, lui retroussait sa jupette bleue pour mieux exhiber son charmant petit cul, qu’il saisit bien vite à pleine mains. « PUTESALOPEPUTEPUTESALOPE ! » Le pouce gauche triturant son petit anus rose et rond, il la fessait sauvagement de la main droite en hurlant. Très vite, après un crescendo expédié virant dans un aigu ridicule, il retint son souffle, se tut l’espace d’une seconde puis explosa dans un « RHAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! » interminable, les yeux exorbités, avant de s’effondrer, la queue à l’air déjà méchamment ramollie. La fille saignait. Elle avait arrêté de me sucer. Elle pleurait, gémissait, de douleur, de honte, de peur. Campbell étant perdu dans son monde, ne prêtant plus attention à rien, je remis mon pantalon et la relevai, la faisant réintégrer les rangs. Ses « copines » étaient terrifiées.

On attendit quelques minutes. Puis il éclata de rire, toujours couché sur le tarmac : « Putain les mecs comment ça va être trop bien ! »

Abruti.

 

En plus, ce type avait un sens de l’humour déplorable (eh, c’était un informaticien, à la base). Je ne l’ai appris que plus tard, mais il avait tanné les autres pour que la station soit sur Uranus, vous voyez le topo… Les autres ont refusé, bien sûr. La station devait se trouver sur Vénus.

Il y avait la symbolique, déjà. Mais l’essentiel était probablement la vitesse de rotation très faible : la planète met environ 243 jours terrestres pour tourner sur elle-même, en sens rétrograde, alors qu’elle ne met que 224,7 jours terrestres pour tourner autour du Soleil. Une journée vénusienne est donc plus longue qu’une année vénusienne. Et, plus généralement, une journée vénusienne, c’est long. Très long. Du coup, 120 journées vénusiennes équivalent à environ 29 160 journées terrestres, soit environ 80 années terrestres. Nos richissimes libertins disposant des techniques de rajeunissement cellulaire les plus efficaces mettant l’immortalité à leur portée, et étant en mesure de renouveler régulièrement leur cheptel, ils disposaient ainsi d’une véritable utopie sexuelle hors du temps, une retraite idéale dont le Divin Marquis lui-même n’eut pas osé rêver.

Plus précisément, ils décidèrent d’installer la station dans l’hémisphère nord, à l’est du plateau d’Ishtar Terra, sur les contreforts du mont Maxwell, préférant la symbolique sumérienne du mariage sacré d’Inanna à la redondance du plateau équatorial d’Aphrodite Terra. Ben oui.

Restait à nommer la station. On proposa bien entendu Silling (et Richard, bêtement, Sodome), mais Michel eut une autre suggestion : Anadyomène. Le communiquant sut trouver les mots pour convaincre, jouant tant sur l’image de la déesse-planète jaillissant au milieu des flots de merde, de sperme et de sang, que sur la fameuse rime de Rimbaud : la station se devait d’être « belle hideusement d’un ulcère à l’anus ». Ça a plu.

 

Bon, évidemment, dans ces conditions, il a fallu procéder à quelques adaptations. Si le règlement draconien de Silling a été repris à peu près mot pour mot, les patrons s’étaient déjà entendus pour se libérer de la structure progressive en quatre étapes : vous voyez un type comme Richard patienter 20 ans pour fourrer sa prochaine collégienne ? Même pas la peine d’y penser. Alors ils ont décidé d’adopter un plan sur dix jours terrestres, procédant par accumulation, et renouvelé 2916 fois :

1er jour : purs spectacles, sans attouchements ; l’onanisme est autorisé d’office, néanmoins, de même que le masochisme solitaire.

2ème jour : scatophilie, urophilie, etc. Il fut décidé d’un commun accord que ça serait plus amusant en apesanteur. Le Justine resta en orbite autour de Vénus à cet effet.

3ème jour : masturbations collectives, etc. Ah, et zoophilie, aussi.

4ème jour : fellations, etc.

5ème jour : pénétration vaginale (y compris pour le Général, qui a pris sur lui ; mais j’y reviendrai).

6ème jour : pénétration anale.

7ème jour : pratiques sadiques n’entraînant pas de véritables séquelles.

8ème jour : pratiques sadiques entraînant des blessures légères.

9ème jour : pratiques sadiques entraînant des blessures graves (amputation, énucléation, émasculation, etc.).

10ème jour : pratiques sadiques entraînant la mort.

Il va de soi que le dixième jour était celui où siégeait le Tribunal. Ce rythme accéléré impliquait en outre de renouveler régulièrement le cheptel. Il fut donc décidé que les quatre régiments seraient intégralement dissous et remplacés tous les cent jours terrestres, aux bons soins des agents des libertins à travers le système. Le centième jour, après l’arrivée du cargo de « renforts », tout le monde se rendrait donc sur le Justine pour une gigantesque orgie s’achevant inévitablement dans un bain de sang.

Par ailleurs, en dépit des protestations (inévitables) de Michel, il fut décidé que l’on se passerait des dissertations philosophiques entrecoupant nécessairement les expériences sexuelles, afin de s’en tenir à l’essentiel. Mais on choisit tout de même d’avoir recours aux conteuses sadiennes, chargées de divertir par leurs récits les libertins exténués et de veiller à la conduite du cheptel : on choisit à cet effet trois « duègnes », des Françaises, ramassées non pas dans des bordels mais dans les rédactions des principaux webmagazines féminins de Paris, et un garde-chiourme pour les éphèbes du Général (un séminariste espagnol ; finalement, il y eut donc bien un religieux sur Anadyomène). Ceux-là, de même que les fouteurs et les divers domestiques (cuisiniers, médecins, pilotes, etc.), bénéficiaient également du Traitement. En principe.

Une dernière précision sur le calendrier : comme je l’ai déjà dit, il procédait par accumulation. Euh… prenons par exemple le cinquième jour : les libertins pouvaient monter des spectacles, branler et se branler, sucer et se faire sucer, accéder au Justine, etc., jusqu’à la pénétration vaginale incluse, la « nouveauté » du jour. Mais les activités des jours suivants leur étaient interdites, et entraînaient des châtiments (de type 7 et 8 uniquement, bien entendu). Dans l’ensemble, ils se plièrent volontiers à cette règle pimentant le jeu, même si Richard (évidemment…) eut un peu de mal, mais j’y reviendrai. Le problème, cependant, est que ce calendrier était largement hétérosexuel. Trois des convives étaient en effet essentiellement hétéro, mais le dernier était « purement » homo, et les cheptels avaient été constitués en conséquence : trois régiments féminins, et un masculin (et non un vaste troupeau mixte, comme dans le bouquin). Néanmoins, il y avait les fouteurs. Il fut donc décidé que l’orientation sexuelle n’influerait pas sur le calendrier, chacun des libertins pouvant adopter alternativement ou (et ce fut ce qui arriva très vite) en même temps une sexualité hétéro et/ou homo. Le Général y compris. C’était évidemment le cinquième jour qui posait problème, dans son cas : mais, en échange d’une priorité dans l’usage des fouteurs, le Général valida le règlement, et, à l’occasion, il fut bien amené à baiser des femmes, pour la forme.

 

Le premier jour, on a tout d’abord procédé aux cérémonies de mariage. Dieter a épousé Kate, la fille de Richard ; 15 ans, métisse nippo-anglaise, assez jolie, complètement conne ; avec un père pareil, tu m’étonnes… Richard, lui, a épousé la fille de Michel, Pauline ; une fille superbe, étrangement à l’opposé de son gras du bide de père ; limite anorexique, en fait : à voir ses poignets, on aurait cru une Palestinienne tout juste libérée d’un camp de concentration ; mais très jolie : 16 ans, beaux yeux verts, belle rousse à bouclettes très miam, avec des petits seins bien fermes ; elle tirait la gueule, par contre : là encore, tu m’étonnes… Mais bon, en dehors de la lune de miel, on pouvait se douter que Campbell ne la malmènerait pas trop, il avait des préférences bien établies. Wu avait adopté une fille pour l’occasion ; destinée à Michel, donc bien grasse : Peï, Chinoise velue suintante, 32 ans, répugnante. Quant à Wu, ben, il a épousé le fils de Dieter, Hans : 14 ans, grand blond assez barraque ; il allait prendre cher, celui-là.

L’après-midi, visite guidée (par Michel, bien sûr) d’Anadyomène. On est parti de la grande salle, là où auraient lieu la plupart des réjouissances. Décor baroque cliché au possible, saturé de dorures et de tapisseries, des coussins partout, une estrade centrale pour les conteuses. Depuis la salle, on accédait aux quatre alcôves des libertins, que chacun avait décoré à sa manière : Richard avec ses putains de posters holo extraits d’hentai ou figurant des starlettes d’une antique j-pop, Wu avec des estampes et une fausse cheminée, Michel façon salle de torture médiévale (re-tu m’étonnes), Dieter sobre et classe, blanc-gris, rien qui dépasse.

Après, on est passés dans la médiathèque, en fait aussi grande que la « grande » salle. Même si Anadyomène avait pour but de retourner aux vraies sensations, on y trouvait des trésors impressionnants, en guise de stimulants et d’inspirations, disons : une collection exhaustive ou presque de littérature et de bande-dessinée érotique et pornographique, avec quelques merveilles dans le tas ; tout Sade notamment, bien sûr, avec une belle collec’ de manuscrits originaux, dont celui des 120 Journées de Sodome, sous forme de bande minuscule, déroulée dans un grand panneau mural. Des films, aussi ; des vieux, des holos, des RealPorn™… En fait, seul le catalogue informatisé était cette fois directement accessible, à cause de la masse des documents disponibles ; mais il y avait tout un assortiment de robots pour aller chercher dans les réserves ce qu’on désirait. Côté musique, plein de choses simplement connotées, mais aussi une palanquée d’enregistrements de Sex Muzak™, cette variante de la musique concrète qui avait eu tant de succès auprès des « pervers socialement corrects » du milieu du XXIe ; beaucoup de merde dans le tas, mais quelques trucs intéressants, aussi. Et enfin des jeux vidéos et autres programmes divers et variés, dont bien sûr les créations RV ésotériques de Campbell, qui ont beaucoup fait pour sa fortune, toute la série des Gonzo™ : le GonzoGonzo™ de base, et tous les modules, BabyGonzo™, BoboGonzo™, BozoGonzo™ (dingue le nombre de types qui fantasment sur les clowns), BuboGonzo™, GarboGonzo™, GoboGonzo™, GozzoGonzo™ (très imaginatif, celui-là, impressionnant), HoboGonzo™, HomoGonzo™, HypnoGonzo™, JesuGonzo™, MaoGonzo™ (spécial Wu, celui-là), MasoGonzo™, MondoGonzo™, NaziGonzo™, NegroGonzo™, PedoGonzo™, SadoGonzo™, ScatoGonzo™, ZooGonzo™, j’en passe et des meilleurs… dont DomsoGonzo™, qu’est-ce que vous croyez !

 

Ah ouais, mais c’est vrai, je me suis pas présenté. Enfin, faut dire, je sais pas si c’est nécessaire. Quelque part, on doit être intimes ; en fait, y a même beaucoup de chances pour que je vous ai déjà fait le cul. C’est que j’en ai pété, des culs, des milliers, des millions, même. On a dit de moi que j’étais la plus grande star du porno depuis que le porno existait ; enfin, la plus grande star masculine, en tout cas, ça relativise.

Bon, donc, Vincent Domso. Ouais, c’est un nom de merde, mais c’est pas moi qui l’ai choisi. Dans l’industrie du porno, on a toujours fait preuve d’un goût douteux pour les jeux de mots les plus pathétiques, c’est pas moi qui vais vous l’apprendre. À l’origine, j’étais juste Vincent Laffont. Un paumé comme y’en a plein, trop pauvre pour étudier, trop noir pour bosser. C’est pour ça que j’ai commencé à me vendre, bien sûr. J’en étais pas spécialement fier, mais j’avais pas le choix. Et les bourgeoises et les bourgeois payaient bien, ça leur plaisait bien, de se faire un bamboula ; à l’époque, ça avait quelque chose d’un peu pervers, mais juste un peu. C’est comme ça qu’après quelques années je me suis mis au porno. On m’avait filé des contacts, j’étais plutôt beau gosse, barraque et bien membré. Vu qu’on me demandait jamais que d’être une bite sur pattes, le reste n’avait aucune espèce d’importance. Au début, j’étais juste dans des machins amateurs anonymes, vous savez, une chambre ou une piscine, et vas-y, fourre. Oral, vaginal, anal, éjac’ faciale. Répétitif.

Je ne comptais déjà plus mes scènes quand Campbell m’a repéré ; et ça, ça a été ma chance ; parce que du coup, j’ai été le premier fouteur RealPorn™. Et ça a été le début de la gloire. Tout à coup, je n’étais plus une bite entrevue en gros plan, mais Vincent Domso, le grand Vinz’, le gode ultime, l’amant idéal, toujours au top, le colosse noir interactif, tantôt soumis comme un esclave, tantôt dominateur ; doux et tendre ou violent et brutal, selon les programmes : à vous de choisir. Vous êtes Domso, ou vous vous faites baiser par Domso : c’est vous qui voyez, vous pouvez même changer de sexe. J’étais la star masculine des trois premiers RealPorn™ : le romantique Pour vous, Mesdames, le soumis en costume Je t’appartiens, le brutal Domso t’encule. Les trois ont envahi les foyers du monde entier en même temps, et rencontré un immense succès ; c’était plus le cybersexe à la papa, là, avec les combinaisons inconfortables et les sensations que seul un puceau ou un nostalgique pouvait comparer à la baise. Non, là, d’un seul coup, c’était du vrai sexe. C’est comme ça que je me suis fait le monde : les femmes au foyer délaissées, les gamines rêveuses, les homos refoulés, les assumés en manque, tous, tous, tous ; et, bien sûr, y en a eu plein pour me défoncer le cul par procuration, pour me fouetter, me battre, me tuer, même. Mais moi, je m’en portais pas plus mal, j’avais de la thune, je faisais des plateaux holoTV… Pouvais pas me plaindre. Ça a continué comme ça une dizaine d’années, avec une trentaine de titres par an. Vers la fin, je faisais même dans le « prestige », voire dans le « vrai cinéma », mais bon, ça n’a pas vraiment marché. La relève était là et, si j’avais participé aux premiers Gonzo™ qui ont sonné le glas du boulard traditionnel, si j’en avais même un à mon nom, le public a ensuite voulu passer à autre chose.

Alors, quand Dieter m’a contacté pour servir de fouteur sur Anadyomène, je n’avais pas grand chose à perdre. Et puis, après tout, on me proposait de faire ce pour quoi j’étais le meilleur… la seule chose que je savais faire…

 

… J’en étais où, là ? Ah, ouais, la visite.

Bon, honnêtement, j’ai aucune envie de vous faire le détail des installations, et j’imagine que Michel, de son côté, s’en occupera très bien. Je vais en rester au plus intéressant. Et après la grande salle et la médiathèque, ça veut dire le Justine. Un vaisseau comme un autre, en apparence. Mais sa particularité, c’était d’avoir sa propre « grande salle », totalement hermétique et coupée du reste du vaisseau, spécifiquement prévue pour des orgies en apesanteur. Évidemment, dès le deuxième jour, les libertins s’en sont donnés à cœur joie, flottant hilares au milieu des sphères de pisse et de sperme agitées de vaguelettes, et des étrons mousseux résultant d’une alimentation spécialement étudiée.

Mais ce ne fut qu’au terme du premier cycle que le Justine fut véritablement étrenné. Sur les instructions de Michel, Richard avait concocté des bonbons anisés à base de poudre de cantharide : il s’agissait de faire une variante outrancière et en apesanteur de l’affaire de Marseille. Certaines de ces gélules, d’un coloris rouge, étaient destinées aux libertins, à leurs conjoints et aux fouteurs ; faiblement dosées, elles n’avaient qu’un léger effet aphrodisiaque. Mais les autres, les noires, destinées aux régiments à éliminer, étaient volontairement surdosées. Les effets ne tardèrent pas à se manifester : tous furent pris d’affreuses douleurs abdominales et de vomissements, certains émettant des urines sanglantes ; les gitons de Wu étaient atteints d’un priapisme pathologique et douloureux, l’urètre irrité et le gland gonflé. L’orgie ne fut qu’une longue suite de hurlements et de pleurs. Puis certains commencèrent à mourir de la surdose. Ceux-là avaient de la chance : les survivants se virent appliquer sur l’ensemble du corps des reliquats de la poudre de cantharide qui leur brûlèrent la peau et les yeux dans une constellation d’ampoules. Après quoi les cadavres furent évacués dans l’espace, « nouveaux satellites morbides de la cruelle Vénus » (c’est de Michel, hein).

 

C’est alors que, Pauline et moi, on a baisé pour la première fois. Je l’avais remarquée qui me zyeutait, pendant l’orgie ; délaissée par son crétin de mari qui s’amusait à pénétrer par à-coups les sphères de pisse sanguinolente et les plaques de vomi semi-liquide, tout en pétrissant le cul de sa fille, occupée à déféquer sur Michel, qui se faisait sucer par Wu, etc. , etc. Moi, j’enculais une gamine du régiment de Dieter, alors qu’il lui entaillait les seins à chaque gémissement ; elle gémissait beaucoup. Je niquais professionnellement, sans y prendre le moindre plaisir, mes yeux vagabondant à travers le délire qui m’entourait. Et puis je me suis fixé sur Pauline, qui me regardait, les yeux pétillants, voltigeant près du plafond. Elle se caressa les lèvres de l’index, mima un « chut » complice, puis entreprit de se masturber, sans me quitter des yeux, miaulant doucement son plaisir solitaire. Elle plongea soudain dans ma direction et me dégagea de la gamine (Dieter ne tarda pas à prendre le relais, jouissant dans son cul tout en lui enfonçant les yeux dans leurs orbites sanglantes).

Pauline me repoussa contre une paroi, passa ses mains sur mon torse ruisselant, puis descendit lentement sur mon sexe, qu’elle branla avec tendresse. Ce n’était déjà plus la même chose ; à l’instant où ses doigts frôlèrent ma queue, un plaisir comme je n’en avais pas ressenti depuis des années m’envahit. Dans un réflexe, je l’incitais à me masturber plus frénétiquement, dévoré par le désir, mais elle m’immobilisait et continuait avec une lenteur infinie et délicieuse. Puis elle me prit délicatement dans sa bouche, sa langue parcourant mon gland, agitée de mouvements subtils. Quand elle m’engloutit enfin, je faillis jouir illico. Mais elle se retira aussitôt dans un sourire, et comprima fermement mon sexe à la base du gland. Une douleur mêlée de plaisir me paralysa pendant quelques secondes qui me parurent des siècles.

Sans desserrer son emprise, elle remonta lentement contre mon torse, qu’elle excita de la pointe sensible de ses petits seins. Elle évita tout d’abord mes brutales tentatives de baisers, se contentant de me caresser les joues de ses boucles rousses. Ses cuisses étonnement galbées montaient et descendaient contre mes reins, tandis qu’elle frottait mon gland encore douloureux contre son pubis. Je parcourais son corps si délicat, si frêle, de mes mains qui ne m’avaient jamais paru aussi grossières, me délectant de ses discrets gémissements, du contact infime de nos poitrines, du parfum entêtant de sa crinière qui ondoyait sous mes yeux. Nos lèvres s’unirent enfin dans un mouvement synchrone d’une infinie lenteur, d’une infinie douceur. D’une soudaine impulsion contre la paroi, elle se rehaussa quelque peu, puis redescendit lentement sur ma queue. Je la pénétrai comme dans un rêve, et m’abandonnai à ses volontés, au langoureux frémissement de ses hanches. De ses doigts arachnéens, elle guida mes mains sur sa poitrine menue, sur sa taille de guêpe, sur ses fesses fermes et autoritaires. Elle se cabra dans un ralenti effarant, les yeux clos et les lèvres fines plissées par la jouissance, et saisit mon crane chauve qu’elle ramena contre ses seins. Nous accélérâmes indiciblement nos délicats va-et-vient, et ses gémissements se firent plus sonores, plus exigeants, plus voraces, jusqu’à éclater, terribles, dans une extase commune, une jouissance dévastatrice, un râle blanc.

Pauline…

C’était la première fois. Certainement pas la dernière. On a remis ça dès qu’on a pu, variant les expériences, et c’était toujours neuf, toujours beau, toujours fort. Putain, pour un peu, j’aurais presque cru que c’était l’amour.

 

Mais bon, y’avait Richard. Et ce con foutait le bordel. Il était incapable de jouer le jeu, de se plier aux règles savamment élaborées par Michel, sans parler de l’atmosphère souhaitée par les trois autres libertins. Chaque jour, il fallait qu’il fasse une connerie : déjà, il tenait à fourrer tous les jours, obligé ; on pouvait user de toutes les sanctions à son encontre, rien à faire, la zigounette à monsieur réclamait sa dose de pilou-pilou.

Et puis des trucs plus gênants : un J3, BLAM ! il explose une de ses putes d’une charge dans le vagin (« Juste pour voir… ») ; une autre fois, on l’a retrouvé, le lendemain de l’arrivée des « renforts » (!), avec déjà six cadavres dans son alcôve – il les avait tuées au gode-perceuse.

Invariablement, son « régiment » ne tenait pas jusqu’au bout. Alors il demandait des « prêts » ; quand c’était pour une petite baise, comme ça, en passant, les autres n’y voyaient pas d’inconvénients, bien sûr… de toute façon, on n’avait jamais été trop regardant à cet égard. Mais quand Richard commença à leur rendre des macchabées en parlant de les « rembourser » plus tard, ils finirent par considérer que trop, c’était trop, et que, décidément, ils avaient misé sur le mauvais cheval.

 

Un soir, après l’orgie, Dieter vint me trouver dans la salle de repos des fouteurs. Visage de marbre, yeux froids et perçants. Il me fixa un moment, s’approcha de moi lentement, me saisit par l’épaule, et, dans un murmure, au creux de mon oreille :

— Vincent. Choisis trois de mes hommes. De confiance. Puis rejoins-moi à mon bureau. » Il raffermit sa prise. « Discrètement. »

Une caresse, une tape amicale, et il s’en alla.

J’étais pour le moins perplexe. Jamais auparavant Dieter ne s’était comporté de la sorte. Oh, il n’était pas rare qu’un libertin vienne réclamer les services d’un ou de plusieurs fouteurs, mais pourquoi faire tant de mystères ? Ce n’était pas dans les habitudes du bonhomme. Mais j’avais l’obéissance dans le sang. J’attendis quelques instants, puis fis part de ces instructions à trois types que je savais fiables et discrets – leurs noms importent peu.

Nous nous rendîmes dans le bureau de Dieter à travers les couloirs déserts d’Anadyomène. Quand j’ouvris la porte, surprise : Dieter était en compagnie de Michel et de Wu. Il nous fit signe d’entrer et de fermer la porte derrière nous. Tandis que les libertins, en peignoir de soie, sirotaient une liqueur, nous nous mîmes spontanément au garde-à-vous. Et, comme par hasard, ce fut Wu qui prit la parole :

— Messieurs, nous avons un problème. Un grave problème.

Il nous expliqua, sans couper les cheveux en quatre, qu’ils en avaient plein le cul de Campbell, et qu’ils avaient décidé de s’en débarrasser. Tout simplement. Nous, on devait s’emparer du gazier, discretos, l’embarquer à bord de la navette, nous rendre dans le Justine, et participer à son « juste châtiment ».

Campbell lui-même avait installé dans Anadyomène un système de caméras qui nous permit de surveiller sa chambre, et d’attendre le moment adéquat pour nous y pointer. Ce gros con ronflait la bave aux lèvres, affalé sur son pieux, tandis que Pauline, encore éveillée, était affalée dans un coin de la pièce. Je lui fis « chut » de la main, et elle me regarda, l’air étonnée, mais sans moufter. Tous les quatre, nous nous installâmes autour du lit. Puis, au top, chacun s’empara, qui d’un bras, qui d’une jambe. Campbell se réveilla aussitôt. Et – on peut lui reconnaître ça – il comprit très vite ce qui lui arrivait. «  NON ! NON ! NON, ARRÊTEZ, LES MECS, DÉCONNEZ PAS, ARRÊTEZ, JE FERAI TOUT CE QUE VOUS VOUDREZ, ARRÊTEZ, PROMIS, ARRÊTEZ, JE FERAI TOUT CE QUE VOUS VOUDREZ, JE FERAI PLUS DE CONNERIES, ARRÊTEZ, MERDE, JE ME TIENDRAI À CARREAU OH MERDE PUTAIN NON FAITES PAS ÇA LES GARS NON FAITES PAS ÇA JE VOUS EN PRIE ARRÊTEZ JE VOUS JURE… »

Ad nauseam. Tout le temps qu’on trimballait ce gros con dans les couloirs jusqu’à la navette. Il se débattait, se tortillait comme une véritable anguille, mais rien à faire : nous quatre, on était plutôt du genre colosses, et on tenait bien notre bestiau. Qui n’avait de toute façon nulle part où aller.

Et puis il y avait Pauline. Elle a eu un temps de retard, puis s’est mise à nous suivre, une couverture sur les épaules ; elle s’est précipitée à mes côtés, et n’a cessé dès lors de me harceler de questions : « Où est-ce que vous l’emmenez ? Vincent ? Vincent, s’il te plait, dis-moi ! Où est-ce que vous l’emmenez ? Qu’est-ce que vous allez lui faire ? Je… Je peux venir ? Je peux venir avec vous ? Je peux le faire souffrir ce gros fils de PUTE ? S’il te plait ! Laissez-moi venir avec vous ! Où est-ce que vous l’emmenez ? Je veux venir avec vous, je veux voir crever ce gros PORC, cette MERDE, cette RACLURE ! » Elle ne s’interrompait que pour lui cracher à la gueule.

J’en avais plein les oreilles, putain.

Dieter, Michel et Wu nous attendaient, stoïques, devant la passerelle de la navette. Ils nous firent signe d’embarquer Campbell, ce que nous fîmes promptement et sans ménagement. Pauline se tourna alors vers eux, se jetant successivement dans les bras de chacun, mais elle se vit refuser l’accès à bord. « C’est une affaire d’hommes », finit par lui dire son père d’un air d’autorité qui ne lui allait guère. Elle lui jeta un œil noir, mais ne dit rien, et s’en retourna. Les trois libertins prirent place à bord du vaisseau, aux côtés de Campbell hurlant, maintenu de force dans ses sangles, et nous décollâmes pour l’orbite de Vénus, tandis que Wu donnait par radio des instructions pour maîtriser les hommes de Campbell, juste au cas où.

Ce dernier hurlait toujours de plus belle lors du rendez-vous avec le Justine. Et il n’en avait pas fini. Ses trois comparses lui avaient mitonné un joyeux programme ; ils prirent cependant la peine de le bâillonner, le temps de lui lire rapidement les motifs de sa condamnation et la sentence de mort qui s’ensuivait (ce fut bien entendu Michel qui s’en chargea), mais voulurent par la suite se délecter de ses cris de terreur et de souffrance mêlées.

Cela commença gentiment par un viol collectif, chaque fouteur et chaque libertin y passant tour à tour. Il s’agissait plus, dans les circonstances, d’une humiliation que d’autre chose ; d’ailleurs, ils ne tardèrent pas à lui chier dessus pour conclure cette première étape du supplice. Wu marqua ensuite Campbell au fer rouge, puis Michel le fouetta sur le cul, en le sodomisant à nouveau pour la peine, avant de le fouetter sur les jambes puis sur le torse ; Dieter se mit alors à inciser la victime avec un scalpel, et lui « agrandit » ainsi l’anus et la bouche.

Ils laissèrent alors retomber Campbell pantelant, sanglotant, le bâillonnèrent à nouveau, et Michel reprit la parole :

— Nous venons de nous livrer sur ta personne à une petite adaptation de la première étape du supplice dit « de l’enfer », qui conclut les récits de la quatrième partie des Cent Vingt Journées de Sodome. Las, ce supplice particulièrement raffiné exige normalement la, hum, « participation » de quinze victimes… et tu es seul. Nous avons hésité. Pour l’étape suivante, nous aurions pu inventer nous-mêmes un supplice, bien sûr ; ou tirer au sort une des propositions du Divin Marquis… mais il nous a semblé, en définitive, que le plus judicieux était encore de te laisser choisir. » Il chaussa ses lunettes, et s’empara d’un exemplaire du célèbre ouvrage, qui ne le quittait jamais ; il retrouva presque instantanément la page voulue, s’éclaircit la voix, et entama la lecture :

«  Le premier supplice est une roue sur laquelle est la fille – c’est de toi qu’il s’agit, Richard –, et qui tourne sans cesse en effleurant un cercle garni de lames de rasoir où la malheureuse s’égratigne et se coupe en tous les sens à chaque tour ; mais comme elle n’est qu’effleurée, elle tourne au moins deux heures avant que de mourir.

« Le 2. La fille est couchée à deux pouces d’une plaque rouge qui la fond lentement.

« 3. Elle est fixée par le croupion sur une pièce de fer brûlant, et chacun de ses membres contourné dans une dislocation épouvantable.

« 4. Les quatre membres attachés à quatre ressorts qui s’éloignent peu à peu et les tiraillent lentement, jusqu’à ce qu’enfin ils se détachent et que le tronc tombe dans un brasier.

« 5. Une cloche de fer rouge lui sert de bonnet sans appuyer, de manière que sa cervelle fond lentement et que sa tête grille en détail.

« 6. Elle est dans une cuve d’huile bouillante enchaînée.

« 7. Exposée droite à une machine qui lui lance six fois par minute un trait piquant dans le corps, et toujours à une place nouvelle ; la machine ne s’arrête que quand elle en est couverte. Quelle imagination, mes amis ! Concevoir ceci, à la veille de la Révolution ? Quel génie !

« 8. Les pieds dans une fournaise ; et une masse de plomb sur sa tête l’abaisse peu à peu, à mesure qu’elle se brûle.

« 9. Son bourreau la pique à tout instant avec un fer rouge ; elle est liée devant lui ; il blesse ainsi peu à peu tout le corps en détail. Moui, classique…

« 10. Elle est enchaînée sous un pilier à un globe de verre, et vingt serpents affamés la dévorent en détail toute vive.

« 11. Elle est pendue par une main avec deux boulets de canon aux pieds ; si elle tombe, c’est dans une fournaise.

« 12. Elle est empalée par la bouche, les pieds en l’air ; un déluge de flammèches ardentes lui tombe à tout instant sur le corps.

« 13. Ah, j’aime beaucoup celui-ci : Les nerfs retirés du corps et liés à des cordons qui les allongent ; et, pendant ce temps-là, on les larde avec des pointes de fer brûlantes.

« 14. Tour à tour tenaillée et fouettée sur le con – on s’arrangera – et le cul avec des martinets de fer à molettes d’acier rouge, et, de temps en temps, égratignée avec des ongles de fer ardents.

« Et enfin 15. Elle est empoisonnée d’une drogue qui lui brûle et lui déchire les entrailles, qui lui donne des convulsions épouvantables, lui fait pousser des hurlements affreux, et ne doit la faire mourir que la dernière ; ce supplice est un des plus terribles. Comme quoi il ne faut pas se fier aux apparences, hein, Richard », conclut Michel en refermant d’un coup sec son Sade.

— Quant à la suite, elle ne concerne que nous », glissa Wu.

— Fais ton choix », ajouta Dieter, d’un air étrangement compatissant. « Tu as tout le temps du retour sur Anadyomène pour cela. Mais attention, Richard, choisis, et choisis bien : si, une fois là-bas, tu ne nous donnes pas de réponse, tu tâteras tour à tour des quinze supplices. »

Michel se pencha sur la masse informe et gémissante de l’informaticien, lui donna son exemplaire de Sade ouvert à la bonne page, lui ébouriffa les cheveux et retourna s’asseoir avec les autres.

De retour sur Anadyomène, Campbell, qui n’avait cessé de sangloter et de demander grâce, n’avait pu se résoudre à choisir.

Sa mort a été constatée par les médecins au treizième supplice. Les libertins jouirent tour à tour dans le cadavre ruisselant de sang, mutilé, brûlé… On n’y reconnaissait presque plus rien d’humain.

 

Il fallait qu’ils soient quatre.

Michel n’en démordait pas. Le problème restait donc posé.

Que faire ? Interrompre les festivités, retourner sur Terre, recommencer l’interminable quête d’un quatrième partenaire idéal ? Pour les libertins, c’était devenu impensable. Même Michel concédait ce point. On en était donc à une véritable impasse.

Le lendemain, l’ambiance était pour le moins morose dans la station. Les duègnes ne parvenaient pas à distraire les libertins, qui n’avaient pas non plus la tête à baiser. Le débat reprenait ; quand j’arrivais dans la grande salle, ils en étaient là :

— La religion ? Manuel ?

— Vous n’y pensez pas ! C’est un garde-chiourmes, rien d’autre !

— Quoi, alors ?

— Le cul.

— Le cul, oui, mais qui, comment, pourquoi ?

— …

Leurs regards se posèrent sur moi.

Merde.

Ce fut Wu qui le suggéra le premier :

— Domso.

— Domso ? » Michel.

— Domso… » Dieter.

— Domso ! Mais... mais il n’est pas de notre classe ! », lança Michel, visiblement tétanisé à l’idée que je puisse devenir son égal.

— Certes », concéda Dieter. « Mais tu avoueras qu’en fait de prince du cul, on trouveras difficilement mieux que notre cher Vincent Domso. Domso… oui, l’idée me paraît intéressante… Qu’en penses-tu, Vincent ? »

Merde.

Merde merde merde.

— Eh bien, monsieur… euh… messieurs… c’est-à-dire que… c’est un honneur, et… mais… je ne suis pas certain de… monsieur Debruijn a sans doute raison et…

— Ah !

— Je ne reconnais pas là le grand Vincent Domso », dit Wu.

Je baissais la tête, l’air coupable et affligé. Mais Wu reprit la parole :

— Mais je sais que le grand Vincent Domso est là, quelque part. Et ces questions de classe sociale ne sont d’aucune importance à mes yeux.

Merde.

Dieter prit à son tour la parole :

— Je suis d’accord avec le général. Pour être un homme d’argent, je n’en suis pas moins un homme qui s’est fait tout seul. Je sais reconnaître le talent où il se trouve. Nous cherchons un fouteur de talent ; Vincent Domso est le plus grand fouteur de tous les temps.

Michel ne put rien rétorquer : Dieter avait parlé. Tous trois se tournèrent à nouveau vers moi. Je sentis qu’ils attendaient de moi une réponse :

— Eh bien… messieurs… si telle est votre volonté… Je ne peux que m’incliner, mais… euh… j’ai tellement longtemps été confiné dans les rôles d’exécutant que je ne sais trop si la, euh, la prise de décision, eh bien… euh…

— Cela s’apprend, cher ami », me dit Dieter dans un grand sourire. « Et je crois que quelqu’un qui vous est cher pourrait à cet égard vous être d’un grand secours. »

Je le regardai d’un air éberlué. Il éclata de rire :

— Vous croyez sérieusement que nous n’avons pas remarqué votre petit jeu ? Il faut vous marier, mon ami ! Et votre très chère Pauline – il me fit un clin d’œil – est, eh bien, « disponible » depuis peu.

Il se tourna vers Michel.

— Et je sais de source sûre qu’il s’agit là d’une jeune fille intelligente et sans scrupules, parfaitement adaptée à votre situation.

Et, à moi :

— Sans compter qu’elle baise bien.

— Divinement, monsieur.

Michel s’interrogea :

— Mais… en fait de Domso… ne cherchez-vous pas à remplacer Richard par… par une sorte de… de « dyarchie », ce qui nous ferait cinq libertins au lieu de quatre ?

Et Wu :

— Je suis pour Domso. Mais n’est-ce pas là confier un rôle trop important à… une femme ? », dit-il d’un air dégoûté.

Dieter les foudroya du regard :

— Domso nous rejoint. Il épouse Pauline. Nous sommes quatre. L’affaire est réglée.

Et, effectivement, c’est ainsi que l’affaire fut réglée, et que votre serviteur prit place aux côtés de Dieter, Michel et Wu parmi les seigneurs d’Anadyomène.

 

Au début, ça m’a fait vraiment bizarre : commander les « régiments », choisir, prendre des initiatives, tout faire selon mon bon plaisir, et non plus selon les ordres d’un réal ou d’un patron… Non, franchement bizarre. Perturbant. Un peu effrayant, aussi. Tout d’abord, on ne peut pas dire que j’y ai vraiment pris du plaisir. Et puis c’est venu, petit à petit.

Grâce à Pauline, essentiellement. Elle était toujours là pour moi. Pour me guider, m’aider ; pas me donner des ordres, ni choisir à ma place, mais juste… je sais pas. Qu’elle soit là, ça changeait tout. Et puis, elle, au moins, elle avait de l’imagination. Moi, ça a jamais été trop mon truc ; mais alors elle… une vraie littéraire, pas comme son imposteur de paternel.

Je me souviens encore de la nuit de noces. Une pure nuit de jouissance ininterrompue. C’est con, hein, à la base, ça aurait dû être une nuit comme les autres, mais… Déjà, y avait… Vous savez… On était juste tous les deux, dans l’alcôve. Personne autour. Pas un bruit. Rien que nous deux, comme deux amoureux, ou deux amants qui prétendent l’être. Dans une lueur bleutée, très douce, diffuse. Et elle, très tendre… si tendre…

Vous savez, j’en n’ai jamais vraiment eu l’habitude, moi, de la tendresse. Dans le porno, c’est pas exactement ça qu’on est censé vendre au client. Et avec les autres meufs, déformation professionnelle oblige… pis c’était ce qu’elles attendaient du grand Vinz, de toute façon. Là… putain, là, c’était autre chose.

Déjà, tout le prélude. Ce qu’on zappe dans les films. Là, c’était long, si long. Et doux… de légères caresses, presque timides – il y a du jeu de rôle dans tout ça –, les lents mouvements des jambes, les cheveux qui s’égayent sur les poitrines, couvertes de baisers. Une mamelle saisie délicatement, la main redescendant lentement le long des hanches, tandis que la bouche vient se poser contre l’aréole, effleurée de la langue. Les gouttes de sueur qui perlent à la gorge, saisies au passage pour un tendre baiser dans le cou. Les soupirs, les gémissements, qui se perdent dans la nuit, qui se chuchotent à l’oreille, qui se murmurent comme autant de secrets. Et puis, peu à peu, les mouvements de l’amour qui se font synchrones, les mains qui s’égarent entre les cuisses, les caresses intimes, les délicieux frissons ; ses doigts qui viennent se poser sur mon sexe, délicatement, le frôlant à peine ; mes doigts qui taquinent s

on entrejambe déjà humide, s’aventurent en elle dans un spasme. Les jeux se prolongent, dans une jouissance subtile que je n’avais jamais fait qu’entrevoir. Elle est si belle, les yeux mi-clos et brillants, un sourire enfantin plaqué aux lèvres…

 

Au bout d’un moment, elle se met à m’embrasser le torse, puis redescend contre mon pénis, qu’elle engloutit voracement de sa bouche aux lèvres finement dessinées. Elle se retourne, et m’offre son sexe ; je m’empare de ses fesses délicieuses, et lape avidement. C’est si bon… Tous deux, régulièrement, nous devons nous interrompre, tant la jouissance est forte.

Puis elle se retire et, n’y tenant plus, autoritaire, elle m’enfourche, m’enserrant de ses cuisses, me plaquant contre le lit, sa crinière dansant contre mon front. Je la saisis par les hanches, fragile à briser, et serre de toutes mes forces ; elle se cabre aussitôt dans un cri suraigu. Mes mains remontent contre sa poitrine, pétrissent ses seins superbes, puis s’emparent de sa gorge et serrent à nouveau ; elle se plaque contre moi, remuant des hanches et des fesses dans un crescendo hystérique ; puis elle s’empare de mes mains, les serre à son tour, se redresse, et jouit ; je sens son plaisir dans ses doigts, si fins, qui emprisonnent mes vulgaires pognes de brute.

Nous roulons sur le côté : cette fois, c’est moi qui prend l’initiative. De la main droite, derrière l’épaule, je la plaque contre le lit ; de la gauche, doucement, je redescends le long de ses hanches jusqu’à ses fesses, et m’empare de sa jambe. Je la pénètre tendrement, mon torse allant et venant contre ses merveilleux petits seins. Je la couvre de baisers dans le cou, me régale de ses gémissements et de ses soupirs au creux de mon oreille. Puis je me redresse et la saisis par les hanches, jambes bien écartées ; j’accélère le mouvement ; ses mains cherchent tantôt à m’agripper, tantôt s’emparent des draps dans un râle. Elle jouit à nouveau, et je retombe doucement sur elle.

Je me retire et lui laisse le choix des armes. Elle vient s’accrocher aux barres du lit, et me présente son magnifique petit cul. D’un doigt, elle m’indique son vagin. Je la caresse un instant, puis la pénètre à nouveau. Le finale est plus brutal, mais non moins merveilleux. Nous atteignons l’orgasme en même temps, dans un hurlement simultané à réveiller les morts. Et nous nous effondrons l’un à côté de l’autre. Elle a les nerfs à vif ; je m’amuse à lui souffler dans le cou et le long du dos, ce qui lui provoque d’irrépressibles crises de fous rires.

Ce n’était que le début de la nuit. Je vous épargne la suite. Comme le disait en substance Sade lui-même – dans La Philosophie dans le boudoir, je crois –, au bout d’un moment, l’action devient répétitive… Mais quel bonheur…

 

Les libertins avaient vécu environ une année terrestre avec Richard (quand même !). Avec moi, et grâce au traitement, nous avons poursuivi notre chemin sans problème pendant cinquante-trois ans. Cinquante-trois années de jouissance, de torture et de meurtres, en toute impunité. Comme je vous l’ai déjà dit, au début, ça m’a fait bizarre, mais j’ai fini par y prendre goût.

 

Et puis il y eut la Catastrophe.

Elle a frappé sans prévenir. Aujourd’hui encore, on ne sait pas, au juste, ce qui s’est passé. Simplement, entre deux cargaisons de « renforts », nous avons perdu tout contact avec la Terre.

Nous ne gardions pas le contact en temps normal. À quoi bon ? Comme si la politique ou les catastrophes climatiques pouvaient nous intéresser… Il suffisait bien d’être tenu au courant des avancées technologiques à chaque changement de « régiment », par nos agents à travers le système…

Mais cette fois-ci, il n’y eut pas de « renforts » au centième jour. Ce qui chamboulait tout. On a essayé de contacter nos agents sur Terre, naturellement : rien. Contacter nos autres agents à travers le système était plus délicat, mais nous y parvînmes : ce sont eux qui nous ont appris que toute liaison avec la Terre avait cessé, de manière générale. Des expéditions avaient été envoyées depuis les stations du système, et toutes avaient renvoyé les mêmes rapports : des cadavres, partout. Pas une seule trace de vie humaine, rien. La Terre avait rendu l’âme, pour une raison que nous ignorons toujours. Sans doute un virus très très méchant. On a préféré ne pas vérifier.

Évidemment, pour nous, ça posait quelques problèmes. Dans ces conditions, il était impensable de continuer à procéder comme nous l’avions fait jusqu’alors : les stations du système solaire et les colonies martiennes et des lunes de Jupiter et de Saturne ne permettaient certainement pas de subvenir à nos besoins. Quant aux exoplanètes, elles étaient bien évidemment hors de portée… Alors il fut décidé de garder « intact » le cheptel que nous avions – enfin, ce qui en restait –, de gommer du tableau les pratiques sadiques trop violentes (et a fortiori celles entraînant la mort) et de faire bénéficier tout le monde du traitement, que nous pouvions produire en quantité suffisante pendant une période assez longue.

Très franchement, nos victimes n’y ont pas vraiment gagné au change…

 

Et nous voilà rendus aujourd’hui. Cela fait très exactement 378 années terrestres qu’Anadyomène a ouvert ses portes. Les orgies et les tortures ont continué tout ce temps, sans que jamais personne ne s’en inquiète. L’utopie sexuelle de Dieter, Michel, Wu et ce con de Richard s’est avérée un franc succès au-delà de toute espérance. Nous autres, les libertins d’Anadyomène, faisons partie des derniers rescapés de l’espèce humaine. Belle ironie, non ? Ou peut-être pas. Peut-être y a-t-il une certaine logique derrière tout ça, après tout. Peut-être Anadyomène n’est-elle autre chose qu’une illustration de la prospérité du vice, et du caractère fondamentalement mauvais de la nature humaine… Mais je laisse ça à Michel, je suis sûr qu’il vous en parlera mieux que moi. Ou Pauline. Oui, Pauline, plutôt…

378 ans…

Nous n’avons plus de quoi produire le traitement. Le processus de sénescence va bientôt s’enclencher, et, comme vous le savez sans doute, il est particulièrement brutal quand on a usé et abusé du rajeunissement. D’ici quelques semaines, tous, ici, à ce compte-là, nous ne serions plus que des loques humaines, vieillards cacochymes semi-liquides, infects, répugnants. Cette idée nous est insupportable. Aussi avons-nous décidé d’en finir en beauté.

Ce soir, nous allons liquider le cheptel, comme au bon vieux temps.

Demain, les fouteurs, les duègnes, bref, le personnel.

Après-demain, les époux et épouses.

Pauline…

Et puis ce sera notre tour.

 

Mais nous avons voulu laisser un témoignage. D’où l’enregistrement de ces fichiers. Nous nous sommes dits qu’un jour, peut-être, une expédition en provenance d’une exoplanète retournerait au berceau de l’humanité, et explorerait ses environs ; trouverait enfin Andyomène. Et qu’il serait… instructif de savoir ce qui s’y est passé.

Alors voilà. Vous savez tout. Vous savez ce qui s’est passé dans cette station vénusienne perdue, pendant 378 années, putain, la bonne blague ! Ah !

Et vous savez quoi ?

Je ne regrette rien.

D’ailleurs, j’ai encore une chose à vous dire.

Vous m’entendez ?

ALLEZ TOUS VOUS FAIRE FOUTRE !

Voir les commentaires

"Les Ballons dirigeables rêvent-ils de poupées gonflables ?", de Karim Berrouka

Publié le par Nébal

Les-Ballons-dirigeables-revent-ils-de-poupees-gonflables.jpg

 

 

BERROUKA (Karim), Les Ballons dirigeables rêvent-ils de poupées gonflables ?, Chambéry, ActuSF, coll. Les Trois Souhaits, 2013, 234 p.

 

Il me faut préciser une chose d’emblée : je connais Karim Berrouka, c’est un ami. Ce qui ne va pas exactement me faciliter la tâche. En effet, d’une part, si je dis du bien de ce recueil, vous pourriez suspecter de ma part une certaine dose de partialité ; d’autre part, en dire du mal s’annonce plus compliqué que d’habitude – forcément. Le problème étant encore accentué dans la mesure où je vais être amené à la fois à dire du bien et du mal de Les Ballons dirigeables rêvent-ils de poupées gonflables… Diantre.

 

Autre précision nécessaire : ce livre n’est pas ce que vous croyez. Le titre débile (Philip K. Dick appréciera ; notons que cette référence SF est d’autant plus malvenue – ou pas, allez savoir – que le recueil est essentiellement composé de nouvelles de fantastique et de fantasy) et la couverture punk semblent a priori capitaliser sur le lourd passif d’ex-Ludwig de Karim Berrouka, et on aurait tôt fait d’en conclure qu’il s’agit là d’une bouffonnerie. À tort : c’est en effet un recueil bipolaire, alternant à chaque nouvelle le jouasse rigolo débile et le pas jouasse à se pendre. Bref : comme on dit dans la perfide Albion, on ne juge pas un livre à sa couverture (et pas davantage à son titre, donc).

 

Mais problème une fois de plus : Les Ballons dirigeables rêvent-ils de poupées gonflables est ainsi composé de nouvelles écrites sur une longue période, et qui manquent cruellement de cohésion (Karim Berrouka plaide coupable – ou le revendique ? – dans l’interview en fin de volume). J’aurais sans doute pu, du coup, rassembler les nouvelles en deux groupes, jouasse et pas jouasse, mais l’ordre de présentation me paraît plus édifiant, dans un sens.

 

Adonc, « L’Histoire commence à Falloujah » : la guerre en Irak, la mort, une femme, un type bizarre qui se révèle [SPOILER ?] être un djinn. Pour le coup, on commence donc par le pas jouasse du tout. Ce qui n’est certainement pas pour me déplaire. Mais Karim Berrouka en rajoute dans l’emphase, et ose même, le fourbe, y faire de la polésie – horreur glauque. C’est hélas too much en ce qui me concerne…

 

Changement radical d’atmosphère – et il en ira donc ainsi pour chaque alternance – avec « Concerto pour une résurrection » : le narrateur rencontre des stars défuntes de la musique (Jimi Hendrix, Claude François, Sid Vicious…) dans le métro et cela débouche sur une expérience mystico-politico-keupon (mais tout ça, c’est sans doute la même chose). Très rigolo – même si, scandale, Ian Curtis manque à l’appel.

 

« Elle », première des deux nouvelles inédites de ce recueil, est, en dépit des efforts de l’auteur (voir l’interview), un polar fantastico-gore. La structure est intéressante, mais le style est – une fois de plus – un peu lourd. C’est un peu trop cryptique, peut-être, mais correct.

 

Suit « Éclairage sur un mythe urbain : la Dame Blanche dans toute sa confondante réalité », à savoir que la jolie demoiselle fait du pouce ; ce qui nous vaut une galerie de portraits rigolos de débiles profonds vroum vroum. La chute est prévisible, la caricature… caricaturale, mais la plume très appropriée, cette fois. Amusant.

 

Difficile de parler de « Dans la terre » sans spoiler… Aussi vais-je m’abstenir. En tout cas, cette fois, c’est vraiment une réussite ; à n’en pas douter un des meilleurs textes du recueil – et peut-être bien le meilleur, d’ailleurs.

 

Avec « Jack et l’homme au chapeau », Karim Berrouka nous livre sa version de la Psychanalyse des contes de fées. C’est souvent drôle, parfois lourd (les notes de bas de page, en particulier…), et quelques fois les deux ensemble, si ça se trouve.

 

J’y ai en tout cas largement préféré – versant pas jouasse, donc – « Le Siècle des lumières », très chouette fantasy uchronique sur la vengeance et le pardon, absolument bourrée d’idées. On regrettera une fois de plus quelques pains stylistiques, mais c’est bien, très bien même.

 

« De l’art de l’investigation », la seconde nouvelle inédite, est (tiens…) une enquête policière (commentée), qui verse dans le racisme anti-nains (mais sans lancer de nains pour autant) ; la plume est correcte, c’est amusant, mais sans plus.

 

« Le Cirque des ombres » est autrement plus intéressant : une nouvelle bizarre, à la très chouette ambiance ; une fois de plus, et pour les mêmes raisons que « Dans la terre » (les deux nouvelles sont à vrai dire très proches dans l’esprit), je ne peux pas vraiment en parler sans spoiler… Passons, donc. Je noterai juste, au rang des défauts, une pénible scansion, mais on peut allègrement fermer les yeux sur ce travers.

 

Et le recueil de se conclure, donc, sur une « Interview de Karim Berrouka », vraiment très drôle (à vrai dire, c’est même probablement ce que le recueil contient de plus drôle, et du coup y a comme un souci…).

 

Le bilan est donc mitigé. Il y a de bons textes, et d’autres franchement pas terribles… La plume est parfois savoureuse, mais tout aussi souvent lourdingue. Les textes rigolos le sont plus ou moins, les pas rigolos ont une fâcheuse tendance à en faire trop. Ce n’est pas « mauvais », non, clairement pas, mais ce n’est pas inoubliable et indispensable non plus. Désolé, m’sieur Karim, mais je n’ai donc pas été totalement convaincu…

 

Et maintenant je vais me barricader, en cas d’éventuelles représailles d’une horde de punks hystériques.

CITRIQ

Voir les commentaires

"Eloge de l'oisiveté", de Bertrand Russell

Publié le par Nébal

Eloge-de-l-oisivete.jpg

 

 

RUSSELL (Bertrand), Éloge de l’oisiveté, [In Praise Of Idleness], traduit de l’anglais par Michel Parmentier, Paris, Allia, [1932, 2002] 7e éd. 2010, 38 p.

 

Eh oui, après tout récemment  Pourquoi je ne suis pas chrétien, voici un autre (tout petit) essai de Bertrand Russell, sur une question qui m’est chère. Le titre me bottait bien, en effet. À placer de toute évidence à côté du Droit à la paresse de Lafargue (que j’ai lu et relu il y a de cela un bail, puis prêté à un fourbe dont le nom m’échappe, qui ne me l’a jamais rendu ; on ne devrait jamais prêter les livres…), et, à en croire le rabat, d’un certain nombre d’autres petits volumes également alléchants, qu’il faudra que j’essaye de me procurer : Le Paresseux de Samuel Johnson, La Paresse comme vérité effective de l’homme de Kazimir Malevitch, L’Apologie de la paresse de Clément Pansaers, et Une apologie des oisifs de Robert Louis Stevenson.

 

Le fait est que, si je ne suis oisif que par défaut, je suis bel et bien paresseux. Je plaide coupable, puisque c’est là un grand mal à en croire nos bonnes âmes. À droite comme à gauche, on a en effet placé le travail parmi les plus importantes des vertus. D’Adam qui doit gagner son pain à la sueur de son front pour avoir croqué dans une pomme à la compétitivité et au carriérisme mêlé de patriotisme d’entreprise chers aux néo-classiques (sans même parler de l’ignoble « Travailler plus pour gagner plus » de Sarko), en passant par le « Vivre libre en travaillant ou mourir en combattant » des Canuts, l’apologie du travail contre le Kapital des marxistes, le droit au travail des législations sociales, le stakhanovisme des Stals et le « Travail, famille, patrie » du Maréchal (trois cibles toutes désignées pour ma colère), tous ou presque ont fait du travail un horizon indépassable (je parle bien évidemment de notre monde occidental et judéo-chrétien avant tout, c’est parfois plus complexe ailleurs ; mais il semblerait bien que cet éloge du travail aille de pair avec la « civilisation », ce qui m’a toujours paru particulièrement absurde). Il ne s’en est trouvé que quelques-uns pour aller à contre-courant, et oser dire, les fous, les hétérodoxes, que l’homme avait autre chose à foutre de sa vie que de travailler. Ce qui me paraît pourtant une vérité élémentaire, une évidence frappée au coin du « bon sens » (je déteste cette expression, mais je n’en vois pas de meilleure ici), et en tant que telle, à vrai dire, quelque peu rétive à la démonstration.

 

Bertrand Russell était donc de ceux-là, et a livré dans ce petit texte débordant d’humour son opinion sur la question, tapant à droite comme à gauche (il n’épargne certes pas l’Union soviétique, c’est rien de le dire). Quand on lui dit que « l’oisiveté est la mère de tous les vices », il répond en gros : « And my ass, is it some chicken ? » On connaît en effet l’adage, mais on en cherchera en vain la preuve. Et Russell, comme Lafargue avant lui, de prôner une réduction drastique de la durée du travail, à quatre heures par jour (on est bien loin des 35 heures qui font déjà frémir les bien-pensants…).

 

S’il commence par favoriser le travail contre l’épargne, dans une logique assez keynésienne dans un sens – puisque l’idée est que l’on néglige trop la consommation par rapport à la production, seul horizon des économistes classiques et néo-classiques –, ce n’est pas pour aboutir à une défense du travail comme absolu. Reprenant avec le sourire aux lèvres l’exemple classique de la fabrique d’épingles popularisé par Adam Smith, il montre ce qu’a d’absurde l’accroissement incessant de la production : oui, certes, la division du travail permet de produire plus d’épingles, mais a-t-on besoin de plus d’épingles pour autant ?

 

Le fait est que « l’idée que les pauvres puissent avoir des loisirs a toujours choqué les riches ». D’où cet enchaînement de contraintes, et l’asservissement du pauvre au Dieu Travail. Le salariat, à cet égard, ne vaut guère mieux que l’esclavage. Il y a pourtant des oisifs, dans notre société, mais ils sont de deux sortes : les riches qui n’ont pas besoin de travailler – et colportent, eux les premiers, les préjugés sur la question –, et les pauvres qui n’en ont pas envie. Les premiers, parce qu’ils sont riches, méritent semble-t-il tous les éloges ; les seconds sont à l’évidence destinés à l’ivrognerie, etc. Bêtise ! Pourquoi le loisir serait-il en tant que tel un mal ?

 

Surtout, à vrai dire – notre philosophe est tout de même un moraliste –, si ce loisir (l’otium plus que « l’oisiveté », ce dernier terme, adopté dans la traduction, est connoté, ce qui est révélateur en soi) est bien employé (si j’ose dire), notamment dans le sens de l’éducation, de la culture et de la science. Russell ne se fait pas l’apologue des branleurs (alors que moi, si, volontiers, merci), mais bien davantage, dans une perspective utilitariste détournée de la seule économie, du loisir « constructif ». Ce en quoi je trouve qu’il s’arrête quelque peu au milieu de sa démonstration (et se montre du coup moins enthousiasmant qu’un Lafargue, dans mon souvenir en tout cas), peut-être de crainte, malgré tout, d’aboutir bien malgré lui à cette « oisiveté mère de tous les vices » qu’il fustigeait en introduction. Chassez le naturel…

 

Reste néanmoins l’idée que le bonheur, individuel comme collectif, doit primer sur les supposés impératifs de la production. Non, nous dit Russell, on n’est pas heureux en travaillant (ou alors prouvez-le, globalement s’entend). Celui-ci est une contrainte ; une nécessité, sans doute, mais fâcheuse, et qu’il s’agit de considérer comme telle, en l’abaissant au minimum inévitable, ce que nous permet la modernité. C’est déjà bien.

 

Quant à moi, si j’approuve sans réserve le message du philosophe – et apprécie à sa juste mesure son humour –, j’aurais bien envie d’aller plus loin, de chanter « Sois fainéant » avec Coluche : « Gagner ta vie ne vaut pas l’coup, attendu que tu l’as déjà. » Oui, on a autre chose à foutre que de travailler : s’instruire, comme le souhaite Russell, oui ; participer à la vie de la Cité aussi, sans doute (il rappelle l’exemple grec, certes fondé sur l’esclavage) ; mais aussi se réjouir du plaisir où qu’on le trouve (j’admets être un abject hédoniste), dans le loisir « pur », ou même la glande assumée.

 

Laissez-moi donc rêver d’une utopie à la Lafargue, d’une véritable « civilisation des loisirs », où le travail serait enfin (ou de nouveau) ramené à sa juste place.

 

Sur ce, je retourne me coucher.

 

 

Ou « travailler ». Ou chercher du boulot.

 

Monde de merde…

CITRIQ

Voir les commentaires